En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 13 heures 14 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 18 heures 33 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 20 heures 57 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 16 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 16 heures 28 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 17 heures 42 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 5 heures
Fin de la faim

Incapable de réfréner vos envies de manger ? Pourquoi vous culpabiliser ne vous aidera pas

Publié le 10 juin 2015
Quand il s'agit de dépression, certains individus deviennent impulsifs et peuvent palier leur manque d'intérêt pour leur environnement par des abus de nourriture. Saper l'estime d'une personne dans cette situation devient logiquement contre-productif.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand il s'agit de dépression, certains individus deviennent impulsifs et peuvent palier leur manque d'intérêt pour leur environnement par des abus de nourriture. Saper l'estime d'une personne dans cette situation devient logiquement contre-productif.

Atlantico : Pourquoi est-ce que le grignotage n'est pas –comme souvent il y est souvent attribué- qu'un problème d'impulsivité ?

Catherine Grangeard : Grignoter est moins un problème de comportement alimentaire qu’une réponse à un mal être ! Par conséquent, ce n’est pas uniquement une question d’impulsivité.

Dans ces situations, il est plus important de réfléchir avec la personne sur ce qu’elle ressent plus que de rester obsédé par un comportement, quel qu’il soit. On ouvre la question plutôt que la refermer, c’est facilitateur pour trouver des solutions…

>>> Lire également Si vous voulez vraiment maigrir, avant de commencer à faire un régime, apprenez à gérer vos émotions

Ainsi le sujet a de nombreuses raisons pour grignoter, nous allons les chercher. D’abord il peut avoir faim. Tout simplement… Imaginons quelqu’un qui a peu mangé, eh bien, son estomac tiraille. Alors, un petit truc par ci, un autre par- là, et on pourrait dire que c’est du grignotage. Or, il s’agit d’une réponse adaptée à une situation : cette personne n’a pas assez mangé, par ex. parce qu’elle suit un régime hypocalorique. Autre ex. , l’ennui, ou les ennuis… Ce sont des situations qui appellent souvent un petit encas. L’ennui, c’est le vide à remplir ; les ennuis, c’est se trouver un petite consolation dans un petit quelque chose à se mettre sous la dent, pour se faire plaisir. Ces deux exemples n’ont strictement rien à voir avec l’impulsivité. Ils sont pourtant très courants.

Pointer l’impulsivité comme cause principale est assez partial. On y repère un jugement moral implicite. L’impulsivité serait signe d’un manque de maîtrise de soi, d’un emportement irréfléchi… Ce serait une caractéristique d’une personnalité immature… Bref, on associe à l’impulsivité du négatif. Je tiens à montrer la perversité de ce type d’approche qui ignore la singularité de la personne. A certains moments, l’impulsivité permet de se dégager de situations "tordues" et il vaut mieux alors en être capable.

Jusqu'à quel point notre humeur peut-elle influencer notre appétit ?

L’influence par l’humeur est capitale. L’humeur est la grande patronne de l’appétit.

Avoir la gorge nouée et rien ne peut passer, par tristesse, par angoisse, c’est un grand classique, comme le fait de mal dormir la veille d’un examen… Au contraire, engloutir, ne pas ressentir de satiété, parce que le besoin de calmer encore une fois de l’angoisse, est un autre grand classique. Et cela dépend des personnes. Il y en a qui ont l’appétit ouvert là où d’autres l’ont fermé. Ce sont les mêmes déclencheurs mais les effets sont différents. Cela dépend de plein de choses. L’enfance a évidemment une importance considérable. Dans certaines familles, la nourriture a servi comme solution à beaucoup de choses… C’est cela qui agit principalement sur l’appétit, cette valeur qui est attribuée à une nourriture par cette personne.

Pour revenir aux grignotages, il est clair que la petite douceur est une solution que la personne s’auto-administre, c’est  l’effet antidépresseur recherché, c’est la soupape de sécurité, c’est pour amortir un choc, c’est pour attendre une nouvelle, c’est pour combler un manque, un vide, c’est une tentative de maîtrise d’une situation pénible, c’est pour tout un tas de raisons… à défaut d’être toujours raisonnable.

Le lien entre le corps et l’esprit est permanent. Les influences sont réciproques. Il est vain (car un peu court) de tenter de résoudre une question comme le grignotage en ne s’intéressant qu’à un seul aspect de la dite question. Ce n’est pas un problème comportemental ! C’est une réponse comportementale à un problème bien plus existentiel. Ce n’est pas idiot de tenter de trouver des solutions pour résoudre des tensions, tout de même…

Pourquoi est-ce qu'il est important de ne pas se blâmer pour ses problèmes de grignotage ?

Si grignoter avait pour but de se soulager d’une pression trop importante, si c’était une solution à une dépression envahissante, il serait malvenu d’en rajouter par un blâme parce que grignoter serait un défaut supplémentaire ! C’est très normatif comme injonction que de ne pas manger entre les repas. C’est très moralisateur de juger que les problèmes doivent être résolus autrement que par un petit quelque chose à grignoter. Et très hypocrite aussi ! pourquoi vendre autant de douceurs alors ? on sait bien que ce n’est pas indispensable au pain quotidien. Non, le grignotage est même encouragé !

Dès l’enfance, on offre des bonbons, des œufs en chocolats, etc… C’est bien pour grignoter, ou je me trompe ? Ainsi, l’habitude est donnée de (se) faire plaisir par des friandises.

Ainsi, grignoter n’est pas un problème en soi. Ce qui pose problème serait l’excès de grignotage, ou encore remplacer les repas par des grignotages… 

A quoi ça sert de blâmer un comportement ? A créer de la culpabilité. Est-ce que cela fait avancer dans un sens intéressant ? S’en vouloir, se mésestimer aboutit toujours à pire…

Pour conclure, il est essentiel de réfléchir aux raisons pour lesquelles le grignotage est à modifier, s’il est régulier, intempestif, devenu compulsif, etc… Et de tenter d’agir en amont sur ce qui pousse à poser des actes que l’on désapprouverait, soi-même.  C’est donc en amont que l’on peut intervenir et résoudre des causes conduisant à des conséquences regrettables.

Il est inutile de regarder uniquement là où le lampadaire éclaire… je vais finir par une blague que j’aime bien. Quelqu’un cherche ses clés sous un lampadaire. Une autre personne pose cette question "vous êtes certain de les avoir perdues ici ?" Et le premier de répondre "pas du tout, ce n’est pas là que je les ai perdues. Mais c’est là où il y a de la lumière"…

Toutes celles ci dans la lignée du sujet : "Incapable de refréner vos envies de manger ? Pourquoi ce n'est pas forcément votre faute."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires