En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 5 min 57 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 11 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 19 heures 47 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 10 min 54 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 53 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 29 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 31 min
© Reuters
Les économistes du FMI pointent l’incohérence des critères de Maastricht.
© Reuters
Les économistes du FMI pointent l’incohérence des critères de Maastricht.
Amis de l’austérité, bonjour !

Quand le FMI explique à l’Europe que les critères de Maastricht n’ont plus aucun sens

Publié le 03 juin 2015
Pendant que les membres de l'Union européenne tentent de désamorcer le dossier grec, les économistes du FMI mettent les pieds dans le plat en publiant un rapport sur la gouvernance fiscale de l'UE.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que les membres de l'Union européenne tentent de désamorcer le dossier grec, les économistes du FMI mettent les pieds dans le plat en publiant un rapport sur la gouvernance fiscale de l'UE.

Pendant que la direction du FMI, la Commission européenne, la BCE et les Etats de la zone euro sont en train de se déchirer sur le sort de la dette grecque, les économistes du FMI publiaient, ce 21 mai, et dans une relative discrétion, un rapport concernant la gouvernance fiscale de l’Union européenne. Malgré un ton plutôt consensuel, le constat dressé par les auteurs n’est pas flatteur : 

« Le cadre qui était en place avant la crise avait été utile pour améliorer l'élaboration des politiques budgétaire et la coordination, mais il n'a finalement pas permis de prévenir l'accumulation des déséquilibres budgétaires. La dette publique est montée en flèche suite à la crise de 2008, pour en arriver à une moyenne de 95 pour cent en 2014, soit près de 30 points de pourcentage au-dessus des niveaux d'avant crise,  en moyenne. »

Ainsi, c’est la cadre même de l’Union européenne qui est mis en cause par les économistes du FMI. C’est-à-dire dire les critères de Maastricht. Critères selon lesquels un Etat ne doit pas dépasser un déficit budgétaire supérieur à 3% du PIB, et un endettement total supérieur à 60% de ce même PIB.

Dans un premier temps, le FMI tance le peu de rigueur des Etats membres dans la réalisation de leurs objectifs : « Depuis 1999, environ la moitié des pays ont manqué l'objectif de 60 pour cent pour plus de la moitié des exercices. Les petits pays ont eu tendance à être plus strictes que les grands pays. En outre, la zone euro dans son ensemble a raté la cible chaque année depuis 1999 ». Mais si ces critères sont difficiles à tenir, cela n’est pas sans raison. En effet, et dans un paragraphe qui ressemble à une bombe pour les fondements de l’Union européenne et de la zone euro, le FMI indique :

« Les changements dans les fondamentaux économiques sous-jacents ont conduit à des incohérences dans le configuration actuelle des objectifs chiffrés. Par exemple, un objectif de déficit de 3 pour cent est conforme avec un niveau d'endettement de 60 pour cent à moyen terme seulement si la croissance nominale est légèrement supérieure 5 pour cent ».

En d’autres termes, les objectifs de Maastricht de 3% de déficit et de 60% d’endettement n’ont véritablement de sens que si la croissance économique de la zone euro atteint un seuil minimal de 5%, en terme nominal, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation. Dans le cas contraire, ces critères sont alors jugés « incohérents ».

Mais cette fable n’a pas supporté la réalité de la crise. Le mandat de stabilité des prix de la Banque  centrale européenne s’est tout simplement montré inopérant durant cette période comprise entre 2008 et 2014, incapable de délivrer cette indispensable croissance nominale de 5%. Devant un tel échec, les Etats membres de la zone euro auraient du immédiatement se réunir pour donner à la BCE les moyens de remplir son objectif. Cela n’a pas été le cas. Au lieu de cela, ces Etats ont préféré se conformer à tout ce qui leur restait ; des objectifs qui n’avaient plus aucun sens économique. C’est donc bien la BCE qui figure au premier rang de ceux qui ne respectent pas les règles en Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 03/06/2015 - 21:53
Critères de Maastricht
Plus aucun sens ? Mais ils n'en ont jamais eu, parce que Maastricht n'a jamais eu aucun sens en terme de développement de l'activité et surtout de niveau de vie des populations (d'ailleurs on voit où on en est, inutile de tire sur l'ambulance).
Quant au FMI c'est une institution qui ne comprend pas grand chose de plus à l'économie que les fonctionnaires de la commission Européenne. Autant dire pas grand chose...
Quant au déficit on sait depuis longtemps qu'il n'a aucun impact durable sur l'économie, autant dire qu'un déficit zéro serait tout aussi satisfaisant et permettrait de diminuer l'endettement. Et puis , surtout, si le déficit est utilisé à des choses improductives (ce qui est le cas en France avec les politiques sociales, les investissement de "prestige" culturels ou sportifs...) il n'a alors aucun impact sur l'économie sauf endetter le contribuable et assurer une rente à certains.
Benvoyons
- 03/06/2015 - 17:39
Leucate - 03/06/2015 - 17:20 Je suis souvent d'accord avec
Mr Gave mais pas toujours c'est ainsi. Maintenant tu me parles comme à un anticléricale que je ne suis pas. Je suis athée mais j'ai appris les différentes religions monothéistes. Dans mes mémos je puis prendre une position défendant la position catholique mais l'inverse aussi si le raisonnement ne tient pas même s'il est fait par un catholique. Je participes dans deux associations catholiques et je suis athée. Je ne pense pas avoir raison en tout, mais tout mérite des raisonnements diversifiés.
Leucate
- 03/06/2015 - 17:20
Religion et économie
A la différence de l'Islam qui a tout légiféré y compris la manière dont on doit se moucher ou s'essuyer le derrière, le christianisme s'est contenté de se superposer en tant que morale sur les législations des peuples convertis, (droit romain, us et coutumes barbares) en cherchant à atténuer leur cruauté.
L'Economie n'est pas de son domaine mais il y a des économistes chrétiens d'ailleurs nombreux, l'économie et la religion n'étant pas incompatibles de même que pour toutes les sciences dures ou bien humaines et sociales dans notre civilisation greco-latine de morale chrétienne.
En rappelant que c'est notre civilisation qui a découvert la très grande majorité des sciences et techniques qui ont permis le monde moderne et le peu qu'elle n'a pas inventé, elle l'a perfectionné et rendu opérationnel.
Je vous conseille deux ouvrages d'histoire de la Science, les "Somnambules" de Koestler et "les Découvreurs" de Daniel Boorstin (qui est dans la collection Bouquin)
En général, les économistes ne sont pas au gouvernement, c'est pas leur truc. Ils sont universitaires et parfois conseillers de grosses boites. Exceptionnellement (Charles Gave), ils sont indépendants et vendent leurs analyses.