En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 22 min 26 sec
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 44 min 22 sec
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 1 heure 48 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 2 heures 19 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 16 heures 26 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 17 heures 9 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 36 min 25 sec
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 16 heures 7 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 16 heures 42 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 17 heures 38 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 19 heures 54 min
© Reuters
Les économistes du FMI pointent l’incohérence des critères de Maastricht.
© Reuters
Les économistes du FMI pointent l’incohérence des critères de Maastricht.
Amis de l’austérité, bonjour !

Quand le FMI explique à l’Europe que les critères de Maastricht n’ont plus aucun sens

Publié le 03 juin 2015
Pendant que les membres de l'Union européenne tentent de désamorcer le dossier grec, les économistes du FMI mettent les pieds dans le plat en publiant un rapport sur la gouvernance fiscale de l'UE.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que les membres de l'Union européenne tentent de désamorcer le dossier grec, les économistes du FMI mettent les pieds dans le plat en publiant un rapport sur la gouvernance fiscale de l'UE.

Pendant que la direction du FMI, la Commission européenne, la BCE et les Etats de la zone euro sont en train de se déchirer sur le sort de la dette grecque, les économistes du FMI publiaient, ce 21 mai, et dans une relative discrétion, un rapport concernant la gouvernance fiscale de l’Union européenne. Malgré un ton plutôt consensuel, le constat dressé par les auteurs n’est pas flatteur : 

« Le cadre qui était en place avant la crise avait été utile pour améliorer l'élaboration des politiques budgétaire et la coordination, mais il n'a finalement pas permis de prévenir l'accumulation des déséquilibres budgétaires. La dette publique est montée en flèche suite à la crise de 2008, pour en arriver à une moyenne de 95 pour cent en 2014, soit près de 30 points de pourcentage au-dessus des niveaux d'avant crise,  en moyenne. »

Ainsi, c’est la cadre même de l’Union européenne qui est mis en cause par les économistes du FMI. C’est-à-dire dire les critères de Maastricht. Critères selon lesquels un Etat ne doit pas dépasser un déficit budgétaire supérieur à 3% du PIB, et un endettement total supérieur à 60% de ce même PIB.

Dans un premier temps, le FMI tance le peu de rigueur des Etats membres dans la réalisation de leurs objectifs : « Depuis 1999, environ la moitié des pays ont manqué l'objectif de 60 pour cent pour plus de la moitié des exercices. Les petits pays ont eu tendance à être plus strictes que les grands pays. En outre, la zone euro dans son ensemble a raté la cible chaque année depuis 1999 ». Mais si ces critères sont difficiles à tenir, cela n’est pas sans raison. En effet, et dans un paragraphe qui ressemble à une bombe pour les fondements de l’Union européenne et de la zone euro, le FMI indique :

« Les changements dans les fondamentaux économiques sous-jacents ont conduit à des incohérences dans le configuration actuelle des objectifs chiffrés. Par exemple, un objectif de déficit de 3 pour cent est conforme avec un niveau d'endettement de 60 pour cent à moyen terme seulement si la croissance nominale est légèrement supérieure 5 pour cent ».

En d’autres termes, les objectifs de Maastricht de 3% de déficit et de 60% d’endettement n’ont véritablement de sens que si la croissance économique de la zone euro atteint un seuil minimal de 5%, en terme nominal, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation. Dans le cas contraire, ces critères sont alors jugés « incohérents ».

Mais cette fable n’a pas supporté la réalité de la crise. Le mandat de stabilité des prix de la Banque  centrale européenne s’est tout simplement montré inopérant durant cette période comprise entre 2008 et 2014, incapable de délivrer cette indispensable croissance nominale de 5%. Devant un tel échec, les Etats membres de la zone euro auraient du immédiatement se réunir pour donner à la BCE les moyens de remplir son objectif. Cela n’a pas été le cas. Au lieu de cela, ces Etats ont préféré se conformer à tout ce qui leur restait ; des objectifs qui n’avaient plus aucun sens économique. C’est donc bien la BCE qui figure au premier rang de ceux qui ne respectent pas les règles en Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 03/06/2015 - 21:53
Critères de Maastricht
Plus aucun sens ? Mais ils n'en ont jamais eu, parce que Maastricht n'a jamais eu aucun sens en terme de développement de l'activité et surtout de niveau de vie des populations (d'ailleurs on voit où on en est, inutile de tire sur l'ambulance).
Quant au FMI c'est une institution qui ne comprend pas grand chose de plus à l'économie que les fonctionnaires de la commission Européenne. Autant dire pas grand chose...
Quant au déficit on sait depuis longtemps qu'il n'a aucun impact durable sur l'économie, autant dire qu'un déficit zéro serait tout aussi satisfaisant et permettrait de diminuer l'endettement. Et puis , surtout, si le déficit est utilisé à des choses improductives (ce qui est le cas en France avec les politiques sociales, les investissement de "prestige" culturels ou sportifs...) il n'a alors aucun impact sur l'économie sauf endetter le contribuable et assurer une rente à certains.
Benvoyons
- 03/06/2015 - 17:39
Leucate - 03/06/2015 - 17:20 Je suis souvent d'accord avec
Mr Gave mais pas toujours c'est ainsi. Maintenant tu me parles comme à un anticléricale que je ne suis pas. Je suis athée mais j'ai appris les différentes religions monothéistes. Dans mes mémos je puis prendre une position défendant la position catholique mais l'inverse aussi si le raisonnement ne tient pas même s'il est fait par un catholique. Je participes dans deux associations catholiques et je suis athée. Je ne pense pas avoir raison en tout, mais tout mérite des raisonnements diversifiés.
Leucate
- 03/06/2015 - 17:20
Religion et économie
A la différence de l'Islam qui a tout légiféré y compris la manière dont on doit se moucher ou s'essuyer le derrière, le christianisme s'est contenté de se superposer en tant que morale sur les législations des peuples convertis, (droit romain, us et coutumes barbares) en cherchant à atténuer leur cruauté.
L'Economie n'est pas de son domaine mais il y a des économistes chrétiens d'ailleurs nombreux, l'économie et la religion n'étant pas incompatibles de même que pour toutes les sciences dures ou bien humaines et sociales dans notre civilisation greco-latine de morale chrétienne.
En rappelant que c'est notre civilisation qui a découvert la très grande majorité des sciences et techniques qui ont permis le monde moderne et le peu qu'elle n'a pas inventé, elle l'a perfectionné et rendu opérationnel.
Je vous conseille deux ouvrages d'histoire de la Science, les "Somnambules" de Koestler et "les Découvreurs" de Daniel Boorstin (qui est dans la collection Bouquin)
En général, les économistes ne sont pas au gouvernement, c'est pas leur truc. Ils sont universitaires et parfois conseillers de grosses boites. Exceptionnellement (Charles Gave), ils sont indépendants et vendent leurs analyses.