En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 23 min 12 sec
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 3 heures 20 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 5 heures 2 sec
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 10 heures 49 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 1 heure 28 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 2 heures 24 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 10 heures 36 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 22 heures 30 min
© Reuters
Les pays membres de la coalition contre l'Etat islamique se sont réunis mardi 2 juin à Paris pour échanger sur la stratégie à adopter.
© Reuters
Les pays membres de la coalition contre l'Etat islamique se sont réunis mardi 2 juin à Paris pour échanger sur la stratégie à adopter.
Typologie

Réunion de la coalition contre l’Etat islamique… mais quelle coalition ?

Publié le 05 juin 2015
Les pays membres de la coalition contre l'Etat islamique se sont réunis mardi 2 juin à Paris pour échanger sur la stratégie à adopter. Un défi difficile à relever, car les alliés de ce combat n'ont pas tous les mêmes intérêts et les mêmes moyens.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays membres de la coalition contre l'Etat islamique se sont réunis mardi 2 juin à Paris pour échanger sur la stratégie à adopter. Un défi difficile à relever, car les alliés de ce combat n'ont pas tous les mêmes intérêts et les mêmes moyens.

Atlantico : L'Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie ou les Emirats arabes unis participent à la coalition au titre de pays directement "concernés" du fait de leur proximité géographique avec la Syrie et l'Irak. Leurs intérêts sont-ils pour autant vraiment similaires dans cet engagement ? La proximité est-elle le facteur suffisant poussant à se lancer dans le combat sous la même bannière ?

Alain Rodier : Pour tous ces pays, Daech représente un danger "à domicile" car les régimes sont qualifiés par al-Baghdadi comme des "vendus" à l'Occident, voire comme des apostats (des traitres). La famille royale des Saoud est particulièrement visée car Ben Laden (Baghdadi le considère toujours comme son maître spirituel même s'il renie son successeur, le docteur al-Zawahiri) s'en était désolidarisé dès 1991. Il lui reprochait d'avoir accueilli des soldats "impies" en terre d'islam à l'occasion de la première guerre du Golfe. Depuis, il ne rêvait que de la renverser. Al-Baghdadi a repris cette problématique, sa volonté étant de reconquérir les "terres d'islam" avant d'étendre son califat à l'ensemble du monde.

Par contre, les intérêts de ces pays ne sont pas tout à fait les mêmes. Le Qatar et la Turquie soutiennent les Frères musulmans qui, depuis l'arrivée du roi Salmane au début 2015 est, certes, un mouvement moins honni dans le royaume saoudien, mais qui n'a tout de même pas bonne presse.
 
Si l'ennemi chiite est commun à tous car les Etats sunnites reprochent à Téhéran sa volonté d'influence sur le Proche-Orient, ce n'est pas tout à fait au même niveau. Le gouvernement turc est plus "compréhensif" car il partage une frontière commune avec l'Iran. Surtout, il a de besoin de Téhéran pour régler le "problème kurde" qui est, pour lui ,la priorité n°1 (comme il a besoin de Bagdad dans ce même domaine). La Turquie ne veut pas de Kurdistan vraiment indépendant à son sud-est. C'est ce qui permet de comprendre la politique menée par ce pays dans la zone.
 
Il n'empêche que ces pays se sont mis d'accord pour soutenir la nouvelle coalition, "l'armée de la conquête", qui s'est emparée de la province d'Idleb dans le nord-ouest de la Syrie. Or, cette organisation est une création d'Al-Qaida "canal historique" via le Front al-Nosra qui est aussi très actif le long de la frontière jordanienne. La pression est telle que Damas a été obligé d'abandonner l'est du pays à Daech pour concentrer ses efforts sur Homs, Alep, la côte et la capitale. La tentation est grande pour Ankara de créer une zone d'exclusion aérienne qui couvrirait la province d'Idleb. Alors, l'armée de la conquête pourrait à la fois menacer le régime d'el-Assad et, dans un deuxième temps, Daech.   
 

L'Arabie saoudite et le Qatar se sont vu reprocher un rôle trouble par rapport à EI. De plus, l'Arabie saoudite engage des troupes en nombre bien moindre que ce qu'elle investit au Yémen (ou a prétendu investir, du moins). Est-on dans une participation vraiment active de ces pays ou cherchent-ils d'abord à se lancer dans une opération "mains propres" pour redorer leur blason vis-à-vis de la communauté internationale ?

La "communauté internationale" se résume pour les Saoudiens aux États-Unis (qu'ils tentent de contenter mais aussi de faire chanter), à la Russie, à la Chine et à l'Iran. Pour ces trois derniers pays, ils ne cherchent pas vraiment à "redorer leur blason". Quant aux Européens qui agissent en ordre dispersé mais, en gros, à la botte de Washington... Vis-à-vis de Daech, Washington semble avoir aussi des choses à se reprocher donc les Américains n'insistent pas trop sur ce sujet qui fâche.

Le Yémen est considéré comme vital par l'Arabie saoudite et les pays du Golfe persique car il est hors de question laisser des alliés de Téhéran (les al-Houth et une partie de l'armée) s'y implanter durablement en raison de la possibilité du blocage possible du détroit de Bab-el-Mandeb qui commande la Mer rouge. Déjà que Téhéran peut sérieusement menacer le détroit d'Ormuz ! C'est pour cette raison que les Saoudiens et leurs alliés mettent le paquet au Yémen considéré comme vital pour la sécurité régionale. 

De plus, un egagement plus important des pays arabes contre les salafistes-djihadistes qui, il faut le rappeler sont sunnites, sur le front syro-irakien risque de poser des problèmes dans les opinions publiques intérieures de ces États. En effet, leurs thèses semblent trouver de plus en plus d'écho et il convient d'étouffer dans l’œuf toute velléité de contestation. Pour cela, il convient de ne servir sur un plateau le prétexte d'une guerre déclenchée par l'oligarchie arabe contre des frères sunnites.  

Même si des pays de la péninsule arabique sont présent, cette coalition reste largement le fait de pays occidentaux : les Etats-Unis, le Canada, la France bien sûr, voire même l'Australie. Quel est l'intérêt de "l'Occident" dans un conflit qui, pour l'instant, reste encore largement local ? Et d'ailleurs y a-t-il un intérêt occidental ou "des" intérêts occidentaux potentiellement divergentsn ?

Les Occidentaux sont emmenés par les États-Unis. Ce sont donc les intérêts de Washington qui sont d'abord en jeu. Les pays anglo-saxons suivent normalement comme ils l'ont fait par le passé. Par contre, de local, ce conflit a tendance à s'internationaliser, en particulier en direction de l'Afrique et surtout en Libye pour l'instant. Dans sa rhétorique, Daech menace "Rome". Bien sûr, ce n'est pas la capitale italienne qui est expressément visée (quoiqu'un attentat aurait des répercussions importantes) mais le symbole de l'Empire romain et du christianisme qui a suivi. Et là, l'Europe est directement visée. Alors, plutôt que de s'attaquer aux tentacules de la pieuvre, il vaut mieux viser au cœur : le califat qui s'est installé de fait à cheval sur une partie de l'Irak et la Syrie.

Comment expliquer la présence dans cette coalition de pays dont on peine réellement à comprendre l'intérêt direct, comme le Danemark, le Portugal ou les Pays-Bas. Qu'ont réellement à gagner ces acteurs plus mineurs de la diplomatie internationale ?

Ils suivent les États-Unis dans un réflexe otanien. L'important pour eux est de montrer qu'ils "participent" aux côtés de Washington. Si ce n'était pas le cas, cela pourrait leur être reproché ultérieurement.

Comment cette diversité des objectifs et des motivations se traduit-elle sur le terrain ? Est-elle facteur d'incompréhension ? Voire a-t-elle une part de responsabilité dans l'apparente difficulté à faire reculer EI malgré, sur le papier, la différence flagrante d'armements entre EI et la coalition internationale ? 

La coordination de forces aussi diverses est certainement difficile à réaliser. Mais les pays de l'OTAN ont, pour leur part, l'habitude de travailler ensemble. Les pays arabes apportent plus une participation symbolique qui peut être intégrée ponctuellement dans le dispositif. Cela dit, les frappes aériennes n'ont jamais gagné une guerre, sauf au Japon en 1945. Il faut exploiter au sol. Et pour le moment, personne ne veut y aller.

La situation comporte également d'autres acteurs dont l'un est étonnamment discret : Israël. Il est vraisemblable que l'Etat hébreu ne fait pas que compter les points mais joue une partie très active. On parle également beaucoup des riches donateurs du Golfe mais peu sont identifiés. Enfin, il y a le rôle des profiteurs de guerre que sont les Organisations criminelles transnationales (OCT). A savoir que de nombreux trafics ont lieu dans tous les sens. L’État islamique exporte du pétrole, des réfugiés, des antiquités. Il importe des armes, des biens de consommation, des volontaires. On commence à parler de trafic de drogues (il serait étonnant qu'il n'y en ait pas). Il faut donc des intermédiaires, des acheteurs, des vendeurs, tous liés au crime organisé. Les OCT sont certainement très présentes même si elles se font le plus discrètes – les plus connues dans la région sont les mafias turco-kurdes qui ont pour spécialité la contrebande et qui tiennent la route des Balkans, mais d'autres sont vraisemblablement impliquées comme les mafias italiennes, albanaises et consort – elles peuvent ainsi ramasser de juteux profits. Les combattre énergiquement permettrait certainement d'affaiblir les salafistes-djihadistes sur le plan logistique.

Propos recueillis par Damien Durand

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 03/06/2015 - 21:39
Front anti-état-islamique
On aurait bien tort de croire qu'il y a une différence significative entre Chiites et Sunnites, La seule politique possible est de soutenir les plus faibles afin qu'ils continuent de supprimer les autres en espérant qu'à la fin il n'en restera plus ni des uns, ni des autres.
Texas
- 03/06/2015 - 21:10
Une fois de plus..
...un excellent article de Mr Rodier . On regrettera seulement le manque d' informations sur l' etat des negociations sur le nucleaire militaire Iranien , et ses implications sur ce " Grand jeu " .
clint
- 03/06/2015 - 19:26
La solution Fabius : imposer plus de sunnites en Syrie !
Les bras m'en sont tombés ce matin quand j'ai entendu Fabius dire qu'il fallait plus de sunnites dans l'armée syrienne. Voilà la France qui va entrer dans ce conflit plus que millénaire entre sunnites et chiites ! Est ce la contrepartie d'autres avantages ??