En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

07.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 4 min 32 sec
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 16 heures 9 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 19 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 23 heures 39 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 4 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 15 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 19 heures 4 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 1 jour 52 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 1 jour 1 heure
© REUTERS/Eric Gaillard
Natacha Polony a lancé le "Comité George Orwel".
© REUTERS/Eric Gaillard
Natacha Polony a lancé le "Comité George Orwel".
Comité Orwell

Natacha Polony : "Ceux qui nous accusent de pratiquer un journalisme idéologisé sont les premiers à faire de l’idéologie"

Publié le 14 juin 2015
Le 29 mai dernier, Natacha Polony lançait un collectif de journalistes pour la défense de la souveraineté populaire et des idées alternatives dans les médias, le Comité Orwell. Faisant le constat d'une ostracisation de la pensée et d'une perte de confiance des Français à l'égard des journalistes, ce comité veut agir de l'intérieur.
Natacha Polony
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 29 mai dernier, Natacha Polony lançait un collectif de journalistes pour la défense de la souveraineté populaire et des idées alternatives dans les médias, le Comité Orwell. Faisant le constat d'une ostracisation de la pensée et d'une perte de confiance des Français à l'égard des journalistes, ce comité veut agir de l'intérieur.

Atlantico : Vous avez lancé la semaine dernière, et avec un certain succès, le Comité George Orwell, collectif de journalistes visant à encourager le pluralisme dans les médias. Sur quel constat repose cette création ?

Natacha Polony : Nous sommes différents journalistes de multiples générations officiant dans des journaux variés. On trouve par exemple Jean-Michel Quatrepoint, Emmanuel Lévy de Marianne, Franck Dedieu… Des gens très différents. Nous nous sommes réunis autour de cette idée qu’il y a un problème dans notre profession. Ce problème est apparu de manière magistrale au moment du référendum constitutionnel il y a 10 ans. 90 voire 95% des éditorialistes, patrons de presse, des journaux faisaient ouvertement campagne pour le « oui », ne reflétant absolument pas l’opinion des Français. Et même pire que cela, ils faisaient campagne pour le « oui » - on a le droit d’avoir des convictions ce qui n’est pas un problème – mais ils faisaient campagne en ostracisant ceux qui pensaient différemment, en diabolisant ceux qui estimaient que ce traité constitutionnel ne reflétait pas leur conception de l’Europe, pour certains, enterrait le projet d’une Europe politique, fédérale, pour d’autres consacrait l’Europe ultra libérale… Ces gens-là n’avaient pas le droit de cité. On expliquait alors qu’ils étaient, au choix, xénophobe, frileux etc.
Depuis, cette espèce de réflexe d’une conception du débat public en terme de bien et de mal, quasiment en terme religieux, n’a pas disparu, voire s’est amplifiée.

A chaque enquête d’opinion, le métier de journaliste est l’une des professions les plus décrédibilisées. Il faut essayer de comprendre pourquoi.

Il y a une pratique journalistique en France relevant de la guerre de religion. Au lieu de mettre en scène le débat, au lieu de faire entendre toutes les idées, on a tendance à ne mettre en valeur qu’une opinion. Et surtout, on a l’impression que les journalistes pensent tous la même chose, avec un fonctionnement par réflexe qui est dangereux pour le rôle démocratique des médias.

Vous insistez sur les fondamentaux du journalisme et l’importance des faits. Les médias aujourd’hui auraient-ils oublié le journalisme au profit de l’éditorialisme ?

Soyons clairs, nous ne sommes pas contre l’éditorialisme. Nous sommes pour un mariage intelligent du journalisme d’information et celui d’opinion.
Aujourd’hui nous avons beaucoup, dans la presse française, des journalistes qui se réclament du journalisme d’information pure sans comprendre que chacun a sa subjectivité et donc qu’ils ne sont pas plus objectifs que ceux qui ne pensent pas comme eux. A côté de cela, nous avons des journalistes d’opinion qui ont totalement perdu pied avec les faits, la réalité de ce que vivent les Français. Il faut réconcilier les deux. Je crois  à la noblesse du journalisme d’opinion. Mais pour cela les journalistes doivent retourner voir le pays tel qu’il est. Les journalistes doivent admettre leur subjectivité afin de développer l’idée du pluralisme. Je rêve d’un pays où chacun pourrait trouver des journaux correspondant à sa vision, sa pensée, qui pourrait accepter d’être bousculé par une pensée différente.

« Acceptation du débat et du pluralisme » sont les maitres mots du Comité Orwell. Les membres de ce collectif penseront-ils vraiment contre eux-mêmes ou est-ce, comme certains de vos détracteurs le laissent entendre, du journalisme idéologisé et engagé ?

Ceux qui nous accusent de pratiquer un journalisme idéologisé sont les premiers à faire de l’idéologie ! Arrêtons ce petit jeu qui consiste à dire « moi je suis objectif, je suis neutre et l’autre est un sale idéologue. » L’idéologue est toujours l’autre, c’est une aberration ! Comment voulez-vous débattre dans de bonnes conditions ? On est dans le monothéisme. A partir du moment où l’on considère que l’on détient la vérité révélée, l’autre en face est un hérétique.
C’est la base de ce qu’on apprend en école de journalisme, les faits bruts n’existent pas. Le choix des mots lorsqu’on raconte un fait implique une vision du monde. Le rôle du journaliste est donc de préserver au maximum sa neutralité, tout en ayant l’humilité de penser que non, il ne détient pas la vérité pure. Un peu d’humilité que diable ! On est dans l’époque du « fact-checking », c’est-à-dire la vérification des faits etc. Cela me fait souvent penser à la phrase de Churchill : « Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai moi même trafiquées. »
Les chiffres, les faits sont un des éléments du débat. La mémoire, l’histoire, la connaissance des mouvements d’idées font aussi parti du débat.
J’aimerais que la vie médiatique française soit la possibilité de débattre sereinement avec chacun ancré en lui l’idée qu’il ne détient pas la vérité.

Doit-on voir ce comité comme l’héritier de la Fondation du 2-mars, anciennement Fondation Marc Bloch, qui prônait des valeurs républicaines telles que la laïcité, la démocratie ou encore l’intervention sociale de l’Etat ?

Le lien que l’on peut trouver c’est que la Fondation Marc Bloch avait pour objectif de sortir du clivage gauche-droite qui était justement la traduction politique de ce monothéisme dont je parlais.
Dans cette Fondation, il y avait cette idée que ce n’est pas parce que l’autre est dans le camp d’en face qu’il pense mal. Bien entendu nous sommes les héritiers de cela. Et vous trouverez parmi les journalistes présents dans le Comité Orwell des gens qui ont cette volonté de penser les idées et la politique différemment.
Mais avant tout nous sommes une association de journalistes, le point de vue est un peu différent. Nous n’avons pas pour but d’être le bras armé d’une idéologie contre les autres !

Quelles actions va mener ce collectif, comment agir concrètement ? 

Nous allons commencer par essayer d’intervenir dans chaque débat d’idées où il nous semblera que l’on retombe dans ce travers de l’ostracisation. Nous allons faire entendre une autre manière de traiter les faits et l’actualité. Il s’agit ensuite de mettre en avant des penseurs qui d’après nous ne sont pas assez entendus sur certains sujets, sur certaines réflexions autour de lois par exemple, de causes sociales…  Nous souhaitons médiatiser des points de vus paraissant trop peu écoutés. Il faut introduire du pluralisme partout et à travers nos médias différents.
C’est un mouvement évolutif, nous espérons fédérer autour de nous pour redonner confiance aux gens dans la profession journalistique, il faut restaurer le lien entre les gens et la démocratie.

Retrouvez le Comité Orwell sur son site

Propos recueillis par Rachel Binhas

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JMAndré
- 02/06/2015 - 17:00
ambiguité
N. Polony s'en prend à la pensée unique des journalistes et à leurs réflexes partisans, c'est éminemment utile. On ne peut que constater que l'opinion se modèle ailleurs que dans les débats purement politiques. Il y a une trentaine d'années est advenu l' "esprit canal+", qui a commencé à déconstruire la société en instaurant la dictature du cynisme et du ricanement envers la chose politique et les valeurs de toujours. Plus rien ne devait être pris au sérieux hormis ce qui appartient aux dogmes de la Gauche historique, libertaire, et émancipatrice de tous les déterminismes, mission quasi ... divine, dont elle se pense investie.
De ce fait le pouvoir de façonner les esprits s'est déplacé vers ceux que FInk. appelle les amuseurs. Dechavanne en son temps, Ardison, Field, Ruquier, etc, qui ont su imposer une évolution puis un changement des mœurs par l'adjonction du ricanement et du dernier mot laissé à la bien-pensance forcément tolérante et humaniste. Polony pense-t-elle à s'en prendre à ce milieu-là (qu'elle côtoie) qui ne cesse de formater la pensée de multitudes ? Et critiquera-t-elle ces politiques qui se bousculent pour participer à ces bouffonneries indignes de la Politique ?
Benvoyons
- 02/06/2015 - 10:07
Le titre est une phrase philosophique à 2 balles ce qui situe
bien le niveau marxisant du communautaire Journalistique. Les journalistes pensent qu'avec de belles phrases à 2 balles ils vont encore illusionnés les Français; et bien non ils ne font que s’illusionner entre eux. Ils s'invitent , se lèchent,à la sortie de chaque livre qu'ils écrivent . Ils sont atteint par une suffisance,une orgueilleuse suffisance qu'ils sont détenteurs des vérités en tout et pour donner à la croyance du bon peuple. Malheureusement pour leurs égos, ils ne sont que des crottes de Moutons des philosophes Marxistes qui ont couvert les plus de 200 millions de morts du Marxisme. Quand les journalistes acceptent qu'un Président Caton H puisse dire que tous les Français pensaient, avaient la même philosophie que Castro ! C'est la forfaiture, la dictature comme principe du Président Caton H et honorée par ces "précieuses ridicules". Quand je vois la haine débité par des soi-disant journalistes sur la droite sur Sarkozy, les Républicains et bien madame et l'ensemble des journalistes, il vous faut arrêter de parler d'éthique, de la morale, de votre vérité, vous n'en avez aucune!
Liberte5
- 01/06/2015 - 23:07
En attendant......
Merci Atlantico!!!!!