En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 54 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 56 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 51 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 25 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 13 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 58 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 34 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 16 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 14 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 57 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 2 min
© Pixabay
L’assurance-vie demeure de loin le placement préféré des Français.
© Pixabay
L’assurance-vie demeure de loin le placement préféré des Français.
A la hausse

9 milliards placés en assurance-vie depuis le début de l’année : ce que vous risquez à miser sur un placement économiquement irrationnel mais fiscalement utile

Publié le 05 juin 2015
L’assurance-vie demeure de loin le placement préféré des Français. François Hollande, conseillé par la députée Karine Berger, a voulu un temps lui tordre le cou. Il y a vite renoncé, car près de la moitié des ménages disposent de ce type de contrat.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’assurance-vie demeure de loin le placement préféré des Français. François Hollande, conseillé par la députée Karine Berger, a voulu un temps lui tordre le cou. Il y a vite renoncé, car près de la moitié des ménages disposent de ce type de contrat.

L’assurance-vie est une véritable success story qui a révolutionné l’épargne en France avec un modèle qui résiste plutôt bien aux crises et notamment aux dernières. Son encours est passé de 380 à plus de 1558 milliards d’euros de 1996 à 2015.

L’assurance-vie date, en France de 1787 avec la création de la « Compagnie royale d’assurance-vie ». En 1788, il a été décidé d’imposer la séparation des activités dommages de celles liées à l’assurance-vie, distinction qui demeure jusqu’à nos jours. Si la révolution française freina l’essor de l’assurance-vie avec notamment la loi Le Chapelier qui interdit tout groupement ayant pour but la défense de « prétendus intérêts communs » ; un décret d’août 1793 supprima les compagnies qui pratiquaient des opérations d’assurance-vie.

Il faudra attendre 1818 que le Conseil d’Etat autorise officiellement par arrêté l’assurance sur la vie. Trois grandes compagnies sont alors créées : l’Union (qui deviendra UAP et AXA), la Royale (GAN) et les assurances générales et le Phénix (AGF). Jusqu’à la crise de 1929, l’assurance-vie connaît un essor régulier. En revanche, avec la grande crise et la Seconde Guerre mondiale, elle a failli disparaitre. Il faudra attendre 1976 avec notamment la création de l’AFER et surtout les années 80 pour enregistrer une hausse des cotisations. De 1976 à 2006, elles sont passées de 2 à 140 milliards d’euros par an. Le produit a profité de son régime fiscal incitatif, de la garantie du fonds euros mais aussi des innovations techniques avec le développement des unités de compte.

Après une année 2012 difficile marquée par une décollecte de 6 milliards d’euros du fait de la crise des dettes souveraine, l’assurance-vie a vite renoué avec la croissance. Depuis le début de l’année 2015, la collecte nette moyenne (différence entre les cotisations et les retraits) est de 2,2 milliards d’euros par mois. De ce fait, la collecte nette sur 4 mois s’élève à 8,8 milliards d’euros. Sans revenir aux niveaux atteints durant les premières années 2000, l’assurance-vie trace sa voie dans un contexte de taux difficile. Les Français continuent à verser une part non négligeable de leur épargne. Les cotisations se sont élevées pour le seul mois d’avril. Cette bonne tenue est le produit d’un montant plus que correct des cotisations, 12,3 milliards d’euros au mois d’avril.

Si les Français plébiscitent année après année ce produit d’épargne, c’est avant tout parce qu’ils ont réussi à se l’approprier. Il s’agit avant tout d’une enveloppe fiscale permettant de déroger à l’impôt sur les revenus et aux droits de succession. Or, les Français adorent avoir l’impression de gagne de l’argent sur le fisc. Au-delà de ce régime fiscal incitatif, la grande force de l’assurance-vie a été le fonds euros avec sa fameuse garantie en capital. D’un seul coup, l’épargnant pouvant placer de l’argent en bénéficiant tout à la fois des rendements d’un placement à long terme et des avantage d’un produit à court terme (retrait possible à tout moment sans perte de capital) avec un maximum de sécurité.

Il est, de ce fait, assez logique que les fonds euros aient capté une très grande partie de l’argent de l’assurance-vie d’autant plus que les taux de rendements étaient élevés dans les années 90 et une partie des années 2000. Il aurait été fou de ne pas en profiter… Les rendements ont pu dépasser les 4 à 5 %. L’assurance-vie a suppléé ainsi les SICAV monétaires des années 80.

Ce succès a attiré les critiques. Les fonds euros ont été accusés de capter l’épargne des ménages pour le plus grand profit des administrations publiques au détriment des entreprises. Ils dissuaderaient les Français à prendre des risques. Il faut relativiser ces critiques. En effet, un fonds euros n’est pas constitué loin de là que d’obligations du Trésor. Il comprend des obligations d’entreprise, des actions et de l’immobilier. Les fonds euros même si c’est vrai les obligations souveraines constituaient le socle sont les principales sources de financement des entreprises. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les Etats ont pu se financier grâce à la montée en puissance de l’assurance-vie. Les Français ne sont, pas en outre, en la matière guère différents des autres épargnants de l’Europe continentale. Après trente ans de succès, il serait un peu facile de jeter le bébé et l’eau du bain dans un même geste.

La baisse des taux que nous connaissons peut-elle mettre en danger l’assurance-vie et les épargnants qui ont choisi ce placement ?

Jamais depuis le début de la révolution industrielle, nous avons connu des taux d’intérêt aussi bas. L’Etat emprunte à 10 ans à 0,8 %. Ce taux est même tombé à 0,4 % au mois d’avril.  Ce sont les taux les plus bas jamais enregistrés depuis plus de 250 ans ! Mieux, l’Etat s’endette à taux négatifs jusqu’à 2 ans. L’Allemagne fait mieux avec des taux négatifs jusqu’à 5 ans. Pour mesurer cette révolution, il faut bien prendre conscience que sur longue période, les taux tournent autour de 5%. A la fin des années 70 et début des années 80, ils avaient atteint des sommets, jusqu’à 16 %.

Cette baisse des taux a pour conséquence une diminution des rendements des fonds euros. Ces derniers sont passés de 4,4 à 2,5 % de 2004 à 2014. Si les compagnies d’assurance peuvent offrir encore 2,5 % voire plus pour certaines compagnies, c’est grâce aux obligations acquises ces dernières années et qui sont mieux rémunérées que celles qui sont achetées actuellement. Il ne faut pas oublier que l’assurance-vie est un produit de long terme ; les compagnies d’assurance conservent une grande majorité des titres qu’elles achètent jusqu’à leur terme. Le problème pourrait provenir si la période de très bas taux durait longtemps et si elle était suivie d’une vive remontée avec de plus d’importants rachats de la part des épargnants. Dans ce scénario, le stock d’obligations acquises en période de bas serait déprécié au moment même où les compagnies devraient faire face à des retraits. Mais, avant de tomber dans un scénario catastrophe, il ne faut pas oublier que l’assurance-vie est soumise à des règles prudentielles strictes qui sont en train d’être renforcées. Les compagnies d’assurance doivent disposer de fonds propres pour faire face à leurs engagements en cas de choc obligataire. L’Autorité de Contrôle Prudentiel et des Risques (ACPR) intervient comme régulateur de la profession et contrôle la solvabilité des assureurs. Nul n’est infaillible mais les règles en vigueur sont très strictes voire pour certains trop stricts car elles pénalisent toute prise de risques.

Evidemment, en cas de poursuite des taux bas, l’épargnant ne peut pas escompter une remontée du rendement de son fonds euros. Pour améliorer les revenus de l’épargne tout en restant dans l’enveloppe fiscale de l’assurance-vie, il est incité à opter pour les unités de compte ou pour un fonds eurocroissance.

Les unités de compte représentent des parts d’organismes de placement collectif (SICAV, FCP, FCPI…). Les actions d’entreprise cotées peuvent être également intégrées dans un contrat d’assurance-vie. En cas de souscription d’unités de compte, l’assuré supporte directement le risque à la différence du fonds euros. En contrepartie, il peut espérer bénéficier d’un meilleur rendement.

Les Français semblent franchir de plus en plus le pas des unités de compte. Les cotisations en UC ont atteint 2,7 milliards d’euros en avril portant leur montant sur les 4 premiers mois à près de 10 milliards d’euros (9,9 milliards d’euros). En avril, les UC représentaient 27 % des cotisations. La progression de la bourse, 20 % sur les premiers mois de l’année a certainement contribué à cet essor. Depuis quelques mois, il peut également souscrire à un fonds eurocroissance qui se loge dans un contrat aux côtés d’un fonds euros classiques et des UC. Dans un fonds eurocroissance, la garantie du capital n’est pas immédiate. Elle est différée. Elle intervient au minimum après 8 ans. Entre temps, la valeur du fonds euros peut fluctuer en fonction des valeurs qui le constitue. L’objectif est de procurer un peu plus de rendement tout en restant dans la logique de la garantie de capital. L’assureur grâce à cette garantie différée peut développer une poche de diversification intégrant plus de valeurs dites corporate (actions, obligations d’entreprise…).

Le succès de l’assurance-vie est intimement lié à son régime fiscal. En alourdissant la fiscalité sur les revenus classiques de l’épargne, le Gouvernement bien qu’au départ ce n’était pas son intention, a renforcé l’attractivité de l’assurance-vie. Ce produit, du fait de son succès, a été une source d’innovations pour le secteur de l’assurance. Avec plus de 1500 milliards d’euros, il est devenu un tanker indispensable même si parfois il n’est pas facile d’en modifier les contours. L’épargnant mais qui pourrait lui en vouloir, est prudent et aime comprendre avant de changer ses habitudes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 01/06/2015 - 19:28
ATTENTION DANGER!
L'Etat a voulu il a quelques années prouver le sérieux de la garantie accordée aux souscripteurs des fonds en euros en créant un fonds dédié, dont l'alimentation régulière devait complètement rassurer les épargnants. Or actuellement, tous les spécialistes savent bien qu'en cas de crise la mise en jeu des garanties légales aussi bien européennes que nationales conduirait tout droit à une faillite du système, les provisions nécessaires n'existant pas. Alors quand l'Etat prétend nous vendre des fonds encore mieux sécurisés, sauf qu'ils dépendent pour une part des hoquets de la planète boursière, quand les banquiers et les assureurs poussent à la consommation parce qu'ils sont mieux commissionnés et moins contraints sur les unités de comptes, il suffit de se demander à qui le crime profite. Ce n'est pas aux particuliers à assumer les risques de financement que les banques refusent de prendre, en préférant les activités de trading infiniment plus lucratives et quasiment pas réglementées. Par ailleurs, l'irrationalité des taux actuels interdit pratiquement toute prévision économique sérieuse, à la merci d'un arrêt brusque des robinets centraux ou du défaut d'un Etat simplement moyen.
MONEO98
- 01/06/2015 - 17:14
les opinions ne sont pas neutres
il y a effectivement un grand danger sur les fonds en euros qui ont permis aux cies d'assurance de vendre les produits avec cette martingale: Achetez ,nous vous garantissons la sortie .Donc le garant doit payer...quand.? quand le risque de remontée des taux i se fera oui mais quand ?????( si nous avons le résultat du japon... )
voila le problème , faire sortir les bénéficiaires de la garantie car les unités de compte ,elles, ne sont pas garanties.. Comme la bourse es telle même décorrélée et varie en fonction de l'argent parachuté gratuitement par les banques centrales , les possibilités de krach existe à tout moment.Donc la pseudo garantie dans 8ans sur les Eurocroissance est une plaisanterie....
Quand on se rappelle comment les banques et cies d’assurance se réassuraient pour se protéger des saucissonnages des prêts immobiliers et comment tout cela s'est effondré ... il est paradoxal de nous parler de garanties .Il doit y avoir prés de 1400 milliards placés en assurance vie , face à ce montant on comprend que les assurances ne veulent pas payer donc la com de la peur est en pleine expansion .Il ya des risques partout et il n' y a pas de solutions .désolé