En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 10 heures 5 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 1 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 17 heures 14 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 18 heures 37 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 20 heures 51 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 21 heures 44 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 22 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 11 heures 8 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 13 heures 23 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 20 heures 34 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 22 heures 1 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 22 heures 32 min
Scléroses en plaques

Financement : pourquoi la vie politique française a tant de mal à se renouveler

Publié le 28 mai 2015
Face aux poids lourds du secteur tels que l'UMP, le PS ou le FN, les nouveaux entrants sur le marché de la vie politique française sont clairement désavantagés, et voici pourquoi.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face aux poids lourds du secteur tels que l'UMP, le PS ou le FN, les nouveaux entrants sur le marché de la vie politique française sont clairement désavantagés, et voici pourquoi.

En politique comme ailleurs, l’argent est le nerf de la guerre. Il suffit de suivre l’actualité et sa succession d’affaires pour l’apprendre : les dirigeants des partis français sont régulièrement accusés (et pour certains, condamnés) pour avoir enfreint les lois sur le financement de la vie politique qu’ils ont souvent contribués à faire adopter. Ces lois plafonnent les dons privés et organisent un système de financement public. Le tout étouffe le renouvellement de la vie politique.

En France, les dons des entreprises à des activités politiques sont interdits. Il est donc exclu qu’un grand groupe ne finance la campagne d’un candidat, par exemple. Les dons des particuliers sont, pour leur part, très strictement encadrés : la loi du 11 mars 1988 établit qu’ils ne peuvent dépasser 7 500 euros par an (et 4 600 euros par candidat en période électorale, régime rendu plus strict par l’actuelle majorité). Pour ceux qui en ont les moyens, il faut donc choisir sa cause avec soin.

L’Etat ayant l’habitude de subventionner ce qu’il contraint par ailleurs, un financement public complète ce régime. Il est fondé sur les résultats aux élections législatives et le nombre de parlementaires (il faudrait aussi mentionner les financements européens, dont bénéficie le FN par exemple). D’une certaine façon, il peut être aussi considérer qu’un autre financement existe pour ceux qui sont élus puisqu’ils bénéficient des moyens mis à leur disposition par les administrations (secrétariat, indemnités de fonction, etc.). Cette prise en charge (parfois normale, souvent excessive) contribue à soulager financièrement, de fait, les acteurs en place : un député peut faire envoyer un courrier par l’Assemblée, alors que son concurrent ne le pourra pas, par exemple.

Pour faciliter les campagnes, les candidats peuvent bénéficier d’un remboursement publics de leurs frais (plafonnés eux aussi très strictement), dès lors qu’ils obtiennent plus de 5% des suffrages.

Ce régime a un effet très clair : il préserve la rente des acteurs déjà en place et contraint (voire interdit) le renouvellement des formations politiques françaises.

Si l’on comprend bien, le financement public privilégie les acteurs dominants déjà en place : le PS aujourd’hui, qui a remporté les élections de 2012 ; l’UMP en 2007, etc. Ces mêmes partis bénéficient donc de moyens importants pour préparer les élections de 2017, qui détermineront la prochaine répartition des fonds publics. Autre atout en leur faveur : ils distribueront les investitures pour ces élections, garanties pour atteindre les 5% des suffrages (et obtenir des prêts bancaires par exemple).

Les nouveaux entrants sont, pour leur part, clairement désavantagés. D’abord, ils ne bénéficient pas de financements publics, puisqu’ils ne disposent pas encore d’élus. Ensuite, ils ne peuvent bénéficier que de moyens financiers limités pour organiser leurs campagnes : les donateurs privés sont très contraints par la loi avec des plafonds particulièrement bas. Si demain un millionnaire souhaitait financer une formation alternative par goût de l’engagement pour son pays (comme cela se fait ailleurs), il ne pourrait lui donner que 7 500 euros, ce qui permet de financer bien peu de choses…

Les tenants du système en place répliqueront que tout parti peut accéder aux financements publics dès lors qu’il réalise des résultats importants. Cette logique est clairement fausse, car pour pouvoir réaliser lesdites performances, il faut déjà avoir financé sa campagne… ce qui n’est pas évident sans étiquette connue, sans investiture, sans possibilité d’avoir recours aux financements privés.

Le régime français de financement des partis politiques organise donc une série de barrières à l’entrée techniques qui ont pour effet d’empêcher l’émergence de nouveaux acteurs qui pourraient contribuer à renouveler la vie politique française. Il garantit à l’inverse des rentes aux partis en place.

Cette sclérose oligopolistique n’est pas de nature à stimuler l’innovation politique : les acteurs en place ne sont pas menacés par les nouveaux entrants qui ne peuvent rien leur contester… Cela explique probablement une grande partie des difficultés des formations citoyennes à émerger (on pourrait d’ailleurs analyser également le plafonnement des dépenses de campagne qui a certainement un effet semblable). Cela explique certainement aussi l’atonie du débat politique français, son caractère vieilli et son absence de renouvellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 29/05/2015 - 07:54
La politique
devrait être interdite aux fonctionnaires qui bossent pour l'Etat !! Non, pas de cet avis ?
vangog
- 29/05/2015 - 00:13
La manie gauchiste des plafonnements et des seuils...
Le problème de financement serait résolu s'il n'existait un très bête système socialiste de seuil à 5% pour l'accès au subventionnement public, et un plafonnement pour le financement des partis par le privé...l'état PS ferait des économies ( mais en a-t-il la volonté?...) s'il laissait financer par le privé ce qu'il n'a plus les moyens de financer, sachant que ce financement par le privé s'effectue par des voies de traverses destinées à contourner le très bête plafonnement, médias achetés à prix d'or pour diffuser la bonne parole gauchiste, instituts de sondages noyautés par les trotskystes...associations subventionnées par les politiciens UMPS qui détiennent les cordons des bourses collectives...syndicats aux ordres du pouvoir maintenant les privilèges des corps mafieux...voici les effets collatéraux innombrables des interdits gauchistes! Seule solution démocratique: édicter des règles simples, sans plafonnements ni seuils...mais il faudrait réparer un pourrissement gauchiste qui a déjà atteint le cœur de l'état...trop tard!
Anouman
- 28/05/2015 - 22:05
Renouvellement
Déjà, mettons tous les modes de scrutin à la proportionnelle intégrale et vous verrez que de nouveaux partis apparaîtront plus facilement. Car sans parler des problèmes de financement, l'électeur a du mal à voter pour un parti qui est certain de n'avoir pas d'élus (exemple un parti qui fait 2%). A la proportionnelle intégrale il aura 2% des élus et peut être que la fois d'après il pourra se renforcer. Tout est fait pour maintenir l'alternance PS-UMP, et ils se disent démocrates et républicains. En fait ils sont surtout républicains, façon 5ème, "à moi le pouvoir avec 30% et les autres écrasez vous pendant cinq, ans, on a le pouvoir et on vous emmerde".