En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 19 min 48 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 35 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 9 heures 9 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 44 min 36 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 8 heures 54 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 19 heures 59 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 20 heures 47 min
Ce 28 mai a lieu le procès en diffamation de François Fillon contre Jean-Pierre Jouyet.
Ce 28 mai a lieu le procès en diffamation de François Fillon contre Jean-Pierre Jouyet.
Des envies de meurtres

La haine de Fillon si tenace à l’égard de Sarkozy finira-t-elle un jour ?

Publié le 27 mai 2015
Ce 28 mai a lieu le procès en diffamation de François Fillon contre Jean-Pierre Jouyet. Ce dernier aurait raconté à deux journalistes du Monde que l’ancien Premier ministre lui aurait demandé que la justice "tape contre Sarkozy" pour éviter qu’il ne revienne aux affaires. Mensonge que cela, réplique Fillon. Une belle empoignade en perspective. Avec en filigrane, les pratiques de journalistes qui trahissent le secret de leurs sources…
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 28 mai a lieu le procès en diffamation de François Fillon contre Jean-Pierre Jouyet. Ce dernier aurait raconté à deux journalistes du Monde que l’ancien Premier ministre lui aurait demandé que la justice "tape contre Sarkozy" pour éviter qu’il ne revienne aux affaires. Mensonge que cela, réplique Fillon. Une belle empoignade en perspective. Avec en filigrane, les pratiques de journalistes qui trahissent le secret de leurs sources…
  • Au cours d’un déjeuner en juin 2014, François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy.
  • François Fillon a porté plainte pour diffamation contre Jouyet et deux journalistes du Monde qui ont fait état de ses allégations.
  • Les deux journalistes, face au démenti de Jouyet, ont révélé que c’est ce dernier qui les avait informés. Une violation du secret des sources diversement appréciée.
  • Quel que soit le jugement que rendra le Tribunal correctionnel, cette affaire ne pourra que renforcer la désaffection de l’opinion à l’égard des hommes politiques et des journalistes.


Il y aura du monde ce jeudi 28 mai à la chambre de la presse du Tribunal correctionnel de Paris. D’un côté, un ancien Premier ministre, François Fillon, de l’autre, (en principe), Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire général de l’Elysée et deux journalistes du Monde, Christian Davet et Fabrice Lhomme. Du beau monde. Et aussi quelques avocats prestigieux. Le fougueux Jean-Pierre Versini-Campinchi pour Fillon, le discret Jean Veil pour Jouyet et le chantre de la défense de rupture, François Saint-Pierre pour les deux journalistes… En prime, un spectacle garanti puisque les débats qui commenceront dès 9 heures 30 pourraient durer presque toute la journée. Le thème du spectacle, en forme d’interrogation : Jean-Pierre Jouyet, en laissant entendre que Fillon lui avait demandé au cours d’un déjeuner, le 24 juin 2014, que la justice "tape sur Nicolas Sarkozy" en délicatesse avec l’amende due au dépassement de ses frais de campagne présidentielle, a-t-il diffamé l’ancien Premier ministre ? Et les deux journalistes qui ont révélé que c’est bien Jouyet qui leur avait balancé ce "scoop" au cours d’un entretien à l’Elysée le samedi 29 septembre 2014, sont-ils eux aussi des diffamateurs ? Ce qui est sûr, c’est que le bouillant Versini, qui n’est pas, mais pas du tout, un adepte de la langue de bois ne ménagera pas les deux journalistes du Monde qui ont tout bonnement dévoilé leur source. Ce qui semble, a priori, fort peu déontologique par rapport aux pratiques héritées du prestigieux fondateur du quotidien, Hubert Beuve-Méry. Quant à Jouyet, lui qui fut secrétaire d’Etat aux affaires étrangères de Fillon, il risque de passer de forts mauvais moments.

Retour en arrière. Le 9 novembre 2014, les deux journalistes du quotidien publient un article dans lequel ils révèlent que le 24 juin de la même année, François Fillon, son ancien directeur adjoint de cabinet, Antoine Gosset-Grainville et Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, ont déjeuné au restaurant Ledoyen, situé à deux pas de la présidence de la République. Rien d’anormal a priori entre un ex-Premier ministre et un ancien membre de son gouvernement. Sauf que le déjeuner, selon les journalistes, n’avait rien d’anodin. En effet, Fillon aurait demandé à Jouyet de "taper" sur Sarkozy pour l’éliminer de la vie politique. Et bon nombre d’observateurs de faire remarquer que l’initiative de l’ancien Premier ministre intervient deux ou trois jours après que les commissaires aux comptes de l’UMP aient décidé d’alerter le Parquet de Paris au sujet de l’amende réglée par le parti alors qu’elle aurait du l’être par Nicolas Sarkozy lui-même… et alors que ces mêmes commissaires aux comptes pendant des mois étaient restés muets. Une coïncidence troublante. Comme si François Fillon en profitait pour déstabiliser son ancien patron avec lequel les relations sont désormais plus que distendues. Exécrables.

 

Ce papier de Davet et de Lhomme est tiré de leur livre Sarko s’est tuer (éditions Stock) qui vient de paraître. La presse n’y prête guère attention. Excepté l’Obs qui en publie des bonnes feuilles. François Fillon, furieux, dément avoir tenu les propos qui lui sont prêtés. Jouyet fait de même. Le troisième homme, Antoine Gosset-Grainville, présent donc au déjeuner, vole au secours de François Fillon en affirmant que ce dernier n’a jamais tenu les propos avancés par Jouyet. Jusqu’à ce moment, personne ne connaît les sources des journalistes. Mais pas pour longtemps. Un verbatim de l’interview du secrétaire général de l’Elysée, le 20 septembre 2014, au sujet de ce déjeuner du 24 juin 2014, est publié dans Le Monde. Puis, dans la foulée, Lhomme et Davet font écouter l’enregistrement aux journalistes de l’AFP, BFM et France 2. Jouyet reconnaît, un tantinet penaud, qu’il a bien rencontré, le 20 septembre 2014, des journalistes… mais c’était off. Il ignorait que ses propos allaient être rendus publics.  Eh bien, c’est raté. Voilà de quoi être inquiet et perplexe quand on découvre qu’un secrétaire général de l’Elysée fasse preuve de tant de candeur face à Davet et Lhomme qui ne sont pas des enfants de cœur. N’est-ce pas Davet qui déclarait à Libération le 19 novembre 2014 : "Quand Mediapart sort une info, ça me fait mal." Avant d’ajouter être prêt "à aller en prison pour une bonne info" ? Galopent les vacances. L’automne. Jusqu’à ce début novembre 2014 où se déroule la première phase judiciaire du futur procès. En clair, il s’agit d’une audience de référé, présidée par Jean-Michel Hayat, le président du Tribunal de grande instance de Paris. D’emblée, François Fillon, via Me Versini-Campinchi, confirme qu’il dépose plainte contre son ancien ami Jouyet et les deux journalistes du Monde. Et il demande d’avoir accès au fameux enregistrement où Jouyet le mettrait en cause. "C’est le droit normal de la victime", estime le conseil de l’ancien Premier ministre. Et de marteler que cette "affaire n’est pas du ressort du droit de la presse puisque les deux journalistes ont détruit eux-mêmes le secret de leurs sources."


Me François Saint-Pierre, conseil de Davet et Lhomme, s’y oppose. "La démarche de l’ancien Premier ministre est incongrue", plaide-t-il. Finalement, seul le passage de l’enregistrement concernant le déjeuner du 24 juin 2014 devrait être écouté lors de l’audience de ce jeudi 28 mai. A coup sûr, les débats ne seront pas un long fleuve tranquille. L’affrontement entre Fillon et Jouyet  risque d’être violent. Tout comme le sera celui aura lieu entre le député de Paris et les journalistes. Déjà, Me Versini-Campinchi ne s’est pas privé de qualifier ces derniers de "supplétifs de la police", ce qui n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, un compliment.  De son côté, Jean-Pierre Jouyet qui a évolué dans ses déclarations, admettant finalement avoir effectivement abordé avec Fillon l’affaire Bygmalion, sera passé à la question. Comment lui, a-t-il pu croire, comme il l’a dit, ne pas avoir su qu’il était enregistré ? Peut-être à l’insu de son plein gré ? Etait-il naïf à ce point ? On peut en douter. Ultime question : Jouyet a-t-il prévenu son ami Hollande que deux journalistes du Monde venaient lui rendre visite ? Si oui, pour quels motifs précis ? Une certitude en tout cas : les couples Jouyet et Fillon, qui se recevaient il n’y a pas si longtemps encore, ne se reverront plus de sitôt…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 29/05/2015 - 06:36
Fillon n'a pas la "haine" de Sarkozy.
Dire cela c'est déjà dire qu'il est probablement coupable de ce coup bas, ce qu'intimement je sais qu'il n'est pas. C'est aussi transformer un droit a la critique normal en obligation de sujétion. Sarkozy a été plutôt mauvais, il a officiellement déclaré qu'il quittait la politique, place j’espère a meilleur que lui, ou alors on va se retrouver avec le moral encore plus dans les chaussettes.
Anouman
- 28/05/2015 - 22:14
Fillon
Pourquoi sa haine finirait-elle? D'autant qu'il doit avoir mauvaise conscience d'avoir été son "toutou" pendant cinq ans sans jamais envisager le conflit. Mais Sarkozy ne peut inspirer que la haine, pour les gens qui réfléchissent un peu, ou l'idolâtrie pour les limités du QI.
Evidemment , le problème c'est que les limités du QI sont assez nombreux, surtout à l'UMP.
jurgio
- 28/05/2015 - 15:48
Fillon n'y gagnera pas grand chose et son aversion préférera
faire rempiler un gros-plein-d'soupe plutôt qu'une personne de son parti. La Gauche a encore de beaux jours.