En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 9 heures 1 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 11 heures 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 37 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 14 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 43 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 19 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 18 heures 46 min
© Reuters
La hausse des salaires est en réalité une baisse.
© Reuters
La hausse des salaires est en réalité une baisse.
Pouvoir d'achat fictif

La hausse des salaires qui n’en était pas : pourquoi les chiffres du ministère du Travail ont été interprétés à tort

Publié le 18 mai 2015
Selon de nombreux observateurs, les salaires français continuent leur progression malgré la crise, ce qui serait constitutif d’un "French paradox". Pourtant, et en regardant la composition de l’emploi français de plus près, la hausse des salaires est en réalité une baisse.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon de nombreux observateurs, les salaires français continuent leur progression malgré la crise, ce qui serait constitutif d’un "French paradox". Pourtant, et en regardant la composition de l’emploi français de plus près, la hausse des salaires est en réalité une baisse.

Au mois de mars dernier, la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques - Ministère du Travail) publiait une étude concernant les salaires, et indiquait alors : "L’indice du salaire mensuel de base de l’ensemble des salariés (SMB) croît de 0.1% entre les mois de septembre 2014 et décembre 2014, soit de 1.4% sur un an". Sur cette base, de nombreux commentaires faisaient alors état du paradoxe français ; malgré une situation économique de crise, les salaires continuent de progresser dans le pays, ce qui serait un sérieux frein pour le retour à la compétitivité.

Pourtant, dès l’année 2013, une étude publiée sous l’enseigne du Bulletin de la Banque de France, et menée par l’économiste Gregory Verdugo, s’interrogeait sur cette même question :

"À la suite du fort ralentissement de la croissance en France depuis 2009, plusieurs observateurs ont souligné l’absence apparente de réponse des salaires réels au cycle en France, sur longue période, et particulièrement durant la crise récente.".

La crise serait impuissante à contrer la forte propension des salaires français à augmenter ? L’économiste va faire voler ce constat en éclats. En analysant l’ensemble de la période de crise, c’est une autre réalité que celle de la hausse des salaires qui va être dévoilée.

Dans un premier temps, il va s’agir de dénoncer le "biais d’agrégation", c’est-à-dire le fait de mesurer un salaire moyen pour toutes les personnes qui sont employées sur une période définie. Car, à l’évidence, les personnes qui étaient salariées avant la crise ne sont pas les mêmes que celles qui sont salariées aujourd’hui. Parce que le chômage n’a pas affecté les français de la même façon :

"Les séries de salaire moyen étant calculées à partir de la population employée, elles sont affectées non seulement par les évolutions de salaires mais également par les changements de composition de la population en emploi. Or, lors des périodes de ralentissement, la hausse du chômage a historiquement toujours eu tendance à se répercuter de manière plus importante sur les salariés les plus jeunes, les moins qualifiés et, plus généralement, sur ceux ayant un salaire moins élevé."

Pour l’exemple, entre 2008 et 2011, la composition des personnes en emploi, en France, a été modifiée. Alors que les ouvriers représentaient 29.8% du total en 2008, ils ne sont plus que 28,3% en 2011. Inversement, les cadres représentaient 16.2% de l’emploi total en 2008, contre 17.6% en 2011. Ce qui apparaît en miroir, c’est la hausse du chômage des ouvriers, notamment des moins qualifiés, et la relative stabilité du chômage des cadres :

INSEE. Taux de chômage par catégorie socioprofessionnelle.

Cliquez pour agrandir

Et lorsque le marché de l’emploi se trouve vidé de ses ouvriers, et "enrichi" en cadres, le salaire moyen va logiquement augmenter :

"La force de travail devenant en moyenne plus âgée et plus qualifiée, les changements de composition tirent le salaire moyen vers le haut lorsque le chômage augmente."

Par voie de conséquence, il apparaît que la seule mesure du salaire moyen ne suffise plus à capter la réalité de la dynamique en cours. La mesure de la structure même du marché de l’emploi doit également être prise en compte.

Il va alors être procédé à une évaluation de la progression des salaires à structure constante, c’est-à-dire en considérant que la composition du marché de l’emploi entre ouvriers, employés ou cadres est la même, entre le début et la fin de la période considérée. Et le résultat se trouve alors inversé par rapport aux premières conclusions:

"Nous trouvons que les effets de composition expliquent la totalité de la hausse du salaire réel moyen observée : le salaire moyen à composition constante augmente de moins d’un point entre 2008 et 2009 et diminue par la suite, baissant de 0,8 % entre 2009 et 2011"

La transformation de la structure d’emploi pendant la crise, c’est-à-dire la sur-représentation des ouvriers parmi les personnes qui quittent le marché de l’emploi, et donc la calcul du salaire moyen, explique "la totalité" de la hausse des salaires.  

Par contre, et si la structure de l’emploi était restée inchangée, la baisse des salaires aurait été de -0.8% entre 2009 et 2011.

Le "french paradox" n’en est donc pas un. Contrairement à certaines idées reçues, les salaires baissent en France. Et la hausse du salaire moyen ne fait finalement que masquer la hausse du chômage des plus fragiles. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires