En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 42 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 10 heures 15 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 11 heures 18 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 13 heures 9 sec
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 16 heures 9 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 16 heures 58 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 9 heures 57 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 42 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 6 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 16 heures 2 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 59 min
 Le djihadiste français Gilles Le Guen.
 Le djihadiste français Gilles Le Guen.
Bretagnistan

Procès de Gilles Le Guen, le djihadiste breton de 60 ans qui ne rentre dans aucune catégorie des “nouveaux islamistes”

Publié le 15 mai 2015
Arrêté en avril 2013 par les troupes françaises de l'opération Serval au Mali, le portrait de Gilles Le Guen a fait la une de la presse. Et pour cause, le profil de ce djihadiste intrigue : 60 ans, Breton, ancien marin... et combattant d'AQMI.
Farhad Khosrokhavar est directeur d'études à l'EHESS et chercheur au Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (Cadis, EHESS-CNRS). Il a publié de nombreux ouvrages dont La Radicalisation (Maison des sciences de l'homme, 2014)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Bouchard est psychologue et criminologue spécialiste des agresseurs et des victimes. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Farhad Khosrokhavar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Farhad Khosrokhavar est directeur d'études à l'EHESS et chercheur au Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (Cadis, EHESS-CNRS). Il a publié de nombreux ouvrages dont La Radicalisation (Maison des sciences de l'homme, 2014)...
Voir la bio
Jean-Pierre Bouchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Bouchard est psychologue et criminologue spécialiste des agresseurs et des victimes. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arrêté en avril 2013 par les troupes françaises de l'opération Serval au Mali, le portrait de Gilles Le Guen a fait la une de la presse. Et pour cause, le profil de ce djihadiste intrigue : 60 ans, Breton, ancien marin... et combattant d'AQMI.

Atlantico : Le djihadiste français Gilles Le Guen, un ancien marin breton âgé de 60 ans, est jugé actuellement pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". On a beaucoup insisté sur l'originalité de cet islamiste, qui ne correspond pas au profil-type. En quoi est-il atypique ?

Jean-Pierre Bouchard : Il est atypique parce qu’il est plus vieux que la base des nouveaux djihadistes actuels qui sont, en général, plus jeunes voire beaucoup plus jeunes. Il est breton de souche, comme l’illustre son nom, ce qui est loin d’être la caractéristique dominante chez les djihadistes. C'est quelqu’un qui a beaucoup voyagé, en travaillant pour la marine marchande, et notamment dans tout le bassin des pays musulmans. Il a également basculé tard, il s’est converti au début des années 80 et s’est radicalisé plus tard. Après, on retrouve chez lui un discours assez classique, commun à tous les extrémistes religieux : la référence absolu à Dieu, à ce qu’il dit être des injustices, notamment de l’occident envers les musulmans. La plupart de ces extrémistes ont ces croyances très ancrées en eux, parfois elles induisent une distorsion de la réalité dans la pensée : ils vont regarder des réalités géopolitiques très schématiquement en sélectionnant ce qui cautionne leur cause, et à partir de là certains admettront l’idée, contradictoire, que pour réaliser un objectif humain ils seront prêts à être très violents et même à tuer d’autres humains avec qui ils ne sont pas d’accord. Et là on trouve tout l’esprit de cette radicalité. C’est comme ça qu’on voit des gens qui se radicalisent malgré l’absence de culture musulmane préalable, en France ils sont estimés à 3000-4000 par an, bien qu’il existe un chiffre noir qu’on ne connaît pas. Après, il faut être réservé car on ne sait pas du tout jusqu’à quels extrêmes est allé Gilles Le Guen, la justice le dira.

Son profil est très rare car cette forme de radicalisation et de combat idéologique guerrier, très organisé, au nom de l’islam est assez récente. Dans la jeunesse de Le Guen, on n’en était pas encore là. C’est quelque chose qui est apparu pendant sa quarantaine ou cinquantaine, période qui coïncide avec l’émergence de nombreux mouvements prenant cette forme radicale. Ce qu’on peut également noter chez Le Guen, c’est que toute sa vie tourne autour de l’islam, il est parti s’installer en terre musulmane, sa femme est marocaine, il a cinq enfants, on sent qu’il est dans une dynamique de vie qui n’a plus rien à avoir avec sa Bretagne originelle.

Selon un rapport du "Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam", la catégorie d'âge des candidats au djihad la plus majoritaire est celle des jeunes de 15 à 21 ans. Le rapport explique ce résultat par la "fragilité" psychologique liée à cet âge, et le fait qu'ils se posent "des questions sur le sens de leur vie". Comment expliquer l'engouement actif de Gilles Le Guen ?

Farhad Khorsokhavar : Il faut d’abord être très critique envers le rapport dont vous parlez. Sur quelle base est-il constitué ? Sur la base d’une ligne verte, à laquelle les familles téléphonent car le fils ou la fille est en danger, ce sont donc, pour l’écrasante majorité des gens qui vivent à l’intérieur de la cellule familiale, des jeunes donc. Cela fait donc baisser l’âge moyen de manière artificielle car tous ceux qui sont isolés, à l’extérieur d’une famille, ne sont pas inclus. Il ne faut pas prendre ce rapport comme parole d’évangile car il a été fait sur 160 appels téléphoniques à cette ligne.

On dispose de statistiques fiables, en Europe et aux Etats-Unis, concernant l’implication des jeunes dans l’islamisme. Or le profil de Gilles Le Guen est atypique, car la plupart des européens impliqués là-dedans n’ont pas encore la quarantaine. D’habitude, on retrouve des gens d’un certain âge dans ce qu’on peut appeler la hiérarchie supérieure du djihadisme, Ben Laden par exemple. Pour un soldat de base, Le Guen ne correspond absolument pas à la moyenne d’âge. Gilles Le Guen, compte tenu de sa biographie, peut sembler un peu perdu, ce n’est pas forcément quelqu’un qui a des troubles mentaux, mais il semble désorienté, il s’est marié plusieurs fois, dont la dernière fois avec une femme beaucoup plus jeune. On est dans une situation où il semble déconnecté avec le sens de la réalité, il a vécu une profonde rupture avec la France. Dans tous les cas de figure, son profil est exceptionnel et ne peut être étendu aux autres. Il n’est pas significatif statistiquement, c’est un cas marginal qui ne s’est pas reproduit parmi les soldats de base de la constellation djihadiste. D’ailleurs, à son âge, on ne peut pas vraiment être un soldat efficace au maniement des armes comme un jeune de 20 ans. Il a également eu une relation assez trouble avec les djihadiste, puisqu’il a été soupçonné par ces derniers d’être un espion français. Il sera désormais jugé par la justice française, mais il reste à part.

Le même rapport sus-cité évoque la dépression comme trouble mental le plus répandu parmi les candidats au djihad. Ce résultat se retrouve-t-il pour Gilles Le Guen ? Que pensez-vous de cette conclusion ?

Jean-Pierre Bouchard : Je pense qu’il est très difficile d’être généraliste, et je ne le suis pas. Il y a un tas de gens qu’on ne connaît pas, ce fameux chiffre noir. Rencontrer des déprimés qui se sont convertis est plus facile car les déprimés se plaignent de la souffrance liée à la dépression. Mais je pense qu’il y a des gens, au moins aussi nombreux si ce n'est plus, qui ne le sont pas et qui adhèrent à cette idéologie pour ce qu’elle est : une idéologie anti-occidentale, en désaccord avec les valeurs de la démocratie, de l’égalité entre l’homme et la femme, du doute sur l’existence de Dieu, des libertés individuelles etc. Ces idées ne correspondent pas à celles de ces gens, et ils souhaitent donc les combattre, ce qui n’est pas du tout lié à une quelconque dépression. Il y a bien une idéologie sous-jacente qui se propage. Après, il y a souvent une manipulation de personnes naïves certes, cela se voit dans les vidéos de Gilles Le Guen, qui, pour quelqu'un d'intellectuel, apparaissent comme des récitations simplistes. Ses discours sont simples, se réfèrent à Dieu, parlent de l’occident injuste etc, quelque chose d’assez courant. Il n'y a rien de nouveau dans les récitations de Le Guen, dans son discours qui se veut pacifique et humaniste alors qu’il y a une kalachnikov à ses côtés. Le personnage est contradictoire, mais c’est un garçon intelligent, qui n’est pas déficient intellectuellement. Après, il y a toujours une part de narcissisme dans le fait d’être le porte-parole d’une cause et c’est une façon, pour certains, de s’illustrer, bien que je ne connaisse pas Gilles Le Guen. Tout le problème est que ces phénomènes se multiplient, Le Guen en est l’illustration, au-delà du fait qu’il soit un peu différent, son discours est très classique, il n’a qu’à se déguiser avec sa barbe, son chèche et son drapeau noir. Est-il crédible à fond ? On ne sait pas parce que même certains djihadistes ont pensé qu’il était un espion. Il est un peu pris entre les deux fronts par moment, car même sa conversion n’a pas été prise au sérieux par tout le monde du côté des islamistes.

Farhad Khorsokhavar : Au sujet de la dépression, les gens qui téléphonent à cette ligne verte sont, en majorité, des gens de classe moyenne. Ce ne sont pas des jeunes de banlieue car leurs familles n’en ont pas l’habitude, ne sont pas au courant etc. Il n’y a qu’environ 15% d’appels émanant de familles de banlieue et cela n’est pas représentatif car les familles ne téléphonent juste pas. C’est un autre biais de ce rapport, sérieux mais pas représentatif de l’ensemble. Donc pour la dépression, cela vient surtout de ce qu’il convient, plus ou moins, d’appeler le malaise des classes moyennes, on ne peut l’étendre indûment aux autres jeunes, ceux de banlieue par exemple, qui peuvent avoir d’autres états d’âme.

Si l'on retrouve une caractéristique commune entre Le Guen et les autres convertis djihadistes, c'est bien sur le fait qu'il n'aient pas de parents musulmans. Comment expliquez cette attirance des convertis pour les dérives fondamentalistes ? Depuis quand observe-t-on ce phénomène, et qu'est-ce qui a pu l'enclencher ?

Farhad Khorsokhavar : Encore une fois, son cas ne relève pas de la norme car il est très âgé. Il s’est converti il y a 33 ans, donc vers 27 ans, la tranche d’âge habituelle de la conversion. Après sa conversion, l’islam est devenu le point de mire de sa vie, et son passage d’un islam classique au djihadisme ne revêt pas les caractéristiques les plus courantes. Désormais, parmi ceux qui optent pour la conversion, on observe souvent des passages direct et sans transition à l’islam radical. On ne devient pas musulman modéré, puis fondamentaliste et enfin djihadiste. Chez les jeunes de banlieue comme chez les post-adolescents de classe moyenne, on voit bien qu’il y a, au début, la volonté du départ en Syrie. Les garçons admirent la virilité des combattants, les filles la défense d'une "cause humanitaire", c’est un stade de pré-djihadisme sans véritable maturation d’un islam modéré ou fondamentaliste vers le djihadisme. Gilles Le Guen est atypique car il a mis 30 ans à devenir un islamiste radical, son cas est fait d’exceptions et de contre-normes.

Pour ce qui est des convertis djihadistes, ce n’est pas vraiment nouveau. On en trouve déjà dans les années 90 avec le gang de Roubaix, où un certain Dumont, qui est un converti, s’était rapidement tourné vers le djihadisme, notamment en allant combattre en Bosnie. Ce phénomène existe depuis cette époque-là. La nouveauté vient de l’intensification. Avant, seulement 10% des convertis se tournaient vers cela, maintenant on est peut-être, si l’on en croit les statistiques internationales, dans les 30%. C’est un phénomène occidental, moins présent en Amérique du Nord, mais présent partout en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, Norvège etc). Il y a une fascination pour l’islam radical chez les jeunes de confession non-musulmane, on a même vu des conversion de jeunes juifs vers le djihadisme.

Jean-Pierre Bouchard : Gilles Le Guen a été mis en contact avec l’islam surtout par le biais de ses voyages professionnels, grâce à la marine marchande. Il serait resté en Bretagne, il n’aurait pas forcément été confronté à cela et ne se serait peut-être pas converti. Il y a beaucoup de cas de convertis d’origine non-musulmane qui ont eu un contact de cette façon, dans les quartiers par exemple où il y a un très forte population musulmane, mais également sur internet où il y a désormais un fort terreau. Pour capter ces gens-là, l’islam est présenté plus ou moins comme la religion miracle qui permettra à l’humanité de guérir de tous ses maux et l’occident est vu comme le démon. Quand les choses sont présentées ainsi, de façon biaisée, certains esprits peuvent se trouver convaincus et affirmer rétablir la bonne marche des choses par la violence. Si ces gens n’avaient pas rencontré l’islam à un moment ou à un autre, ils ne seraient pas devenus islamistes car on ne peut pas adhérer à des choses qu’on ne connait pas et avec lesquelles on n’a pas de contact. Ce sont des phénomènes nouveaux en Europe car il y a aujourd’hui une présence de l’islam, avant on ne rencontrait pas ces phénomènes parce qu’il n’y avait pas ce contact humain, idéologique, et maintenant cybernétique (qui lui est mondial). C’est complexe mais on ne peut pas résumer ça au fait qu’il y ait des gens déprimés. La plupart des dépressifs ne voient pas le bout de leur existence et le plus gros risque pour eux c’est le suicide, et ça ce n’est pas idéologique. 

En quoi constituent-ils des proies intéressantes pour les recruteurs de l'Etat islamique ?

Farhad Khorsokhavar : D’une part, cela leur fourni des soldats, sur leurs 50.000 hommes, il y a pratiquement 20.000 soldats étrangers, dont 3000 à 4000 sont des Européens. Si on n’avait pas pris des mesures contre ces flux, le nombre aurait encore grossi pour dépasser ces 40%. De plus, cela leur donne une légitimité sur le plan symbolique. Mais également une capacité à travailler sur internet, notamment pour attirer encore d’autres recrues. Ce travail sur la toile est surtout assuré par de jeunes occidentaux qui savent comment faire pour programmer, filmer etc. Cela les modernise aussi. A cela il faut ajouter également le phénomène récent de jeunes filles européennes, qui, apparemment, pourraient représenter le quart des nouvelles recrues occidentales. Tout cela s’agglutinant à une forme de romantisme exotique, mais régressif, autour de l’exaltation de la guerre sainte.

Jean-Pierre Bouchard : Pour eux, il s’agit d’une audience nouvelle qui permet de dire que même les gens qui ne sont pas liés naturellement à l’islam y adhèrent et pensent comme eux. Ils leur servent de caution. On dit que certains convertis peuvent se radicaliser encore d'avantage, et devenir des combattants plus extrêmes. C’est toujours pareil, les gens qui n’ont pas de connaissance à la base et adhèrent à une théorie appauvrie, peuvent aller plus vite dans l’escalade. Après, je n’ai pas de statistiques là-dessus, mais la théorie existe. En tout cas, pour les djihadistes cela fait toujours plus de monde qui adhère à leur cause.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/05/2015 - 11:22
Ce salopard a combattu nos propres soldats
C'est donc un traitre de la pire espèce, condamné à 8 ans il en fera la moitié. Ce type aurait du être descendu par nos militaires c'u'est la que l'on regrette que la peine de mort soit aboli dans certains cas. En 14-18 il aurait été fusillé sur le champs, juste le prix d'une balle au lieu d'années de prisons au frais du contribuable. De plus en prison, il se fera un plaisir de convertir qq prisonniers qui eux mêmes combattrons nos soldats...et notre société.
le Gône
- 15/05/2015 - 09:54
mais si y'a une categuorie...
celle des "connards abrutis"