En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La loi du boomerang

M. Cambadélis me traiterez-vous de "xénophobe" si je vous critique ?

Publié le 14 mai 2015
Le premier secrétaire du PS est sur le sentier de la guerre. Avec une arme de dissuasion massive…
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier secrétaire du PS est sur le sentier de la guerre. Avec une arme de dissuasion massive…

Cher M. Cambadélis,

Vous vous en prenez, plutôt durement, à Nicolas Sarkozy qui a dénoncé, lui aussi plutôt durement, la réforme du collège initiée par Najat Vallaud Belkacem. A la guerre comme à la guerre et c'est de bonne guerre. Dans votre arsenal vous disposez d'une arme secrète. Et pour la première fois, vous en avez fait un usage dévastateur. "Nicolas Sarkozy s'attaque à Najat Vallaud Belkacem parce qu'elle s'appelle Belkacem… et ça c'est "xénophobe."

Il en va de certaines armes comme des boomerangs. Vous savez ceux qui reviennent dans la tronche de celui qui les a lancés… En critiquant Sarkozy n'êtes-vous pas vous-même "xénophobe" ? En effet, pas plus que Mme Belkacem, l'ancien chef de l'état n'est ce qu'on pourrait appeler un français pur sucre. Dans son genre il est plutôt métèque balkanique et un peu juif sur les bords. Vous vous rendez compte, M. Cambadelis, sur quelle pente fatale vous vous engagez ?

Parmi ceux qui ont dénoncé la réforme du collège et des programmes, il y a Pierre Nora et Alain Finkielkraut. Eux aussi sont "xénophobes" ? Et quand je vous parlais de boomerang, voyez ce qu'il peut advenir avec ces deux-là ? Najat Vallaud Belkacem les a traités de "sous-intellectuels". Comme elle, Nora et Finkielkraut ne sont pas vraiment de "souche". Imaginez qu'en suivant votre implacable logique ils traitent la ministre de l'Education Nationale "d'antisémite"? Mais on va où là M. Cambadelis ?

LIRE AUSSI - Et maintenant la “xénophobie” anti-Belkacem… quand la gauche démontre qu’il ne lui reste plus d’autre logiciel idéologique que sa posture anti-fasciste

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé qui a beaucoup enquêté en France, il est capable que vous soyez atteint de la "maladie de la gauche folle". Elle fait des ravages en France, rien qu'en France. Cette pathologie facilement transmissible est une forme de paranoïa bien de chez nous. Chez le sujet atteint, elle se caractérise par une multiplication récurrente de visions effroyables.

Le malade voit des hordes de fascistes partout. Et quand les fascistes disparaissent de son champ de vision, ils sont remplacés par des racistes encore plus nombreux. Et quand les racistes quittent la scène, apparaissent en quantité appréciable les "xénophobes". Il y aussi, chez les plus atteints, des cas où ces différents monstres se fondent (fascistes, racistes, xénophobes) pour ne plus faire qu'un. Des créatures de cauchemar issues d'une population de Frankenstein avec Dracula.

Vous voyez, M. Cambadélis, sur quelles étranges figures peut déboucher votre dénonciation des "xénophobes" ? Par ailleurs, comme vous avez dû le remarquer, je me garde bien de vous critiquer. Vous avez en effet un nom à consonance Grecque et je ne tiens pas à être rangé dans l'affreuse catégorie des "xénophobes". En même temps je vous suggère de prendre en considération le fait que je m'appelle Rayski. Comme vous, comme Mme Belkacem, je suis inattaquable. Na !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 15/05/2015 - 07:32
C'est couillon !
Rayski me la ôter de la bouche, Candadelis,ça doit être grec. Et Holland ne serait ce Battave ou Frison ?
Anouman
- 14/05/2015 - 23:24
Xénophobie
Il n'a pas tort B. Rayski mais il oublie une chose. C'est que si Mme Belkacem s'appelait Ginette Dupont, avec un arbre généalogique remontant sur 400 ans dans la région de Joinville le Pont (par exemple...) eh bien on dirait que les attaques contre sa loi sont sexistes (et de nos jours c'est pareil que raciste, xénophobe, anti-sémite, islamophobe, etc.) C'est tout l'intérêt d'avoir dans un gouvernement des femmes et des personnes issues "de la diversité" comme on dit. Et si ce sont les deux, jackpot. Sarkozy l'avait bien compris et Hollande l'a bien observé.
Texas
- 14/05/2015 - 20:54
Manovilsky
" Accusez vos adversaires de fascisme ( comme le fait Cambadelis ) , le temps qu' ils se justifient , vous avez tout le loisir de leur porter de nouvelles attaques " . Dimitri Manovilsky , dirigeant du Komintern . La recette a fait ses preuves depuis longtemps , donc rien de nouveau pour un Socialiste !