En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 40 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 38 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 14 heures 57 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 13 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 2 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 12 heures 52 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 13 heures 52 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 14 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 14 heures 58 min
Bonnes feuilles

Pilleurs d'Etat : le "tour extérieur", ce graal financier qui permet aux élus d'avoir un autre boulot... sans bosser

Publié le 14 mai 2015
Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25 ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d’impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d’intérêts et d’activités bidons et tant d’autres petits arrangements entre amis... Extrait de "Pilleurs d'Etat", publié aux éditions Max Milo (1/2).
Adjoint au maire d’Évry Manuel Valls, ancien conseiller régional, chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot milite pour une réelle transparence de l’exercice politique.Il est l’auteur avec Graziella Riou Harchaoui de Délits d’élus, tome 1 : 400...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Pascot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adjoint au maire d’Évry Manuel Valls, ancien conseiller régional, chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot milite pour une réelle transparence de l’exercice politique.Il est l’auteur avec Graziella Riou Harchaoui de Délits d’élus, tome 1 : 400...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25 ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d’impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d’intérêts et d’activités bidons et tant d’autres petits arrangements entre amis... Extrait de "Pilleurs d'Etat", publié aux éditions Max Milo (1/2).

L’inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN) est un corps placé sous l’autorité directe du ministre de l’Éducation nationale. Composée de 14 groupes disciplinaires et de spécialités, elle assure une mission permanente de contrôle, d’étude, d’information, de conseil et d’évaluation.

Les inspecteurs généraux de l’Éducation nationale sont recrutés parmi les fonctionnaires de catégorie A. Les candidats doivent justifier de dix années de service dans l’Éducation nationale, dont cinq d’enseignement, être titulaires d’un doctorat, d’une habilitation à diriger des recherches, d’une agrégation et avoir atteint au moins l’indice brut 901 dans l’échelonnement de leur corps d’origine.

On le voit, être membre de l’IGEN est réservé à des fonctionnaires méritants et hautement qualifiés. Ils participent au contrôle des personnels d’inspection, de direction, d’enseignement, d’éducation et d’orientation. ils prennent part à leur recrutement et à l’évaluation de leur activité. Ils jouent aussi un rôle important dans la réflexion sur les programmes scolaires, dans l’observation, l’évaluation et la diffusion des pratiques pédagogiques. Un organisme reconnu dans lequel viennent se glisser régulièrement quelques élus.

La loi n° 84-834 du 13 septembre 198471 a institué un recrutement dit « au tour extérieur ». Cette loi donne la possibilité au gouvernement, et à sa discrétion, de nommer des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale sur proposition d’un ministre entérinée par un décret signé du président de la République, dans une proportion de un poste sur cinq mis en concours, sans autre condition que celle de l’âge des candidats, 45 ans au minimum.

On compte ainsi parmi eux : Jean-François Raynal, viceprésident du conseil général des Yvelines, Jean-Luc Miraux, ancien sénateur de l’Eure, Juliana Rimane, ex-députée de Guyane, Léon Bertrand, ancien ministre, Emmanuel Hamelin, ex-député du Rhône, Arnaud Teullé, ancien candidat à la mairie de Neuilly-sur-Seine, Christian Demuynck, sénateur de la Seine- Saint-Denis, Jean Germain, sénateur d’Indre-et-Loire, ex-maire de Tours, décédé le 7 avril 2015 (voir supra), entre autres, ont tous été nommés IGEN (inspecteur général de l’Éducation nationale) au tour extérieur.

Le salaire moyen net d’un IGEN au tour extérieur est de 3 800 euros par mois ; il grimpe à 6 000 euros en fin de carrière. Les contraintes pour ces heureux « nommés » par le fait du prince sont très élastiques, aussi bien sur le temps passé que sur la masse de travail à fournir.

À tel point qu’en 2011, un courrier de trois pages émanant du Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, est envoyé au Premier ministre François Fillon afin de dénoncer les dérives constatées au sein des nominations et de pointer quelques exemples : Jean Germain et Léon Bertrand, le premier nommé par François Mitterrand et le second par Jacques Chirac. De l’ensemble des éléments réunis au cours de l’instruction, il ressort que l’on ne trouve pas beaucoup de traces du travail effectué par ces deux élus. Jean Germain n’a ainsi fourni que quelques feuillets en dix-huit ans de « travail » tandis que Léon Bertrand ne comptabilise que quelques réunions… et toutes à partir du moment où il a eu vent d’une enquête sur le sujet. Bizarrement d’ailleurs, ces deux élus ont fait valoir leur droit à la retraite dès que la Cour des comptes a envoyé son rapport.

On relève aussi, noir sur blanc, dans ces trois pages alarmistes, que sur 12 IGEN nommés au tour extérieur entre 2002 et 2008, cinq d’entre eux font preuve « d’insuffisances professionnelles telles qu’ils ne sont pas en mesure d’acquérir les compétences nécessaires au bon accomplissement des taches techniques confiées aux inspecteurs généraux de l’Éducation nationale ».

Manière élégante pour ajouter l’incompétence à des emplois (presque) fictifs et très bien payés.

Pour habiller ces « nominations » on a pourtant pris la précaution de demander l’avis d’une commission qui doit apprécier et statuer sur leur pertinence. Mais l’avis n’est que consultatif et le rapport de la Cour des comptes remarque que lorsqu’elle émet des réserves justifiées sur l’aptitude de deux candidats à exercer les fonctions d’inspecteur général (Juliana Rimane et Abderrahmane Dahmane), la commission n’est pas suivie et les candidats sont tout de même nommés…

D’autres placards dorés

Il n’y a pas que l’IGEN pour améliorer l’ordinaire d’élus déjà bien lotis ; on nomme ainsi à tout-va et à vie par le même procédé des inspecteurs des finances, des inspecteurs aux affaires sociales (IGAS), des inspecteurs de l’Administration (IGA), des conseillers à la Cour des comptes, des conseillers au Conseil d’État, etc. Un tas d’endroits de renom où des élus et des « bien en cour » peuvent finir une carrière tranquillement ou attendre des jours électoraux meilleurs, ou simplement pantoufler tel Arno Klarsfeld nommé au Conseil d’État grâce à Nicolas Sarkozy. À la Cour des comptes74 on peut aussi rencontrer Jean-Louis Bourlanges (ancien député européen) ou Alain Lambert qui cumule avec la fonction de président du conseil général de l’Orne.

Notons cependant que certains sont recalés : Dominique Tibéri, fils de l’ancien maire de Paris, s’est ainsi vu refuser sa nomination au contrôle général économique et financier par le Conseil d’État pour « compétence insuffisante ».

Extrait de  "Pilleurs d'Etat", de Philippe Pascot, publié aux éditions Max Milo, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 14/05/2015 - 23:36
Tour extérieur
Et ce n'est pas demain que ce sera supprimé puisque toute la classe de ceux qui peuvent prétendre au pouvoir en profitent ou en profiteront peut-être un jour. On ne scie pas la branche sur laquelle on est assis. Mais pendant que les sympathisants de ces partis se lancent de vertes invectives les patrons s'entendent comme larrons en foire pour conserver leurs privilèges.
john mac lane
- 14/05/2015 - 19:35
Un adjoint au maire d'Evry dénonce l'incurie c'est une blague?
La semaine dernière Valls nommait un préfet sans préfecture. L'ancien secrétaire de la mairie d'Evry.
Un préfet fantôme d'une préfecture fantôme payé a faire des colliers en macramé.
Entre un ex-maire (Valls) parachuté et un secrétaire nommé par le fait du prince, l'auteur avait un entourage......Bien informé. http://lequidampost.fr/nouveau-prefet-du-departement-hors-cadre/
jemima
- 14/05/2015 - 19:26
toute la société française est gangrénée ..
... et perdue ... autour de moi je ne vois que des profiteurs ou des résignés .. comment de telles infos ne font pas plus de bruit ? ... incompréhensible ...