En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
info atlantico
© Reuters
 Sophie Hatt, cheffe du GSPR.
Insécurité à l'Elysée

Guerre à la tête du GSPR : chuchotements, soubresauts et bavures autour de la protection de François Hollande

Publié le 15 mai 2015
Ça tangue au GSPR, chargé de la protection de François Hollande. Selon une règle non écrite, la cheffe du groupe devait quitter ses fonctions début janvier 2015, et être remplacée par son adjoint, un colonel de gendarmerie. Lequel attend toujours le poste pourtant promis par le président. D’où des tensions entre policiers et gendarmes qui composent paritairement le groupe.
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ça tangue au GSPR, chargé de la protection de François Hollande. Selon une règle non écrite, la cheffe du groupe devait quitter ses fonctions début janvier 2015, et être remplacée par son adjoint, un colonel de gendarmerie. Lequel attend toujours le poste pourtant promis par le président. D’où des tensions entre policiers et gendarmes qui composent paritairement le groupe.

Que se passe-t-il au GSPR, autrement dit le groupe de sécurité du président de la République ? Il semble que les relations entre les 30 gendarmes et les 30 policiers chargés de veiller à la sécurité de François Hollande ne soient pas au beau fixe…La cause de cette tension aurait, entre autres, pour origine, la cheffe du GSPR, Sophie Hatt, issue de la police – elle est contrôleur général- qui n’éprouverait pas une tendresse particulière pour les membres de la Maréchaussée. Mais il y autre chose. En principe, il était acquis, depuis l’élection de François Hollande en mai 2012, selon une règle non écrite, que le GSPR devait être dirigé, tantôt par un policier, tantôt par un colonel de gendarmerie. Le système devait être le suivant : à mi –mandat du président, -soit deux ans et demi- le titulaire du poste devait laisser le poste à son adjoint.

Or, c’est là où le bât blesse, Sophie Hatt, chef du GSPR depuis juin 2012, qui eut en charge jadis la sécurité de Lionel Jospin à l’hôtel Matignon, devait quitter ses fonctions au début 2015. Tout était parfaitement huilé : à l’automne 2014, le colonel de gendarmerie Lionel Lavergne, ancien du GIGN, arrivant de Haute-Corse où il était patron du groupement de gendarmerie, avait été nommé adjoint de Sophie Hatt et désigné pour lui succéder au début de l’année 2015. Le colonel avait eu un entretien avec François Hollande. Lequel avait donné son feu vert à la nomination de l’officier supérieur de gendarmerie. Près de cinq mois ont passé. Rien n’a changé. Lionel Lavergne occupe toujours le poste d’adjoint de la patronne du GSPR, se demandant ce qu’il faisait là… alors qu’il  aurait pu obtenir une autre promotion à son départ de Corse.

Quant au président de la République, visiblement ses ordres n’ont pas été suivis d’effet. Aurait-il changé d’avis ? Le ministère de l’Intérieur dont dépend Sophie Hatt attend-il de la promouvoir à un très beau poste dans la police ? Toujours est-il que cet attentisme crée un malaise incontestable au sein du GSPR. D’autant que même si la patronne est considérée comme une excellente professionnelle, mais peu aimable, dit-on, avec les gendarmes- le tandem qu’elle est censée former avec le colonel Lavergne connait des ratés- quelques faux pas, plutôt des failles dans le dispositif de sécurité de François Hollande ont fait jaser. Mais surtout suscité quelques moqueries dans l’opinion et les médias. Est-il normal, par exemple, que le chef de l’État, ait pu être pris en photo, casque sur la tête, à côté de son scooter, en train de se rendre chez Julie Gayet rue du Cirque à quelques 150 mètres de l’Élysée ?

Car enfin, le président se trouvait seul, sans protection, pas à l’abri du geste d’un détraqué mental…Est-il normal, qu’en plein cœur du Palais présidentiel, une photo ait pu être prise d’un étage d’où l’on peut apercevoir le président et l’actrice en train de deviser au tour d’une table dans les jardins de l’Élysée ? Évidemment non… Mais là nous sommes en présence du manque de loyauté d’un membre du personnel de l’Élysée. A une ou deux reprises encore, il semble que le Président, lors de déplacements en France, ait échappé, ne serait- ce que quelques instants, à la vigilance des services de sécurité.


Il est grand temps qu’une décision soit prise au sujet du commandement du GSPR. Fondé en 1983 à l’initiative du commandant Christian Prouteau, - à l’époque, François Mitterrand était obsédé par le syndrome Allende- le groupe de protection du chef de l’État, composé uniquement de gendarmes, a plutôt bien fonctionné, la sécurité de François Mitterrand étant bien assurée, comme en témoigne le secret qui pendant des années a entouré l’existence même de Mazarine. Avec Jacques Chirac, arrivé à l’Élysée en 1995, le GSPR est devenu mixte dans sa composition : moitié de policiers, moitié de gendarmes. Avec l’élection de Nicolas Sarkozy en mai 2007, ce fut la révolution puisque le nouveau président, qui ne portait guère la gendarmerie dans son cœur, mais en pinçait beaucoup pour la police, décidera que le GSPR serait composé à 100% de policiers. Avec François Hollande, l’équilibre sera rétabli. Plus de trente ans après sa création, il serait dommageable – surtout à un moment où le terrorisme ne cesse de menacer notre pays- que le GSPR connaisse quelques soubresauts bien inutiles. Avec le risque de négliger la sécurité du chef de l’État.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

"L'Italie est en première ligne : la France solidaire mais pas à tout prix"

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 13/05/2015 - 09:52
Comme d'hab.
Gros 1er est infoutu de prendre une décision et , si par miracle il en prend une, infoutu de s'y tenir .Son problème ( et hélas, le nôtre par ricochet) c'est qu'il fuit les conflits et que la prise de décision entraîne réactions et conflits. Une solution pour son cas, démissionner ! François si tu nous lis.....
winnie
- 13/05/2015 - 07:27
Arrêtons la guerre...
il n'y a qu'a ne plus protéger cet IMPOSTEUR ,on fera des économies et les flics pourrons arrêter les délinquants des cités !
LouisArmandCremet
- 12/05/2015 - 16:49
Etoile filante...
Il paraît aussi que avant la révélation de l'affaire Gayet, Hollande sillonnait régulièrement Paris en scooter, pour aller voir d'autres personnes (féminines), à telle point que le central de la préfecture avait du mal à suivre sur les écran vidéo, le scooter présidentiel piloté par un membre de ce service. Et qu'il aurait reçu des agents de la préfecture, un surnom d'une étoile filante...

Ca semble très croustillant mais ça laisse fortement à désirer en matière de sécurité !