En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 10 min 18 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 12 min 42 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 13 min 50 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 18 min 2 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 55 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 33 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 jour 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 min 40 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 13 min 43 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 13 min 56 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 18 min 18 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 11 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 55 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 jour 10 min
© Reuters
La France a mobilisé des milliers de policiers et de militaires à la la suite des attentats du mois de janvier.
© Reuters
La France a mobilisé des milliers de policiers et de militaires à la la suite des attentats du mois de janvier.
Effet kiss cool

Alerte enlèvement : où est passée l’insécurité ?

Publié le 15 mai 2015
La France a mobilisé des milliers de policiers et de militaires à la la suite des attentats du mois de janvier, si bien qu'il n'a plus été question de criminalité "ordinaire" en France. Pourtant cette dernière n'a pas disparu, bien au contraire : elle se renforce, notamment dans les zones périurbaines.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France a mobilisé des milliers de policiers et de militaires à la la suite des attentats du mois de janvier, si bien qu'il n'a plus été question de criminalité "ordinaire" en France. Pourtant cette dernière n'a pas disparu, bien au contraire : elle se renforce, notamment dans les zones périurbaines.

Aveuglement ? Effet d'aubaine ? Depuis les attentats de janvier (Charlie Hebdo, Hyper Casher, etc.), l'insécurité - braquages, cambriolages - a quasiment disparu des discours officiels et des grands médias. Les ministres parlent de "stabilité" ; publient parfois tel chiffre pris hors contexte - les cambriolages baissent en ville, mais on tait qu'ils montent à la campagne - voilà tout.

Les grands médias d'information, eux, sont muets sur le sujet. Les millions d'euros de subventions qu'ils touchent chaque année de l'Etat les poussent-ils à cette discrétion ? Car, c'est connu, "qui paie l'orchestre choisit la musique"... Tout autant, les arrogants journalistes gauche-caviar qui trustent ces médias méprisent fort ce qu'ils tiennent pour d'anodins et négligeables "faits divers"...

Pourtant, allons sur le terrain. Nous verrons que sous l'éteignoir officiel enfle toujours plus une vague criminelle, qui pourrait déferler bientôt sur le pays. En voici les indéniables signes avant-coureurs, relevés ces derniers mois :

- Les  règlements de comptes entre voyous deviennent épidémiques. Depuis avril, ces fusillades ont fait une douzaine de morts (dont cinq à Marseille, et aussi dans le Rhône, à Trappes, Villeurbanne, Aubagne, Bobigny, Saint-Denis et Montrouge. Près de vingt hommes, (du vieillard à l'adolescent) et de femmes, ont aussi été blessés par balles à Marseille, Nice, Saint-Ouen, Bobigny, Amiens, etc. Au total, ces règlements de comptes ont bondi de + 20% de juin 2013 à mai 2014.

- Dans maintes cités chaudes, les derniers commerçants résistent, toujours plus difficilement, aux pillards et aux racketteurs.

- Dans ces mêmes quartiers hors-contrôle, des racailles lynchent les habitants à la moindre remarque ou regard de travers. Récemment, un locataire est ainsi massacré à Nanterre, en un "terrifiant déchaînement de violence".

- Près de ces zones de non-droit, des voyous embusqués aux feux rouges dépouillent impunément les automobilistes. Ces vols à la portière, la seule Seine Saint-Denis en recense "un millier en 2014".

- Au long des routes, dans des parkings, des nomades criminalisés pillent les camions - récemment, même, un stock de pièces détachées du "Rafale". Ainsi, toujours plus de camions sont braqués (fret, cigarettes, colis, cosmétiques, informatique, etc.).

- En région parisienne, "la communauté asiatique de France dénonce une hausse des agressions";

Bien sûr, l'auteur dispose, et par dizaines, de documents concrets où ces infractions sont détaillées et référencées. Voyons les cas les plus graves.

• Dans la France de 2015, les armes de guerre pullulent

Un exemple parmi cent autres. En avril dernier, dans un snack-bar marseillais servant au trafic de haschisch, la police trouve : un fusil-mitrailleur Kalachnikov avec 400 munitions, un pistolet-mitrailleur Skorpion à silencieux, un fusil de chasse, deux pistolets automatiques, Colt 45 et Zastava 32 et leurs munitions. Idem désormais, dans tout repaire de voyous ou de trafiquants.

• L'amorce d'une explosion criminelle

Pour la population, l'insécurité réelle au quotidien, ce sont les cambriolages et les braquages. Qu'en est-il aujourd'hui de ces deux infractions ?

En juin 2014, la Fédération française des sociétés d'assurances signale une "explosion du nombre des cambriolages depuis 2008" : + 50 % ! Une indéniable, analyse fondée sur les 38 millions de contrats Multi Risque Habitation.

Les "Vols à main armée" maintenant. Ils sont indéniables, car forcément repérés de divers côtés : police ou gendarmerie, mairies, médias locaux, assurances, syndicats divers. Donc, ici, pas de "chiffre noir" (différence entre infraction vécue et infraction connue).

Désormais, il s'agit d'usage de "braquages de proximité", peu risqués, plutôt que d'attaques de banques, chambres fortes, etc. Le ministère de l'Intérieur dit que ces micro-braquages baissent - affirmation risible : les outils scientifiques de la criminologie constatent qu'au contraire, ces braquages sont plus nombreux, plus violents et touchent des cibles plus diverses que par le passé.

Les sources de terrain révèlent que persistent les braquages "classiques", rapportant quelques centaines d'euros, guère plus : stations-services, pharmacies, supérettes et commerces (boulangeries, jouets, articles de sport...), bar-tabacs, restauration rapide, etc.

Or désormais, de nouvelles cibles sont visées : récemment, des braquages ont visé (un ou plusieurs) : poissonnerie, bowling, salon de coiffure, grossiste en volailles, caserne de pompiers (!), mercerie, camion à pizza, jardinerie, caviste, cinéma, thalassothérapie - et un stade de foot. Même... Le Tribunal de Grande Instance de Nancy !! - preuve flagrante, au passage, du respect qu'inspire aux voyous la justice façon Taubira.

L'auteur compte nombre de magistrats, policiers et gendarmes de terrain dans ses anciens étudiants. Tous confirment ce qu'écrit l'un d'eux, début 2015 : "Les braquages de proximité se multiplient au préjudice des supérettes, bureaux de poste, pharmacies et autres boulangeries. Dans mon ressort, pas une semaine sans un ou plusieurs de ces faits ". Or ces braquages de proximité sont toujours plus violents et adviennent en série, voire par rafales.

• Les braquages violents

Ici, les témoignages abondent. Dans les mois écoulés : "Uckange, braquage d'une rare violence... Commerçants "braqués à domicile et violemment frappés"... A Margnac-sur-Touvre "Le braqueur frappe la vendeuse à coups de pieds et de poing"... A Issy-les-Moulineaux, un distributeur de billets attaqué à l'explosif, " à 8h30 du matin quand la fréquentation des lieux est intense"... Ailleurs, les bandits "ont lancé le véhicule en feu sur l'atelier"... Lyon "Braquage à la kalachnikov dans une rue pleine de monde"... Metz "Commerçant blessé par balles lors d'un braquage"... A Courcelles-les-Lens "la caissière est gravement blessée par balles". Ainsi de suite, parmi cent cas traumatisants.

• Les braquages en série

Centre-est de la France : "cinq bijouteries braquées en moins d'une semaine".

Nantes "L'invraisemblable série de braquages se poursuit".

Arras, supermarché 8 "3e braquage en un an".

Vesoul "Plusieurs commerces braqués depuis le début de l'année".

Béthune, Saint Sébastien sur Loire "deux braquages dans la journée".

Grande Synthe "braquages en série".

Val-de-Marne : les braquages y ont augmenté de 10% en 2014.

Il en est ainsi depuis deux ans, partout en France et au quotidien.

• Qui souffre le plus de cette criminalité incontrôlée ?

Cette criminalité ravage la France périurbaine, les faubourgs, les villes satellites des métropoles et campagnes proches. Là, vit 60% de la population et 80% des classes populaires : ouvriers, employés, petits paysans ou artisans, patrons de TPE. Cette France-là souffre d'une triple insécurité :

- Physique (la criminalité),

- Economique (la crise),

- Culturelle (l'immigration).

Cette population se sent oubliée par la bourgeoisie officielle - seule face aux prédateurs aujourd'hui et peut-être, face aux terroristes, demain.

Cette population est lucide. Les contes de fée sur le "vivre ensemble", les "maquillages" sur la sécurité, soulagent sans doute aujourd'hui les gouvernants - mais à terme, ils sont ravageurs, car le réel criminel existe.

Dans la population périurbaine, enfle ainsi l'explosif sentiment d'un écrasant déni de justice. Sentiment qui, les siècles écoulés, a provoqué jusqu'à des révolutions. Voici en tout cas les premiers symptômes manifestes d'une rage qui monte :

- En France, des magasins placardent désormais les photos des voyous qui les pillent,

- N'en pouvant plus des agressions et des trafics à leurs portes, les commerçants de la rue Jules-Guesde à Lille (ville socialiste...) veulent créer une milice armée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/05/2015 - 09:35
Que fait le ministre de l'intérieur?
Il organise la France pour l'accueil des clandestins de culture rétrograde quémandeurs d'aides sociales...il peut pas être sur tous les fronts, Cazevide!