En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 9 heures 59 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 11 heures 24 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 13 heures 34 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 15 heures 48 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 16 heures 20 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 18 heures 20 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 11 heures 10 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 12 heures 6 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 17 heures 22 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 17 heures 38 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 17 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 18 heures 25 min
© REUTERS/Darren Staples
David Cameron, le Premier ministre britannique, devrait être reconduit au 10 Downing Street.
© REUTERS/Darren Staples
David Cameron, le Premier ministre britannique, devrait être reconduit au 10 Downing Street.
London calling

Les leçons des élections britannique à l’attention des adeptes du référendum

Publié le 08 mai 2015
Les élections législatives au Royaume-Uni, dont on connaît aujourd'hui les premiers résultats, ont été prises dans un double étau. D'un côté la menace d'une sortie de l'UE en cas de victoire des conservateurs, de l'autre celle d'une percée des indépendantistes écossais en cas de victoire de la gauche. Des menaces émanant de promesses de référendum, qui servent parfois des intérêts plus politiques.
Christophe Biseux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Biseux est professeur à l'université de Cergy-Pontoise, spécialisé en civilisation britannique et en politique contemporraine du Royaume-Uni. Il a notamment travaillé avec Monica Charlot (1933-2005), spécialiste reconnue de l'histoire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections législatives au Royaume-Uni, dont on connaît aujourd'hui les premiers résultats, ont été prises dans un double étau. D'un côté la menace d'une sortie de l'UE en cas de victoire des conservateurs, de l'autre celle d'une percée des indépendantistes écossais en cas de victoire de la gauche. Des menaces émanant de promesses de référendum, qui servent parfois des intérêts plus politiques.

Atlantico : Le Premier ministre britannique sortant, le conservateur David Cameron, est sur le point d'obtenir un nouveau mandat à la tête du Royaume-Uni, suite aux élections générales au Royaume-Uni. L'autre vainqueur du scrutin est le parti national écossais, le SNP, qui remporte 56 des 59 sièges mis en jeu en Ecosse. Les hommes politiques britanniques sont pris en étau par deux promesses de référendum qu’ils ont faites. La première concerne celle d’une sortie de l’Union européenne en cas de victoire des conservateurs, un « brexit » inimaginable auparavant et qui pourrait coûter cher au pays. Cette décision a-t-elle été prise sans considérer l’effet boomerang ?

Christophe Biseux : Cette décision a surtout été prise en en considérant les effets bénéfiques et en occultant les effets négatifs potentiels. Pour les conservateurs l’effet bénéfique est surtout de calmer la frange eurosceptique du Parti conservateur, et faire revenir dans son giron les électeurs qui, un par un, se sont mis à voter pour le parti UKIP. C’est surtout de cet ordre-là, reprendre des thématiques du UKIP comme le départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, mais aussi la lutte contre l’immigration. Les conservateurs occultent de nombreux effets négatifs, parmi lesquels la colère de la City et du patronat, qui n’est pas du tout d’accord avec cela, et qui constitue une frange non-négligeable de l’électorat des Tories. Ceux-là sont tout à fait contre car ils bénéficient des échanges économiques et financiers avec l’Europe, quand on sait que les principaux partenaires du Royaume-Uni dans les échanges commerciaux sont les pays de l’Union, et non plus des pays de l’extérieur, il y a donc des bénéfices au marché unique, à la disparition des droits de douane, des barrières tarifaires.

L’une des philosophies du Parti conservateur est le pragmatisme, c’est ce qui gouverne leur politique, contrairement à un certain nombre de partis en Europe qui ont une véritable grille de pensée, une idéologie. Donc, entre deux maux, ils ont décidé de choisir le moindre : ils sont conscients de l’impact négatif possible, mais ils pensent que les avantages du point de vue politique sont bien plus importants de leur côté. Et n’oublions pas que la City est le premier centre financier européen, et qu’elle le demeurera, de même la Grande-Bretagne est le premier pays européen pour les investissements extra-européens, et je suis quasiment certain qu’elle le restera malgré tout. Donc, il y a les inconvénients déjà nommés, mais dans une décision politique il n’y a jamais que des avantages. Selon moi, la question a été posée de cette façon, peut-être qu’ils se fourvoient, et pourtant la balance pèse de leur côté.

De l’autre côté, c’est l’héritage du référendum raté sur l’indépendance de l’Ecosse qui pose problème. Le parti nationaliste écossais, le SNP, est en position de force et ne compte pas en rester là. Cela repose-t-il sérieusement la question d'un référendum sur l'indépendance de l'Ecosse ?

Sophie Pedder : A court terme, non, car la question a déjà été tranchée l'année dernière. Par ailleurs les nationalistes évcossais n'auront aucun rôle dans l'exécutif, puisque les Conservateurs se révèlent plus forts qu'on ne l'imaginait. David Cameron ne risque donc pas de se retrouver à courte échéance obligé de poser de nouveau la question aux Ecossais. Ceci dit, la pression politique de la part des Ecossais sera réelle, de par leur forte présence au Parlement britannique. Ils vont pouvoir exercer un rôle d'opposition dans le cadre des débats. Nous saurons si les choses auront évolué ou non dans le sens de l'indépendance dans cinq ans. Si jamais le Royaume-Uni était améné à sortir de l'Union européenne, cela jouerait indéniablement en faveur des indépendantistes écossais. Mais nous n'en sommes pas encore là.

Le référendum est souvent utilisé comme une « arme démocratique », une manière de montrer que c’est bien le peuple qui doit avoir le dernier mot. Dans le cas des conservateurs, on voit bien que c’était surtout une promesse pour se faire élire et qu’ils auront du mal à assumer.  D’une façon générale, que cache le recours au référendum ?

Christophe Biseux : Certaines personnes affirment que la meilleure façon de procéder est de s’en remettre au peuple. Mais, déjà il faut noter qu’on peut obtenir des réponses différentes en fonction de la formulation de la question. C’était déjà le cas lors du référendum de 1975, en Grande-Bretagne, qui posait la question d’une renégociation des conditions d’adhésion du pays à l’Union européenne. A cette période-là, on s’est aperçu qu’on n’avait pas les mêmes réponses si on changeait la formulation : « voulez-vous rester ? » n’était pas la même chose que « voulez-vous sortir ? ». On pourrait donc penser que le référendum est avant tout une façon d’obtenir aisément l’appui de la population.

On ne peut cependant dire que ce soit toujours le cas. Ce n’est pas toujours un stratagème visant à se justifier par l’aval du peuple. Les hommes politiques qui ont fait voter le traité constitutionnel européen, étaient persuadés, car tous les partis militaient pour le oui, d’avoir l’aval du peuple, or celui-ci avait voté contre. Cette certitude selon laquelle on va obtenir une réponse est totalement erronée. Mais je suis totalement incapable de dire si Cameron sait quelle réponse il obtiendra en renégociant les termes d’adhésion du pays à l’UE.

En France, certains hommes politiques, de la gauche de la gauche, souhaitent aller vers une république plus participative, avec plus de démocratie directe. Cependant, poser des questions au peuple par des référendums ne fait-il finalement pas craindre d’assumer des choix qui peuvent dans le futur s’avérer néfastes ?

Christophe Biseux : Il faut déjà se rendre compte que le référendum pose toujours une question étroite. De plus, il suppose que tout le monde possède les éléments pour répondre, et cela, tout en étant démocrate, on peut en douter. Personnellement, j’ai discuté avec des professeurs brillants qui avaient participé au référendum de 1975 et qui me disaient qu’en votant, ils n’avaient pas vraiment de conscience de ce pourquoi ils votaient, car ils n’avaient pas les éléments. Si des professeurs n’avaient pas la réponse, imaginez pour le reste de la population. Aujourd’hui on peut dire que les électeurs en général, et cela dans l’ensemble de l’Europe (les eurobaromètres le prouvent), sont très mal informés sur ces sujets. La communication européenne est souvent truffée d’un jargon indigeste, pour ne pas dire incompréhensible pour le commun des mortels. Et il y a des hommes politiques qui s’emparent de ce sujet uniquement au moment des élections européennes. Les électeurs voient donc l’Europe par le petit bout de la lorgnette, avec des connaissances qui cependant progressent. Depuis la création de l’Europe, cette connaissance progresse, mais cependant reste très insuffisante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
phegp
- 09/05/2015 - 20:08
@toutpoilu... attendez, ici, ils sont déjà revenus,
et ça s'est passé en Mai 2012, sauf si votre propos cache autre chose. Et la perte promet d'être incommensurable, avec notre Bouffon 1er aux commandes, qui se permet de parader en Outre-Mer, envoyant son cire-pompe Fabius à l' hommage de la Russie pour ses vingt millions de morts... Non mais, dans quelle planète...? Bref.
Jardinier
- 08/05/2015 - 20:16
En angleterre, les perdants demissionnent.
Ici, ils reviennent encore et encore .
phegp
- 08/05/2015 - 18:43
Assez de prendre les électeurs pour des imbéciles !
Ne serait-il pas plus simple de dire que Cameron a été réélu grâce à la réussite de l'économie britannique et que le cafouillage de la gauche française n'a certainement pas incité les électeurs anglais à voter travailliste ! Quant au référendum promis par Cameron, qui est en mesure de dire aujourd'hui qu'il se traduirait en une sortie de l'U.E. ? Probablement pas les sondages... il n'y a qu'à voir leur fiasco pour l'élection du Prime Minister. Chapeau, les british !