En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 7 heures 2 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 8 heures 34 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 10 heures 27 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 15 heures 45 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 9 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 10 heures 2 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 10 heures 51 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 12 heures 46 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 15 heures 32 sec
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 15 heures 58 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 10 heures
© Mike Segar / Reuters
© Mike Segar / Reuters
Bonnes feuilles

Au cœur du scandale HSBC : les options et les assurances-vie qui permettent de ne pas payer ses impôts en toute tranquillité

Publié le 09 mai 2015
En février 2015, au terme d’un an d’enquête, qui mobilise plus de 150 journalistes de 50 pays, SwissLeaks révèle l’existence d’un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent qui aurait été mis en place par la banque HSBC à partir de la Suisse. À l’origine de ce scandale d’ampleur internationale, il y a un homme : Hervé Falciani. Informaticien à la HSBC Private Bank de Genève, il est celui qui a décidé de rompre le sacro-saint secret bancaire helvétique. Extrait de "Séisme sur la planète finance", publié aux éditions La Découverte (2/2).
Hervé Falciani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Falciani, 43 ans, Franco-Italien né à Monaco d'un père banquier est ingénieur informatique. Il est l'homme par qui l'affaire HSBC et les révélations SwissLeaks sur le système international de fraude fiscale ont été rendues publiques....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En février 2015, au terme d’un an d’enquête, qui mobilise plus de 150 journalistes de 50 pays, SwissLeaks révèle l’existence d’un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent qui aurait été mis en place par la banque HSBC à partir de la Suisse. À l’origine de ce scandale d’ampleur internationale, il y a un homme : Hervé Falciani. Informaticien à la HSBC Private Bank de Genève, il est celui qui a décidé de rompre le sacro-saint secret bancaire helvétique. Extrait de "Séisme sur la planète finance", publié aux éditions La Découverte (2/2).

Nombreuses sont les transactions qui ne laissent pas de traces. Prenons par exemple les options : un investisseur A achète puis revend à un investisseur B un titre – l’option, en l’occurrence – qui lui donne la possibilité de vendre un certain type de produit à une date précise et à un prix fixé à l’avance. Si le changement de main survient entre deux sociétés appartenant au même actionnaire, ces opérations peuvent cacher un transfert d’argent d’un pays à un autre. Et si un juge devait réclamer le relevé de compte, il verrait que la société A a perdu de l’argent suite à l’achat de l’option, mais il ne pourrait pas savoir que cette option a fini au sein de la société B. Le même raisonnement vaut pour les swap, un produit dérivé utilisé pour réduire les risques. La situation est analogue pour les « fonds fermés », ceux qui sont inaccessibles aux investisseurs étrangers et qui permettent de faire croire que l’on a perdu de l’argent. L’investisseur « infortuné » enregistre une perte et il faut examiner ses comptes à la loupe pour s’apercevoir que l’argent est en fait resté entre ses mains. Voilà encore un moyen de déplacer de l’argent d’une partie à l’autre du globe.

Dans l’univers du capital investissement (private equity), un système qui consiste à acquérir des participations au capital d’entreprises privées pour les revendre une fois qu’elles ont pris de la valeur, le manque de transparence peut faciliter a posteriori des phénomènes de ce type, car les sociétés ne sont pas tenues de déclarer quoi que ce soit aux marchés et il est par conséquent impossible de savoir combien elles valent réellement. Prenons le cas d’un fonds qui, après avoir dégagé pendant dix ans un excellent rendement, commence soudain à aller mal. L’investisseur peut alors déclarer avoir essuyé une perte, alors qu’en réalité il a placé l’argent dans des sociétés domiciliées dans des paradis fiscaux ou dans des pays économiquement attractifs, sans laisser de traces. Le fonds d’investissement peut aussi être utilisé comme une société écran et être contrôlé par un seul individu, dans le but de dissimuler la véritable propriété de l’argent.

Autre instrument permettant d’éviter de payer les impôts : les assurances-vie. Il ne s’agit pas des assurances normales vendues aux gens ordinaires, mais d’un mécanisme qui permet de se débarrasser de son argent d’une manière seulement formelle. En général, le client de la banque souscrit un contrat d’assurance-vie et confie à la compagnie d’assurances, à titre de mise de fonds initiale, son argent, ses sociétés ou ses biens. Ce capital est investi dans un fonds dont le client a l’entière disponibilité : il peut donc continuer à investir comme auparavant. Le capital est formellement au nom de la compagnie d’assurances de la banque alors qu’en réalité rien n’a changé.

C’est un peu ce qui se passe pour les dépôts fiduciaires : l’argent n’appartient plus formellement au propriétaire effectif. Ainsi, non seulement le client ne paye pas d’impôts sur ses actifs mais, en plus, il bénéficie des avantages fiscaux qui s’appliquent dans de nombreux pays aux polices d’assurance. Et il n’est pas nécessaire d’attendre la mort du souscripteur pour récupérer l’argent, car certaines clauses donnent la possibilité de mettre fin au contrat à tout instant, en renonçant parfois à une partie des intérêts.

L’assurance-vie peut également être utilisée par le client de la banque comme garantie pour obtenir un prêt. À ce moment-là, le client ayant contracté une dette, il pourra là encore jouir d’avantages fiscaux. Le système des assurances- vie devient ainsi deux fois plus intéressant. Pour quelle raison devrait-on contracter une dette quand on possède l’argent pour investir ? La réponse est toujours la même : cela permet de déclarer au fisc que l’on paye des intérêts et de donner une image différente de la réalité. C’est souvent ce qui se produit entre entreprises : on fait croire que la société perd de l’argent quand en réalité elle en gagne. Dans un pays déterminé, son bilan ressort en perte et l’entreprise reçoit des aides publiques alors que, globalement, ses comptes sont en ordre et dégagent des profits. C’est de la prestidigitation.

Extrait de "Séisme sur la planète finance - Au coeur du scandale HSBC", publié aux éditions La Découverte, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 09/05/2015 - 22:30
Falciani
Ce sera , en résumé et pour longtemps , le seul nom divulgé de ces " fameux " fichiers !!
ClauZ
- 09/05/2015 - 20:28
Flat tax?
Supprimons les subventions et autres aides aux entreprises et instaurons une taxe plate (flat tax) de 15%.
Et toutes ces magouilles ne présenteront plus aucuns intérêts!