En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Mike Segar / Reuters
Bonnes feuilles

Au cœur du scandale HSBC : les options et les assurances-vie qui permettent de ne pas payer ses impôts en toute tranquillité

Publié le 09 mai 2015
En février 2015, au terme d’un an d’enquête, qui mobilise plus de 150 journalistes de 50 pays, SwissLeaks révèle l’existence d’un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent qui aurait été mis en place par la banque HSBC à partir de la Suisse. À l’origine de ce scandale d’ampleur internationale, il y a un homme : Hervé Falciani. Informaticien à la HSBC Private Bank de Genève, il est celui qui a décidé de rompre le sacro-saint secret bancaire helvétique. Extrait de "Séisme sur la planète finance", publié aux éditions La Découverte (2/2).
Hervé Falciani, 43 ans, Franco-Italien né à Monaco d'un père banquier est ingénieur informatique. Il est l'homme par qui l'affaire HSBC et les révélations SwissLeaks sur le système international de fraude fiscale ont été rendues publiques....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Falciani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Falciani, 43 ans, Franco-Italien né à Monaco d'un père banquier est ingénieur informatique. Il est l'homme par qui l'affaire HSBC et les révélations SwissLeaks sur le système international de fraude fiscale ont été rendues publiques....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En février 2015, au terme d’un an d’enquête, qui mobilise plus de 150 journalistes de 50 pays, SwissLeaks révèle l’existence d’un système international de fraude fiscale et de blanchiment d’argent qui aurait été mis en place par la banque HSBC à partir de la Suisse. À l’origine de ce scandale d’ampleur internationale, il y a un homme : Hervé Falciani. Informaticien à la HSBC Private Bank de Genève, il est celui qui a décidé de rompre le sacro-saint secret bancaire helvétique. Extrait de "Séisme sur la planète finance", publié aux éditions La Découverte (2/2).

Nombreuses sont les transactions qui ne laissent pas de traces. Prenons par exemple les options : un investisseur A achète puis revend à un investisseur B un titre – l’option, en l’occurrence – qui lui donne la possibilité de vendre un certain type de produit à une date précise et à un prix fixé à l’avance. Si le changement de main survient entre deux sociétés appartenant au même actionnaire, ces opérations peuvent cacher un transfert d’argent d’un pays à un autre. Et si un juge devait réclamer le relevé de compte, il verrait que la société A a perdu de l’argent suite à l’achat de l’option, mais il ne pourrait pas savoir que cette option a fini au sein de la société B. Le même raisonnement vaut pour les swap, un produit dérivé utilisé pour réduire les risques. La situation est analogue pour les « fonds fermés », ceux qui sont inaccessibles aux investisseurs étrangers et qui permettent de faire croire que l’on a perdu de l’argent. L’investisseur « infortuné » enregistre une perte et il faut examiner ses comptes à la loupe pour s’apercevoir que l’argent est en fait resté entre ses mains. Voilà encore un moyen de déplacer de l’argent d’une partie à l’autre du globe.

Dans l’univers du capital investissement (private equity), un système qui consiste à acquérir des participations au capital d’entreprises privées pour les revendre une fois qu’elles ont pris de la valeur, le manque de transparence peut faciliter a posteriori des phénomènes de ce type, car les sociétés ne sont pas tenues de déclarer quoi que ce soit aux marchés et il est par conséquent impossible de savoir combien elles valent réellement. Prenons le cas d’un fonds qui, après avoir dégagé pendant dix ans un excellent rendement, commence soudain à aller mal. L’investisseur peut alors déclarer avoir essuyé une perte, alors qu’en réalité il a placé l’argent dans des sociétés domiciliées dans des paradis fiscaux ou dans des pays économiquement attractifs, sans laisser de traces. Le fonds d’investissement peut aussi être utilisé comme une société écran et être contrôlé par un seul individu, dans le but de dissimuler la véritable propriété de l’argent.

Autre instrument permettant d’éviter de payer les impôts : les assurances-vie. Il ne s’agit pas des assurances normales vendues aux gens ordinaires, mais d’un mécanisme qui permet de se débarrasser de son argent d’une manière seulement formelle. En général, le client de la banque souscrit un contrat d’assurance-vie et confie à la compagnie d’assurances, à titre de mise de fonds initiale, son argent, ses sociétés ou ses biens. Ce capital est investi dans un fonds dont le client a l’entière disponibilité : il peut donc continuer à investir comme auparavant. Le capital est formellement au nom de la compagnie d’assurances de la banque alors qu’en réalité rien n’a changé.

C’est un peu ce qui se passe pour les dépôts fiduciaires : l’argent n’appartient plus formellement au propriétaire effectif. Ainsi, non seulement le client ne paye pas d’impôts sur ses actifs mais, en plus, il bénéficie des avantages fiscaux qui s’appliquent dans de nombreux pays aux polices d’assurance. Et il n’est pas nécessaire d’attendre la mort du souscripteur pour récupérer l’argent, car certaines clauses donnent la possibilité de mettre fin au contrat à tout instant, en renonçant parfois à une partie des intérêts.

L’assurance-vie peut également être utilisée par le client de la banque comme garantie pour obtenir un prêt. À ce moment-là, le client ayant contracté une dette, il pourra là encore jouir d’avantages fiscaux. Le système des assurances- vie devient ainsi deux fois plus intéressant. Pour quelle raison devrait-on contracter une dette quand on possède l’argent pour investir ? La réponse est toujours la même : cela permet de déclarer au fisc que l’on paye des intérêts et de donner une image différente de la réalité. C’est souvent ce qui se produit entre entreprises : on fait croire que la société perd de l’argent quand en réalité elle en gagne. Dans un pays déterminé, son bilan ressort en perte et l’entreprise reçoit des aides publiques alors que, globalement, ses comptes sont en ordre et dégagent des profits. C’est de la prestidigitation.

Extrait de "Séisme sur la planète finance - Au coeur du scandale HSBC", publié aux éditions La Découverte, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

Vers un nouveau scandale sanitaire ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 09/05/2015 - 22:30
Falciani
Ce sera , en résumé et pour longtemps , le seul nom divulgé de ces " fameux " fichiers !!
ClauZ
- 09/05/2015 - 20:28
Flat tax?
Supprimons les subventions et autres aides aux entreprises et instaurons une taxe plate (flat tax) de 15%.
Et toutes ces magouilles ne présenteront plus aucuns intérêts!