En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 2 heures 33 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le libéralisme : seul véritable humanisme

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Histoire
Ave Zemmour !

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Préjugés

Pascal Salin : "Nombre de Français sont allergiques au libéralisme car ils ignorent l’amélioration de leur vie qu’apporterait un vrai libéralisme"

il y a 2 heures 39 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 20 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 heure 31 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 2 heures 10 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les moyens efficaces pour lutter contre le cancer, LA maladie du XXème siècle qui pourrait être vaincue dans les prochaines décennies

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Environnement
Effet collatéral

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

il y a 2 heures 37 min
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 19 heures 58 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 20 heures 30 min
© Reuters
La laicité française doit aujourd'hui faire face aux problématiques liées à la pratique de l'islam.
© Reuters
La laicité française doit aujourd'hui faire face aux problématiques liées à la pratique de l'islam.
Mise à jour séculaire

Après le concordat de 1801 et la loi de 1905, la France sur la voie d'un 3ème modèle de laïcité ?

Publié le 04 mai 2015
Alors que le modèle laïque bonapartiste conserve la dissociation entre confession et citoyenneté, issue de la Révolution, tout en reconnaissant les cultes, la loi de 1905 ne les reconnaît plus du tout. Une approche aujourd'hui chahutée par l'émergence des problématiques liées à l'islam.
Christophe Bellon est Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille. Membre correspondant du Centre d’histoire de Sciences Po Paris, il est l'auteur de nombreux travaux sur l’histoire politique et parlementaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bellon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bellon est Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université catholique de Lille. Membre correspondant du Centre d’histoire de Sciences Po Paris, il est l'auteur de nombreux travaux sur l’histoire politique et parlementaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le modèle laïque bonapartiste conserve la dissociation entre confession et citoyenneté, issue de la Révolution, tout en reconnaissant les cultes, la loi de 1905 ne les reconnaît plus du tout. Une approche aujourd'hui chahutée par l'émergence des problématiques liées à l'islam.

Les premières années du XXIème siècle échapperont-elles à une réforme de la laïcité ? Après 1801 et 1905, les Français connaîtront-ils un troisième modèle laïque ? Car, sur ce sujet, la France semblerait vouloir s’adapter à chaque nouveau siècle.

Premier cadre durable de notre laïcité, même si le terme n’est pas encore forgé : le Concordat de 1801. Portalis, expert ès cultes, convainc alors Bonaparte que l’Etat moderne ne pourrait être bâti sur le sable mouvant des tensions religieuses nées à l’époque révolutionnaire. Il faut, au préalable, les apaiser. Le texte élaboré et ses articles organiques sont donc conçus comme "un ciment social", après la "brèche" de 1789.  

>> Lire également : La France peut-elle s’en sortir sans organiser des Etats généraux de la nation française ?

Le cadre concordataire est certes fidèle aux apports de la période révolutionnaire, et notamment à la dissociation entre la confession et la citoyenneté, car "nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses". Il n’en est pas moins novateur : plus de religion d’Etat donc, mais des cultes "reconnus", financés sur fonds publics, l’Etat gardant un contrôle sur les Eglises. Le cadre concordataire, malgré des tensions avec les cultes dits "minoritaires", notamment avec les protestants, traversera sans rompre les divers régimes politiques du XIXème siècle. Il résistera plus de cent ans.

Les premières mesures laïques de la Troisième République bousculent cette logique : "Le cléricalisme, voilà l’ennemi !", lance Gambetta, dès 1877.  Les lois Ferry, relayées par des républicains dont l’anticléricalisme est d’abord une arme électorale, poussent à l’affrontement des deux France, la catholique contre la républicaine. La législation anticongréganiste, dans le contexte enflammé de l’Affaire Dreyfus, aura raison d’un équilibre séculaire qui, à l’orée du nouveau siècle, n’est plus que l’ombre de lui-même. La séparation des Eglises et de l’Etat, notre deuxième modèle laïque, est adoptée à la fin de l’année 1905.   

Conjuguant, également, fidélité et adaptation, ses fondements vont faire la preuve, avec le temps, d’une véritable robustesse et d’une grande souplesse. Ce "pacte laïque" présente une nouveauté indiscutable : la République ne reconnaît plus aucun culte ; de fait, elle ne les salarie plus. Mais, dans le même temps, parce que la Séparation vise la modération pour assurer sa durée, elle s’inscrit dans une forme de fidélité au régime précédent : la République assure la liberté de conscience - cela est conforme aux revendications de tous les républicains, avancés et modérés -, et elle garantit le libre exercice du culte. Si un édifice cultuel restait fermé pour une raison ou une autre, l’Etat serait responsable de son dysfonctionnement. Au nom d’une autre logique que la loi de 1905 emprunte au cadre concordataire : le respect de l’ordre public. Malgré la querelle des Inventaires, l’équilibre laïc est ainsi assuré pour longtemps. A l’image du Concordat de 1801, la Séparation de 1905 s’inscrit comme la solution de pacification à un conflit violent. Aristide Briand, rapporteur du projet de loi à la Chambre des députés, décline avec succès la philosophie laïque qui s’apprête à traverser le siècle : "Toutes les fois que l’intérêt de l’ordre public ne pourra être légitimement invoqué, dans le silence des textes ou dans le doute sur leur exacte interprétation, c’est la solution libérale qui sera la plus conforme à la pensée du législateur."

Pour les décennies à venir, seule la question scolaire pimentera les rapports entre religion et société. Jusqu’à ce que l’Etat redécouvre la nécessité de réagir à la question religieuse, avec les nouvelles problématiques posées à une société se déchristianisant, et avec l’émergence d’un islam mis à l’épreuve de la laïcité : deux lois dites de "prohibition" - celles des 15 mars 2004 et 11 octobre 2010 – dites lois sur "le voile" et sur "la burqa" ; soutien à l’enseignement du fait religieux à l’école ; charte de la laïcité ; promotion de la politique de l’affirmative action. La puissance publique a donc fait le choix d’une intervention, mais qui ne règle pas tout : quid de la formation des imams, de la construction des mosquées, de l’autorisation des carrés confessionnels ? Jusqu’à la récente affaire des "jupes longues" interdites dans certains établissements scolaires.

La France et son deuxième modèle de laïcité seraient-ils au bord du divorce, après un nouveau siècle de vie commune ? Alors que le thème de l’identité nationale revient dans le débat public, ce sera très probablement la grande question du moment électoral de 2017. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pepoucet
- 04/05/2015 - 13:51
fait religieux
Merci pour cette contribution claire et sérieuse. Le fait religieux est un fait social : il a bien sûr une dimension privée, mais aussi une expression publique, qu'il est dangereux de nier ... mais qui doit être réglémentée.
La loi de Séparation de 1905 (enrichie depuis) présente un grand équilibre qui a fait ses preuves. La refondre ? Mais pour faire quoi ?
Deudeuche
- 04/05/2015 - 08:12
Bonne chance au législateur
qui voudrait changer quoi que ce soit!