En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Et le bromure ?

Accusations de viols en Centrafrique : comment l’armée française gère les appétits et dérapages sexuels de ses soldats

Publié le 01 mai 2015
Alors que l'armée française est en proie à un scandale suite à des accusations de viols sur mineurs en Centrafrique, la question des agressions sexuelles est de nouveau d'actualité. Cette affaire peut s'inscrire dans un cadre plus large relatif à la sexualité des militaires et sa gestion par la grande muette.
Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Docteur en sciences de l'information et de la communication, il étudie les stratégies d'influence militaires dans les conflits....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Mielcarek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Mielcarek est journaliste indépendant, spécialiste des questions de défense et de relations internationales. Docteur en sciences de l'information et de la communication, il étudie les stratégies d'influence militaires dans les conflits....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'armée française est en proie à un scandale suite à des accusations de viols sur mineurs en Centrafrique, la question des agressions sexuelles est de nouveau d'actualité. Cette affaire peut s'inscrire dans un cadre plus large relatif à la sexualité des militaires et sa gestion par la grande muette.

Atlantico : La sexualité des soldats est-elle un sujet tabou au sein de l'armée française ?

Romain Mielcarek : Un sujet tabou non, un sujet compliqué forcément, comme ailleurs. La particularité de l'armée c'est qu'il s'agit d'un groupe social essentiellement masculin vivant dans des conditions particulières. En général les opérations à l'étranger durent 4 mois, excepté dans le cas de l'Afghanistan puisqu'il s'agissait d'opérations de 6 mois avec un mandat plus long. Cela signifie souvent pas de sexualité pour les gens en couple et ceux qui sont célibataires n'ont pas forcément l'occasion de faire des rencontres. On est donc dans des cadres particuliers d'autarcie.

Dans un univers aussi viril, et souvent assez jeune, il se crée une espèce de mythologie très importante autour de la sexualité par exemple. On retrouve cela dans tous les groupes de cet ordre, chez les jeunes hommes, on se présente sous un profil de grand séducteur, additionnant les conquêtes…

La souffrance liée à la sexualité comme le manque est plus difficile à aborder, les soldats en parlent peu entre eux. Et le rapport au sexe opposé est compliqué par le déséquilibre et la mythologie. C'est notamment ce qu'on a vu avec les problèmes de violences sexuelles à l'égard des femmes dans l'armée. Autre spécificité, on exige de cette institution qu'elle soit exemplaire, les dérives d'agressions sexuelles ne sont pas tolérées. Parfois certains militaires ont l'impression que l'opinion se focalise sur l'armée alors que ces problèmes existent ailleurs. On lit dans les médias que l'armée est coupable alors que dans le cas de Bangui, il s'agit de 14 individus qui seraient coupables et non pas l'ensemble de l'armée française. C'est toute l'insitution qui est entâchée. De part ses prérogatives, sa position, l'armée a un devoir d'exemplarité. Avec l'augmentation de la prise en compte psychologique psychiatrique, la sexualité est un sujet pris en compte évoqué. Les soldats, hommes comme femmes, sont de plus en plus préparés, on leur en parle avant leur départ bien plus facilement qu'à d'autres époques. Il y a également un accompagnement des familles. La peur de la tromperie a toujours existé. Grâce à internet, au téléphone, les contacts entre les soldats et leur famille ont été facilités, ils sont bien donc plus fréquents et l'isolement est moindre.

Comment l'accompagnement peut se manifester concrètement ?

Selon tes terrains, on sensibilise plus ou moins les soldats en fonction des destinations. Ainsi, lorsque les soldats arrivent à Djibouti par exemple, il peut y avoir des réunions à l'arrivée où on leur explique qu'il faut absolument se protéger s'ils se rendent au bordel face aux risques de MST. Il s'agit de zones spécifiques où il est possible de circuler car la situation est calme. Ce n'est pas le cas au Mali, en Irak ou en Afghanistan.
Les aumôniers militaires jouent aussi un rôle non négligeable. Et puis 4 mois, très intenses d'ailleurs avec des journées bien remplies, ce n'est pas si long ! Les soldats partaient bien plus longtemps en Algérie…

Comment expliquer les terribles scandales comme en ce moment en Centrafrique et les viols commis par des soldats qui semblent quasiment faire partie de l’histoire des conflits ?

Les problèmes sexuels par rapport aux armées relève de plusieurs cas. Le premier est l'utilisation de la sexualité comme d'une arme. On utilise la sexualité pour se venger, pour détruire. On le voit sur certains théâtres encore aujourd'hui. Les armées modernes le font très peu, et quand cela a lieu, il s'agit plus du fait divers plus que la logique institutionnelle. Le deuxième cas a un lien est lié avec la frustration. Ce sont les individus ayant besoin de rapports sexuelles, de se défouler. C'est ce qui va générer les violences envers les femmes soldats généralement. Troisième profil, pathologique, la personne a un problème psychiatrique sexuel et va être un violeur, un pédophile, comme dans le civil.
Un mot sur les atrocités que peuvent rencontrer les individus sur le terrain. La barbarie peut  générer de la vengeance : "la personne en face de moi a tué mes collègues, je vais me venger en violant sa femme". On est donc là dans la première logique que je décrivais, l'utilisation de la sexualité comme une arme. Autre effet possible de la barbarie, le traumatisme, la personne est traumatisée par ce qu'elle a vu. Attention un soldat traumatisé ne devient pas un pédophile. Les symptômes du traumatisme sont spécifiques : insomnies, violences, agressivité, dépression chronique etc.

Concernant les accusations de viols commis par des militaires français en Centrafrique, la prudence s'impose. En effet, si l'on en croit les témoignages recueillis à Bangui, il s'agirait de soldats blancs, français, géorgiens. Ce n'est pas tout à fait clair. De plus, les violences auraient eu lieu sur une période d'environ 6-7 mois. Or un mandat dure 4 mois, cela signifie que deux régiments différents seraient concernés par ces viols sur mineur etc.  Et ceci aux alentours d'une structure très surveillé, l'aéroport avec un niveau de violence et de pression très élevé.  On parle de 14 militaires mis en cause pour viol, ce qui est énorme, et ces individus, pour agir, ont du avoir besoin de complices, soit du côté des sentinelles, soit de la hiérarchie… Dans ce genre de zone, les militaires ne circulent pas comme ils veulent. Apparemment les abus à Bangui étaient connus, mais il faut attendre les résultats de l'enquête.

Les relations entre militaires sont-elles possibles en France ?

Rien n'interdit les relations entre collègues. Mais cela ne doit pas être affiché, pas dans le cadre du travail. La bienséance veut que l'on prévienne son supérieur hiérarchique pour éviter de se retrouver dans le même groupe d'opération que son partenaire. Les situations autorisées ou interdites sont les mêmes que dans n'importe quelle entreprise ou administration. Ainsi, il est interdit d'utiliser sa position hiérarchique afin d'obtenir des relations sexuelles de la part de son subalterne, on rentre là dans des logiques de harcèlement sexuel ou de viol. Comme partout !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 02/05/2015 - 19:52
Salut les anciens d'Algérie, honneur sincère aux service rendu,
Très intéressant, mais le sujet c'est l'armée 55 ans après, en 2015, et franchement le BMC ce n'est plus tendance à l'époque où l'on a failli pénaliser les clients.
Allez, le FSA et la MAT 49 ne sont plus en service et même le FAMAS va bientôt être remplacer. Au fait les jeep Willys ou Hotchkiss sont dans les musées. Juste pour info.
"C'est nous les Africains qui revenons de loin, Nous avons tous laissés pour sauv....etc, etc... "
lehutin
- 02/05/2015 - 09:47
BMC
Ce que rapporte zouk est parfaitement exact. J'ai eu connaissance d'un tel "contrat" lors de mon séjour en AFN. Tout ce qu'il y a d'officiel puisqu'il a été conclu pour un PC de bataillon et sa CCAS entre un officier dudit PC et une "mère maquerelle" d'Alger. Elle est arrivée avec ses filles dont quelques unes réservées aux officiers. Elles ont été protégées par des sentinelles pendant tout leur séjour afin d'éviter tout contact "illicite". Les prestations étaient bien évidemment tarifées. Tous les sous-officiers et les hommes de troupe, de toutes origines, devaient obtenir leur "bon pour le service" auprès du médecin du bataillon. Il se matérialisait par un coup de tampon au creux de la main. En attendant son tour, chaque prétendant le protégeait en le recouvrant de son autre main. En effet toute détérioration entrainait un rejet et un nouveau passage devant le médecin avec bien évidemment perte de son tour dans la file d'attente. Effectivement, il faut appeler un chat un chat.
Malheureusement pour beaucoup, les compagnies du terrain n'étaient pas concernées. Mais il est vrai qu'elles étaient composées aux trois-quarts de harkis qui avaient leur femme à proximité des postes.
Deudeuche
- 02/05/2015 - 09:44
Les militaires sont des français comme les autres
et sordides parfois comme leurs compatriotes. Le MINDEF a posé une plainte un mois après les faits (dans l'EN un pédophile directeur d'école peut "tenir" 10 ans). Il a fallu un journal britannique pour diffuser l'info discrètement gardée par le ministère de la justice et ignorée par le Nations Unies. En ce qui concernes nos "amis" Brits (cet article nourrit le bon vieux préjugé Brit du français sale, lâche et mercenaire, car seuls les soldats de sa majesté sont dignes de considération).