En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 9 heures 2 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 13 heures 10 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 37 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 13 heures 41 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 16 heures 40 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 17 heures 23 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 20 heures 19 min
Bonnes feuilles

Comment en finir avec ce "libéralisme à la française" qui maintient aujourd’hui le pays et les Français dans la crise

Publié le 02 mai 2015
Si la France est aujourd’hui en crise, c’est parce qu’elle s’est enlisée depuis trente ans dans le libéralisme. Car, la France, malgré ses dépenses publiques records et son droit du travail pléthorique, est bel et bien libérale. Extrait de "En finir avec le libéralisme à la française", de Guillaume Sarlat, publié chez Albin Michel (1/2).
Polytechnicien et Inspecteur des Finances, Guillaume Sarlat, a fondé et dirige à Londres une société de conseil en stratégie aux entreprises. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Sarlat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Polytechnicien et Inspecteur des Finances, Guillaume Sarlat, a fondé et dirige à Londres une société de conseil en stratégie aux entreprises. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la France est aujourd’hui en crise, c’est parce qu’elle s’est enlisée depuis trente ans dans le libéralisme. Car, la France, malgré ses dépenses publiques records et son droit du travail pléthorique, est bel et bien libérale. Extrait de "En finir avec le libéralisme à la française", de Guillaume Sarlat, publié chez Albin Michel (1/2).

La France est en panne de croissance et de progrès social depuis de longues années. Les administrations sont lourdement endettées. Par ailleurs, les fractures sociales dans la population française, entre les territoires, entre les catégories socioprofessionnelles, suivant les convictions sociétales, etc., sont largement visibles ces derniers mois : Manif pour tous, Bonnets rouges, Printemps français, mouvements écologistes radicaux…

 Au vu de cet état de fait, beaucoup concluent aujourd’hui que la France serait au bord du gouffre et d’une explosion économique et sociale prochaine.

Souvent, ceux qui font ce constat s’en réjouissent d’ailleurs à demi-mot, car ils pensent que la France ne sait se réformer que dans la crise, par des mesures brutales, de la dernière chance. Les Français seraient en effet soi-disant restés marqués par l’expérience de la Révolution française et ne concevraient donc pas d’évolution progressive, au contraire par exemple du Royaume-Uni ou de l’Allemagne.

A LIRE AUSSI - Responsabiliser les entreprises et moduler les cotisations chômage : deux solutions pour sortir de notre dramatique "libéralisme à la française"

Mais sur le plan financier, la politique monétaire irresponsable de la BCE protège la France de tout décrochage économique à court terme, grâce aux liquidités colossales mises en circulation.

Et la France n’est pas non plus au bord du gouffre sur le plan social.

Certes les tensions au sein de la société française sont tout à fait réelles. Certains pensent être victimes du système, alors que d’autres ont le sentiment plus ou moins conscient d’en profiter.

A LIRE AUSSI - Pourquoi les Français sont beaucoup plus libéraux qu’ils ne le croient eux-mêmes

Mais au final, qui a aujourd’hui véritablement intérêt à une crise sociale et à une remise en cause de ce système où coexistent une économie très libérale et un espace social où sont pris en charge les exclus du système ?

Les dirigeants des multinationales, qui profitent de l’endogamie protectrice de l’establishment français ?

Les cadres et professions intermédiaires, qui voient leurs impôts augmenter chaque année et leurs perspectives d’ascension sociale, ainsi que celles de leurs enfants, se boucher, mais qui travaillent 35 heures par semaine, bénéficient de neuf voire dix semaines de congés payés par an, et peuvent contourner l’insécurité grandissante et des services publics en chute libre en se regroupant dans des ghettos ?

Ou peut-être les salariés les moins qualifiés, avec un salaire minimal parmi les plus élevés du monde ? Les chômeurs, qui bénéficient d’un des dispositifs d’indemnisation les plus favorables d’Europe ?

Et même les titulaires des minima sociaux, qui dépendent du maintien de ces dispositifs pour vivre et ne savent pas par quoi ils pourraient être remplacés ?

La France est certes en crise, avec des situations individuelles très contrastées et parfois dramatiques, mais personne n’a individuellement intérêt à une rupture brutale.

La France a donc aujourd’hui une opportunité historique d’infléchir son modèle, progressivement et sans rupture brutale, sans en appeler à la révolution.

Mais pour sortir ainsi sans heurts du libéralisme à la française qui maintient aujourd’hui le pays et les Français dans la crise, encore faut-il renouveler les modalités d’intervention de l’État. La transition ne se fera pas par des injonctions ou par des interdictions catégoriques, mais par des incitations.

Extrait de "En finir avec le libéralisme à la française", de Guillaume Sarlat, publié chez Albin Michel, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/05/2015 - 23:54
"Destruction créatrice"?
Il y a bien longtemps...la France fut libérale. Mais le gauchisme a corrompu la France, et a exporté son socialisme en UE. Il aujourd'hui impossible de revenir en arrière sans faire imploser ce système de rentes et prébendes de petits nobliaux gauchistes. Il n'y a pas à tortiller, car l'UE s'effondrera bientôt sous le poids de ses contradictions, entraînant avec elle les plus endettés des pays gauchistes. Cet effondrement des constructions bancales de l'UE doit être anticipé, afin de préparer l'Europe des Nations stratèges et libérales...lorsque la psychothérapie FN sera achevée!
perceval
- 02/05/2015 - 16:55
D'accord avec ces commentaires
Dans l'acception en langue française du mot libéralisme celui-ci n'a JAMAIS existé en France...qu'en littérature et effectivement comme dirait "Deudeuche" : polytechnicien et inspecteur des finances ah, ah, ah,hi, hi, hi...c'était l'article comique du weekend.
Eolian
- 02/05/2015 - 12:22
Le libéralisme à la française?
On rêve. M. Sarlat confond pense peut-être à "libéralisme" à l'américaine qui veut dire socialisme. Libéralisme en France? il faut vraiment chercher sous la moquette où il se trouve!