En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 4 min 29 sec
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 49 min 57 sec
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 57 min 24 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 1 heure 15 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 13 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 19 heures 38 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 23 heures 25 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 1 jour 12 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 41 min 37 sec
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 55 min 54 sec
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 1 heure 19 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 23 heures 53 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 1 jour 19 min
© Pixabay
Onze universités sont victimes de la ponction de près de 100 millions sur leur budget.
© Pixabay
Onze universités sont victimes de la ponction de près de 100 millions sur leur budget.
A l'amende

Comment l’Etat fait des économies en rackettant les universités

Publié le 29 avril 2015
Avec H16
Après plusieurs mois d'incertitude, les établissements de l'enseignement supérieur sont désormais fixés. Onze universités sont victimes de la ponction de près de 100 millions d'euros, opérée sur leur budget par le gouvernement.
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après plusieurs mois d'incertitude, les établissements de l'enseignement supérieur sont désormais fixés. Onze universités sont victimes de la ponction de près de 100 millions d'euros, opérée sur leur budget par le gouvernement.
Avec H16

Tout va bien, il n’y a aucun problème et la situation économique française se redresse lentement… MAIS l’État va devoir faire quelques petites ponctions ici et là pour compenser les inévitables inégalités que le méchant capitalisme et le turbo-libéralisme ont introduites un peu partout au détriment du vivrensemble et du bonheur global. Et puisqu’il faut bien commencer quelque part, pourquoi pas par les Universités ?

Vous allez voir, c’est très simple.

L’affaire trainait depuis décembre, date à laquelle on découvrait, un peu étonné, que la loi de finances pour 2015 prévoyait une participation des établissements d’enseignement supérieur aux économies du pays à hauteur de 100 millions d’euros. Depuis, le ministère attendait un rapport des inspections générales sur la situation des établissements avant de prendre une décision.

Rapidement, la participation aux économies du pays s’est transformée en autre chose d’un peu plus savoureux : pour boucler le financement des dotations 2015 versées à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur, le gouvernement a décidé de prélever 100 millions dans le fonds que s’est constitué une cinquantaine de facultés économes. En pratique, cela veut dire que, par exemple, l’université d’Artois à Arras va « donner » 24 millions d’euros (soit un petit quart de la somme totale) patiemment mis de côté ces dernières années, ou que l’université de Lille II devra « se séparer » de 8,75 millions, pendant que Grenoble II devra « faire le deuil » de 6,68 millions, le tout au profit de quelques établissements qui remercieront, on en est sûr, leurs confrères de cette belle entraide spontanée.

Concrètement, dans la joie, la bonne humeur et la fraternité financière bourgeonnante de ce joli printemps ensoleillé, 11 des 76 universités, 25 des 36 écoles d’ingénieurs et une dizaine de grands établissements verront leurs fonds de roulement mis à contribution. Pour faire passer la pilule, on appellera ça un « exercice de solidarité ». Et comme c’était des sommes mises de côté et pas du budget courant, rassurez-vous mes petits amis, c’est le ministère de l’Édulcoration Nationale et de l’Ensaignement supérieur qui l’affirme, d’abord cela n’affectera pas les projets d’investissement des établissements concernés, et ensuite, leurs réserves en fonds de roulement dépasseront encore 65 jours de fonctionnement, ce qui est amplement supérieur aux 30 jours décrétés suffisants par les élites du ministère.

Tout va donc très bien d’autant qu’on apprend en parallèle que cette ponction inopinée se double d’une augmentation de 200 millions d’euros des dotations aux établissements d’enseignement supérieur. Encore une fois, la tempête d’austérité s’abat sur le service public et permet d’illustrer avec brio l’extraordinaire décontraction de nos gouvernants à tabasser les prévoyants et les économes pour donner aux impécunieux et autres dépensiers, en faisant passer ça pour une saine redistribution solidaire dans laquelle les « riches » donnent aux « pauvres ».

Magnifique application du principe socialiste, d’une centralisation extrême et d’un égalitarisme à l’emporte-pièce, la solidarité forcée ainsi mise en place permet de déshabiller Pierre en prétendant rhabiller un Paul nu comme un ver, qui finira avec un petit mouchoir en guise de slip.

Mais cela va plus loin. En effet, outre la démonstration qu’encore une fois, la gestion financière n’est absolument pas le fort de nos gouvernants, cette redistribution n’est pas une erreur, ou même la tentative maladroite de la correction d’une erreur. Ces petits mouvements de fonds ne sont pas là, oups, pour essayer d’éponger, oups, une petite bavouserie comptable, oups, commise par quelques établissements supérieurs, oups. De la même façon, ce n’est pas une procédure habituelle, tout le monde en convient déjà, mais tout le monde sent que ce n’est pas non plus un arrangement temporaire ou une bidouille fugace qui ne se reproduira pas.

En fait, ce n’est pas seulement une prime aux mauvais, un bingo-bonus du déficit ou une généreuse gratification du trou de gestion élevé en art de vivre, mais c’est bel et bien … une véritable méthode de gestion socialiste. Pour le ministère, pour nos gouvernants, pour les académies concernées (surtout celles qui bénéficient de la mesure), tout ceci est certes un peu inhabituel, mais cela reste normal, prévisible et même souhaitable (ne serait-ce que pour éviter que la situation ne dégénère).

J’exagère ? Que nenni. Regardez ce qui s’est passé et se passe encore pour les emprunts toxiques : des élus ont fait, littéralement, n’importe quoi, tout en sachant pertinemment ce qu’ils faisaient et avaient sciemment calculé leur échec. Dans un pays normal, ces élus auraient été démis, disgraciés et ruinés par la force publique, honteuse de leur avoir filé les clés du coffre à confitures pour s’apercevoir qu’ils ont tapé dedans. En Socialie, on encourage, on comprend, on pardonne et on soutient. En Socialie, on en rajoute même.

Et ce qui est vrai là est aussi vrai ici : on va réaliser une ponction, à l’échelle des universités, sur celles qui ont été responsables, pour celles qui ne l’ont pas été.

Or ce schéma, où l’on prend de force aux fourmis pour aider la « pauvre » cigale, ne vous rappelle rien ? Serait-ce la première fois qu’on le retrouve en République Démocratique Populaire Française ? Oh, on dirait ce petit moment douloureux où l’on força le contribuable à se porter garant de banques qui firent n’importe quoi. On dirait aussi ce moment peu agréable où la force publique fut utilisée pour éponger les myriades de chantiers publics foireux ou sauver les entreprises en faillite que l’intérêt électoral bien calculé de certains politiciens commandait de ne surtout pas laisser tomber, quand bien même elles calanchèrent plus tard. On dirait ce grand moment républicain de solidarité où, d’un trait de plume, le maréchal Pétain liquida par la force les retraites par capitalisation pour, prétendument, créer un système par répartition qui spoliera les épargnants d’alors, obérera complètement tout espoir de retraite pour nos générations et ruinera petit-à-petit les retraités actuels.

Et ce schéma se reproduira encore plus tard, à une autre échelle, sur tous les Français en général, lorsqu’il s’agira une fois encore de sauver Ce Modèle Social Que Le Monde Entier Nous Envie. Ceux qui ont épargné, mis de côté, seront mis à contribution lors d’un bon gros chyprage de leurs comptes.

De même que Chypre n’était qu’une répétition, la ponction forcée des universités françaises les plus économes au profit des établissements mal gérés est une excellente illustration de ce qui attend tous les Français.

Vous êtes prévenus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fredja
- 29/04/2015 - 14:32
On paie déjà...
via nos impots (et taxes et autres...), on sait très bien qu'une grande partie sert à financer les "pauvres" au sens socialiste du terme, c'est à dire en général, ceux qui n'en branlent pas une et qui attendent que ça tombe tout cru du ciel. On en a une belle illustrations avec la "péréquation" au niveau des collectivités locales : systématiquement, les collectivités "riches" paient pour les "pauvres". Mais en réalité, ce sont celles qui gèrent correctement les deniers publiques qui sont obligées de casquer pour celles qui dépensent à tout-va. Donc on comprend que c'est un pousse-au-crime. Après, pourquoi s'étonner du développement du travail au noir, ou au moins le payeur sait que son argent va à la personne qui a bossé ???
tubixray
- 29/04/2015 - 14:12
1987 réformé Devaquet
Depuis cette reforme tuée dans l’œuf, nos chères universités continuent de former à la pelle des contingents d'érudits en sciences humaines (et sociales NDLR) ou en lettres qui vont grossir les rangs des abonnés à pole emploi .....en laissant de coté un étudiant sur deux quittant la fac sans le poindre diplôme.
Un début d'autonomie avait été instillé par le gouvernement Fillon, on voit ce qu'il en advient.
vangog
- 29/04/2015 - 12:38
Le pire, c'est que cela ne changera rien au problème...
L'état PS fait les fonds de tiroirs de ses subordonnés, et lorsqu'il n'y aura plus rien dans les fonds...il lui faudra bien réagir! et comme l'Etat PS ne sait pas faire des économies, il fera comme la Grèce et empruntera...