En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Back to teenage
Le big data nous connaît mieux que nous-mêmes : et l’âge exact de la crise de la quarantaine est...
Publié le 02 mai 2015
Tout plaquer et se remettre à écouter de la pop. Le site de streaming Spotify a analysé les données de ses utilisateurs et suggère une corrélation entre changement des goûts musicaux et crise du milieu de vie.
Médecin Psychiatre Libéral. Il exerce également à l'hôpital Sainte Anne. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Chauchot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin Psychiatre Libéral. Il exerce également à l'hôpital Sainte Anne. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout plaquer et se remettre à écouter de la pop. Le site de streaming Spotify a analysé les données de ses utilisateurs et suggère une corrélation entre changement des goûts musicaux et crise du milieu de vie.

Atlantico : Le site Spotify a utilisé les données de ses utilisateurs pour faire une corrélation entre changement des goûts musicaux et crise du milieu de vie. Selon le site de streaming musical suédois, alors qu'entre 20 et 40 ans les goûts musicaux ont tendance à devenir de plus en plus pointus, à 42 ans en moyenne, les utilisateurs reviennent à des musiques plus pop et grand public. On pourrait penser qu'avec la maturité, les goûts artistiques s'affinent, et pourtant les données de Spotify indiquent une sorte de retour à des références plus mainstream. Comment l'expliquer ?

François Chaucot : J'ai tendance à croire qu'avec l'âge, on aurait tendance à revenir à des musiques qu'on écoutait plus jeune. Il faut également prendre en compte certains facteurs. Entre 20 et 40 ans, les individus sont en quête d'une certaine ascension sociale, à la recherche d'une certaine qualité. De plus, c'est une génération qui partagent ses goûts artistiques à ses pairs, d'où des connaissances musicales un peu pointues. Après 40 ans, non seulement on maitrise moins les nouvelles technologies comme le streaming, mais on est aussi moins disponible pour chercher des musiques. On a peut-être d'autres centres d'intérêt, d'où le retour à des références plus grand public.

La crise de la quarantaine peut-elle se résumer à un changement de consommation culturelle ?

La crise de la quarantaine ne se résume pas à un changement des valeurs culturelles mais peut passer par là : ce qui était important il ya dix ans ne l'est plus, ou l'est moins. L'individu prend des décisions de consommation différente, au moment où il réalise que la première partie de sa vie est achevée. Souvent, il souhaite faire différemment pour la suite. Par exemple, acheter une moto plutôt qu'une voiture. Alors que jusqu'à 40 ans environ on souhaite bâtir sa vie (acheter une maison, faire un enfant, trouver un conjoint), la crise du milieu de vie fait qu'on remet en question tout ce que l'on a construit auparavant. L'individu se rend compte qu'il est temps de faire des choix en accord avec son être profond.

Quels sont les autres marqueurs socio-culturels de la crise de la quarantaine ?

La crise du milieu de vie est une remise en question qui peut s'appliquer à tous les domaines. Professionnellement surtout, mais aussi dans la façon de vivre, avec une envie de faire la fête à nouveau par exemple, ou de se mettre à l'art alors qu'on n'a jamais eu le temps auparavant. Il peut s'agir d'un changement de ville, partir à la campagne, ou quitter son foyer. L'idée principale est de remettre en cause ses choix passés, avec une sorte d'urgence pour se réaliser, puisque après 40 ans l'individu se sent sur une pente descendante. C'est un peu la dernière chance.

La crise de la quarantaine se manifeste-t-elle de la même manière selon les classes sociales ? Quelles sont différences ?

Cette crise peut toucher toutes les classes sociales, mais certaines classes sociales peuvent plus facilement se permettre de se remettre en question. Il est plus facile de plaquer son travail lorsqu'on a une certaine aisance financière. En revanche, si l'on vient d'un milieu social très traditionnel, la crise peut être très difficile à vivre. Une mère de famille au foyer, qui quitterait tout, risque d'être mal perçue par son entourage, qui pourra penser à un déséquilibre ou à une dépression.

La crise de la quarantaine, comme toute crise, a un début et une fin. Il faut être vigilant aux idées suicidaires qui révèlent une dépression. Il faut parfois se faire accompagner pour "réussir sa crise", afin de déboucher sur des relations plus positives.

Finalement, peut-on dire que la crise de la quarantaine est l'apanage des riches ? 

Je ne pense pas que ce soit l'apanage des riches, mais l'argent aide à effectuer des changements, c'est un paramètre facilitateur. "Reussir sa crise" dépend aussi de la capacité de la personne à rebondir. Si un individu en a assez de sa vie professionnelle, il peut envisager une autre façon de travailler avant de tout plaquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
01.
Les meilleures monnaies en temps de crise
02.
"Il fallait commercer avec la Libye"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires