En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Libye : la guerre contre Kadhafi, militaire et médiatique

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 55 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 8 heures 7 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 37 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 13 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 56 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 36 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 13 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 40 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
© Wikipédia commons
Représentation de Vercingetorix.
© Wikipédia commons
Représentation de Vercingetorix.
L’enseignement m’a tuer

Histoire, la grande braderie : comment les nouveaux programmes scolaires préparent les guerres civiles françaises de demain

Publié le 28 avril 2015
Les nouveaux programmes scolaires proposés par le Conseil supérieur des programmes pour le collège, encore à l'état de projet, font l'objet d'un feu nourri : "Apologie de la repentance", "haine de soi", "idéologie mortifère"... Les critiques ne manquent pas et les conséquences pourraient être plus grave qu'on ne le pense.
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les nouveaux programmes scolaires proposés par le Conseil supérieur des programmes pour le collège, encore à l'état de projet, font l'objet d'un feu nourri : "Apologie de la repentance", "haine de soi", "idéologie mortifère"... Les critiques ne manquent pas et les conséquences pourraient être plus grave qu'on ne le pense.

Atlantico : Les critiques fusent de toutes parts sur le projet sur les programmes d’histoire au collège présenté récemment par le Conseil supérieur des programmes. « Apologie de la repentance », « haine de soi », « idéologie mortifère »… La ministre de l’éducation nationale a tenu à rappeler vendredi 24 avril que l’élaboration de ces programmes n’en était qu’à sa phase préparatoire. Cela doit-il nous rassurer pour autant ?

Dimitri Casali : J’ai pris ces nouveaux programmes comme un nouveau coup de poignard à ce qui fonde notre identité. Les concepteurs des programmes n’ont pas tiré les leçons des attentats de janvier, ni compris l'attente de tout un peuple pour retrouver ses racines tout en restant ouverts et en intégrant le plus grand nombre par le fondement notre culture française. La transmission de la culture est le premier facteur d’intégration : pour éviter que des événements comme ceux de janvier ne se reproduisent, il faut réapprendre à nos élèves à aimer la France. Ce n'est pas ce que font ces nouveaux programmes. Que serait la France sans l'humanisme de Montaigne et l'esprit des Lumières, deux thèmes qui, dois-je le rappeler, ont été rendus facultatifs ? En revanche l'accent est mis sur la civilisation musulmane et la traite négrière, qui deviennent des thèmes obligatoires, comme si il y avait une volonté de creuser davantage le fossé qui sépare les Français. Il est loin, le grand récit fédérateur dont la Nation aurait besoin pour rassembler et réconcilier tous les Français, quelle que soit leur origine ou leur religion. Comment la ministre de l'Education ose-t-elle nous parler de laïcité si l'on supprime l’étude des guerres de religion au programme de 5e ? Le concept de laïcité nait dès cette époque, il faut prendre le temps d'en expliquer la genèse, c'est-à-dire de l'Edit de Nantes pris en 1598 par le roi Henri IV après 40 ans de guerres civiles qui ont faillis faire disparaitre la France. Si nos enfants ne sont plus sensibilisés aux guerres de religion, à l'humanisme de Montaigne et à l’esprit des Lumières qui ont théorisé les concepts de laïcité et de tolérance, alors c'est la substance même de la culture et de l’identité française qui disparait.

En donnant la part belle à l’islam et aux référence à l’esclavage et à la colonisation, en rendant optionnel l’enseignement du christianisme à l’époque médiévale, tout en accordant une partie à l’encadrement de la société rurale par l’Eglise, que cherchent à faire les inspirateurs de ces programmes ?

Faire de l’islam un thème obligatoire et de l’Eglise chrétienne une option, c’est du pain béni pour le Front National. Comment la ministre, qui est supposé être une personne intelligente, peut-elle en arriver à de telles inepties ? J’ai le sentiment que les concepteurs des programmes n’ont ni compris la leçon du 11 janvier, ni vu un élève de 11 ans depuis des lustres. Ils pensent avoir affaire à de jeunes universitaires qui savent déjà tout de l'histoire de France, alors qu'en réalité 25 % des élèves qui entrent en 6e ne savent ni lire ni écrire. Cette réforme, qui vient s'ajouter à la suppression du grec et du latin, est révélatrice des partis pris idéologiques des technocrates de la rue de Grenelle.

Ces technocrates veulent faire de nos élèves des citoyens du monde avant d’en faire des citoyens français respectueux des lois de la République. Ils se leurrent dans une utopie pédagogiste, oubliant que la construction des savoirs et la transmission de la culture se font lentement, brique par brique. Ce qui se passe est très grave car les concepteurs de ces programmes sont la première génération qui ne transmet pas notre héritage culturel à nos enfants.

Quelles sont les conséquences concrètes ?

On s'étonne ensuite que des Coulibaly, des Kouachi et des Merah, qui tous ont suivi consciencieusement le cursus scolaire français, puissent en arriver à des telles extrémités. Ces garçons sont le pur produit des travers de la société française toute entière, et en particulier de ceux du ministère de l'Education nationale qui ont déconstruit nos valeurs et nos repères depuis une trentaine d'années.

Que perd-on, au niveau culturel ?

La France est le produit d'un double héritage chrétien et monarchiste et républicain et laïc. Effacer des programmes scolaires ces périodes revient à effacer ce qui fait l'identité de la France. Un peuple sans identité n'a pas d'avenir. Au nom de grands thèmes compassionnels que sont la lutte antiraciste, les droits de l'homme, l'alter mondialisme et le culte de la diversité nos dirigeants sont en train de gommer 2 000 ans d'histoire. La France sans les cathédrales de Saint-Louis, l'humanisme de Montaigne et l'esprit de Voltaire n'est plus la France, puisque ce sont ces trois héritages qui ont donné lieu à la Déclaration universelle des droits de l'homme et des citoyens du 26 août 1789. Ce sont ces références qui ont fait de notre pays le pays des droits de l’homme et la patrie des arts et des lettres.

J'ajoute que le collège n'est pas le seul concerné : à la fin du CM1 le programme s'arrête en 1792, et reprend en CM2 en 1892… Dans ce trou béant, Napoléon Ier, Louis Philippe, la IIe république et Napoléon III, Gambetta disparaissent. Encore une fois, la volonté d'effacer les grands personnages de notre histoire assimilés par nos élites parisiennes, à un culte rétrograde de la personnalité, apparaît de manière flagrante. On nous annonce le retour de la chronologie des personnages au collège, quand c'est tout le contraire qui est fait au primaire.

Les inspirateurs des ces programmes creusent-ils encore plus le lit de l'inégalité entre les enfants qui peuvent compenser leurs lacunes grâce à leurs parents, et ceux qui ne peuvent compter que sur l'éducation nationale ?

Ces idéologues de la rue de Grenelle ne croient qu'au nivèlement par le bas, à l’égalitarisme qui confond égalité et médiocrité générale, alors que l’idéal de l’excellence qui caractérisait l'école de Jules Ferry, c'était l'exigence républicaine fondée sur la méritocratie. Aux meilleurs les meilleures places : c'est ce qui a fait le succès de la France pendant toute une partie du 19e siècle, jusqu'à ce que le système se sclérose, comme en témoignent les derniers rapports PISA (en 2000 la France était 10e, en 2013 elle était 25e). Les familles les plus favorisées, et mêmes les enseignants, se tournent vers le privé pour s'assurer que l'éducation de leurs enfants sera bonne. Nos technocrates inamovibles depuis 30 ans et isolés dans leurs tours d’ivoire ne se rendent pas compte du mal qu'ils sont en train de faire.

Pourquoi cet acharnement à reconstruire le passé ?

Parce que les concepteurs des programmes sont pétris d'une idéologie d'ultragauche pleine de bienpensance mais éloignée de la réalité du terrain. Ils affichent leur volonté de plaire aux nouveaux arrivants en supprimant tout ce qui peut les heurter : l'enseignement des racines chrétiennes et l'exercice de l’Esprit critique si français. Enfin ces idéologues du Conseil supérieur des programmes sont régis par un système dont les règlements ont été signés par Maurice Thorez en 1950, et qui accuse désormais 65 ans de retard. L'Education nationale n'en jamais sortie de ses vieilles idéologies marxisantes et anticolonialistes. Comme l’écrivait Spinoza : "la repentance est une seconde faute…".

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 09/05/2015 - 12:08
La vraie menace
Je suis un peu inquiet en voyant Dimitri Casali (un historien, nous dit-on) nous parler de décisions sur l’Éducation nationale signées par Maurice Thorez en 1950. Faut-il lui rappeler que les communistes ont été chassés du gouvernement par Ramadier en 1947 et n’y sont revenus, par la grâce de Mitterrand, qu’en 1981 ? Quant au Plan Langevin-Wallon qui a commencé à appliquer réellement les stupidités de la Gauche dans ce domaine, il est pratiquement resté à l’état de projet, de piste de réflexion comme on dit, jusqu’en 1959 où le général de Gaulle, revenu au pouvoir mais voulant rester en bon termes avec la gauche, a signé avec elle une sorte de Yalta, lui laissant l’Éducation nationale pour qu’elle se contentât de jouer à l’opposition de Sa Majesté. Mais aujourd’hui la situation s’est encore aggravée : on essayait jusqu’à présent d’officialiser le point de vue marxiste dans nos programmes, ce qu’on veut aujourd’hui c’est imposer l’islam comme religion officielle et nos hommes politiques, terrorisés à l’idée d’être accusés d’islamophobie, n’émettent que quelques borborygmes contre cette menace. Voilà le danger dont il faudrait qu’on parlât davantage.
clint
- 28/04/2015 - 22:03
Ce gouvernement veut-il institutionnaliser la collaboration ?
Car il n'y a que dans les périodes de colonisation, d'occupation que les gouvernements tordent leur histoire pour plaire. Pourquoi avoir honte de la France, cette "France qui vient du fond des âges" (Ch. De Gaulle), cette France qui n'a pas commencé avec la Révolution et la Terreur, mais qui a été construite et unifiée par ses différents souverains. Jules Ferry n'avait pas la haine des valeurs et de la culture de la France; pourquoi la gauche, du moins celle au pouvoir dans l' EN, l'a telle tellement qu'elle se sert des programmes pour revisionner notre histoire et l'adapter à ses fantasmes et à ses dogmes ?
Gré
- 28/04/2015 - 20:37
Si ces matières" Islam,
Si ces matières" Islam, colonisation, esclavage" sont enseignées de manière objective, les dégâts ne seront pas si graves. Car il sera possible de comprendre que l'Islam est guerrier de naissance, que la colonisation du Maghreb a eu entre autres origines la volonté de mettre fin à l'esclavage des Européens, et que l'esclavage est la chose la mieux partagée au monde. ---------------------
Evidemment, si les professeurs sont obligés de répéter ce qu"on leur dit de dire, ce sera plus problématique.