En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Enseignement : la Chine utilise avec succès les méthodes qui marchaient chez nous il y a 40 ans.
Ils auront tout copié...

Et pendant que l’Éducation nationale s’épuise en pédagogisme, la Chine utilise avec succès les méthodes qui marchaient chez nous il y a 40 ans

Publié le 28 avril 2015
En perte de vitesse dans les classements internationaux, notre Education nationale ne songe pas à se remettre en cause et à - pourquoi pas ? - regarder ce qui fonctionne ailleurs. Comble de l'hérésie, des enseignants britanniques ont osé se rendre à Shanghai, nouveau lieu de l'excellence dans ce domaine.
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En perte de vitesse dans les classements internationaux, notre Education nationale ne songe pas à se remettre en cause et à - pourquoi pas ? - regarder ce qui fonctionne ailleurs. Comble de l'hérésie, des enseignants britanniques ont osé se rendre à Shanghai, nouveau lieu de l'excellence dans ce domaine.

Atlantico : 70 enseignants britanniques sont partis à Shanghai, numéro 1 au classement PISA, pour observer les méthodes éducatives qui y sont employées, rapporte le site The Conversation (voir ici). Alors que la France s’épuise actuellement dans des débats autour des nouveaux programmes, que pensez-vous de cette démarche consistant à se rendre sur place pour voir ce qui se fait ailleurs ?

Jean-Paul Brighelli : Les Anglais ont au moins l’originalité d’aller voir les systèmes éducatifs les plus performants — on aurait pu citer Singapour (particulièrement pour les mathématiques) ou la Corée du Sud à côté de Shanghai, qui non seulement est en tête des classements, mais triomphe chaque année depuis au moins dix ans dans les Olympiades de maths. Nous, nous nous obstinons à chercher des modèles dans les systèmes qui caracolaient en tête de PISA il y a dix ans — essentiellement la Finlande. Ce sont des choix idéologiques : les pédagogistes à la manœuvre en France seraient outrés de l’initiative britannique : la pédagogie chinoise est, de notre point de vue européen, quasi terroriste. Beaucoup d’appelés, très peu d’élus : l’accès au Supérieur est extrêmement filtré. Bref, chacun va voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Il est ressorti de ces observations que les Chinois pratiquent la méthode d’enseignement qui était traditionnellement en vigueur en Europe il y a 40 ans. Bien que Shanghai soit connu pour son système extrêmement élitiste et peu représentatif du reste de l’éducation chinoise, quels enseignements pourrait-on en retirer ? Toute idéologie mise de côté, qu'est-ce qui est bon à prendre ?

L’Angleterre n’a pas attendu Shanghai pour avoir Oxford ou Cambridge. Nous n’avons pas attendu la Finlande pour avoir le meilleur système d’enseignement au monde — celui de la IIIème République. Chaque pays doit développer le système qui lui est propre. On peut toujours aller voir ailleurs, mais c’est en restant fidèle à son propre génie que l’on réussit le mieux. Croyez-vous que les Chinois soient tentés de copier le système français ? Nous avons nous-même démantibulé l’école de la République en nous laissant influencer par des pédagogues américains des années 1950, puis en les combinant avec des idéologies scandinaves. Résultat, nous ne savons plus enseigner à la française. On ne réussit pas un boeuf bourguignon en allant voir comment les uns préparent le hamburger ou le hareng à la crème aigre et les autres le canard laqué.

Dans la plupart des pays occidentaux il est de nos jours considéré que l’enfant doit être actif pour mieux assimiler les connaissances. Cependant, la réussite chinoise tend à démontrer que la posture en apparence passive de l’élève face à un professeur qui, craie en main, expose le contenu du cours, ne nuit pas à sa réussite, et pourrait même l’améliorer. Comment l’expliquez-vous ?

L’enfant est une pâte molle, dans laquelle on peut imprimer une foule de connaissances. De surcroît, il est demandeur — en quête de "pourquoi" dès qu’il sait parler —, et désireux de faire plaisir. Et contrairement à une légende entretenue par les plus paresseux des pédagogues, il n’est pas rétif au travail, pourvu qu’on lui en explique les objectifs et l’intérêt. Et il adore rentrer chez lui le soir et étaler ce qu’il a appris pendant la journée — sauf qu’on ne lui apprend littéralement plus rien depuis qu’il est censé être "acteur de son propre savoir", quoi qu’un tel jargon puisse signifier.

Selon une étude britannique (voir ici), le fait de s’adapter au profil d’apprentissage de chaque enfant, et d’abandonner le système de notation traditionnel pour un mode d’évaluation moins "traumatisant" serait inefficace. Aurions-nous dû en rester aux méthodes d’enseignement héritées de la 3e république ?

L’enseignement à la carte institutionnalisé est une aberration. Un vrai enseignant s’adapte naturellement sinon à chaque enfant, du moins à chaque groupe. Son travail c’est de trouver le biais pour faire entrer des connaissances nouvelles dans des crânes vierges. En prétendant que les enfants pouvaient "construire" (d’où l’appellation de "constructivisme" donné à cette idéologie aberrante) son propre savoir, on a renoncé à la transmission verticale, qui est le seul moyen — le seul ! — de faire passer des connaissances. Croyez-vous que les hommes des cavernes aient perdu du temps à suggérer à chacun de leurs gosses de chercher chacun de son côté le moyen de faire du feu ? Ils le leur apprenaient — et les enfants, formés, trouvaient d’autres techniques. C’est ainsi que ça marche — et pas autrement. Les Chinois l’ont compris — et ils dominent le monde. Nous faisons le contraire — et notre civilisation s’effondre. À vous de conclure à qui la faute.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
phegp
- 30/04/2015 - 18:58
SOS EDUCATION...
fait beaucoup d'efforts pour lutter contre la démolition de l'éducation nationale entreprise dès l'arrivée au pouvoir des socialos (il faut relire les déclarations ministérielles de l'époque, c'est hallucinant, les moquettes ont dû en prendre un coup...). Accédez à la pétition que SOS EDUCATION a mise en œuvre récemment et signez-la (si vous ne l'avez pas déjà fait). Certes, ce n'est qu'un modeste moyen de se manifester, mais bon, pourquoi pas ?
antidote
- 30/04/2015 - 11:35
Tout en trompe l’œil !
Qu'attendons pour descendre dans la rue et les éjecter du pouvoir ? Seulement les seuls à pouvoir le faire sont les fonctionnaires engraissés et choiller par l'état ,leurs calcul des retraites toujours florissants alors que le privé reste à la ramasse avec un calcul obérant sur les 25 meilleurs années se serre la ceinture dans tous les domaines , les médias qui sont privilégiés concernant leurs impôts , ces incapables socialistes ne cessent de mettre en pièce l'équilibre budgétaire du pays .L'endettement ne cesse d'augmenter et se profile le risque d'une catastrophe financière bien plus importante que 2008 .Il y a de quoi s'inquiéter pour notre avenir si jamais cela s'avéré exacte .Mais à qui la faute si non à SARKOZY n'est ce pas Mr Hollande !!!
Mario
- 30/04/2015 - 10:41
titanic
oui le bateau coule , tout le monde le sait et l'orchestre continue de jouer.
il faut un nouveau mai 68 mais dans l'autre sens pour revenir à la raison, au pragmatisme et donc s"éloigner de cette idéologie égalitaire,droit de l'hommiste , ce parti de l'autre qui se déteste lui même et pour certains qui détestent l'homme .
l'occident est riche de valeurs, d'histoire et ils liquident tout cela.
nous avons à faire à des fous....