En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 3 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 2 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 15 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 11 min
© Reuters Pictures
Delphine Ernotte
© Reuters Pictures
Delphine Ernotte
Tout est dans l’exécution

Audace 2020 : le plan ambitieux mais prudent de Delphine Ernotte

Publié le 25 avril 2015
Alors que les attentes des téléspectateurs évoluent à grande vitesse, la nouvelle présidente de France Télévisions Delphine Ernotte a présenté au CSA un rapport sur l’adaptation de l'audiovisuel public au nouvelles technologies.
Francis Balle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les attentes des téléspectateurs évoluent à grande vitesse, la nouvelle présidente de France Télévisions Delphine Ernotte a présenté au CSA un rapport sur l’adaptation de l'audiovisuel public au nouvelles technologies.

Atlantico : A la demande du syndicat des journalistes de France Télévisions (SNJ), le CSA a publié les 32 pages du projet de Delphine Ernotte pour France Télévisions. Mot d'ordre : s'adapter aux nouvelles technologies. Ce projet est-il à la hauteur des enjeux ?

Francis Balle : Le projet présenté au CSA répond parfaitement à la nécessité de relever le défi du numérique : les usages ont changé, notamment parmi les générations Y et Z, et les programmes, dans leurs contenus comme dans leurs formats, devront pareillement s'adapter à cette nouvelle donne. Il s'agit bien, en l'occurrence, de transformer les essais parfaitement réussis des équipes précédentes; il s'agit d'aller plus vite et plus loin, ce que tous les observateurs et les professionnels admettent. Sauf peut-être ceux qui, par intérêt, ne veulent rien changer, ce qui ferait courir un bien grand risque au groupe France Télévision.
 
Aucun projet ne peut être jugé sur le papier : les réformes que France Télévision doit engager sont, comme la guerre selon Napoléon, ' trou' d'exécution " ! On retrouve par conséquent dans ces 32 pages, ce qui ne saurait surprendre, des propositions prudentes, celles mêmes qui sont enseignées dans toutes les écoles de commerce aujourd'hui. A la décharge de tous les dirigeants des éditeurs du secteur public, le défi à relever est crucial : il en va de la survie même des chaînes publiques. Partout en Europe, les chaînes publiques sont comme des forteresses assiégées. Que devraient-elles faire que les chaînes privées ne font pas? Que doivent-elles faire, mieux ou autrement, que les chaînes privées font déjà?
 

A-t-on déjà une idée de ce à quoi ressembleront les programmes télévisés ?

Peut-on en vouloir à la future présidente de n'être pas allée très loin sur le chapitre des programmes ? Au-delà, par conséquent des déclarations d'intentions ? Elle devra, comme ses prédécesseurs, créer les conditions permettant aux producteurs d'émissions, de l'intérieur ou de l'extérieur, de proposer tout ce qui pourrait répondre aux exigences le plus souvent contradictoires, pour ne pas dire toujours dans un premier temps, de l'audience, mesurée quantitativement, et des exigences sur la fameuse " différence " que le secteur public doit cultiver pour justifier sa raison d'être ! Dans quel régime serions-nous si un dirigeant de média, de surcroît faisant acte de candidature, disaient aux journalistes et aux producteurs de programmes  ce qu'ils doivent dire ou faire ! Ne faisons pas de procès d'intentions.

Le précédent de la grève à Radio France a-t-il eu des conséquences sur le choix du CSA ? Cela transparaît-il dans le projet ?

Personne ne peut penser que cette désignation ne s'est pas inscrite sur fond de grève à Radio France. Cette grève, rappelons-le, n'était que le rappel lancé par l'entreprise au gouvernement, auquel il était demandé de donner les moyens d'atteindre les objectifs pour lesquels le gouvernement et le CSA avaient désigné le président Mathieu Gallet. Le temps est vite advenu du reste pour montrer, à travers des rapports officiels, que le gouvernement s'est défaussé de ses responsabilités sur le président de Radio France : espérons pour Radio France qu'après cette démarche heureusement vouée à l'échec, le Contrat d'objectifs et de moyens signé entre l'entreprise et l'Etat permettra d'échapper à pareille manœuvre qui ne fait, au total, que des vaincus !

Le projet ambitionne de mettre fin au "mille-feuille statutaire et managerial" et à "un management à la fois opérationnel et transversal" qui peut rendre "fou" : faut-il y voir une critique contre l'ancienne direction ?

Ce n'est pas faute d'avoir essayé que les équipes précédentes, celles de Messieurs Pfimlin et de Carolis, ont partiellement échoué dans leurs efforts pour éviter que l'organisation ne "rende (parfois) fou" ceux qui prétendent faire jouer aux acteurs du secteur public de l'audiovisuel français le rôle irremplaçable qui devrait être le sien ! Des secteurs vitaux pour la société française, comme l'éducation, la santé et l'audiovisuel, secteurs qui doivent échapper pour partie à la logique de la concurrence et du seul profit, sont sous l'emprise d'armées mexicaines qu'il faudra bien avoir le courage de combattre ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/04/2015 - 17:14
Armées mexicaines?
Ah ben alors! Mais on nous aurait encore caché cela? et qui a mis en place cette armee mexicaine, qui pourrit l'audiovisuel français? Sarko-le-tricheur? Chirac-l.immobiliste? Mitterrand-l'hypocrite? Flamby-le-veule? ou les quatre à la fois? et elle veut combattre une armée mise en place par quatre Présidents successifs inféodés à la mafia syndicale de l'audiovisuel, Ernotte? Courage!...