En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 13 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 54 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 31 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 3 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 29 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Des bougies dans une église.
© Reuters
Des bougies dans une église.
Tendre l'autre joue ...

Et maintenant les églises pour cible du djihad : quand nos tentatives pour taire la christianophobie grandissante n’ont fait qu’attiser les tensions que l’on souhaitait éviter

Publié le 24 avril 2015
Le gouvernement a annoncé mercredi matin 22 avril avoir arrêté un jeune algérien qui projetait de faire un attentat contre plusieurs églises de la banlieue parisienne. Selon des chiffres du ministère de l'Intérieur, relayés par le Figaro, sur les 807 cas de profanations recensés en 2014, la très grande majorité d'entre-eux avait pour cible des symboles chrétiens. Et pourtant, on en parle peu.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a annoncé mercredi matin 22 avril avoir arrêté un jeune algérien qui projetait de faire un attentat contre plusieurs églises de la banlieue parisienne. Selon des chiffres du ministère de l'Intérieur, relayés par le Figaro, sur les 807 cas de profanations recensés en 2014, la très grande majorité d'entre-eux avait pour cible des symboles chrétiens. Et pourtant, on en parle peu.

Atlantico : Sur les 807 cas de profanations recensés l'an dernier (deux par jour), la grande majorité d'entre-eux avaient pour cible des monuments chrétiens (206 cimetières et 467 lieux de culte). Comment expliquer que ce phénomène si imposant soit si peu relayé ou évoqué, que ce soit dans les médias ou de la part des pouvoirs publics ?

Vincent Tournier : Il n’y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. On a ici un exemple malheureusement classique d’aveuglement idéologique. Le propre de l’idéologie, c’est de retenir ce qui arrange et d’écarter ce qui dérange. Aujourd’hui, la haine anti-chrétienne, voire anti-blanche, fait partie de cet aveuglement. Quelle est son importance ? On n’en sait rien parce que la question n’a même pas droit de cité. Le récent rapport de la CNCDH en fait une nouvelle démonstration : en France, on a de très beaux sondages sur le racisme et les Français sont scrutés sous tous les angles, mais l’idée d’aller étudier le racisme qui émane des autres groupes de la société est tout simplement inconcevable. Par exemple, on enquête beaucoup sur les discriminations de la population majoritaire, auxquels on consacre une grande partie du temps et des ressources de la recherche publique, mais nous n’avons aucune étude sur les préjugés qui émanent des minorités elles-mêmes, sur leur niveau d’intolérance ou de discrimination. Pourtant, quand on regarde des atteintes aux édifices religieux entre 2008 et 2012 (sépultures et lieux de culte), il y de quoi se poser des questions. Bien sûr, les atteintes contre les édifices chrétiens ne sont pas forcément motivées par des raisons politiques ou religieuses. Mais le problème est qu’on n’en sait rien. Et puis, pourquoi n’en irait-il pas de même pour les autres lieux de culte ? Qu’est-ce qui permet d’affirmer que seules les atteintes aux édifices chrétiens seraient comme miraculeusement dépourvues de toute motivation politique ou religieuse ? J’ajoute une question subsidiaire : pourquoi ces statistiques ne sont plus fournies par le ministère de l’Intérieur ? Cécité volontaire ?

De quelle nature est cet aveuglement ? Quelles en sont les racines ?

L’aveuglement se produit lorsque l’information que l’on reçoit ne coïncide pas avec les grilles de lecture auxquelles on souscrit. Les révélations sur le goulag ont été minimisées ou rejetées parce qu’elles étaient trop éloignées de la vision idyllique du communisme. Aujourd’hui, les attaques contre les chrétiens perturbent une certaine idéologie issue de l’anti-colonialisme et amplifiée par une interprétation pessimiste de l’histoire nationale. Dans ce contexte hypercritique, les minorités ne peuvent être vues que comme des victimes. L’idée que ces minorités puissent à leur tour se transformer en bourreau est tout simplement inconcevable. Les massacres de chrétiens ont beau se généraliser en Afrique et en Orient, l’information ne fait que rebondir ; elle interpelle beaucoup moins que les noyades de migrants en Méditerranée, même si le récent drame des chrétiens jetés à la mer par des musulmans vient perturber cette grille de lecture victimaire.

On peut ajouter deux autres facteurs pour expliquer l’aveuglement. Le premier est le déclin de l’identité chrétienne en France et en Europe, en lien avec les processus de sécularisation. Peu de chrétiens aujourd’hui mettent en avant la religion pour se définir, y compris chez les catholiques pratiquants. Du coup, les Européens ont du mal à comprendre les enjeux des conflits en cours car pour eux, la religion ne peut pas être une source déterminante de mobilisation.

Le second facteur tient à la faiblesse des moyens de mobilisation dont disposent les chrétiens. Les associations chrétiennes ont appris à être discrètes, et elles n’ont pas une culture de la revendication et de l’action militante, comme on l’a vu lors du mariage gay. Leurs liens organiques avec les pouvoirs publics sont également limités, d’autant que ces derniers sont surtout préoccupés par la situation des minorités. La situation actuelle est donc très différente de celle qui prévalait au XIXème siècle lorsque des massacres de chrétiens avaient enflammés l’Europe et conduit les puissances européennes à intervenir dans l’Empire ottoman au nom d’un quasi droit d’ingérence. Aujourd’hui, personne n’a intérêt à œuvrer dans ce sens.

Lorsqu'il s'agissait d'évoquer les exactions commises à l'égard des chrétiens d'Irak, d'aucuns ont tenu à préciser que les principales victimes du terrorisme demeuraient les musulmans eux-mêmes (voir ici). L'instauration d'une compétition entre les victimes pourrait-elle avoir, au contraire, l'effet d'accroître les tensions communautaires ?

J’avoue ne pas bien comprendre l’intérêt de l’argument selon lequel les musulmans sont les premières victimes de l’islamisme. En quoi permet-il de penser la situation actuelle, de lui donner du sens ? S’il s’agit de dire que les musulmans ne sont pas tous des terroristes, la belle affaire. Par contre, s’il s’agit de dire que l’islam n’a rien à voir avec ce qui se passe, alors on est dans le négationnisme. Car si le monde musulman était réellement et puissamment réfractaire à l’islamisme, cela crèverait les yeux et n’aurait pas besoin d’être clamé sur tous les toits. Le problème est que la réalité est très différente. Dire que les musulmans sont les premières victimes de l’islamisme, c’est un peu comme dire que les premières victimes des nazis ont été les Allemands, ce qui est parfaitement exact sur le plan factuel, mais quoi ? Fallait-il en conclure que la société allemande n’était pas en mesure de produire le nazisme ? Que penserait-on aujourd’hui de celui qui, dans les années 1930, aurait passé son temps à plaider en faveur de l’amitié franco-allemande en répétant que l’Allemagne a été une grande civilisation qui a apporté beaucoup de lumière au reste de l’humanité ? Les intellectuels d’aujourd’hui feraient bien d’y réfléchir.

Cela dit, la stratégie de minimisation de la part des pouvoirs publics a malgré tout une justification : court-circuiter la stratégie de l’Etat islamique. L’un des objectifs des islamistes est, en effet, d’exacerber les tensions en Europe afin de faire basculer les musulmans dans le djihadisme et provoquer le chaos sur le continent européen. Si l’on en croit les informations qui filtrent dans la presse, l’envoi de milliers de migrants par bateaux ferait d’ailleurs partie de cette stratégie de déstabilisation.

C’est donc probablement pour couper court à cette stratégie que le gouvernement propose de réprimer plus fortement les propos racistes : en somme, il s’agit d’éviter de donner prise à l’idée que les Européens seraient hostiles aux musulmans, d’empêcher tout dérapage pour ne pas donner d’alibi aux islamistes. Le problème est toutefois que cette volonté de  contrôler le débat risque de ne pas tenir très longtemps si de nouveaux attentats sont perpétrés. L’opinion publique ne comprendrait pas qu’on lui interdise par la force toute possibilité de discuter de la situation actuelle, surtout si des vies sont en jeu.

Manuel Valls a reconnu mercredi que "les catholiques de France étaient visés". Comment peut-on analyser la réponse des pouvoirs publics jusqu'à aujourd'hui sur cette question ?

Il faut insister sur la nouveauté de la situation. Cette tentative d’attentat est évidemment bien moins grave que les attaques de janvier, mais l’acte est plus lourd de menaces. Avec cette tentative, qui a probablement été avortée grâce à cette jeune femme, Aurélie Châtelain, qui l’a payé de sa vie, le problème change de nature. Désormais, la question identitaire se trouve au premier rang, qu’on le veuille ou non. La France a beau ne pas vouloir se définir par sa religion, c’est bien à ce titre qu’elle est désormais visée. On avait déjà commencé à le voir avec l’assassinat du Français Hervé Gourdel en Algérie, mais l’événement était lointain. Aujourd’hui, les choses deviennent plus explicites, comme le montre d’ailleurs la réaction du Premier ministre lorsqu’il déclare que "vouloir s'en prendre à une église, c'est s'en prendre à un symbole de la France. C'est l'essence même de la France qu'on a voulu viser, comme les synagogues, les mosquées, les cimetières". La première partie de la phrase, qui fait de la religion chrétienne l’essence de la France, est étonnante pour un responsable socialiste, mais elle montre que, par la force des choses, une logique identitaire se met en place. En revanche, la référence aux mosquées est surprenante car, que l’on sache, il n’existe aucun mouvement terroriste qui attaque aujourd’hui les mosquées et les musulmans. On voit donc que le discours officiel hésite encore entre la prise en compte de la réalité et le déni de celle-ci.

Certains signes incitent, pourtant, à penser que la situation est grave. Les pouvoirs publics ont mis trois jours à rendre publique cette tentative d’attaque, manifestement parce qu’ils craignaient que des complices soient encore dans la nature. De plus, on vient d’apprendre que six attentats ont été évités au cours des trois derniers mois, ce qui est énorme. Enfin, on n’a pas suffisamment mesuré la signification du projet de loi sur le renseignement. Le débat se polarise sur la question classique des libertés individuelles, mais l’enjeu est ailleurs. Si l’on part du principe que, dans un pays démocratique, les gouvernements réagissent de manière proportionnée à la menace, alors l’ampleur des mesures que s’apprêtent à prendre le gouvernement n’augure rien de bon.*

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 23/04/2015 - 22:14
Benvoyons a raison
Beaucoup de supporters de la chrétienté (la culture, l'occident, les valeurs héritées de...ceci, cela de "bien de chez nous"). mais pas beaucoup du christianisme(accepter Jésus Christ, comme sauveur personnel et donc vivre une conversion de cœur).
C'est un peu comme le spectateur de Foot avec sa télécommande en main ,"sportif mais pas pratiquant".
Tant que ce comportement de spectateur continue, les mahométans et leurs épigones coupe-gorges ont de l'avenir.
tubixray
- 23/04/2015 - 17:59
protection des édifices religieux
Sur la base des reportages TV d'hier soir, lieux juifs et musulmans principalement.
Il ne semble pas que la menace soit la même dans les 2 cas, l'histoire des 40 dernières années ou des derniers mois en atteste.
Alors qui se permet cet "amalgame" ? Ceux là même qui méprisent les chrétiens !
Mike Desmots
- 23/04/2015 - 14:33
@benvoyon,pourquoi les mosquées sont en surnombre de pratiquants
c'est parce que vous n'allez pas allah messe le dimanche...