En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Les hommes n'existent plus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 27 min 34 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 18 heures 56 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 34 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 20 heures 47 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 34 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 47 min 50 sec
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 18 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 12 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 19 heures 59 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 15 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 22 heures 55 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 23 heures 49 min
Crise des banques

Mission impossible ? Les banques à la recherche de leur crédibilité perdue

Publié le 26 octobre 2011
Les banques prétendent ne pas avoir besoin d'être recapitalisées. Mais qui les croit encore aujourd'hui ? Cadre dans une grande banque internationale, Franck Margain donne quelques pistes pour que le secteur banquier se rapproche un peu plus des citoyens.
Franck Margain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Margain est vice-Président du Parti Chrétien Démocrate et conseiller régional UMP en Ile-de-France.Après des études en finances, il est devenu cadre dans une grande banque internationale. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les banques prétendent ne pas avoir besoin d'être recapitalisées. Mais qui les croit encore aujourd'hui ? Cadre dans une grande banque internationale, Franck Margain donne quelques pistes pour que le secteur banquier se rapproche un peu plus des citoyens.

Le discrédit des banques ne date pas d’hier, il est historique, exemples littéraires à l’appui. « Fenus pecuniae, funus est animae », « le profit usuraire de l’argent entraine la mort de l’âme », la formule employée par le Pape Léon le Grand au Vème siècle donne le ton. Quant à Dante, il réserve une place de choix à la banque : l’Enfer.

Cette malédiction initiale de la banque est restée ancrée dans l’âme de la population, d’autant plus avec les crises à répétition depuis le Krach de 1929. Tout ce qui est lié à la finance et l’usure - au sens financier du terme - a donc toujours été associé, dans la conscience populaire, au mal.

Aujourd’hui, la crédibilité des banques est de nouveau mise à l’épreuve, du fait notamment des prêts considérables accordés à des acteurs économiques qui n’auraient pas dû en bénéficier. Il est notamment question des subprimes, et des banques américaines ayant revendu des portefeuilles de prêts à un très grand nombre de banques extérieures aux États-Unis - qui se sont par la suite retrouvées dans une situation fragilisée - comme des prêts aux États souverains peu scrupuleux en matière de transparence de leurs comptes publics, qui ont entrainé le système bancaire dans une fuite en avant.

Or, le métier de la banque est de prêter de l’argent à ceux qui en ont besoin en plaçant l’argent de ceux qui en ont. En définitive, il s’agit de mettre en relation les agents économiques, autour de la thématique de l’argent. Reste qu’il ne peut être nié que des erreurs ont été commises, notamment dans les placements opérés. Toutes les banques ne sont cependant pas à blâmer, certaines ont été plus prudentes et ont su arrêter à temps la spirale infernale. Elles bénéficient aujourd’hui d'une stabilité financière très enviée.

Une banque déshumanisée

Par un souci de rentabilité exacerbé, les agences bancaires ont été déshumanisées. Équipées de moyens informatiques dernier cri, elles ont progressivement délaissé le conseiller de clientèle, le chargé de compte. Le lien social entre le monde bancaire et le particulier s'est étiolé.

Ainsi, lorsque des banques traversent des difficultés en période de crise financière, l’agent du guichet ne peut plus rassurer ses clients. Le contact du particulier à son agence a été effacé. La clientèle d’une banque se retrouve ainsi plus ou moins livrée à elle-même, seule face à un flux d’informations qu’elle ne comprend pas systématiquement.

Un réseau d’agences bancaires trop dense

Le réseau bancaire d'aujourd’hui, en France, comme en Europe et aux États-Unis, fait état d’un taux de « bancarisation » très élevé. Autrement dit, pour répondre à la démultiplication des titulaires de comptes bancaires, le nombre d’agences bancaires s’est notoirement élevé. Le réseau d’agences bancaires se révèle donc particulièrement dense, mais paradoxalement très coûteux. Parallèlement à la convergence du réseau bancaire, il faudra donc diminuer progressivement le nombre d’agences.

Une corporation bancaire sans discernement

Le mot crise renvoie étymologiquement au « jugement ». Dans la crise, les banques ont perdu ce « jugement », comme en témoignent les mouvements financiers des subprimes qui ont mobilisé des acteurs qui n’étaient pas des clients directs des banques. D’où un sentiment d’incompréhension de la part d’un grand nombre d’épargnants, qui se sont sentis délaissés, comme n’étant plus la cible privilégiée de leur agence bancaire. Il faut donc que les banques retrouvent le sens du « discernement ». A savoir, pour qui sont-elles supposées faire des affaires ? Dans quel intérêt ? Et quel en est le sens ?

Le système bancaire souffre d’une perte de sens de « l’économie », puisqu’il ne devrait pas être question de l’art de s’enrichir, mais de « bien administrer » sa maison, de répondre aux besoins des particuliers et des acteurs privés.

Le système bancaire ne favorise plus la « banque locale »

Les banques ont été trop loin dans la mondialisation, en s’occupant de grandes affaires internationales plus profitables, elles en ont oublié de faire de la « banque locale ». Il serait certainement utile d’identifier séparément - pour une meilleure compréhension de la clientèle - la banque de détail et celle d’investissement, même si une même banque peut exercer ces deux activités. La faillite de Lehman Brothers (investissement) comme celle de Northern Rock (dépôt) prouve qu’une banque qui n’exerce qu’une seule activité (dépôt ou investissement) n’est pas à l’abri d’un faux pas. La séparation des banques d’investissement et de dépôt serait un mauvais remède.

Le bon réflexe serait de gagner en crédibilité par la mise en scène d’une banque de détail se préoccupant de prêter localement, de sorte que les clients puissent retrouver confiance dans le système bancaire. Dans cette mouvance, les banques retrouveront leur capacité à exercer de nouveau leur métier de banque, c’est à dire s’intéresser aux PME (petites et moyennes entreprises), aux artisans, aux TPE (très petites entreprises)… Et favoriser entreprenariat local.

Nous souffrons d’un monde terriblement biaisé, qui vit dans un prisme où seules comptent les entreprises du CAC 40, alors que ces dernières peuvent faire librement appel aux banques d’investissement. Les banques ne doivent pas oublier les acteurs économiques de premier choix que sont les PME et TPE, qui représentent 80% de l’emploi et 60% de la richesse nationale. La banque doit à nouveau alimenter le prêt au tissu économique local.

L’économie mutualiste toujours à la traîne

Ensuite, renforcer l’économie mutualiste reste une idée à creuser, puisqu’aucun parti politique n’a encore évoqué cette éventualité. Or, la banque mutualiste permet l’alignement des intérêts de tous, du client, de l’entreprise et des propriétaires. En effet, dans l’économie mutualiste, il n’y a pas d’actionnaires des banques mais seulement des sociétaires. Ces derniers composent le Conseil d’Administration d’une banque, tout en étant clients de celle-ci.  

L’alignement, entre l’intérêt à long terme de l’entreprise et celui du client, est donc immédiat. Il en résulte un enrichissement commun au profit de la Société, c’est à dire de l’acteur économique de la banque et de ses employés, qui sont également des clients.

Dexia ou l’exemple à ne pas suivre

Dexia résume l’exemple d’une mauvaise gestion, où seul primait le taux usuraire, c’est à dire les profits obtenus en vendant des produits de financement opaques aux collectivités locales. En définitive, Dexia n’a pas fait preuve de « discernement », puisqu’elle a gonflé son  bilan d’une manière si importante qu’elle en a oublié le peu de dépôts dont elle disposait. Un volume financier plus que mince, puisque Dexia n’avait établi des banques de dépôt qu’en Belgique et en Turquie. Sur la scène internationale, Dexia était donc un très gros pourvoyeur de financements aux collectivités locales, alors qu’elle n’avait pas accès à la liquidité puisqu’elle avait très peu de dépôts. Dexia s’est fourvoyée, et n’a pas pu continuer son activité.

Concernant son démantèlement, il faut protéger les épargnants, d’où l’intervention de l’État belge qui protège les agences et l’épargne des particuliers. Les portefeuilles de prêts aux collectivités locales vont être financés par des aides étatiques afin que les collectivités locales puissent continuer à vivre. L’État poursuit ainsi son rôle d’accompagnement dans la crise. 

Ces propositions sont essentielles pour que les banques retrouvent une certaine crédibilité. Elles devront être portées au cœur de la campagne présidentielle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
New
- 27/10/2011 - 01:50
Que de vérités cachées - suite et fin
confrontées à une dégradation inévitable de leur rentabilité (crise de la dette souveraine, ralentissement économique, exigences de fonds propres plus élevées), les banques françaises vont devoir pour compenser réduire fortement leurs coûts. Un gisement énorme existe avec des réseaux d'agences surdimensionnés. Des fusions accéléreraient le processus. Le back office offre aussi des pistes...
New
- 27/10/2011 - 01:41
Rectificatif
dans mon premier commentaire lire à la fin " qu'à hauteur de 20 % "
New
- 27/10/2011 - 01:39
Que de vérités cachées -suite
3/ le réseau d'agences bancaires en France est surdéveloppé : dans l'absolu il pourrait être drastiquement réduit. Plus encore si on autorisait des fusions de type SG / BNP qui permettraient d'énormes synergies. Mais la casse sociale serait énorme donc pour le moment personne n'ose.