En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 43 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 43 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 22 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 18 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 31 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 8 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 7 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 22 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 46 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 43 min
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril.
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril.
Bilan

Grève à Radio France : ce qu’elle a coûté, ce que les grévistes ont obtenu

Publié le 18 avril 2015
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril. Si son impact financier est encore difficile à évaluer avec précision, la direction estime la perte à 1 million d'euros par semaine. Les grévistes se considèrent comme les premiers touchés. Malgré la version officielle, des compensations pourraient être mises sur la table des négociations.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Francis Balle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de...
Voir la bio
Renaud Dalmar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Dalmar est réalisateur à France Culture et délégué CFDT à Radio France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grève à Radio France s'est terminée jeudi 16 avril. Si son impact financier est encore difficile à évaluer avec précision, la direction estime la perte à 1 million d'euros par semaine. Les grévistes se considèrent comme les premiers touchés. Malgré la version officielle, des compensations pourraient être mises sur la table des négociations.

La plus longue grève jamais vécue à Radio France (29 jours) s'est arrêtée officiellement jeudi 16 avril à 13 heures. Ce conflit accouche d'une souris puisque les syndicats et la direction n'ont pas réussi à se mettre d'accord. Malgré une dernière reconduite de la grève mardi, les syndicats n'étaient déjà plus en ordre de bataille. Ainsi, seule la CGT avait appelé à la poursuite du mouvement. Les quatre autres (CFDT, FO, SUD et Unsa) avaient, eux, décidé de sa levée. Selon la direction, le mouvement a fait perdre à radio France 1 million de recettes publicitaires par semaine. Un coût qui devra être compensé d'une manière ou d'une autre.

Le mouvement social a beau être arrivé à son terme, il n'en va pas de même du bras de fer entre les syndicats et la direction. Dès ce vendredi, les négociations ont débuté, afin de déterminer une méthode permettant de produire le contrat d'objectifs et de moyens attendu pour le mois de juillet. En prenant part à cette négociation, les représentants syndicaux espèrent "pouvoir parler du rôle des chaînes et des formations musicales, des ambitions pour Radio France, traiter de la question de nos moyens, etc.", a affirmé Jean-Paul Quenneson (Sud) dans Télérama. Cependant rien n'est garanti, et pour le moment la seule exigence qui ait été pleinement satisfaite est le maintien des deux orchestres, en lieu et place de la fusion initialement envisagée.

Interrogé sur les raisons qui ont conduit à la fin de la grève, Renaud Dalmar, de la CFDT, s'explique :

"Reprendre le travail était la condition pour participer aux négociations. Si la grève continuait, nous ne participions pas et le médiateur s’en allait. Pour l’instant, nous n’avons pas de réponses sur les emplois menacés mais le médiateur nous a promis que tout licenciement passerait par une justification et une démonstration de l’intérêt de la mesure. Pour nous, ce n’est pas le bon levier pour faire des économies à Radio France."

Cependant il se veut optimiste :

"Nous avons obtenu un certain nombre de garanties sur nos revendications, notamment à propos du personnel de ménage, qui était la cible d’une réforme qui n’avait pas du tout été présentée aux salariés et qui l’envoyait dans les sous-sols alors qu’il faisait le ménage dans les bureaux de Radio France depuis 30 ans. C’était une forme d’humiliation qui visait à les faire partir pour avoir recours finalement à une externalisation. Assez tôt dans la grève la direction a reconnu que cette méthode de management pouvait avoir des risques potentiels. Cette réforme tombée du ciel et imaginée par un cabinet extérieur a finalement été jetée au panier et on nous a promis que les réformes feraient désormais l’objet d’une consultation des salariés."

Pour la direction, l'objectif de produire la même quantité avec moins d'effectifs reste inchangé. Les syndicats ont obtenu que le processus se fasse en s'appuyant sur les expertises internes plutôt que sur un audit externe.

Renaud Dalmar :

"Le point qui a posé énormément de problèmes et qui a fait se poursuivre la grève était la mutualisation des programmes des radios locales, c’est-à-dire une mise en commun quotidienne entre des radios parfois même pas si proches que cela, comme par exemple Châlons-en-Champagne et Reims. C’est tout à fait contraire à la notion de service public. La ministre Fleur Pellerin nous a assuré qu’elle était pour préserver les programmes locaux, ce qui nous a rassuré. Nous n’avons pas de garantie écrite, le médiateur n’a pas voulu revenir sur son rapport, mais plusieurs déclarations nous ont donné confiance. L’abandon de la fusion des orchestres a aussi été important."

Le chantier de la Maison de la radio quant à lui, véritable gouffre financier, devrait faire l'objet d'une dotation en capital de l'Etat (il serait question de 80 millions d'euros) pour aider Radio France à faire face à l'emprunt qui devra nécessairement être contracté à cet effet.

Quant à savoir si les grévistes seront tout de même payés pour les jours non travaillés, la direction de Radio France, interrogée par Atlantico, répond catégoriquement par la négative. "La grève va surtout coûter aux salariés, car les salaires des grévistes ne seront pas payés, ou en tout cas pas dans leur totalité", nuance Renaud Dalmar. "Chaque jour de grève est décompté du salaire. Cela fait 20-30 ans que Radio France ne paye plus les jours de grève". A l’époque cela était renégocié a posteriori." Un avis que ne partage pas Francis Balle, professeur de sciences politiques et ancien membre du CSA : "Dans le cas présent le médiateur n'est sans doute pas arrivé sans biscuits : un accord officieux a été passé, qui sera ensuite officialisé parce que cela ne peut pas être passé sous silence. Les membres du conseil d'administration, qui en sont forcément informés, se taisent sur ce sujet car ils ne veulent pas d'histoires, c'est pourquoi aucune fuite ne se produit. Normalement, cela devrait être public, mais personne n'a intérêt à ce que cela se sache, que ce soit les représentants du personnel, le Conseil d'administration, les administrateurs soi-disant indépendants ou les représentants de l'Etat. Personne ne tient à rouvrir un dossier difficile. Pourtant Matthieu Gallet avait été élu sur le projet d'une bonne gestion, et donc, on pouvait le supposer, sur une plus grande transparence."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 18/04/2015 - 21:58
Un million de recette de perdue?
Mais c'est tout simple, il suffit de ne pas verser les salaires durant un mois. Car soyons en sur les grévistes comme d'habitude dans les services publiques ont obtenu que les journées de grèves soient payés, contrairement à la loi. L'idée d'une faillite me parais excellente, ce ne serait pas une perte pour les français, au contraire une économie substantielle, à la rigueure une privatisation, mais quel privé voudra reprendre un nid de gauchiste.
lexxis
- 18/04/2015 - 15:10
LA DEPENSE À TOUT VA (rectificatif)
Dernière phrase corrigée " Cette grève aura eu au moins le mérite de nous faire découvrir les divers privilèges de ces gens qui comptent tant en France, parce qu'ils peuvent hisser leur pouvoir de nuire très au dessus de leur apport à la collectivité". Avec mes excuses pour les erreurs du texte primitif
lexxis
- 18/04/2015 - 15:06
LA DEPENSE A TOUT VA
Une solide invitation à aller écouter ailleurs, d'autant que l'arbre faisait plus que pencher à gauche… Des obsessions éditoriales souvent futiles ou lourdement bobos, qui commencent à sérieusement raser l'auditeur non parisien qui ne partage pas nécessairement le même point de vue…Cette grève aura eu au moins le mérite de nous faire découvrir les divers privilèges de ces gens qui comptant tant en France puisque leur pouvoir de nier l'emporte sur leur contribution à la collectivité.