En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Flickr
Dormir dans des draps frais. C'est la réponse qui arrive en tête d'un sondage sur ce qui rend heureux.
Petits riens
Et si le secret du bonheur était beaucoup plus simple que vous le croyez
Publié le 19 avril 2015
Dormir dans des draps frais. C'est la réponse qui arrive en tête d'un sondage sur ce qui rend heureux. S'il en faut peu pour être heureux, il semblerait que ces petits riens se fassent rare.
Ilona Boniwell est spécialisée en psychologie positive. Elle enseigne à l'Ecole Centrale Paris ainsi qu'à HEC. Elle est notamment l'auteur de Introduction à la Psychologie positive (Payot, 2012) ou encore The Oxford Handbook of Happiness ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ilona Boniwell
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ilona Boniwell est spécialisée en psychologie positive. Elle enseigne à l'Ecole Centrale Paris ainsi qu'à HEC. Elle est notamment l'auteur de Introduction à la Psychologie positive (Payot, 2012) ou encore The Oxford Handbook of Happiness ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dormir dans des draps frais. C'est la réponse qui arrive en tête d'un sondage sur ce qui rend heureux. S'il en faut peu pour être heureux, il semblerait que ces petits riens se fassent rare.

Atlantico : Selon un classement réalisé par la British United Provident Association sur ce qui nous fait nous sentir bien, dormir dans des draps frais arrive en 1ère position. Qu'est-ce que cela dit de la notion de bien-être dans notre société ?

Ilona Boniwell : Cette étude prend la notion de bonheur au sens de "plaisir". C'est ce que l'on appelle le bonheur hédonique. Parallèlement à ce bonheur hédonique, on trouve un bonheur eudonique, c'est-à-dire un  bonheur associé à la notion de défis, à la façon dont on se dépasse. Ce classement fait référence à des petits plaisirs simples qui ne coûtent rien. C'est une forme de bonheur quotidien très importante. Néanmoins, en quinzième position du classement, on trouve le développement personnel qui relève davantage du bonheur eudonique. 

On se rend compte que le vrai bonheur ne coûte pas grand-chose. Si on veut se sentir bien de façon  hédonique, on apprécie simplement le moment, on fait un geste pour quelqu'un. Il faut prendre du temps pour soi. Cela ne veut pas nécessairement dire que l'on est davantage porté sur l'hédonique. La question du classement était en quelque sorte biaisée car elle portait sur ce qui fait plaisir aux gens. A contrario, le stress, l'angoisse, le manque de temps, la peur de l'insécurité, la dépression pour certaines personnes peuvent les empêcher de se sentir bien.

La notion de bonheur a-t-elle évolué à travers le temps ? 

Aujourd'hui le bonheur est devenu beaucoup plus complexe. Le bonheur c'est une multitude de choses. Le bonheur hédonique est beaucoup axé sur les émotions mais le bonheur eudonique est cognitif. 

La question de l'eudonique est de savoir si l'on parvient à atteindre des objectifs, c'est la question du sens, notamment du sens dans son travail. La question du sens dans le travail a été soulevée il y a 10 ans de cela par la recherche mais dans les consciences publiques, cette notion n'est pas encore tout à fait installée. Pour les consciences françaises, c'est d'ailleurs assez nouveaux.

De nouveaux travaux ont également été réalisés sur l'attention notamment par l'économiste Paul Dolan. Il explique pourquoi on est heureux au début de son mariage et les raisons pour lesquelles on se lasse au bout de deux ans. Au début, on est heureux parce que l'on consacre beaucoup d'attention à son partenaire. Puis on s'habitue et on ne se concentre plus sur les mêmes choses. Et quand on ne se concentre plus sur une chose cette dernière ne peut plus faire notre bonheur.  

Dans le niveau de bonheur eudonique, il y également un rôle joué par notre niveau d'implication. Le fait de s'impliquer procure également du bonheur. Et pour avoir plus de bonheur eudonique, il fait augmenter les challenges et non pas les diminuer.

Toujours selon le même classement, les personnes de plus de 50 ans sont plus nombreuses à ressentir des moments de bien-être au quotidien. Le bonheur a-t-il un âge ?

Je dirais que oui car cet élément se retrouve dans toutes les études. Les moments de vie où nous sommes les plus heureux sont l'enfance et après 45 ans. Cela car on apprécie davantage les petites choses et on en attend moins de notre vie. A 50 ans on comprend qu'un travail ne changera pas grand-chose, qu'il faut apprécier les petites choses, le soleil, sa famille. On prend conscience que si l'on ne prend pas le temps maintenant, un jour ce ne sera plus possible.

On ressent davantage les émotions positives et avec une certaine sérénité. Mais certaines personne sont et restent plus eudoniques et  préfèrent donc les activités eudoniques comme les travaux scientifiques difficiles à comprendre. Les eudoniques sont plus ouverts à différentes activités mais ils peuvent parfois avoir tendance à oublier d'apprécier les choses.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires