En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 2 heures 47 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 3 heures 55 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 5 heures 30 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 11 heures 46 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 3 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 4 heures 12 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 6 heures 10 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 12 heures 13 min
Bioéthique

Du don d’organes “automatique” à la suppression du délai de réflexion sur l’IVG : quand la facilité ou l’efficacité prennent le pas sur l’éthique

Publié le 14 avril 2015
Le projet de loi santé voté à l'Assemblée nationale ce mardi prévoit la suppression du délai de réflexion pour les recours à l'IVG et la mise en place d'un consentement présumé pour les dons d'organes. Deux mesures prises dans un souci d'efficacité mais qui n'en soulèvent pas moins des questions éthiques complexes.
Philippe Bataille est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Il est également membre du Centre d’éthique clinique de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Grangé est gynécologue à la Maternité de Port-Royal à Paris. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bataille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bataille est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Il est également membre du Centre d’éthique clinique de l...
Voir la bio
Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Voir la bio
Gilles Grangé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Grangé est gynécologue à la Maternité de Port-Royal à Paris. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi santé voté à l'Assemblée nationale ce mardi prévoit la suppression du délai de réflexion pour les recours à l'IVG et la mise en place d'un consentement présumé pour les dons d'organes. Deux mesures prises dans un souci d'efficacité mais qui n'en soulèvent pas moins des questions éthiques complexes.

Atlantico : Le projet de loi santé dont le vote global aura lieu mardi 14 avril à l'Assemblée nationale, prévoit un consentement présumé dans les cas de dons d'organes et la suppression du délai de réflexion dans les cas de recours à l'IVG. La nécessité d'une situation entraîne-t-elle l'évacuation de tout questionnement ?  

Gilles Grangé : Je pense que ces deux décisions soulèvent des questions éthiques. J'ai à titre personnel ma carte de donneur d'organes et je pense que certaines patientes n'ont pas besoin du délai de réflexion. Néanmoins, ces deux projets de loi s'inscrivent dans un courant utilitariste dans lequel le corps est considéré comme un objet et cela représente un risque pour notre société. Ne pas prendre de recul relativement à cette pensée, serait suicidaire. Il faut être attentif à notre corps, doux avec notre corps. Nous avons besoin de considération à l'égard de notre corps au risque de nier toute l'épaisseur de notre humanité.  

 

Le consentement éclairé et le délai de réflexion n'étaient-ils pas là pour une raison ?

Gilles Grangé : L'avantage du délai de réflexion est qu'il permettait aux femmes de pleurer. Ce que sous-entend cette loi c'est que les femmes ont recours aux IVG comme à une moyen de contraception alors que pour beaucoup c'est un déchirement. Je ne dis pas qu'il s'agit d'un déchirement pour toutes les femmes mais certaines ont besoin de pleurer, de faire leur deuil pour garder l'épaisseur de leur humanité, garder leur identité et leur humanité. 

 

Enlever le délai de réflexion c'est nier aux femmes le fait qu'elles ont le droit de pleurer. L'expérience montre que les femmes sont souvent dans l'urgence. Et pour celles qui le sont, elles ne réalisent pas qu'elles ont besoin de temps. Quand on les écoute après, trop souvent, elles estiment "ne pas avoir eu le temps", "avoir été dans un tourbillon de décisions". L'idée n'est pas de revenir sur la décision d'une IVG, mais simplement de prendre le temps de réaliser.

 

Pour ce qui est de l'absence de consentement éclairé, je vois beaucoup de patientes ayant besoin d'un don, je sais à quel point cela est important et encore une fois, je possède moi-même une carte de donneur d'organes. Je vois à quel point mes patientes concernées souhaiteraient que les prélèvements soient plus faciles. Mais se servir du corps de l'autre comme un objet c'est le réduire à un objet. Je ne pense pas qu'on puisse dire "mon corps m'appartient" mais plutôt "je suis mon corps". Si je suis mon corps alors ma dignité passe par mon corps. Si on ne prend pas des précautions, se servir du corps de l'autre avant ou après sa mort c'est lui enlever sa dignité. Pour autant, je reconnais l'utilité de cette loi mais je crois qu'il y a d'autres moyens que de réduire le corps de l'autre à l'état d'objet. Il faut sensibiliser chacun pour que de plus en plus de personnes prennent leur carte de donneur. Il ne faut pas aller trop la vite, je crois que la société n'est pas prête.

 

Philippe Bataille : Le consentement n'est pas à proprement parler aboli, il est acquis par défaut ce qui est un peu différent. Le consentement surtout concernait les familles avec des endeuillés à qui il est demandé d'accepter le don. L'incroyable dans cette affaire est qu'on ne saurait imaginer le contraire, et donc se passer du consentement d'une famille alors qu'il s'agit de procéder à un prélèvement d'organe de son proche. J'imagine mal qu'il en soit autrement encore aujourd'hui, ou du moins cela ne va pas sans soulever des problèmes éthiques. Il ya toujours eu un énorme travail d'entourage et d'accompagnement des proches du donateur par les équipes médicales et de soins de la greffe. J'imagine mal qu'il en soit autrement. Il est possible que la loi aide à mieux systématiser l'approche des familles, pour autant les équipes auront toujours à faire aux familles, du moins faut-il le souhaiter.

 

D'un point de vue éthique et philosophique, quelle sont les questions soulevées par un consentement présumé ?

Damien Le Guay : "La raison est  régulière comme un comptable" disait Georges Canguilhem "la vie, elle, est anarchique comme un artiste". Cet amendement est rationnel. L’intention des socialistes est aussi raisonnable que celle des députés de droite, il y a deux ans, qui, sous la houlette de Bruno Le Maire, avait déposés un amendement du même genre. Mais la vie, elle, surtout quand elle s’achève, est "anarchique" - sans ordre, sans raison, sans logique.

 

Les arguments qui s’opposent à cette impasse faite sur le consentement des familles sont nombreux. J’en vois six. 1/ S’il s’agit d’un "don" comment celui-ci pourrait être obtenu presque de force. Le don, par principe, n’attend rien en retour mais va au devant d’une attente. Si l’attente s’empare des organes, le don est forcé, presque dénaturé. 2/Si le consentement des familles n’est pas demandé ou semble superflu, c’est comme si ces dernières perdaient toute autorité sur le corps-mort. Le cadavre ne leur appartiendrait pas. Un "vol de corps" pourrait être perpétré par l’Etat. 3/ Les soignants inspirent confiance, vivent de cette confiance pour mieux prodiguer des soins et accompagner les malades. S’ils participaient à cette mauvaise action de prélèvement non-consenti, même pour de justes causes, ils briseraient le pacte de confiance dont ils sont les garants.  4/ Un mort acquiert une sorte de sacralité silencieuse, évidente – bien éloignée des prétentions d’un Créon et invoquée par Antigone quand elle se réfère aux "lois non écrites". Le mort n’appartient pas aux lois de la cité qui sont là pour le protéger. Qui dit sacralité, dit profanation. Ouvrir un corps et le mutiler sans l’accord des familles n’est-ce pas une manière de commettre un sacrilège ?  5/ En changeant d’état, le corps devenu cadavre changerait de propriétaire. Il y aurait, dit le professeur Claude Ecoffey (président de la société française d’anesthésie), une sorte de "nationalisation des corps". Le malade est familial, le cadavre serait national. Cette nationalisation est d’autant plus choquante que la mort sépare les personnes et ressoude les émotions. La séparation des funérailles suppose un surcroit de responsabilité et d’attention. Ouvrir un corps sans accord vient porter atteinte à la responsabilité des survivants. 6/ Ces situations vont provoquer, dit le professeur Navarro de Montpellier, "des situations ingérables". Que feraient les familles ? Quels recours seront faits ? Quelles réactions peut-on imaginer ? Comment pourrait-on accepter ce qui est inacceptable – car relatif aux morts proches ?

 

Le politique a-t-il évacué les questions éthiques dans un souci d'efficacité ? 

Damien Le Guay : Le choix du politique est délicat. Faire au mieux pour le bien commun consiste à faciliter les dons d’organes. Mais cela peut-il conduire à "forcer" une décision ou à la considérer comme acquise pour ne pas s’y être formellement opposé de son vivant ? Inversement, la loi politique s’impose à nous, nous contraint sans notre consentement pour, d’une certaine façon, "vouloir notre bien malgré notre volonté". Ainsi en va-t-il du code de la route comme du code pénal. Mais cette imposition n’a-t-elle pas des limites – qui sont celles, en particulier, de la mort ?

 

De toute évidence, dans ces cas-là, quand la contrainte est illégitime, le consentement faible, la situation délicate et l’intérêt public évident, nous quittons la raison des comptables pour le domaine de l’éthique – qui tient compte de la vie anarchique. Car, de toute évidence, le judicieux doit prendre le pas sur le juste, la justesse sur la justice, l’adapté sur le nécessaire. L’éthique met toujours l’accent sur le consentement, l’assentiment des parties, l’explication la plus complète possible, le déploiement de la parole pour prévenir les conflits. Toute action "faite en douce" irait à l’encontre de l’éthique. 

 

S’il me fallait faire une suggestion éthique, puis-je me permettre d’en faire deux. Une commission ad hoc existe, présidée par Didier Sicard, pour préparer un "modèle" pour des directives anticipées qui devrait être validé, plus tard, par le Conseil d’Etat. Ne peut-on pas imaginer que cette question du "don d’organes" soit intégrée dans les dites "directives anticipées" de manière à permettre un consentement du donateur lui-même, du vivant de celui-ci. Seconde suggestion : ne faut-il pas distinguer, pour le "futur" du cadavre, l’inhumation et la crémation. Que les règles de consentement soient moins fortes pour un corps qui fera l’objet d’une crémation et soient plus scrupuleuses pour un corps qui sera inhumé, semblent pouvoir être envisagées.   

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clclo
- 15/04/2015 - 07:58
de plus en plus
nos personnes; nos corps , nos esprits deviennent la propriété de l'état qui en dispose à sa guise et qui "rééduque" la population déviante pour qu'elle pense bien droit et juste
AU SECOURS!!!!!
vangog
- 15/04/2015 - 00:05
D'accord avec cette loi!
Il n'y a pas assez de donneurs en France, par absence de courage et d'incitation étatique. Plutôt que dépenser de l'argent à payer des déplacements électoraux à ses ministres, l'état PS aurait du faire la promotion du don d'organe et inciter les Francais à donner. Mais peut-on demander à un Gauchiste d'oublier çe pour quoi il vit? L'électoralisme et le pouvoir! En absence d'imagination gauchiste, il fallait donc forcer les Français à donner...voila qui est fait! Idem pour l'IVG...a quoi on prendre le temps de réfléchir quand çe type de decision est prise, toute attente est une souffrance supplémentaire. La réflexion, c'est avant la décision, pas après...
Anouman
- 14/04/2015 - 23:10
Don d'organe
Que la loi décide que quiconque n'a pas dit de son vivant être contre le prélèvement de ses organes soit donneur d'office est un abus de pouvoir de l'état sur les libertés individuelles. Mais l'état n'est pas à ça près, la liberté individuelle est le dernier de ses soucis (et quand je dis état ce n'est celui en place uniquement).