En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 52 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 51 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 35 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 6 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 4 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 6 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 21 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 18 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 43 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 15 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 46 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 52 min
Panne teutonne

Euro : pourquoi les Allemands grincent des dents

Publié le 25 octobre 2011
Les désaccords franco-allemands n'ont pas permis d'aboutir à un consensus pour la résolution de la crise économique lors du sommet de dimanche réunissant les 17 pays membres de la zone euro. Éclaircissement du point de vue allemand.
Henrik Uterwedde
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henrik Uterwedde est politologue et directeur adjoint de l'Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les désaccords franco-allemands n'ont pas permis d'aboutir à un consensus pour la résolution de la crise économique lors du sommet de dimanche réunissant les 17 pays membres de la zone euro. Éclaircissement du point de vue allemand.

A l’heure des choix européens aussi décisifs que difficiles, les différends franco-allemands ont fait une réapparition fracassante. Ils donnent de nouveau lieu à des critiques quant à la gestion de la crise par le gouvernement Merkel. Pourtant, le vote récent du Bundestag donnant un soutien très large au renforcement du FESF (fonds européen de solidarité financière) a bien montré que, la gauche post-communiste exceptée, tous les partis politiques appuient la recherche d’une solution européenne à la crise et l’engagement de moyens financiers considérables. Aussi, le gouvernement Merkel, prenant toute la mesure des menaces sur la zone euro, a-t-il repris l’initiative dans la recherche de solutions communes.

Ceci n’exclut pas les controverses sur la meilleure solution à trouver, comme on l’a vu avec les différends franco-allemands des derniers jours (cf. interview avec René Lasserre). Pour bien comprendre la position allemande, il est utile de récapituler les différents facteurs qui l’influencent, et qui réduisent sa marge de manœuvre.

Un gouvernement affaibli

Angela Merkel est à la tête d’une coalition qui, affaiblie par des claques électorales répétées, ne cesse de se fissurer. La Chancelière a de plus en plus de mal à lutter contre les forces centrifuges, celle de la CSU (aile bavaroise, et indépendante, de la CDU d’Angela Merkel), gardienne jalouse du rôle des Länder et penchant pour un certain populisme, et du petit parti libéral FDP, que sa déroute électorale sévère rend de plus en plus imprévisible.

A cela s’ajoute le fait que pour la première fois, une opposition forte dans les propres rangs de la majorité met en cause la politique de sauvetage de la Grèce actuelle. Une minorité certes (une vingtaine d’élus avant le vote du Bundestag) mais décisive car elle menace de priver la Chancelière de sa majorité parlementaire sur sa politique européenne.

Un Parlement qui s'affirme

Face aux choix difficiles engageant l’Allemagne, et – ne l’oublions pas – l’argent des contribuables, le Bundestag fait valoir son droit de regard avec force. Il y est encouragé par une décision récente de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, qui interdit au gouvernement de souscrire de nouvelles obligations européennes sans aval explicite du Parlement. Le Bundestag, majorité et opposition confondues, se saisit de ce droit pour demander des comptes au gouvernement, et limite la marge de manœuvre de la Chancelière. Ainsi, le oui au FESF a été assorti d’une ligne rouge concernant la contribution financière allemande.

C’est pourquoi les tentatives diverses pour établir un effet de levier permettant au FESF de lever une somme plus importante ont provoqué des critiques de la part des députés. Le gouvernement n’aurait strictement pas le droit de s’engager davantage sans aval préalable du Bundestag, d’où la complication du calendrier européen.

Une opinion publique sceptique

Si une majorité des Allemands continuent à demander davantage de politiques européennes, donc plus d’Europe, pour résoudre la crise, ils se montrent très réservés, qu’il s’agisse de l’aide à la Grèce (66% refusent d’en faire plus) ou le FESF (le vote positif du Bundestag a affaibli le refus de l’opinion publique, passant de 66% avant le vote à 54% après). Pessimistes (80% croient que le pire est devant nous), ils pensent que le gouvernement a perdu la maîtrise du dossier (58% contre 40%), et critiquent son action européenne (56% contre 37%). [1]

Les questions de fond demeurent

On aurait tort d’en rester à ces contraintes intérieures de nature politique. L’Allemagne reste fondamentalement attachée à une vision de l’union économique et monétaire guidée par la stabilité monétaire et budgétaire, ainsi que par une solidarité financière strictement encadrée, comportant des règles contraignantes fixant les responsabilités nationales. La proposition d’une union fiscale européenne plus approfondie, nécessitant une refonte des traités, va dans ce sens.

On aurait tort aussi de ne voir dans la Cour de Karlsruhe et le Bundestag que des empêcheurs de tourner en rond en Europe. Quand les décisions européennes engagent à tel point directement l’argent des citoyens, la question de la légitimité démocratique se pose. La seule méthode intergouvernementale, les sommets des chefs, ne sauraient répondre à cette exigence. Toute sortie durable de la crise actuelle passe par une Union politique plus profonde, améliorant la capacité de décision mais aussi le contrôle parlementaire des choix politiques. Les Allemands, mais aussi ses voisins, sont-ils prêts à faire ce pas ?



[1] Tous les chiffres: sondage Deutschlandtrend, octobre 2011.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kaptanoglux
- 29/10/2011 - 12:32
Si les (politicards) français faisaient un geste plus que symbol
Quand donc les députés et sénateurs s'appliqueront ils à eux même l'austérité ?
Un petit calcul rapide et facile à vérifier:
Si tous les députés, sénateurs, ministres et le Président renonçaient à
1 000 (mille) euros par mois, ce qui pour eux n'est pas grand chose, l'Etat économiserait pres de 11,5 (onze millions et demi) d'euros par an.
Mais comme c'est eux qui font les lois et votent leurs géné
ISABLEUE
- 25/10/2011 - 13:38
ARGH ATTENZION
à l'aile bavaroise... :))
Demystificateur
- 25/10/2011 - 09:43
Les socialistes sont devenus amnésiques !!!
La dette s'est accrue fortement à la suite de la crise c'est sûr...
Qu'auraient fait les socialistes à la place ?
Après cette crise financière et sociale sans précédent...
Et si la dette s'est accrue c'est parce que l'Etat a voulu maintenir
le même niveau d'assistanat même plus et n'a pas voulu que le chômage soit multiplié par deux ou trois comme dans d'autres pays gérés par des socialistes...