En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 9 min 20 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 18 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 42 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 52 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 6 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 38 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 45 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 46 min 38 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 28 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 24 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 55 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 7 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 56 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 16 min
© Reuters
La mairie de Paris a tendance à vouloir réécrire l'histoire par le biais des noms de rue.
© Reuters
La mairie de Paris a tendance à vouloir réécrire l'histoire par le biais des noms de rue.
Réécriture

Quand la Mairie de Paris débaptise minutieusement ses rues pour qu’elles soient en “écho avec l’histoire des migrations”

Publié le 12 avril 2015
Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Dernière victime en date : le compositeur Henri Dutilleux.
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Dernière victime en date : le compositeur Henri Dutilleux.

La bêtise, le dogmatisme et surtout l’ignorance de nos édiles parisiens n'ont pas de limite. Deux de ses élus socialistes, Monsieur Christophe Girard, maire du IVe arrondissement, et Madame Karen Taïeb, conseillère de Paris, se sont récemment couverts de honte avec l’affaire de la plaque commémorative du compositeur Henri Dutilleux. Ce triste épisode est révélateur de la guerre des mémoires et du révisionnisme qui ronge la société française. 

Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Cette « chasse aux sorcières » traduit les obsessions, les phobies dont souffre la société et explique la grave crise d’identité que nous traversons actuellement. Ce nouveau révisionnisme s’inscrit dans la lignée du rapport du conseiller d’Etat, Thierry Tuot, commandé par le gouvernement Ayrault qui demandait que l’on débaptise les rues et les places de nos villages pour les renommer « en écho avec l'histoire des migrations ». 

Rappelons brièvement l’affaire du grand compositeur Henri Dutilleux, mort en 2013 dans le 4e arrondissement de Paris. Il était question d’apposer une plaque commémorative sur son ancien domicile. Le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’y est opposé  pour « faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Dutilleux, collabo avec les Nazis, il ne manquait plus que cela ! Sous le prétexte d’avoir écrit la musique d’un film obscur, Forces sur le stade, réalisé par Marcel Martin en 1942 en direction des patrons d'usines pour les inciter à construire des terrains de sport près des lieux de travail des ouvriers, le voici voué aux gémonies. Alors que la vérité historique est l’exacte opposée. Henri Dutilleux s’est engagé dès 1942 dans un réseau actif de résistance. Membre du Front National des musiciens, il a mis en musique de nombreux textes clandestins en 1944. Puis aux  côtés de Lucie et Raymond Aubrac, il a été membre du comité d'honneur du musée de la Résistance nationale (MRN). Mais le voilà banni parce qu’il a osé faire son métier durant les années sombres de l’Occupation. Christophe Girard, le maire mondain du 4ème arrondissement de Paris, approuve le verdict de son comité  et « tient à noter des faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Son dernier tweet (bien peu courageux et retiré le 17 mars…) enfonce le clou en comparant la position de Dutilleux à celle de Céline …«Je ne fais que suivre les recommandations du Comité d’histoire de la Ville. L-F Céline est un grand écrivain mais…». Les points d’exclamations du responsable de l’ignominie sont éloquents…Anne Hidalgo renchérit en affirmant que « le temps n'est pas opportun… »

Le  lynchage  de la mémoire du grand compositeur soulève un tollé général. Jack Lang lui-même, déclare: «On est abasourdi par ce mélange d’incompétence et de veulerie ! ». Le coup de grâce étant asséné quand l’adjointe au maire en charge de la mémoire, Catherine Vieu-Charlier, publie un communiqué expliquant qu’après expertise, la mairie de Paris fait son mea culpa et reconnait  le « caractère disproportionné et inadéquat de son avis initial qui mentionnait de supposés faits de collaboration » et rectifie « de premières indications hâtives ayant jeté le trouble de manière injustifiée ». Son communiqué se conclut en annonçant que la plaque commémorative devrait finalement être posée prochainement  sur un immeuble de l'Ile Saint-Louis dans lequel vécut Dutilleux. Mais le mal est fait…

Triste équipe que celle de Madame Hidalgo et de ces personnes sensées représenter la «culture» à Paris, mais qui, au fond, la méprisent. On savait déjà qu'elle n'aimait pas la musique classique avec la remise en cause récemment d'une partie du financement des conservatoires de musique jugés trop élitistes. Christophe Girard, tout puissant adjoint de Bertrand Delanoë de 2001 à 2012, conseiller régional d'Île-de-France depuis 2010, a passé dix ans aux affaires culturelles tout en cumulant, parallèlement à ses fonctions municipales, celle de directeur de la stratégie mode du groupe LVMH. Dix années qui sonnent creux. « Autant nommer Rika Zaraï ministre de la Santé », avait ricané son protecteur, Pierre Bergé. Dix années où l’on préfère subventionner l'opération Paris-Plage - 600 000 euros de crédits culture engloutis - les Nuits Blanches ou la Techno parade… plutôt que la culture dite « classique ». Mais voilà pas grand monde n'ose contester, l’important n'est-il pas que les électeurs bobos soient satisfaits.

L'attitude de Monsieur Girard comme de Madame Taïeb, dénotent autant la bêtise de l’inculture qu’une ignorance sectaire et idéologique. Le compositeur Henri Dutilleux comparable à Olivier Messiaen et Pierre Boulez, héritier de Ravel et de Debussy a fait rayonner la musique française. Ses œuvres sont joués dans le monde entier, c'est ce qui rend ridicule la décision de la Mairie. Refuser d'accrocher sa plaque commémorative, alors que Pablo Picasso, Jean-Paul Sartre ont, avec l’avec l’aval des Nazis, abondamment exposé, publié et fait jouer des pièces de théâtre dans le Paris occupé de 1940 à 1944. Alors que nous trouvons des plaques et des rues  Maurice Thorez (secrétaire général du PCF qui a déserté en 1940), et des rues Staline (à Essômes-sur-Marne), et des avenues Lénine à Nanterre ou à Arcueil,  toutes ces icônes de la supposée « gauche » intellectuelle ? Faudra-t-il bientôt débaptiser les rues et les lycées aux noms de révolutionnaires : Robespierre, Danton et Carnot ? Après tout, le premier est responsable de la Terreur -mais aussi un des rares hommes de l’histoire de France qui n’ait jamais été corrompu…-, le deuxième  ferma les yeux sur les massacres de Septembre 1792, et le troisième, membre du Comité de Salut Public, joua un grand rôle dans la répression des Vendéens. Sans doute ont-ils eu des torts ; mais qui sommes-nous pour les juger ? Le problème de Dutilleux est probablement qu'il n'était ni socialiste, ni communiste... Qu’auraient fait Girard, Delanoë et Hidalgo sous l'occupation ? Tous ces politiciens ignorants oublient que la majorité de la population n'était ni résistante, ni «collabo» mais « attentiste ». Voilà où nous conduit le quasi abandon des grands enseignements de l’Histoire, la baisse générale du niveau de culture de nos hommes politiques. Car la damnatio memoriae de Dutilleux en rappelle d'autres... 

On connaissait déjà les rues parisiennes rebaptisées au nom de personnages issus des minorités, sans même consulter ni commerçants ni habitants. En décembre 2001, Bertrand Delanoë avait débaptisé en présence de Christiane Taubira, la rue Richepance devenue rue du Chevalier-de-Saint-Georges, musicien noir du XVIII siècle. Richepance, général de la Révolution, un des plus braves de la République et qui a son nom gravé sous l’Arc de triomphe de l’Étoile, se serait rendu coupable d’exactions pendant le soulèvement d’Haïti en 1802. Outre l’anachronisme, le jugement a posteriori, sans replacer dans le contexte de l’époque, est une impasse intellectuelle. Les technocrates ignorants de l’Hôtel de Ville débaptisent les noms de rues, enlèvent les plaques commémoratives avec une seule obsession : réviser le passé, le purger de tout ce qui pourrait choquer leur bien-pensance. Plus le temps nous éloigne des faits, plus leur vision qu'ils s'en font, devient manichéenne. On aurait pu penser que la connaissance historique aurait pu permettre une approche tempérée, subtile - c'est tout le contraire qui se passe.

Dans le 2e arrondissement, lors de la campagne municipale de 2001, le groupe des « Verts » locaux du maire Jacques Boutault avait exprimé dans une de leurs dix propositions leur souhait de débaptiser la rue Saint-Denis… !!! Faut-t-il effacer toute trace de Jules Ferry à cause de son éloge de la mission civilisatrice de la colonisation ? Alors, il faut faire de même pour Léon Blum, qui affirmait « le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture. » À ce rythme-là, la liste des bannis sera longue. « Ces noms, vous ne vouliez plus les voir, ils n'y sont plus », avait ajouté M. Delanoë en 2001. Mais réécrit-on l’Histoire ? 

L’Histoire, une fois écrite, ne s’efface pas. L’Histoire, on doit l’assumer. C’est autant glorieux qu’honteux. C’est l’Histoire ! Plutôt que de débaptiser : instruire et éduquer sont de meilleures options. Pour pouvoir assumer sereinement et lucidement le passé et tout le passé, laissons donc nos plaques, nos enseignes, nos noms de rues, nos pierres qui sont nos héritages. « De Clovis au Comité de salut public, j’assume tout », disait Napoléon. Lui qui a beau être le Français le plus populaire au monde et n’a pas la moindre place, avenue ou même impasse à son nom d’empereur dans Paris… 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 29/12/2016 - 11:56
Pourquoi pas
"Place de nos Amis Talibans"? Le "vivre ensembles". Ils viennent encore de décapiter une jeune femme qui était allée faire ses courses sans son mari qui était en voyage (sans elle). Elle aurait dû laisser ses enfants crever de faim en attendant son retour. Qu'en pense le compagnon de la Lilloise qui (parait-il) est de là-bas?
pale rider
- 29/12/2016 - 09:56
" Lui qui a beau être le Français le plus populaire au monde et
n’a pas la moindre place, avenue ou même impasse à son nom d’empereur dans Paris…" tres bien observé , cette phrase décrit si bien notre pays et nos concitoyens . C'est aussi pourquoi il est inutile d'être inquiets : d'autres contrées , d'autres personnes de pays lointains porteront notre mémoire , et peut être mieux que nous , telle une amie africaine ou des chinois rencontrés , passionnés par Napoléon.
zouk
- 28/12/2016 - 11:44
Rebaptiser les rues de Paris
Entièrement d'accord avec la première phrase de cette opinion. C'est effectivement la négation de ce qui fit notre passé, multipliée par le "politiquement correct" de la Maire que nous avons eu l'invraisemblable bêtise d'élire. A quand la rue Fouquier-Tinville ou la Place des Massacres de Septembre? Deux personnalités ou épisodes spécialement sanglants de notre "glorieuse" révolution. Rien ne fut glorieux, mais toujours sanglant; Vendée, les noyades de Nantes;..etc
. J'ai honte des exemples ainsi donnés à Staline, Mao Tsé Tong et Pol Pot, nous pourrions allonger la liste: Sékou Touré pour la Guinée, la "dynastie" qui règne sur la Corée du Nord, Mengistu pour l'Ethiopie .... et le dictateur présent de l'Erytrée ...il y en aura d'autres, tous se déclarant fils de la Révolution Française. Nous avons vraiment de quoi être fiers.