En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

il y a 2 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Berlin 33" de Sébastien Haffner : Seul (en scène et dans la salle) face à Hitler

il y a 8 min 18 sec
pépites > Politique
Oupsi
Retraites : Jean-Paul Delevoye avait oublié de faire état de ses liens étroits avec le monde de l'assurance
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Vraie viande, fausse viande, même combat

Les plus gros mangeurs de viande végétale ne sont pas du tout ceux que vous croyez

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 3 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 4 heures 47 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"La fin de l’individu ; voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle" de Gaspard Keonig : Bientôt la naissance d’une intelligence égale à celle de l’Homme ?

il y a 2 min 29 sec
light > Media
Franche rigolade
Johson, Trudeau et Macron se moquant de Trump à l'Otan : SNL recrée la vidéo et parodie les trois chefs d'Etat
il y a 26 min 35 sec
pépite vidéo > Politique
(Lourdes) peine
Mélenchon condamné à trois mois de prison avec sursis : le président de LFI dénonce un "cirque médiatico-judiciaire"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 4 heures 55 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 20 heures 16 min
© Reuters
Le parachute doré est toujours à la mode chez les patrons
© Reuters
Le parachute doré est toujours à la mode chez les patrons
Attention à la chute

Quand le patronat se noie dans la question de ses rémunérations (qui est loin de se limiter à la question de leurs montants)

Publié le 10 avril 2015
Marc Lelandais, l'ex-PDG de Vivarte, entreprise qui vient d'annoncer 1600 suppressions de poste, aurait reçu un parachute doré de 3 millions d'euros lors de son départ. Une information que dément l'intéressé. Mais si la somme est symbolique, le problème du patronat français ne se situe pas forcément là.
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Lelandais, l'ex-PDG de Vivarte, entreprise qui vient d'annoncer 1600 suppressions de poste, aurait reçu un parachute doré de 3 millions d'euros lors de son départ. Une information que dément l'intéressé. Mais si la somme est symbolique, le problème du patronat français ne se situe pas forcément là.

Atlantico : La problématique des parachutes dorés fait ressortir les critiques habituelles de l'opinion sur la rémunération des dirigeants. Mais, dans la masse des problèmes de leadership dans le patronat français, pourquoi est-ce cette question, somme toute symbolique, qui ressort le plus ? Est-elle vraiment problématique par rapport à l'endogamie latente dans le patronat français ?

Hervé Joly : Marc Lelandais, qui n’est pas issu des filières classiques de l’élite scolaire française et a gravi les échelons en entreprise dans un parcours plutôt tourné vers l’international, est loin d’être une caricature de l’endogamie patronale et de la proximité avec l’Etat, comme ont pu l’être en leurs temps Jean-Yves Haberer ou Jean-Marie Messier. Les entreprises de la distribution autorisent des profils plus divers que les groupes industriels ou les établissements bancaires traditionnels. Là n’est pas nécessairement le problème.

Les échecs de Vivarte sont largement dus à de grossières erreurs de marketing et à une direction stratégique hasardeuse. Comment, malgré cet échec apparent, un dirigeant peut-il négocier pour lui une telle somme ? Pourquoi les contrats des PDG de grosses entreprises ne peuvent pas prévoir de faibles indemnités de départ en cas d'échec ?

Les erreurs apparaissent toujours grossières après coup. Les stratégies hasardeuses ont été élaborées par un comité exécutif et validées par un conseil d’administration. La faillite est collective. Le PDG, comme l’entraîneur d’une équipe sportive, est là pour jouer un rôle de fusible. Ce statut "précaire" se paie. Ce ne sont pas les indemnités de départ qui sont aberrantes. Elles correspondent comme pour un salarié ordinaire, en gros, à un ou deux ans de salaire. Ce sont les rémunérations qui sont astronomiques, à des niveaux de plusieurs dizaines de fois celui d’un cadre supérieur ou d’un haut fonctionnaire. C’est malsain. Cela amène les grands patrons à s’isoler socialement. Comment voulez-vous aller dîner au resto ou partir en week-end avec un vieux copain prof ou ingénieur si vous gagnez en une journée ce qu’il gagne en un mois ? Mais le problème n’est pas que français. Les rémunérations des grands patrons sont souvent plus élevées non seulement dans le monde anglo-saxon, mais aussi, contrairement à ce que dit Thomas Piketty, en Allemagne, malgré la forte représentation des salariés dans les conseils d’administration.

Malgré l'indignation de l'opinion publique, peut-il y avoir un quelconque changement dans les pratiques sans aucune réforme de la manière dont sont constitués les conseils d'administration, avec les participations croisées entre dirigeants ? Se focaliser sur la rémunération n'est-il pas un faux problème, voire un "contre-feu" ?

La composition idéale des conseils d’administration est un serpent de mer. Les codes de "bonne conduite" élaborés ces dernières années par les grandes organisations patronales ont privilégié les administrateurs "indépendants" qui ne représenteraient aucun intérêt financier. En pratique, ce sont souvent des administrateurs faibles, parce qu’ils ne peuvent s’appuyer sur une participation forte au capital et sont plus ou moins cooptés par l’équipe dirigeante en place. Et comme ils sont eux-mêmes d’anciens ou actuels grands patrons, ils vivent dans une même planète dans laquelle les salaires sont hors de toute mesure. Par ailleurs, même un bon conseil d’administration n’est pas à l’abri de valider ce qui s’avérera ensuite une erreur stratégique. C’est la glorieuse incertitude de l’économie de marché.

Le patronat peut-il se "s'auto-réguler" pour régler ses problèmes de leadership, ou faudra-t-il "légiférer", un changement radical ne pouvant venir que de l'extérieur ?

L’État est intervenu dans les entreprises publiques en imposant une limite de 300.000 euros annuels bien plus basse que les rémunérations habituelles du secteur privé. Cela ne semble pas décourager les ambitions dans les grandes entreprises où il y a d’autres enjeux de pouvoir, comme on l’a vu chez EDF, avec les sacrifices consentis par Henri Proglio qui s’est même accroché pour rester, ou comme on le voit chez France-Télévisions, où il y a pléthore de candidats, y compris du secteur privé. Certes, l’exemple du PDG de la RATP parti prendre un poste plus lucratif chez GdF-Suez révèle un risque de fuite vers le privé, mais un autre haut fonctionnaire parachuté se fera un plaisir de le remplacer… L’impact de cette mesure est de toute façon limité car il n’y a plus beaucoup d’entreprises publiques.

L’auto-régulation patronale montrant clairement ses limites dans le secteur, l’Etat serait en droit d’intervenir. Mais il n’est d’abord pas sûr qu’une telle mesure soit acceptée par le Conseil constitutionnel qui pourrait considérer qu’une limitation des prérogatives des actionnaires de fixer les rémunérations de leurs mandataires comme bon leur semble porte atteinte à la propriété privée. Ensuite, on peut se demander si une intervention dans un cadre national a un sens dans une économie ouverte. On risquerait d’assister à une délocalisation massive des sièges sociaux parisiens vers Bruxelles.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires