En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Un manifestant contre l'exploitation du gaz de schiste.
LA question qui compte

Guerre du gaz de schiste : ce point souvent oublié qui pourrait pourtant mettre tout le monde d'accord

Publié le 08 avril 2015
Un rapport commandé par Arnaud Montebourg lorsqu'il était ministre de l'Economie, qui n'avait pas été rendu public à l'époque, décrit une technique d'exploitation du gaz de schiste moins polluante que la fracturation hydraulique, ce qui pourrait générer d'importants profits. De quoi relancer des débats idéologiques se souciant peu des réalités.
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport commandé par Arnaud Montebourg lorsqu'il était ministre de l'Economie, qui n'avait pas été rendu public à l'époque, décrit une technique d'exploitation du gaz de schiste moins polluante que la fracturation hydraulique, ce qui pourrait générer d'importants profits. De quoi relancer des débats idéologiques se souciant peu des réalités.

Atlantico : Le Figaro a publié un rapport sur l'extraction du gaz de schiste, commandé par Arnaud Montebourg du temps où il était ministre de l'économie. Le document fait état d'une technologie moins polluante que la fracturation hydraulique, "d'une manne d'au moins 100 milliards d'euros pour la France", et estime que 120 000 à 225 000 emplois pourraient être créés. L'exploitation de gaz de schiste en France peut-elle être rentable, selon vous ?

Thomas Porcher : C’est là que se trouve la grande faiblesse du rapport. Elle part du principe que l’exploitation du gaz de schiste serait rentable par rapport au prix du marché. Or, rien n’est moins sûr surtout si on utilise une technique à l’état d’expérimentation comme la fracturation au fluoropropane. Or, cette technique est plus chère que la fracturation hydraulique sinon elle se serait déjà développé notamment aux Etats-Unis. Ce qu’il faut comprendre c’est que vous n’avez pas d’emplois induits, pas de relance de la compétitivité des industries si vous n’avez pas de baisse des prix du gaz. Le succès des Etats-Unis tient principalement au fait que le gaz y a été divisé par trois. Or, les scénarios d’un développement du gaz de schiste en Europe estiment que les prix du gaz ne baisseraient que de 10 à 20 % à l’horizon 2035.

A quelles conditions cette technique d'extraction serait-elle économiquement intéressante pour la France ? A quelle échéance ?

Le rapport porte sur le gaz et le pétrole de schiste et il faut bien distinguer les deux. Au prix actuel du pétrole, l’extraction du pétrole de schiste n’est plus rentable en Europe quel que soit la technique. Concernant le gaz de schiste, rien n’assure qu’elle soit rentable même avec l’utilisation de la fracturation hydraulique. Les Etats-Unis ont la chaine de valeur du gaz de schiste la plus développé au monde avec un quasi-monopole des moyens de production et une offre de services associés très développée. D’ailleurs, une étude du BNEF de Bloomberg montrait qu’au Royaume-Uni le coût d’extraction pourrait être 50 à 100% plus élevé qu’aux Etats-Unis alors même que le Royaume-Uni avait mis en place une fiscalité avantageuse pour le gaz de schiste. Sans prendre en compte le surcoût de la nouvelle technique d’extraction.

L'argument de l'indépendance énergétique, que ce soit vis-à-vis des pays du Golfe, de la Russie ou des Etats-Unis n'est donc pas tenable ?

L’argument de l’indépendance est actuellement très à la mode, surtout depuis les tensions avec la Russie. Mais honnêtement, ce n’est pas avec la production de gaz de schiste que nous deviendrons indépendants. Il y aurait peut-être une substitution avec le gaz importé mais à condition que le gaz produit en France soit moins cher que le gaz importé. Et puis, il y a d’autres manières d’être indépendant notamment en développant la production d’énergies renouvelables en France.

De la même manière que la France s'était donné une stratégie à long terme dans le nucléaire civil, l'exploitation du gaz de schiste pourrait-elle s'inscrire dans une logique similaire ? Non rentable dans un premier temps, cette ressource pourrait-elle devenir financièrement intéressante dans quelques décennies, lorsque d'autres se seront taries ?

Toutes les énergies ont besoin d’une vision politique pour se développer. Le meilleur exemple est le nucléaire en France. Jamais la logique de marché n’aurait pu développer le nucléaire de cette façon. Rappelons que le nucléaire représente 42% dans notre bilan énergétique contre 6% dans le monde. La question du gaz de schiste pose un autre problème qui est le réchauffement climatique. Certes, les Etats-Unis ont baissé leurs émissions de C02 en substituant le charbon au gaz. Mais nous ne consommons pas de charbon en France. D’autres énergies ne s’épuisent pas et ne portent pas atteinte au climat, ce sont les énergies renouvelables. Mon avis est qu’il faut se lancer dans cette voie.

Qu'en est-il du caractère non polluant de la technologie d'extraction exposée dans ce rapport ? Est-il effectivement possible d'extraire du gaz de schiste sans mettre en péril l'environnement ?

La technique d’extraction au fluoropropane est une technique à l’état d’expérimentation donc rien n’assure qu’elle soit plus propre. Mais le vrai problème du gaz de schiste vient surtout de la multiplication des forages. Même si vous avez un faible risque de pollution par puits, la multiplication des forages entraine mécaniquement une augmentation du risque de pollution.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 09/04/2015 - 22:23
l'Ifrap ne me contredit pas
http://www.ifrap.org/agriculture-et-energie/gaz-de-lacq-vs-gaz-de-schiste
2bout
- 09/04/2015 - 09:12
Parce ce que nous n'aurions pas encore tout essayé,
alors nous ne serions que des réacs ? Méfiez-vous vangog des forces dites de "progrès".
vangog
- 08/04/2015 - 23:46
OGM et GDS (gaz de schiste), même combat!
Tout le monde le fait sauf l'Union européenne, et en particulier la France...la raison en est: l'inconnu et la peur de l'avenir, les acteurs en sont les gauchistes archaiques et les EELV, via leurs médias aux ordres. Vieille ritournelle des réactionnaires qui voient le progrès comme un danger... Et pourtant, le progrès a toujours balayé les reacs, car il a toujours sécurisé le progrès, mais sans le juguler...le fait même de camoufler sous l