En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Le principal syndicat de contrôleurs aériens, le SNCTA, a décidé de se mettre en grève les 8 et 9 avril.
50-50
Contrôleurs aériens : les mauvaises et les bonnes raisons d'une grève
Publié le 08 avril 2015
Le principal syndicat de contrôleurs aériens, le SNCTA, a décidé de se mettre en grève les 8 et 9 avril, conduisant la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) à demander aux compagnies d'annuler 40 % de leurs vols. Décryptage de leurs motivations.
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le principal syndicat de contrôleurs aériens, le SNCTA, a décidé de se mettre en grève les 8 et 9 avril, conduisant la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) à demander aux compagnies d'annuler 40 % de leurs vols. Décryptage de leurs motivations.

Atlantico : Le mouvement pourrait être reconduit les 16 et 18 avril, et du 29 avril au 2 mai. Pour les passagers qui se retrouveraient cloués au sol, pouvez-vous nous dire ce que demandent concrètement les grévistes ?

Pascal Perri : Les grévistes du syndicat majoritaire estiment que les propositions d’aménagement de leurs horaires et de leurs carrières sont floues. Le ministre de tutelle affirme que le dialogue a été engagé. Nous sommes à nouveau dans un jeu de rôles. Pendant les heures de pointe, les aiguilleurs du ciel sont soumis à des cadences de travail éprouvantes mais ils bénéficient de larges plages de récupération et de congés. Ils sont bien payés mais leur expertise est réelle. Les incidents ou les accidents sont majoritairement liés à des avaries machines ou à des erreurs humaines. Les aiguilleurs savent gérer les situations de pointe. Ils vivent toutefois sur un marché où c’est la demande qui vote. Les voyageurs veulent tous voyager dans les mêmes créneaux horaires. C’est ainsi. Le transport aérien est devenue une commodité sur le courrier européen. Il s’est beaucoup démocratisé et son marché s’est élargi. On connaît peu de marchands de jouets qui se plaindraient qu’il y ait du monde dans les magasins avant Noël !

 

Au regard de la réalité, leurs demandes sont-elles fondées ? (notamment sur les heures de travail en période de pointe et sur l'âge de départ à la retraite)

Le travail de contrôleur aérien est exigeant mais il n’est pas inhumain. Une fois encore, le cadre social est assez favorable. Sur l’âge de départ en retraite, le projet prévoit de le rallonger à 59 ans contre 57 actuellement. Toutes les catégories professionnelles sont appelées à faire des efforts. Celui-ci n’est pas le plus radical. Les contrôleurs aériens bénéficient d’une situation de monopole. Ils sont non substituables, à ce stade, et c’est un pouvoir économique décisif. Je regrette personnellement que le gouvernent n’ai pas été en mesure d’éviter une grève qui va d’abord pénaliser les consommateurs et les compagnies aériennes dont la situation financière est loin d‘être la plus favorable de l’écosystème aérien.

 

En 2013 déjà, les contrôleurs aériens faisaient grève pour protester contre les projets d'organisation d'un ciel unique européen. S'agissant d'un vaste mouvement d'harmonisation de la circulation européenne entre tous les Etats, ce mouvement de grève est-il vain ?

Sur les projets européens. Il y a deux dimensions dont une est inquiétante. 1er point : les projets de réorganisation du ciel européen entendent tenir compte non plus des frontières des Etats mais des flux de transport. C’est une bonne idée de s’adapter à l’évolution du trafic. Depuis le traité de Chicago, les Etats ont eu tendance à considérer que le ciel est aussi un territoire de souveraineté nationale. La guerre avait eu lieu dans le ciel comme sur terre. Ils se sont protégés. Cette organisation est caduque. Il faut l’amender dans un souci d’efficacité organisationnelle.

Le deuxième aspect du projet européen vise à créer un corps européen de contrôleurs. Les contrôleurs seront mobiles en application de la règle de libre circulation des personnes dans l’espace européen. Si l’enjeu est de déréglementer la profession pour importer de la main d’œuvre bon marché, il faut tout de suite crier garde. On sait ce que la déréglementation professionnelle a produit comme effets dévastateurs dans le transport routier. Protégeons le savoir faire et un certain modèle social, quitte à le faire évoluer.

 

Le corporatisme qui semble prévaloir chez les contrôleurs aériens se retrouve-t-il dans d'autres pays ?

Nous sommes un vieux pays. La crise radicalise les comportements. Chacun cherche à protéger son statut. Les nouveaux européens n’ont pas la même histoire. Il est logique que nos contrôleurs qui ont vécu dans un écosystème très protecteur soient inquiets. Le rôle du politique serait de les rassurer et de partager un accord d’évolution. Mais, nous avons un ministre qui est insuffisamment pro actif. La grève était prévue fin mars. Elle a été repoussée en raison de l’émotion suscitée par le crash de l’Airbus de Germanwings. On ne peut pas dire qu’elle est une surprise. De Radio France aux contrôleurs, c’est le même modèle de cogestion qui est remis en cause. Mais passer d’une époque à une autre implique qu’on ait des solutions à proposer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires