En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril.
Ne rien laisser au hasard

L’UMP face à ses primaires : au-delà des règles, ces discrets détails organisationnels qui pourraient bien peser sur le résultat

Publié le 10 avril 2015
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril. Y seront présentées un ensemble de dispositions qui influenceront sensiblement le résultat, alors que la bataille s'annonce serrée.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril. Y seront présentées un ensemble de dispositions qui influenceront sensiblement le résultat, alors que la bataille s'annonce serrée.

Atlantico : Au-delà du contenu encore incertain de la charte qui doit être présentée mardi 7 avril, quels choix peuvent peser sur les résultats finaux ?

Christelle Bertrand : Le Bureau Politique de ce matin est une étape importante pour les futurs candidats à la primaire et leurs soutiens. Les modalités d'organisation vont, en effet, être un élément important de la bataille. Nicolas Sarkozy, qui l'a bien compris, a d'ailleurs, ces derniers jours, bousculé le calendrier prévu afin de prendre de court ses concurrents. Alors que l'adoption de la charte d'organisation était initialement prévue le 14 avril, l'ancien président a avancé la date au 7 contre l'avis de certains cadres de son parti. Il semblerait aussi que des fuites aient été savamment organisées. Quant à François Fillon, indisponible, il pourrait même être absent de cette réunion. C'est à ce genre de détails que l'on perçoit l'importance des enjeux. Le nombre de parrainages à obtenir pour pouvoir se présenter, le statut du président de l'UMP si celui-ci est candidat...

Tous ces points techniques pèseront d'autant plus lourd que la bataille s’annonce serrée. Les cadres du parti s'attacheront aussi à trancher des questions encore plus pointues comme le nombre et la localisation des bureaux de vote. Un minimum de 8.000 bureaux est prévu, dont la moitié répartie également sur l'ensemble des circonscriptions. Les scores réalisés par la droite et le centre à la dernière présidentielle détermineront l'affectation des bureaux restants. Mais la répartition exacte des bureaux de vote reste toutefois à fixer et devrait donner lieu à un bras-de-fer entre les différentes écuries. La question est en effet stratégique car certaines zones sont plus juppéiste, d'autres plus sarkozistes... Jean-François Copé, qui n'ignorait rien de ces subtilités, avait, en vue de la bataille qui l'a opposé à François Fillon, porté une attention toute particulière à la répartition des bureaux de vote. Les Bouches du Rhône coppeiste avaient alors bénéficié de 22 bureaux de vote contre 11 pour les Alpes Maritime favorable à Fillon pour un nombre d'électeurs assez proche.

Selon un sondage Odoxa pour iTélé, 32 % des Français ayant l'intention de voter à la primaire UMP choisiraient Alain Juppé, contre 31 % pour Nicolas Sarkozy. Qu'est-ce qui pourrait faire peser la balance d'un côté ou de l'autre ?

Ce sondage montre aussi que l'ancien président de la République a les faveurs des sympathisants UMP tandis que 79% des sympathisants UDI ont exprimé leur intention de voter pour Alain Juppé. C'est pour cette raison que Nicolas Sarkozy ne fait rien pour intéresser les centristes au scrutin. Moins ils seront nombreux à se déplacer plus il aura de chance de l’emporter. L'UDI n'a donc pas été consultée pour rédiger la charte d'organisation. C'est une manière d'éloigner les militants et surtout les sympathisants qui vont avoir le sentiment de participer aux primaires de l'UMP et non de toute la droite. C'est ce qu'expliquait récemment Yves Jego : "La façon dont l'UMP bâtit son processus est une façon isolée, fermée, qui risque d'amener ceux qui ne sont pas dans cette construction de ce modèle à se sentir exclus". La médiatisation de l'alliance UDI UMP de rigueur lors des départementales n’est plus à l'ordre du jour. La participation des électeurs de François Bayrou, proche d'Alain Juppé, est aussi l'une des préoccupations des sarkozystes. Une petite phrase leur a été réservée dans la charte : cette primaire est "ouverte à l’ensemble des citoyens partageant les valeurs républicaines de la droite et du centre et s’engageant pour l’alternance", cela signifie que tous ceux qui préféreraient Hollande à Sarkozy, comme ce fut le cas des bayrouistes en 2012, n'ont rien à faire dans cette primaires. Le périmètre du corps électoral sera déterminant et donnera l'avantage à l'un et à l'autre tout autant que la qualité de la campagne que les candidats mèneront.

Qu'en est-il des autres candidats ? La tournure que semble prendre cette primaire réservera-t-elle un duel au sommet entre Juppé et Sarkozy, ou bien faut-il s'attendre à une multiplicité de candidatures ?

L'un des enjeux de ce bureau politique et l'un des points de crispation les plus médiatiques, consiste à définir le nombre de parrainages nécessaires pour se présenter. Nathalie Kosciusko-Morizet s'est beaucoup battue pour que ce chiffre soit abaissé à 14 afin qu'elle puisse se présenter. La charte propose un plancher élevé à 25, soit 13% des parlementaires, ce qui ne handicape pas que que NKM mais aussi Xavier Bertrand qui n'est pas certain de les obtenir, tout comme Christian Estrosi ou Hervé Mariton. A tel point que certains parient sur un abaissement à 20 parrainages parlementaires lors du bureau national. Le BP ne devrait pas accepter un seuil plus bas de peur de voir les candidatures dites "saugrenues", se multiplier. Ces règles sont bien plus strictes que celles arrêtées par le PS lors de sa propre primaire en 2011 qui avait exigé un seuil de 5%, il s'agit bien entendu de limiter le nombre de candidatures et de privilégier les deux candidats principaux, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.

Cette primaire est-elle à l’abri des controverses ? Qu'est-ce qui pourrait miner la légitimé du vainqueur, et comment le parti anticipe-t-il cette éventualité ?

L'UMP vit, depuis la guerre Fillon-Copé, dans la crainte d'un nouveau conflit interne, or la primaire à venir n'est pas sans risque. Il suffit d'écouter Alain Juppé expliquer le 2 mars "S'il s'agit d'une primaire ouverte à tous les sympathisants de la droite et du centre, j'aurai ma chance. En revanche, si le scrutin est "bidouillé" pour rééditer le scénario de l'élection du président de l'UMP, cette élection ne sera pas de nature à créer une véritable dynamique (...), je me présenterai donc au premier tour de l'élection présidentielle en 2017". Et d'autres, comme François Fillon, pourraient lui emboîter le pas. Pour éviter les "bidouillages", nombreux sont ceux qui aimeraient que Nicolas Sarkozy, s'il est candidat, démissionne de la présidence de l'UMP dès le début de la campagne interne mais la charte dévoilée la semaine dernière ne fixe aucune restriction ce qui devrait inciter l'ancien président à se déclarer le plus tard possible tout en faisant campagne aux frais du parti. La mise en retrait du président avait pourtant été actée dans les statuts de l’UMP dans le cadre du Yalta négocié entre Copé et Fillon. Il était convenu que la démission du président devait intervenir "dès réception" de sa déclaration de candidature ou, au plus tard, "quinze jours avant la date fixée pour le dépôt des déclarations de candidature". Mais à la demande de Nicolas Sarkozy, de nouveaux statuts sont en cours d’écriture, sous l’autorité de Nathalie Kosciusko-Morizet. L'ancien président souhaite garder la main le plus longtemps possible sur le parti car outre l'avantage financier que lui procure la possibilité de faire campagne aux frais du parti, ce statut lui donne une visibilité bien supérieure à celle de ses concurrents tout en lui offrant une mainmise totale sur l'organisation du futur scrutin. Des avantages à double tranchant qui pourraient entacher la légitimité de son élection.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 08/04/2015 - 20:07
@ Philippine
là- haut, c'est le soleil ! Vous voyez autre chose? Quoi par exemple ?
Philippine
- 07/04/2015 - 19:17
De toute manière, Fillon et Copé ........,
s'ils perdent cette primaire s'empresseront de dire, haut et fort que ces élections ont été bidouillées, car ils seront, à mon avis, tels que nous les connaissons, de très mauvais perdants. Par conséquent, il est probable qu'ils se présenteront en candidat libre en prenant le risque de faire perdre leur camp, ce dont ils se foutent royalement. Un seul petit espoir pour notre pauvre pays à la dérive, qui ressemble de plus en plus au radeau de la Méduse, c'est qu'à gauche, il me semble qu'il va y avoir aussi plusieurs candidats et là , alors, tous les jeux sont ouverts . Les primaires sont tout à fait contraires à la 5 ème République et le Général de Gaulle, s'il voit, tout cela, de là-haut, doit être bien triste ......