En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

04.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 16 min 29 sec
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 17 heures 34 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 19 heures 25 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 23 heures 9 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 1 jour 3 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 1 heure 43 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 18 heures 24 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 22 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 23 heures 44 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 1 jour 40 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril.
© Reuters
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril.
Ne rien laisser au hasard

L’UMP face à ses primaires : au-delà des règles, ces discrets détails organisationnels qui pourraient bien peser sur le résultat

Publié le 10 avril 2015
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril. Y seront présentées un ensemble de dispositions qui influenceront sensiblement le résultat, alors que la bataille s'annonce serrée.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les modalités d'organisation de la primaire de l'UMP sont au programme d'un bureau politique organisé mardi 7 avril. Y seront présentées un ensemble de dispositions qui influenceront sensiblement le résultat, alors que la bataille s'annonce serrée.

Atlantico : Au-delà du contenu encore incertain de la charte qui doit être présentée mardi 7 avril, quels choix peuvent peser sur les résultats finaux ?

Christelle Bertrand : Le Bureau Politique de ce matin est une étape importante pour les futurs candidats à la primaire et leurs soutiens. Les modalités d'organisation vont, en effet, être un élément important de la bataille. Nicolas Sarkozy, qui l'a bien compris, a d'ailleurs, ces derniers jours, bousculé le calendrier prévu afin de prendre de court ses concurrents. Alors que l'adoption de la charte d'organisation était initialement prévue le 14 avril, l'ancien président a avancé la date au 7 contre l'avis de certains cadres de son parti. Il semblerait aussi que des fuites aient été savamment organisées. Quant à François Fillon, indisponible, il pourrait même être absent de cette réunion. C'est à ce genre de détails que l'on perçoit l'importance des enjeux. Le nombre de parrainages à obtenir pour pouvoir se présenter, le statut du président de l'UMP si celui-ci est candidat...

Tous ces points techniques pèseront d'autant plus lourd que la bataille s’annonce serrée. Les cadres du parti s'attacheront aussi à trancher des questions encore plus pointues comme le nombre et la localisation des bureaux de vote. Un minimum de 8.000 bureaux est prévu, dont la moitié répartie également sur l'ensemble des circonscriptions. Les scores réalisés par la droite et le centre à la dernière présidentielle détermineront l'affectation des bureaux restants. Mais la répartition exacte des bureaux de vote reste toutefois à fixer et devrait donner lieu à un bras-de-fer entre les différentes écuries. La question est en effet stratégique car certaines zones sont plus juppéiste, d'autres plus sarkozistes... Jean-François Copé, qui n'ignorait rien de ces subtilités, avait, en vue de la bataille qui l'a opposé à François Fillon, porté une attention toute particulière à la répartition des bureaux de vote. Les Bouches du Rhône coppeiste avaient alors bénéficié de 22 bureaux de vote contre 11 pour les Alpes Maritime favorable à Fillon pour un nombre d'électeurs assez proche.

Selon un sondage Odoxa pour iTélé, 32 % des Français ayant l'intention de voter à la primaire UMP choisiraient Alain Juppé, contre 31 % pour Nicolas Sarkozy. Qu'est-ce qui pourrait faire peser la balance d'un côté ou de l'autre ?

Ce sondage montre aussi que l'ancien président de la République a les faveurs des sympathisants UMP tandis que 79% des sympathisants UDI ont exprimé leur intention de voter pour Alain Juppé. C'est pour cette raison que Nicolas Sarkozy ne fait rien pour intéresser les centristes au scrutin. Moins ils seront nombreux à se déplacer plus il aura de chance de l’emporter. L'UDI n'a donc pas été consultée pour rédiger la charte d'organisation. C'est une manière d'éloigner les militants et surtout les sympathisants qui vont avoir le sentiment de participer aux primaires de l'UMP et non de toute la droite. C'est ce qu'expliquait récemment Yves Jego : "La façon dont l'UMP bâtit son processus est une façon isolée, fermée, qui risque d'amener ceux qui ne sont pas dans cette construction de ce modèle à se sentir exclus". La médiatisation de l'alliance UDI UMP de rigueur lors des départementales n’est plus à l'ordre du jour. La participation des électeurs de François Bayrou, proche d'Alain Juppé, est aussi l'une des préoccupations des sarkozystes. Une petite phrase leur a été réservée dans la charte : cette primaire est "ouverte à l’ensemble des citoyens partageant les valeurs républicaines de la droite et du centre et s’engageant pour l’alternance", cela signifie que tous ceux qui préféreraient Hollande à Sarkozy, comme ce fut le cas des bayrouistes en 2012, n'ont rien à faire dans cette primaires. Le périmètre du corps électoral sera déterminant et donnera l'avantage à l'un et à l'autre tout autant que la qualité de la campagne que les candidats mèneront.

Qu'en est-il des autres candidats ? La tournure que semble prendre cette primaire réservera-t-elle un duel au sommet entre Juppé et Sarkozy, ou bien faut-il s'attendre à une multiplicité de candidatures ?

L'un des enjeux de ce bureau politique et l'un des points de crispation les plus médiatiques, consiste à définir le nombre de parrainages nécessaires pour se présenter. Nathalie Kosciusko-Morizet s'est beaucoup battue pour que ce chiffre soit abaissé à 14 afin qu'elle puisse se présenter. La charte propose un plancher élevé à 25, soit 13% des parlementaires, ce qui ne handicape pas que que NKM mais aussi Xavier Bertrand qui n'est pas certain de les obtenir, tout comme Christian Estrosi ou Hervé Mariton. A tel point que certains parient sur un abaissement à 20 parrainages parlementaires lors du bureau national. Le BP ne devrait pas accepter un seuil plus bas de peur de voir les candidatures dites "saugrenues", se multiplier. Ces règles sont bien plus strictes que celles arrêtées par le PS lors de sa propre primaire en 2011 qui avait exigé un seuil de 5%, il s'agit bien entendu de limiter le nombre de candidatures et de privilégier les deux candidats principaux, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.

Cette primaire est-elle à l’abri des controverses ? Qu'est-ce qui pourrait miner la légitimé du vainqueur, et comment le parti anticipe-t-il cette éventualité ?

L'UMP vit, depuis la guerre Fillon-Copé, dans la crainte d'un nouveau conflit interne, or la primaire à venir n'est pas sans risque. Il suffit d'écouter Alain Juppé expliquer le 2 mars "S'il s'agit d'une primaire ouverte à tous les sympathisants de la droite et du centre, j'aurai ma chance. En revanche, si le scrutin est "bidouillé" pour rééditer le scénario de l'élection du président de l'UMP, cette élection ne sera pas de nature à créer une véritable dynamique (...), je me présenterai donc au premier tour de l'élection présidentielle en 2017". Et d'autres, comme François Fillon, pourraient lui emboîter le pas. Pour éviter les "bidouillages", nombreux sont ceux qui aimeraient que Nicolas Sarkozy, s'il est candidat, démissionne de la présidence de l'UMP dès le début de la campagne interne mais la charte dévoilée la semaine dernière ne fixe aucune restriction ce qui devrait inciter l'ancien président à se déclarer le plus tard possible tout en faisant campagne aux frais du parti. La mise en retrait du président avait pourtant été actée dans les statuts de l’UMP dans le cadre du Yalta négocié entre Copé et Fillon. Il était convenu que la démission du président devait intervenir "dès réception" de sa déclaration de candidature ou, au plus tard, "quinze jours avant la date fixée pour le dépôt des déclarations de candidature". Mais à la demande de Nicolas Sarkozy, de nouveaux statuts sont en cours d’écriture, sous l’autorité de Nathalie Kosciusko-Morizet. L'ancien président souhaite garder la main le plus longtemps possible sur le parti car outre l'avantage financier que lui procure la possibilité de faire campagne aux frais du parti, ce statut lui donne une visibilité bien supérieure à celle de ses concurrents tout en lui offrant une mainmise totale sur l'organisation du futur scrutin. Des avantages à double tranchant qui pourraient entacher la légitimité de son élection.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 08/04/2015 - 20:07
@ Philippine
là- haut, c'est le soleil ! Vous voyez autre chose? Quoi par exemple ?
Philippine
- 07/04/2015 - 19:17
De toute manière, Fillon et Copé ........,
s'ils perdent cette primaire s'empresseront de dire, haut et fort que ces élections ont été bidouillées, car ils seront, à mon avis, tels que nous les connaissons, de très mauvais perdants. Par conséquent, il est probable qu'ils se présenteront en candidat libre en prenant le risque de faire perdre leur camp, ce dont ils se foutent royalement. Un seul petit espoir pour notre pauvre pays à la dérive, qui ressemble de plus en plus au radeau de la Méduse, c'est qu'à gauche, il me semble qu'il va y avoir aussi plusieurs candidats et là , alors, tous les jeux sont ouverts . Les primaires sont tout à fait contraires à la 5 ème République et le Général de Gaulle, s'il voit, tout cela, de là-haut, doit être bien triste ......