En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 2 min 30 sec
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 35 min 48 sec
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 2 heures 57 min
décryptage > France
Vers une pénurie?

L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..

il y a 3 heures 35 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 23 heures 11 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 31 min 27 sec
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 49 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 3 heures 21 min
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 17 heures 57 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 23 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 1 jour 56 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Raymond Barre, professeur apprécié qui avoue avoir essayé l'opium

Publié le 04 avril 2015
« Un homme carré dans un corps rond », c'est en ces termes que Raymond Barre aimait à se définir. Ce gaulliste, universitaire et économiste de renom, connaît une carrière fulgurante : tour à tour vice-président de la Commission européenne, ministre, puis Premier ministre de 1976 à 1981. Christiane Rimbaud est partie à sa découverte, rencontrant nombre de proches et de personnalités pour comprendre l'homme tant dans ses forces que dans ses fêlures. Extraits de "Raymond Barre" de Christiane Rimbaud aux éditions Perrin, 1/2
Née à Paris en 1944, diplômée de la Sorbonne (3ème cycle histoire) et de Sciences Po Paris, spécialisée dans l'histoire contemporaine, Christiane Rimbaud a déjà publié une douzaine d'ouvrages, notamment chez Perrin les biographies d'Antoine...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christiane Rimbaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Née à Paris en 1944, diplômée de la Sorbonne (3ème cycle histoire) et de Sciences Po Paris, spécialisée dans l'histoire contemporaine, Christiane Rimbaud a déjà publié une douzaine d'ouvrages, notamment chez Perrin les biographies d'Antoine...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Un homme carré dans un corps rond », c'est en ces termes que Raymond Barre aimait à se définir. Ce gaulliste, universitaire et économiste de renom, connaît une carrière fulgurante : tour à tour vice-président de la Commission européenne, ministre, puis Premier ministre de 1976 à 1981. Christiane Rimbaud est partie à sa découverte, rencontrant nombre de proches et de personnalités pour comprendre l'homme tant dans ses forces que dans ses fêlures. Extraits de "Raymond Barre" de Christiane Rimbaud aux éditions Perrin, 1/2
 

Invité le 21 janvier 2000 par la radio lyonnaise Radio Scoop pour un « Dialogue avec les jeunes » et interrogé par un auditeur sur la législation du cannabis, il n’a pas de fausses pudeurs. Quand d’autres répugnent à reconnaître qu’ils ont goûté à la marijuana, il évoque tranquillement sa lointaine rencontre avec l’opium. C’est donc le pavot réduit en boule et brûlé en pipe qui a retenu (brièvement) son intérêt : « Je n’ai pas essayé le cannabis ; j’ai essayé autre chose, oui. J’ai essayé l’opium quand j’étais jeune. Mais ça ne m’a pas emballé… » Comme nombre d’intellectuels de l’époque, Sartre, Malraux, Cocteau…, il a donc fait une brève escapade dans les paradis artificiels. Mais, sa curiosité satisfaite, il n’a pas insisté. Sans surprise, il conseille aux jeunes de ne pas l’imiter, pour ne pas risquer de problèmes de dépendance. 

Les journées tunisiennes ne sont bien entendu pas seulement consacrées aux bonheurs de la plage, de la musique et de l’amitié. On sait conjuguer à Tunis douceur de vivre méditerranéenne et studieuses activités. Sous la férule bienveillante de Jacques Flour, l’âme de l’Institut, l’activité universitaire est très dense. Pour toutes ces raisons, les missions à Tunis sont très recherchées. De nombreux universitaires parisiens font volontiers le voyage, et François Perroux sera du nombre. Les étudiants sont peu nombreux (90 en première année, 30 en deuxième, 15 en troisième) et la plupart d’entre eux sont des Français de Tunisie ou de métropole. On y compte aussi un certain nombre de juifs tunisiens remarquables. En revanche, les musulmans sont très minoritaires. L’Institut des hautes études continue de représenter la culture française, alors que le petit Institut des belles lettres arabes (IBLA), qui est installé dans la médina sous la direction de Pères blancs et largement ouvert sur le monde musulman, est à l’écoute des aspirations d’indépendance des Tunisiens. 

Raymond Barre donne ses cours le jeudi, le vendredi et le samedi matin, à l’Institut des hautes études, mais aussi à l’Ecole tunisienne d’administration, qui se trouve dans la casbah. Et ses étudiants sont eux aussi très vite conquis par ce jeune professeur qui a un sens pédagogique exceptionnel et leur dit : « Vous n’êtes pas ici pour apprendre, vous êtes ici pour acquérir une méthode. » Il fait pourtant un peu « vieux genre », semble appartenir à la génération des quarante ans plutôt qu’à celle des vingt-cinq ans avec ses cheveux plaqués, ses cravates-club et son habitude tenace du baisemain (héritée de son grand-père). Il est néanmoins très aimé de ses étudiants. « Il raflait les meilleurs », poursuit Malaurie, qui ajoute : « Ils nous avaient surnommés Les Malabars, car nous étions inséparables ».

La villa Madeleine devient de son côté Dar Malabar. D’autres plaisanteries courent. Les étudiants l’appellent Babar entre eux. Ou encore Boulette parce qu’il est déjà un peu rond. Il le sait et s’en amuse. En revanche, la familiarité n’est pas de mise en sa présence. Le jeune professeur ne s’y prête pas. Ce qui ne l’empêche pas d’être très proche de ses élèves, toujours disponible pour les écouter, les aider dans leur travail et leur réflexion. Et Jean-Claude Paye n’est pas le seul à être impressionné par son esprit « remarquable de clarté et d’intérêt, très structuré ». Ces étudiants, Malaurie et lui les trouvent de leur côté « épatants ». Sans doute en raison de la qualité de l’enseignement secondaire que la plupart d’entre eux ont reçu au lycée Carnot de Tunis, alors très réputé. Raymond Barre noue même des liens très forts avec certains d’entre eux, dont le futur parcours restera plus ou moins lié au sien.

Sa « propension à la pédagogie », que relevait déjà Henri Guitton dans sa thèse, est si appréciée que Lucien Paye, alors directeur de l’enseignement en Tunisie, c’est-à-dire ministre de l’Education dans le protectorat, a conseillé à son fils, Jean-Claude Paye, ainsi qu’à Jean-Claude Casanova, de suivre ses cours. Sous son influence, ce dernier, qui est président de l’association des étudiants et déjà réputé pour sa pénétrante intelligence, abandonne même la philosophie pour l’économie et s’oriente vers l’agrégation et Sciences Po. Jean-Claude Paye, qui n’a pas encore dix-huit ans, ne cache pas de son côté son admiration pour son professeur, « un homme fascinant, dira-t‑il, avec qui on avait le sentiment d’être dans le mouvement de la pensée contemporaine. Ce qui nous frappait le plus : son aptitude à établir des liens entre l’économie, la politique et l’histoire ». 

Assis à une petite table à trois pieds couverte d’un marbre, dans le salon de sa petite villa, Raymond Barre passe de longues heures à rédiger ses cours et les travaux dirigés liés à ses enseignements. Ce qui permet à Philippe Malaurie de s’initier quelque peu à Schumpeter – « dont j’ignorais même l’existence jusque-là », dira-t‑il. Ce qui lui donne aussi maintes occasions d’admirer « la puissance et la facilité de travail » de son ami. N’ayant que peu de documentation sous la main, il écrit quasiment de mémoire. Sa facilité d’écriture est elle aussi déconcertante. Il rédige sans ratures, d’un seul jet. Jean-Claude Casanova, de son côté, se souvient de lui, en chemise bleue, poursuivant son travail dans la salle des professeurs de l’Institut, d’une écriture régulière, très maîtrisée, qui ne variera pas avec les années. « Les lettres sont élégamment dessinées, légèrement penchées à droite, la fermeté du tracé et l’élégance du dessin ont persisté. » 

Rédiger intégralement ses leçons est un grand avantage par rapport à ceux qui parlent « sur notes brèves », comme le veut le règlement de l’agrégation, remarque encore Jean-Claude Casanova. Il est en effet plus facile d’en tirer des livres. Tout en travaillant ses cours, Raymond Barre rédige donc en même temps ses futurs manuels d’Economie politique, qui paraîtront pour la première fois en 1956 à quelques mois d’intervalle et qui connaîtront un nombre impressionnant d’éditions et de tirages. L’écriture de ces manuels l’amène aussi à regarder de plus près et de façon plus approfondie ce qui se dit et s’écrit dans le reste du monde, à s’intéresser notamment de plus près aux théories économiques anglo-saxonnes, qui constituent un hiatus par rapport à ce qui s’enseigne alors en France.

Extraits de "Raymond Barre" de Christiane Rimbaud aux éditions Perrin, 2015

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Raymond Barre
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 04/04/2015 - 12:03
Quand tout était Mitterrand,
Monsieur Raymond Barre, donnait des conférences dans le monde entier et les chefs d'états qui l'ont écouté, ont eu de la réussite et leur économie s'est bien portée, contrairement à la notre qui n'a cessé de dégringoler et nous voilà dans la mouise jusqu'aux yeux. Je n'oublis pas le serpent monétaire. Comme dit "toupoilu", nous n'avons jamais pris le bon cheval, mais des pur-sang de betterave.
Jardinier
- 04/04/2015 - 10:57
Je vais bien sur, avec plaisir, lire ce livre.
.
Jardinier
- 04/04/2015 - 10:53
Magnifique Raymond Barre.
On n'a pas su saisir notre chance. On n'en serait pas la si on l'avait saisi. A l’époque, le grand hebdomadaire l'express dont j’étais abonné avait pris fait et cause pour Jacques Chirac en prétextant que celui ci était incomparablement plus libéral que Barre, ce qui était d'une stupidité sans nom, signée Sylvie Pierre Brossolette entre autre, et en insinuant qu'il pourrait être sous influence soviétique par sa femme Eve d'origine bulgare, je crois. C'est la dernière fois que j'ai lu l'express. Aujourd'hui, Fillon est quelqu'un du même gabarit, et malheureusement le résultat sera probablement le même.