En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 12 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 12 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 19 heures 45 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 8 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 18 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 19 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Réaction

Michel Maffesoli : "L'hystérie collective autour de mon cas témoigne d'un divertissement d'impuissants"

Publié le 30 mars 2015
Le sociologue Michel Maffesoli s'est retiré de la direction de la revue "Sociétés" après que celle-ci a publié un article prétendument scientifique qui n'était autre qu'un canular visant à montrer ses méthodes jugées contestables par certains de ses confrères. Depuis, le milieu universitaire est agité par un déchaînement d'attaques à son encontre.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sociologue Michel Maffesoli s'est retiré de la direction de la revue "Sociétés" après que celle-ci a publié un article prétendument scientifique qui n'était autre qu'un canular visant à montrer ses méthodes jugées contestables par certains de ses confrères. Depuis, le milieu universitaire est agité par un déchaînement d'attaques à son encontre.

Atlantico : Le canular dont votre revue a fait l'objet a tout de ce qu'on peut appeler une "embuscade". Dès lors que l'on cherche à pousser quelqu'un à la faute il y a de fortes chances de parvenir à ses fins. Si la critique est acceptable, qu'en est-il en revanche de ce procédé ? Diriez-vous qu'il est déloyal ?

Michel Maffesoli : Comme je l’ai dit, la première conclusion que j’ai tirée de cette “affaire”, c’est qu’en tant que directeur de la revue Sociétés, j’ai commis l’erreur d’avoir laissé publier cet article, qui n’avait été relu que par une personne qui avait émis un avis favorable, avec réserves sur sa publication (le deuxième avis défavorable étant arrivé après bouclage). Je ne relis pas l’ensemble des articles publiés (aucun directeur de revue ne le fait) et à cette occasion, le relecteur qui a émis l’avis “publiable”, le secrétaire de rédaction qui n’a pas eu le temps de le relire, les responsables du numéro qui ont accepté d’ajouter cet article dans la rubrique “marges”, au moment du bouclage, sont tous fautifs, moi le premier. Nous allons tirer collectivement les leçons de ce dysfonctionnement et renforcer nos procédures de sélection des articles. Et,  pour ma part,  je vais passer la main à un collègue plus jeune.

Lire également : L’affaire Maffesoli : est-il possible d’être de droite dans le monde universitaire français ?

Ceci dit, publier un article “fake” arrive très fréquemment, à des revues de grande qualité “scientifique” : NatureThe Lancet et beaucoup d’autres revues publient des études fondées sur des expérimentations “bidouillées”, des “statistiques faussées ou inventées” etc. Le caractère parodique de l’article publié aurait dû nous alerter, mais bien sûr ni l’absence de questionnaires, ni l’absence d’enquête quantitative ne posaient problème, puisque en général la revue Sociétés ne publie pas d’articles de sociologie quantitative ou statistique.

On nous fait donc un mauvais procès et on nous critique de ne pas être ce que jamais nous n’avons revendiqué d’être : des “scientifiques” opérant selon les méthodes de la science expérimentale. Dés l’orée de ma carrière j’ai insisté sur le fait que la sociologie n’était pas une “science”, mais une “connaissance” pouvant être élaborée avec la rigueur propre à la démarche académique. Peut-être est-ce cette prise de position ( “La Connaissance ordinaire”, 1985) que l’on ne m’a jamais pardonné !

L’affaire pourrait être un canular et l’histoire est pleine de ce type de “pastiches”, plus ou moins réussis. Mais ce qui révèle l’intention de nuire est bien sûr l’article publié ensuite par les deux “sociologues”, qui profitent de notre bévue pour me critiquer moi nommément, ainsi que deux chercheurs de mon centre et l’ensemble des personnes qui travaillent avec moi.

Et bien sûr, Internet aidant, les relais apportés à cette “nouvelle affaire Maffesoli” se sont multipliés.

Les procédés utilisés, pièger un comité de rédaction et en tirer prétexte pour invalider toute une école de pensée ne resortissent pas bien sûr du débat intellectuel. En fait, ces personnes et celles qui ont relayé leur ire, ressassent toujours les mêmes arguments, utilisés depuis que j’ai fait soutenir une thèse de sociologie sur le comportement des médias vis-à-vis de l’astrologie par madame Hanselman, (E. Teissier) qui était aussi une astrologue. Je constate que j’ai fait soutenir plus de 180 thèses à des docteurs français et étrangers, que je suis déjà docteur “honoris causa” de 6 universités dans le monde, que j’ai publié plus de 30 livres, traduits dans une dizaine de langues et que quand un certain milieu dit universitaire parle de moi, c’est pour dire “Michel Maffesoli qui a fait soutenir une thèse d’astrologie”. Pour des personnes obsédées d’objectivité, c’est une curieuse manière de parler !

Dans l’article de ces  deux jeunes chercheurs, aucun argument intellectuel n’est avancé pour critiquer le type de sociologie que je fais (sociologie compréhensive et non pas quantitative et explicative), pour invalider les domaines auxquels mon centre et moi-même nous intéressons (le quotidien, l’imaginaire, la postmodernité, le changement de valeurs sociétales, etc.) : il est juste noté que nous avons accepté un article qui n’était pas fondé sur une enquête quantitative et suit ensuite une litanie, bien connue d’attaques ad hominem, toujours les mêmes d’ailleurs, une sorte de “coupé/collé” indéfiniment scandé : la thèse Teissier, le chapeau et le noeud papillon que je porte, mes titres soit-disant usurpés, mon accession au dernier échelon du grade de professeur avant ma retraite (comme l’ensemble des professeurs de mon renom et de mon ancienneté (33 ans à la Sorbonne !), etc.

Nombre de ces arguments sont fallacieux : je publierais à CNRS Éditions parce que je suis membre du conseil d’administration du CNRS : ces éditions sont indépendantes. Je suis sollicité par de nombreux éditeurs. Et CNRS Editions me publie volontiers car outre, peut-être, l’intérêt de mes livres, je suis un de leurs auteurs qui vend le plus d’ouvrages. J’aurais été nommé membre de l’Institut universitaire de France par la ministre contre l’avis du comité. Puis-je rappeler que, tout simplement, je figurais sur la liste complémentaire de celui-ci. Etc. La litanie est longue des calomnies ou médisances. Elle est peut-être trop longue pour être crédible ! On m’a même reproché de publier sous mon nom dans “Atlantico” comme si c’était infâmant de publier sur un autre support qu’une revue universitaire ou dans l’Humanité comme un de mes détracteurs !

Je suis à la retraite depuis un an, et en retrait du “tout petit monde” sociologique depuis fort longtemps. Je n’ai aucun pouvoir, et ne cherche pas a en avoir. Dés lors le “maffesolisme”, ne pouvant être que machiavélien, est un pur fatasme qui, avant tout, interroge sur ceux qui s’en font les contempteurs. Seule m’intéresse l’oeuvre qu'il me reste à parfaire. Et il est vrai que je continue à publier et à être invité dans de nombreuses universités françaises et étrangères. Je suis, aussi, sollicité par de nombreus décideurs politiques, économiques, sociaux. Peut-on, dés lors, nommer avec une grande simplicité le fantasme dont je viens de parler : la jalousie.

Je m’étonne de ce que des collègues, en activité ou à la retraite, poussent des jeunes gens, dont l’un cherche à faire sa thèse sur “la galaxie de l’imaginaire” depuis 12 ans, (titre emprunté à un ouvrage collectif consacré à Gilbert Durand et que j’ai dirigé il y a vingt ans !) à perdre leur temps dans de telles entreprises. D’autant que ce “thésard” un peu attardé ne peut prétendre qu’il a été mal reçu par moi-même ou par les personnes qui travaillent sur l’imaginaire. En février 2014, soit trois mois avant de commettre cet acte malveillant, il m’adressait un message tout à fait aimable, me demandait mon aide pour accéder à une correspondance de Gilbert Durand, félicitait mon laboratoire pour le colloque consacré à ce dernier qu’il avait trouvé “”fructueux” !

La communauté des chercheurs en sciences humaines s'est déchaînée à cette occasion contre vous, parlant de "maffesolisme", de sectarisme et de votre proximité avec la droite. Avez-vous le sentiment que ces personnes vous font payer le prix de méthodes qu'elles jugent contestables, ou qu'elles s'attaquent tout simplement à ce que vous êtes ?

Michel Maffesoli : Je suis prêt et je l’ai toujours été à débattre du type de sociologie que je fais et des thèmes que je traite. J’ai organisé au début de ma carrière plusieurs colloques intitulés “Sociologies” avec un s, parce que pense qu’il y a en effet plusieurs types de sociologie. Dans la revue Sociétés nous publions effectivement des articles de chercheurs de mon centre et des nombreux centres d’études sur l’actuel et le quotidien qui se sont créés dans d’autres pays, mais nous publions aussi des articles de personnes dont nous ne connaissons pas le pedigree universitaire (ce que justement ce canular nous reproche aussi). Je fais remarquer aussi que nous recevons nombre de propositions d’articles, dont nous refusons la plupart qui ne nous paraissent pas présenter un intérêt sociologique.

Les chercheurs que j’ai formés pratiquent le même type d’ouverture : dans leurs choix professionnels : tous ne font pas une carrière universitaire, oui certains exercent des activités d’études et de conseil pour des entreprises ce qui n’est pas sans montrer aussi l’intérêt des thèmes et des méthodes d’études que j’ai impulsées. Les thématiques de recherche sont très variées et j’ai toujours eu un seul principe : un fait social est un fait sociologique, c’est-à-dire que tout phénomène relève d’une étude sociologique. J’ai accepté et j’en suis fier, les thématiques apportées par les étudiants, car je pense qu’il n’y a pas de compétence s’il n’y a pas d’appétence. Et jamais je ne me suis permis d’interférer dans les contacts noués par mes étudiants, leur interdire comme je sais que certains le font de publier là ou là ou de citer tel ou tel auteur !

Un ami, professeur de médecine et d’anthropologie me disait : “Maffesoli, vous n’avez pas l’odeur de la meute”. Est-ce cela qui pousse le milieu à me faire ces procès à répétition ? Est-ce l’ennui, l’acedia, cette sécheresse de l’âme dont Thomas d’Aquin disait qu’elle était un péché contre l’esprit, qui les anime ? Je  ne suis en compétition avec personne, je continue à travailler comme je l’ai toujours fait, à lire, me documenter, penser, écrire. Et bien sûr à échanger avec nombre de collègues, jeunes et moins jeunes, en France, au Brésil, au Mexique, en Italie, en Corée, au Canada et en Angleterre, etc.

De plus, pratiquant une “neutralité axiologique” des plus strictes je n’ai jamais eu d’engagement politique ou syndical quel qu’il soit. Ainsi, pour ceux qui savent lire, je renvoie à mon livre Sarkologie (Albin michel 2012) qui n’a rien d’une apologie. Est-ce que mes détracteurs l’on lu ? Ont-ils lu, d’ailleurs, mes divers livres ? J’en doute. Car selon la formule bien connue: “j’ai pas vu, j’ai pas lu, mais j’ai entendu causer”. C’est dire la rigueur d’une telle attitude !

Existe-t-il de toute manière des méthodes incontestables en sociologie ? Le procédé qui a été employé contre vous pourrait-il être utilisé contre d'autres, avec des effets polémiques bien moins importants ?

Michel Maffesoli : Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage ! Je pourrais aussi citer les “sycophantes”, ces citoyens de la Grèce antique, qui faisaient de faux procès à d’autres citoyens pour les faire bannir et accaparer leurs biens. Très clairement, nombre de sujets qui ont été traités dans mon centre sont prospectifs : le néo-tribalisme, le nomadisme, l’importance des apparences, la valorisation du corps, l’hédonisme ambiant ou le retour d’un imaginaire dionysiaque, la personne plurielle, les rassemblements musicaux, l’impact des nouvelles technologies, etc. J’ai été étonné parfois de trouver dans des publications ou des communications de titres un peu “empruntés” sur l’imaginaire quotidien ou le tribalisme ou d’autres, par des collègues qui m’avaient justement reproché de traiter ce type de thèmes “non sociologiques”. J’ai même vu, il y a un peu plus d’un an, un compte-rendu d’un livre sur l’astrologie, qui affirmait que c’était la première fois qu’on traitait ce thème en sociologie !

Encore une fois, je pratique une sociologie compréhensive, qui élucide les processus à l’oeuvre dans la société, les valeurs sous-jacentes aux changements sociétaux, l’imaginaire de l’époque. Je décris ce qui se passe et je ne porte aucun jugement, ni en bien, ni en mal. Je parle de postmodernité au sens le plus basique du terme, notre époque, celle qui vient après l’époque dite moderne (17e- 20e siècles) et je ne dis pas qu’elle est meilleure ou pire que la précédente.

Il est vrai que les personnes qui sont attachées aux luttes de pouvoir et aux places institutionnelles peuvent se sentir attaquées par ceux qui montrent que les valeurs sur lesquelles ils se fondent sont saturées, et qu’un autre monde est en train de naître. Cette peur justifie-t-elle de recourir à des méthodes de voyous, à invalider ceux qui ne pensent pas comme vous ? Ce n’est pas ma façon de faire et ce n’est pas ainsi que j’ai été formé par mes vieux maîtres, Julien Freund, et Gilbert Durand qui avaient appris, notamment au travers de leur combat dans la Résistance, ce qu’est l’honneur.

L’hystérie collective à laquelle on assiste témoigne, avant tout, du “ressentiment” à l’oeuvre dans les soit-disant “sciences” humaines ou, ce qui revient au même, d’un divertissement d’impuissants !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AgentDevlin
- 30/03/2015 - 11:45
Quelle honte
Ce procédé est tellement indigne qu'il fait penser à un règlement de comptes dans une cour d'école. C'est ceux qui ont fait cela qui devraient démissionner de leur poste et être soumis à des mesures disciplinaires.
vangog
- 30/03/2015 - 01:32
Bravo à Maffesoli, piégé par les trotskystes et qui a
le courage de céder son poste!
Les socialistologues, politologues et autres scientifiques biberonnés à la pensee unique et se trompant régulièrement, n'ont pas ce courage: modèles climatiques farfelus, erreurs de la mixité sociale ou ethnique, économistes gauchistes à côté de la plaque...plus ils sont nuls, plus ils s'accrochent à leurs postes! Normal, me direz-vous, car ils ne savent rien faire d'autre que copiner et s'accrocher comme des berniques...
Deudeuche
- 29/03/2015 - 19:15
dur dur de ne pas être de gauche dans les sciences sociaaales
mais il est temps que cela change.