En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Le petit somme de Joe Biden

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 6 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 39 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 3 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 28 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 26 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Les sentiments d'abord

Hollande et Valls, adeptes de plus en plus visibles d'une délicate communication émotionnelle en cas de catastrophe

Publié le 25 mars 2015
Après l'attentat au siège de Charlie Hebdo comme après le crash de l'avion de la Germanwings, la réaction de l'exécutif français ne s'est pas faite attendre. Un réflexe émotionnel typique d'une communication centrée sur le fait divers.
Dominique Wolton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Voir la bio
Bernard Lamizet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamizet enseigne les sciences de la communication à Sciences-po Lyon.Il a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l'information et de la communication dont Le Langage Politique Analyse du Discours Politique (Ellipses - 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attentat au siège de Charlie Hebdo comme après le crash de l'avion de la Germanwings, la réaction de l'exécutif français ne s'est pas faite attendre. Un réflexe émotionnel typique d'une communication centrée sur le fait divers.

Atlantico : Il aura fallu moins de 30 minutes à François Hollande et Manuel Valls pour réagir après l'annonce du crash de l'avion de Germanwings. Lors de l'attentat chez Charlie Hebdo, l'exécutif s'était également rendu sur les lieux extrêmement rapidement. Quelle stratégie de communication se dessine à travers cette volonté d'être présent sur tous les sujets émotionnels ?

Dominique Wolton : C'est en tous cas un réflexe par rapport à une société de l'émotionnel balayée par la vitesse des événements. Ils s'adaptent à cela en sortant de leur boîte dès qu'un évènement à caractère émotionnel surgit dans notre société. C'est sûrement une stratégie, mais elle est inventée au fur et à mesure. Il faut alors se demander jusqu'où cette participation aux émotions de la vie quotidienne de la société contribue à renforcer la légitimité politique du pouvoir  et à partir de quel moment c'est complètement disjoint.

Je pense qu'ils le font d'abord par empathie, par réaction naturelle. Ils manifestent leur caractère humain et quelque part renforcent une solidarité nationale en déclarant que c'est toute la nation française qui est atteinte, notamment dans le cas de la tuerie de Charlie Hebdo. Ils retrouvent ainsi la vie ordinaire et se font passer pour des gens ordinaires.

Je ne suis cependant pas persuadé que cela suffise à effacer le fait qu'il y a une intentionnalité politique de leur part et que les publics mettent entre parenthèses leur jugement politique le temps de cette action humanitaire. Il peut y avoir à la fois une sympathie à l'égard du pouvoir politique qui est proche du peuple et d'autre part une critique radicale. Il n'est pas certain que cette sensibilité, à supposer qu'elle soit authentique, remplace l'adhésion politique. Cela peut donner à ces hommes politiques une humanité que l'on supposait qu'ils étaient exempts mais à force d'étendre la sphère du politique du plus intime au plus tragique, cela peut se retourner contre eux, avec une population qui va penser qu'ils feraient mieux de s'occuper des affaires importantes de l'Etat plutôt que de passer leur temps à s'émouvoir.

Bernard Lamizet : Il y a, me semble-t-il, trois significations à cette stratégie de communication. La première est celle de l’urgence, classique dans les situations de pouvoir au cours desquelles les acteurs du pouvoir cherchent à montrer à la fois leur puissance et leur efficacité. La deuxième signification est l’expression d’une forme de solidarité, devenue classique dans le discours politique, en particulier dans le discours socialiste. La troisième me semble être liée à la situation électorale, en particulier dans la situation difficile du PS cette année.

Quels sont les effets recherchés ? Est-ce efficace ? Comment l'opinion le prend-elle ?

Dominique Wolton : C'est une logique de l'événement. Mais à tomber dans ce tourbillon de la vitesse et de l'émotion spontanée, il n'y a plus de proportions ni de distance. A un moment donné, ils peuvent donner l'impression qu'ils en font trop. Et si simultanément les résultats politiques sont mauvais, ce n'est pas cela qui compense. Ce n'est pas cela qui rattrapera la déroute des départementales, pour prendre un exemple récent.

Cela dépend aussi de l'identité de la personnalité politique. Ils font tous dans le registre compassionnel, mais on y croit plus ou moins. Pour Nicolas Sarkozy, cela n'a pas fonctionné longtemps. Pour Jacques Chirac, cela fonctionnait à tous les coups et pendant longtemps.

Bernard Lamizet : Je pense que l’effet majeur est l’expression du pouvoir et l’affirmation de Hollande en situation de pouvoir, en particulier en raison du fait que son aptitude à l’exercice du pouvoir est de plus en plus critiquée dans l’espace public. Cela dit, je pense que cette stratégie n’est pas réellement efficace, car  l’opinion risque de limiter la figure du pouvoir chez Hollande à la situation du pompier – et d’un pompier inefficace en plus, puisqu’il n’y a pas de survivant.

L'enjeu de ce crash n'est en rien comparable aux attentats de janvier dernier - bien sûr, c'est un choc, mais on reste dans le registre du fait divers aussi dramatique soit-il. Un tel mélange de genres, n'est-ce pas risqué pour un président ?

Dominique Wolton : A force de se privatiser, de vouloir être près du peuple, cela peut créer un phénomène d'usure de l'opinion à l'égard d'une posture qui, même si elle ne l'est pas, peut être vue comme une stratégie.

Bernard Lamizet : C’est risqué, en effet, à la fois pour la raison que j’ai dite plus haut et parce qu’il s’agit d’un mélange entre un attentat porteur d’une signification politique et d’une forme de censure des médias et du débat public et un accident qui relève davantage d’un « fait divers » sans dimension politique. En plus, la signification politique de cet accident est aussi la critique de l’économie des transports aériens et du « low cost », qui n’est pas recherchée par le discours de F. Hollande, en tout cas qui n’est pas dite explicitement.

Il y a aussi ces images de la cellule de crise interministérielle installée du côté de la place Beauvau, diffusées sur toutes les chaînes de télévision. Quel est l'intérêt d'une telle mise en scène ?

Bernard Lamizet : Pour moi, aucun, car cela réduit un accident et une mort à une mise en scène de spectacle. La mort, dont Lacan dit qu’elle est le réel de l’inconscient, sa limite incontournable, fait, par ces images et la mise en scène de l’urgence, l’objet d’une forme de déni.

D'autres dirigeants avant lui ont-ils eu recours à ce type de communication « émotionnelle » (Blair et le 11-Sept - ce n'est qu'une hypothèse mais donner des exemples s'il y en a) ? Y a-t-il une « école » de communication qui l'aurait théorisé ? Ou cette stratégie est-elle propre à François Hollande ?

Dominique Wolton : Ils l'ont tous fait : Obama, Mitterand, etc. Ce qui est nouveau par rapport à il y a 20 ans, c'est que l'hypermédiatisation renforce cette espèce d'humanisation rapide. Mais il faut prendre de la distance par rapport à l'usage de ces technologies car ils le font de plus en plus et c'est un jeu dangereux.

Bernard Lamizet : Je ne pense pas qu’une « école de communication » ait théorisé ce recours à la communication de type émotionnelle, mais il ne s’agit pas pour autant d’une stratégie propre à F. Hollande. Tous les acteurs politiques y ont recours. Je me permets de renvoyer au numéro 75 de la revue « Mots » sur l’émotion dans les médias que j’avais dirigé avec J.-F. Tétu en juillet 2004.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
le Gône
- 25/03/2015 - 23:49
Mais que voulez vous qu'ils disent???
les deux pantins Couille molle 1er et matamort de rire n'ont rien a dire..ils ont échoué partout..l'un est en campagne électorale !! ce qui semble tout a fait normal pour la bonne presse a la botte..et l'autre dor et rote dans son palais de l'Elysée..alors vous pensez bien qu'ils sont disponible a tout..a en être grotesque !!
Anguerrand
- 25/03/2015 - 18:19
Un avenir pour Hollande et Valls
Journalistes, commentateurs dans le rubrique " chiens écrasés " pour l'instant ils sont en apprentissage et se contentent de lire les discours écrits par leurs hauts fonctionnaires. Mais tout va bien, ils sont sur le bon chemin des pleureuses attitrées a chaque catastrophe.
assougoudrel
- 25/03/2015 - 16:31
Pour qu'ils n'aillent pas en RCA rendre une visite
à nos soldats, lui le grand récupérateur, c'est que là-bas, ça doit être un sacré merdier. Tel des vautours, ils planent sur les lieux de désolation et de mort. Ils puent la charogne.