En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 6 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 16 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 11 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 15 heures 52 sec
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 33 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 2 heures 55 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 35 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 27 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 42 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 17 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Les sentiments d'abord

Hollande et Valls, adeptes de plus en plus visibles d'une délicate communication émotionnelle en cas de catastrophe

Publié le 25 mars 2015
Après l'attentat au siège de Charlie Hebdo comme après le crash de l'avion de la Germanwings, la réaction de l'exécutif français ne s'est pas faite attendre. Un réflexe émotionnel typique d'une communication centrée sur le fait divers.
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamizet enseigne les sciences de la communication à Sciences-po Lyon.Il a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l'information et de la communication dont Le Langage Politique Analyse du Discours Politique (Ellipses - 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Wolton a fondé en 2007 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Il a également créé et dirige la Revue internationale Hermès depuis 1988 (CNRS Éditions). Elle a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la...
Voir la bio
Bernard Lamizet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamizet enseigne les sciences de la communication à Sciences-po Lyon.Il a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l'information et de la communication dont Le Langage Politique Analyse du Discours Politique (Ellipses - 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attentat au siège de Charlie Hebdo comme après le crash de l'avion de la Germanwings, la réaction de l'exécutif français ne s'est pas faite attendre. Un réflexe émotionnel typique d'une communication centrée sur le fait divers.

Atlantico : Il aura fallu moins de 30 minutes à François Hollande et Manuel Valls pour réagir après l'annonce du crash de l'avion de Germanwings. Lors de l'attentat chez Charlie Hebdo, l'exécutif s'était également rendu sur les lieux extrêmement rapidement. Quelle stratégie de communication se dessine à travers cette volonté d'être présent sur tous les sujets émotionnels ?

Dominique Wolton : C'est en tous cas un réflexe par rapport à une société de l'émotionnel balayée par la vitesse des événements. Ils s'adaptent à cela en sortant de leur boîte dès qu'un évènement à caractère émotionnel surgit dans notre société. C'est sûrement une stratégie, mais elle est inventée au fur et à mesure. Il faut alors se demander jusqu'où cette participation aux émotions de la vie quotidienne de la société contribue à renforcer la légitimité politique du pouvoir  et à partir de quel moment c'est complètement disjoint.

Je pense qu'ils le font d'abord par empathie, par réaction naturelle. Ils manifestent leur caractère humain et quelque part renforcent une solidarité nationale en déclarant que c'est toute la nation française qui est atteinte, notamment dans le cas de la tuerie de Charlie Hebdo. Ils retrouvent ainsi la vie ordinaire et se font passer pour des gens ordinaires.

Je ne suis cependant pas persuadé que cela suffise à effacer le fait qu'il y a une intentionnalité politique de leur part et que les publics mettent entre parenthèses leur jugement politique le temps de cette action humanitaire. Il peut y avoir à la fois une sympathie à l'égard du pouvoir politique qui est proche du peuple et d'autre part une critique radicale. Il n'est pas certain que cette sensibilité, à supposer qu'elle soit authentique, remplace l'adhésion politique. Cela peut donner à ces hommes politiques une humanité que l'on supposait qu'ils étaient exempts mais à force d'étendre la sphère du politique du plus intime au plus tragique, cela peut se retourner contre eux, avec une population qui va penser qu'ils feraient mieux de s'occuper des affaires importantes de l'Etat plutôt que de passer leur temps à s'émouvoir.

Bernard Lamizet : Il y a, me semble-t-il, trois significations à cette stratégie de communication. La première est celle de l’urgence, classique dans les situations de pouvoir au cours desquelles les acteurs du pouvoir cherchent à montrer à la fois leur puissance et leur efficacité. La deuxième signification est l’expression d’une forme de solidarité, devenue classique dans le discours politique, en particulier dans le discours socialiste. La troisième me semble être liée à la situation électorale, en particulier dans la situation difficile du PS cette année.

Quels sont les effets recherchés ? Est-ce efficace ? Comment l'opinion le prend-elle ?

Dominique Wolton : C'est une logique de l'événement. Mais à tomber dans ce tourbillon de la vitesse et de l'émotion spontanée, il n'y a plus de proportions ni de distance. A un moment donné, ils peuvent donner l'impression qu'ils en font trop. Et si simultanément les résultats politiques sont mauvais, ce n'est pas cela qui compense. Ce n'est pas cela qui rattrapera la déroute des départementales, pour prendre un exemple récent.

Cela dépend aussi de l'identité de la personnalité politique. Ils font tous dans le registre compassionnel, mais on y croit plus ou moins. Pour Nicolas Sarkozy, cela n'a pas fonctionné longtemps. Pour Jacques Chirac, cela fonctionnait à tous les coups et pendant longtemps.

Bernard Lamizet : Je pense que l’effet majeur est l’expression du pouvoir et l’affirmation de Hollande en situation de pouvoir, en particulier en raison du fait que son aptitude à l’exercice du pouvoir est de plus en plus critiquée dans l’espace public. Cela dit, je pense que cette stratégie n’est pas réellement efficace, car  l’opinion risque de limiter la figure du pouvoir chez Hollande à la situation du pompier – et d’un pompier inefficace en plus, puisqu’il n’y a pas de survivant.

L'enjeu de ce crash n'est en rien comparable aux attentats de janvier dernier - bien sûr, c'est un choc, mais on reste dans le registre du fait divers aussi dramatique soit-il. Un tel mélange de genres, n'est-ce pas risqué pour un président ?

Dominique Wolton : A force de se privatiser, de vouloir être près du peuple, cela peut créer un phénomène d'usure de l'opinion à l'égard d'une posture qui, même si elle ne l'est pas, peut être vue comme une stratégie.

Bernard Lamizet : C’est risqué, en effet, à la fois pour la raison que j’ai dite plus haut et parce qu’il s’agit d’un mélange entre un attentat porteur d’une signification politique et d’une forme de censure des médias et du débat public et un accident qui relève davantage d’un « fait divers » sans dimension politique. En plus, la signification politique de cet accident est aussi la critique de l’économie des transports aériens et du « low cost », qui n’est pas recherchée par le discours de F. Hollande, en tout cas qui n’est pas dite explicitement.

Il y a aussi ces images de la cellule de crise interministérielle installée du côté de la place Beauvau, diffusées sur toutes les chaînes de télévision. Quel est l'intérêt d'une telle mise en scène ?

Bernard Lamizet : Pour moi, aucun, car cela réduit un accident et une mort à une mise en scène de spectacle. La mort, dont Lacan dit qu’elle est le réel de l’inconscient, sa limite incontournable, fait, par ces images et la mise en scène de l’urgence, l’objet d’une forme de déni.

D'autres dirigeants avant lui ont-ils eu recours à ce type de communication « émotionnelle » (Blair et le 11-Sept - ce n'est qu'une hypothèse mais donner des exemples s'il y en a) ? Y a-t-il une « école » de communication qui l'aurait théorisé ? Ou cette stratégie est-elle propre à François Hollande ?

Dominique Wolton : Ils l'ont tous fait : Obama, Mitterand, etc. Ce qui est nouveau par rapport à il y a 20 ans, c'est que l'hypermédiatisation renforce cette espèce d'humanisation rapide. Mais il faut prendre de la distance par rapport à l'usage de ces technologies car ils le font de plus en plus et c'est un jeu dangereux.

Bernard Lamizet : Je ne pense pas qu’une « école de communication » ait théorisé ce recours à la communication de type émotionnelle, mais il ne s’agit pas pour autant d’une stratégie propre à F. Hollande. Tous les acteurs politiques y ont recours. Je me permets de renvoyer au numéro 75 de la revue « Mots » sur l’émotion dans les médias que j’avais dirigé avec J.-F. Tétu en juillet 2004.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
le Gône
- 25/03/2015 - 23:49
Mais que voulez vous qu'ils disent???
les deux pantins Couille molle 1er et matamort de rire n'ont rien a dire..ils ont échoué partout..l'un est en campagne électorale !! ce qui semble tout a fait normal pour la bonne presse a la botte..et l'autre dor et rote dans son palais de l'Elysée..alors vous pensez bien qu'ils sont disponible a tout..a en être grotesque !!
Anguerrand
- 25/03/2015 - 18:19
Un avenir pour Hollande et Valls
Journalistes, commentateurs dans le rubrique " chiens écrasés " pour l'instant ils sont en apprentissage et se contentent de lire les discours écrits par leurs hauts fonctionnaires. Mais tout va bien, ils sont sur le bon chemin des pleureuses attitrées a chaque catastrophe.
assougoudrel
- 25/03/2015 - 16:31
Pour qu'ils n'aillent pas en RCA rendre une visite
à nos soldats, lui le grand récupérateur, c'est que là-bas, ça doit être un sacré merdier. Tel des vautours, ils planent sur les lieux de désolation et de mort. Ils puent la charogne.