En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 1 heure 11 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 2 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 23 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 24 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 22 heures 10 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 1 heure 56 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 2 heures 56 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 43 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 38 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 23 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Elections locales

14,8 % pour Podemos en Andalousie : l'autre résultat électoral crucial qu'on a oublié de commenter dimanche

Publié le 25 mars 2015
Devenue la troisième force politique aux élections régionales andalouses, Podemos ne reste pas moins derrière les deux grands partis espagnols, le PSOE et le PP de Mariano Rajoy. Entamé, le bipartisme espagnol né après la dictature franquiste n'en reste pas moins bel et bien d'actualité.
Fabien Escalona est enseignant en science politique à Sciences Po Grenoble, collaborateur scientifique au Cevipol (Bruxelles).  Il est co-directeur du Palgrave Handbook of Social Democracy(Palgrave Macmillan, 2013) et auteur de La social-démocratie,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Escalona
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Escalona est enseignant en science politique à Sciences Po Grenoble, collaborateur scientifique au Cevipol (Bruxelles).  Il est co-directeur du Palgrave Handbook of Social Democracy(Palgrave Macmillan, 2013) et auteur de La social-démocratie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Devenue la troisième force politique aux élections régionales andalouses, Podemos ne reste pas moins derrière les deux grands partis espagnols, le PSOE et le PP de Mariano Rajoy. Entamé, le bipartisme espagnol né après la dictature franquiste n'en reste pas moins bel et bien d'actualité.

Atlantico : L'ascension de Podemos en Espagne laissait planer la possibilité d'un raz-de-marée du parti aux élections régionales andalouses qui se sont déroulées ce weekend. Finalement, le parti a atteint la troisième place derrière le PSOE et le PP. N'est-ce pas là la preuve que les partis populistes comme Podemos ne sont pas encore prêts à gouverner l'Europe ?

Fabien Escalona : S’il s’agit de l’Europe, il est évident que les partis que je préfère appeler « oppositionnels » n’ont percé que dans quelques pays. Pour l’instant seule la Grèce s’est dotée d’un gouvernement dirigé par la gauche radicale. La déstructuration du paysage politique européen dominé par les conservateurs, les libéraux et les sociaux-démocrates, est réelle mais lente, se faisant plus spectaculaire dans quelques « pointes avancées » à la périphérie du continent et de la zone euro.

Concernant l’Espagne proprement dite, l’ascension de Podemos dans les sondages ne doit pas tromper. Beaucoup d’observateurs craignent plutôt que le pays soit ingouvernable à l’issue des élections qui se tiendront fin 2015, si aucune force politique ne parvient à dominer nettement les autres. 

L'Andalousie est la région la plus en crise de toute l'Espagne. Est-il probable que malgré cette victoire en demi-teinte de Podemos, le parti puisse rafler les élections nationales par exemple ? Dans quelles régions le parti est-il le plus susceptible de s'enraciner en Espagne ?

Fabien Escalona : Le score de Podemos a pu apparaître décevant en Andalousie, mais c’est comme pour les départementales en France : il ne faut pas juger les résultats en fonction des horizons d’attente créés par les sondages. Rappelons que Podemos vivait sa première élection régionale dans un bastion du parti socialiste espagnol (PSOE), alors que c’est un parti vieux d’un an seulement, qui ne dispose pas d’une implantation fine sur l’ensemble du territoire. Par rapport aux européennes de 2014, le parti est passé de 7,11% dans la province andalouse à 14,8% dimanche dernier : il a donc doublé sa part des suffrages exprimés, et même triplé le nombre de voix portées sur lui (en raison d’une participation plus forte).

Ce qu’il faut aussi mentionner, c’est que par rapport à l’élection régionale de 2012, même dans l’hypothèse où toutes les pertes du PSOE et d’IU (le parti de gauche radicale « classique ») seraient allées chez Podemos, 6 points restent à expliquer. Cela veut dire que Podemos a mobilisé des abstentionnistes (certes anciens électeurs de gauche pour beaucoup), des primo-votants, et peut-être, marginalement, quelques électeurs de centre-droit. La progression de Podemos ne se fait donc pas dans un jeu à somme nulle au sein de la gauche : le parti possède une capacité de mobilisation et d’attraction propres, qui en font davantage qu’un substitut au socialisme espagnol en déclin.

Pour revenir à votre question, Podemos a d’abord du succès dans les grandes villes et autour de Madrid. « Nationaliser » son influence fait partie des défis pour l’élection nationale à la fin de l’année. Même s’il était en tête des législatives (et cela reste à voir), il ne pourrait sans doute pas gouverner seul.

Finalement, le PSOE et le PP s'établissent en tête des suffrages : n'est-ce pas l'illustration du fait que le bipartisme, peut-être affaibli, reste toujours la composante majoritaire de l'Espagne à l'heure actuelle ?

Fabien Escalona : Aux élections européennes de 2014, le total PSOE + PP a chuté d’environ 30 points par rapport aux européennes de 2009, et même par rapport à l’élection générale de 2011. Aux régionales en Andalousie, ce total a reculé de 18 points. Il y a bien un mouvement de brusque déclin des deux partis dominants de la scène espagnole, qui devront très vraisemblablement s’engager dans des coalitions inédites pour gouverner le pays. On ne pourra alors plus parler de bipartisme au sens strict. Depuis la crise, le système partisan espagnol fait partie de ceux qui ont été le plus déstabilisés. Même s’il faut rester prudent, cela se traduira certainement dans les urnes et au Parlement à la fin de l’année.

En Andalousie, le PSOE a été pris dans plusieurs affaires politiques. Comment expliquer la victoire du parti malgré tout ?

Fabien Escalona : Bien qu’il garde le même nombre de sièges, le parti recule de quelques points et perd plus de 120 000 voix par rapport à l’élection régionale de 2012. Sa grande chance est plutôt de voir s’effondrer le PP, lui-même impliqué dans des scandales de corruption au niveau national, et sanctionné pour une politique d’austérité qui provoque des ravages sociaux, comme vous l’avez justement mentionné plus haut. Enfin, il faut redire que l’Andalousie est un bastion très ancien du socialisme espagnol. Depuis la Transition démocratique, la droite n’a jamais gouverné la région. De tels systèmes s’effondrent rarement de manière brutale.

Dans quelle mesure cette élection reconfigure la donne en Andalousie ? Et en Espagne ? 

Fabien Escalona : Une des raisons de l’élection tenait à la rupture de l’alliance entre le PSOE et les écolo-communiste d’IU. Comme ni le PP, ni Podemos, ni Ciudadanos (nouveau venu ayant récolté 9% des voix) ne sont intéressés ou invités à participer à l’exécutif, on aura affaire à un gouvernement minoritaire. La situation sera sans doute « gelée » jusqu’à la fin de l’année, lorsque les législatives au niveau national rebattront peut-être les cartes.

Au total, quel est le signal donné à l'Europe avec ces élections ? 

Fabien Escalona : La sanction dont a fait l’objet du PP souligne à quel point les politiques de « dévaluation interne » sont impopulaires. Même si la nature régionale du scrutin limite sa portée et ses enseignements, ce dernier a constitué un indice de plus de la fragilisation du système de partis espagnol, et de l’installation de Podemos dans le paysage. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 25/03/2015 - 21:56
L'Andalousie connait
"l'immigration" française. Beaucoup de retraités et autres achètent tout et il est normal que les citoyens espagnols soient frustrés. Les français se font mal voir à cause de leur arrogance, de plus, ils regardent les gens de haut. Moi, j'ai choisi un endroit, tout au Nord, faisant l'inverse des autres, car je ne veux pas être dans une deuxième France. Seul point positif, les nouveaux venus ne sont pas des parasites comme chez nous, au contraire.
RBD
- 25/03/2015 - 15:33
alliances
Le parti arrivant en tête aux prochaines élections générales devra faire des alliances, et pas nécessairement avec tel ou tel parti régionaliste comme naguère moyennant des concessions.

L'article mentionne un peu trop vite l'émergence au niveau national de Ciudadanos, parti qui semble porter comme en miroir la rénovation à droite sur un positionnement plus centriste toutefois. Mais il ne s'agit pas d'une création très récente en ce qui les concerne, Ciudadanos étant au départ un parti unioniste né en Catalogne en réaction à la montée du nationalisme dans cette communauté. Son décollage au niveau de l'Espagne entière va inévitablement prospérer sur la déception d'anciens électeurs du PP.

Enfin le parti UPD né d'une petite scission avec le PSOE risque de faire les frais de tout ça. Son positionnement également plus au centre ne peut pas convenir à l'électeur de gauche moyen, durci par la crise que traverse toujours le pays. Et ils n'ont pas su faire l'alliance avec Ciutadans qui les aurait replacés.
Ganesha
- 25/03/2015 - 14:08
Enterrements de 1ère Classe ? ou Espoir ?
Voilà un article qui devrait en chagriner quelques uns : ceux qui croient pouvoir déjà enterrer Syriza et qui penseraient que ''Podemos vient d'être écrasé dans l’œuf !'' Non, il vient de tripler ses voix ! Le Printemps Européens reste toujours possible pour 2015 !