En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 11 min 39 sec
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 52 min 9 sec
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 1 heure 20 min
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 16 heures 2 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 20 heures 30 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 25 min 33 sec
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 1 heure 5 min
décryptage > France
Politique territoriale

Cette case qui manque aux élites françaises pour trouver le remède à l’impuissance politique et à la crise de défiance généralisée

il y a 1 heure 43 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 15 heures 38 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 17 heures 5 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 17 heures 56 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 20 heures 22 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 22 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Une pilule qui a du mal à passer

Suppression du délai de réflexion sur l'IVG : le fragile équilibre de la loi Veil à nouveau remis en cause

Publié le 20 mars 2015
La suppression du délai de réflexion de sept jours obligatoire entre la première et la deuxième consultation pour obtenir une interruption volontaire de grossesse a été votée par les députés dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 20 mars. A terme cet acte risque d'être considéré comme un moyen de contraception parmi d'autres.
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Jamin est gynécologue et endocrinologue. Il exerce actuellement à Paris. Spécialiste de la régulation du traitement hormonal chez la femme, il participe activement aux recherches de nouvelles méthodes de contraception. Il s'implique également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La suppression du délai de réflexion de sept jours obligatoire entre la première et la deuxième consultation pour obtenir une interruption volontaire de grossesse a été votée par les députés dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 20 mars. A terme cet acte risque d'être considéré comme un moyen de contraception parmi d'autres.

Atlantico :  La ministre de la santé Marisol touraine s'est dite opposée à cette modification de la loi, préférant la conservation d'un délai, réduit à deux jours. A quels risques la suppression de tout délai donne-t-elle naissance ?

Christian Jamin : En trois ans, c'est bien la première fois que je suis d'accord avec la ministre de la santé. Précisions tout d'abord que ce délai ne s'appelle pas "délai de réflexion" tout court, car on peut penser à juste titre que les femmes ont eu le temps de réfléchir sur ce qu'elles veulent faire de cette grossesse. Plus précisément il s'agit d'un délai de réflexion après avoir bénéficié d'une information complète. Lorsqu'une femme est enceinte, elle se pose mille questions, mais n'a pas les moyens d'y répondre dans la mesure où cela implique un certain nombre de détails techniques qui nécessitent impérativement de se donner du temps pour savoir ce que l'on désire faire. Pour le moment le médecin ne donne pas un comprimé pour provoquer une IVG à une femme alors qu'il vient tout juste de lui donner lesdites informations. Je suis donc farouchement opposé à la suppression du délai dit de réflexion ; je suis pour le maintien d'un délai de réflexion après information. Ce n'est pas la même chose.

Certaines personnes disent que ce délai, en obligeant les femmes à réfléchir, revient à les infantiliser. Encore une fois il ne s'agit pas de les obliger, mais de leur permettre de réfléchir avec les informations obtenues. Prenons un cas très concret : une femme ayant dépassé la quarantaine m'a récemment demandé si elle pourrait encore avoir un enfant après avoir pratiqué une IVG. Je lui ai expliqué que dans son cas, en procédant à une IVG, elle devrait renoncer à la possibilité d'avoir des enfants par la suite. Indiscutablement, cela mérite une réflexion : sur la technique à utiliser, sur les conséquences, et sur les risques.

On nous dit aussi que cette mesure devrait faciliter l'accès à l'IVG. C'est un mensonge total, car depuis quelques années nous vivons dans le "tout hospitalier" : la rémunération de l'interruption de grossesse a été augmentée pour les hôpitaux, mais pas pour la ville. Or il faudrait qu'une fois pour toutes, les gens qui nous gouvernent comprennent que la colonne vertébrale de la médecine en France, ce sont les médecins libéraux, appuyés sur les hôpitaux. Si l'on tue le libéral, alors les hôpitaux ne peuvent plus faire face à l'afflux dans les services d'urgences, mais également dans les centres d'interruption de grossesse. Si les médecins qui pratiquent des IVG suivent les recommandations des autorités de santé, alors ils perdront de l'argent en continuant de le faire. Si la rentabilité économique de la médecine libérale est tuée, celle-ci ne pratiquera plus d'IVG, les hôpitaux ne pourront pas faire face, et les femmes enceintes dépasseront les délais. A cause du dogmatisme de nos gouvernants nous nous dirigeons vers des déserts médicaux, et donc vers des déserts d'IVG.

Avec cette modification, la loi va-t-elle précipiter le choix personnel de certaines femmes, aux dépens de ces dernières, finalement ?

La loi doit être faite pour tout le monde. Il est difficile pour un médecin de savoir si la réflexion de la personne qu'il a en face de lui est aboutie ou non. Que le délai soit modulable, en particulier s'il y a risque de dépassement de la date limite, cela ne pose pas de problème majeur. On pourrait tout à fait codifier les raisons permettant de raccourcir le délai de réflexion. Pour une femme qui est dans les temps, il n'est pas nécessaire de chicaner au niveau législatif pour une affaire de quelques jours.

En janvier 2014 l'Assemblée a voté la suppression de la notion de "détresse" pour une femme voulant demander une IVG (loi sur l'égalité femmes-hommes). Quel préjudice les mesures prises successivement portent-elles à l'équilibre de la loi Veil, auquel 75 % des Français se disaient favorables en 2014, contre moins de 50 % en 1975 (sondage Ifop) ?

Lire à ce sujet : 1972-2014 : comment les Français ont évolué sur l'IVG

Dans l'esprit de la loi Veil, l'interruption de grossesse intervient comme dernier recours face à la détresse d'une femme enceinte, qui de ce fait ne veut pas garder sa grossesse. Les gens qui aujourd'hui veulent changer la loi, et cela a été dit dans un débat fameux publié dans Libération, considèrent que l'IVG est un droit - ce sur quoi nous sommes d'accord -  qui peut être considéré comme une contraception comme les autres. Là, nous ne sommes pas d'accord : cela revient à dire que l'IVG est anodin, et donc qu'il n'a rien d'un dernier recours. Dans l'esprit de la loi Veil, l'IVG devait intervenir à la suite d'un échec contraceptif, ce qui n'a absolument rien à voir. Petit-à-petit les partisans de la banalisation l'emportent au travers de la gratuité de l'acte et des examens qui permettent d'y aboutir, de la suppression de la notion de détresse et maintenant de la suppression du délai de réflexion. On est en train, à bas bruit et de manière sournoise, de transformer l'IVG, que je pratique et entends protéger farouchement, en un acte banal de pseudo contraception.

A force de vouloir faire de l'IVG un droit comme les autres, certaines crispations qui existent au sein de la société pourraient-elles être exacerbées ?

75 % des Français sont pour la loi Veil, mais il serait intéressant de savoir laquelle… Lorsque les femmes sont en situation de détresse, ou lorsque l'IVG est considérée comme un acte banal parce qu'elles ne veulent plus prendre la contraception après que notre ministre leur a fait perdre confiance dans la pilule ? Nous observons aujourd'hui un recul important vis-à-vis de la contraception : dans ce contexte, et vu les modifications qui sont apportées à la loi, l'IVG est-elle en train de devenir la troisième forme de contraception ? Je ne crois pas que les Français soient prêts à dire à 75 % leur attachement à cette forme-là d'interruption de grossesse.

Mais dès lors que l'on émet des objections, on est considéré comme un rétrograde, si ce n'est un fasciste. C'est un débat profond, comme celui-ci autour du Mariage pour tous, qui implique des modifications complexes au sein de la société. Cela mérite un vrai débat, et non pas des rabotages à la va-vite et en toute discrétion. A ce rythme-là, c'est la liberté de refuser de pratiquer l'IVG qui sera refusée aux médecins. Cela a déjà été proposé, et je ne serais pas surpris que d'ici quelque temps le même procédé soit employé par nos politiques. Je suis un démocrate, mais je ne pense pas que l'on puisse se permettre de changer des lois aussi importantes au niveau national en catimini, sans que les choses soient dites clairement. Car ce genre de question échappe selon moi à la stricte réflexion politique et politicienne.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 20/03/2015 - 11:33
Le durcissement de la démagogie
Ce sont les députés socialistes qui devraient avoir un mois de réflexion avant de nous pondre des lois débiles. Mais dans la panique, il paraît qu'on n'a plus de cerveau.