En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 2 heures 45 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 7 heures 12 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 11 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 14 heures 20 sec
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 14 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 15 heures 22 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 3 heures 40 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 6 heures 40 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 9 heures 43 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 10 heures 10 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 15 heures 33 min
© Reuters
Steve Jobs n'a eu aucun scrupule quand il a volé l'interface graphique de Xéros, assure l'écrivain Malcom Gladwell dans son livre "David et Goliath".
© Reuters
Steve Jobs n'a eu aucun scrupule quand il a volé l'interface graphique de Xéros, assure l'écrivain Malcom Gladwell dans son livre "David et Goliath".
Test de personnalité

Les 4 traits de caractère communs aux entrepreneurs qui réussissent

Publié le 18 mars 2015
Steve Jobs, Warren Buffett, Bills Gates... tous les entrepreneurs à succès disposent, en plus d'un mauvais caractère et d'une formation généraliste, d'une énorme confiance en eux qui leur permet de prendre les risques les plus fous.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Steve Jobs, Warren Buffett, Bills Gates... tous les entrepreneurs à succès disposent, en plus d'un mauvais caractère et d'une formation généraliste, d'une énorme confiance en eux qui leur permet de prendre les risques les plus fous.

Quels sont les points communs entre des entrepreneurs mondialement connus comme Steve Jobs, Warren Buffet,  Bill Gates ou encore Mark Zuckerberg ? En plus de leur nationalité américaine, ces hommes partagent une confiance en eux et un mépris de l'opinion publique qui les ont aidés à partir de rien pour construire un empire. 

1. Ils ont une confiance en eux outrageuse

Aux Etats-Unis, un tiers des start-up font faillite au cours de leurs cinq premières années d'existence et deux tiers au cours de leurs dix premières. Dans un tel contexte, on a tendance à se dire qu'il faut être fou pour se lancer. Fou ou avoir une incroyable confiance en soi. "Dans le monde, beaucoup de progrès son menés par l'optimisme de certains", explique le psychanalyste prix Nobel Daniel Kahneman dans une interview à Inc.com "Les gens qui ouvrent des petites affaires ne pensent pas "J'ai peu de chances d'y arriver mais je tente le coup quand même". Ils sont certains que leur affaire va réussir", développe-t-il.

Les entrepreneurs ont de l'assurance et font confiance à leur intuition. Cette confiance en soi les aide à traverser les périodes difficiles et les pousse à atteindre des objectifs ambitieux", explique quant à lui Yvon Gasse, professeur titulaire et directeur du Centre d'entrepreneuriat et de PME à l'Université Laval au site bdc.ca. "Les gens qui manquent d'assurance hésitent et ne sont pas aussi disposés à prendre des risques calculés".

Dans une vidéo parue sur le site Decideurs.TV, Thomas Blard va jusqu'à comparer les entrepreneurs aux conducteurs de deux roues. "Il existe trois principaux moyens de se déplacer dans les grandes villes : les transports en commun, la voiture et la moto, tout comme il existe trois types de travailleurs : les fonctionnaires, les salariés et les entrepreneurs. Trois prises de risques différentes à la hauteur de récompenses différentes. Un fonctionnaire ne court pas le risque de perdre son emploi et sait comment va se passer sa carrière. Un usager du métro sait par avance quel chemin il va emprunter et l'heure à laquelle il va arriver. Zéro risque mais zéro choix. Un conducteur de voiture dispose de plus d'autonomie mais n'est pas à l'abri de se retrouver dans un embouteillage. Le salarié est cet automobiliste qui peut faire prendre des virages à sa carrière, mais qui n'est pas non plus à l'abri de se retrouver dans un embouteillage, l'équivalent d'une procédure collective, par exemple. Il a plus de confort et de sécurité que les deux roues mais il ne maîtrise pas totalement son destin, et ne peut pas se faufiler entre les voitures comme l'usager des deux roues. Ce dernier doit supporter la pluie parfois et prendre le risque de se faire écraser par un bus, tout comme le chef d'entreprise doit gérer plus de problèmes et risque de voir son entreprise péricliter, mais quel bonheur de sentir l'ivresse du vent, de la liberté et du soleil quand il fait beau !", explique-t-il. 

Et les données vont dans le même sens : selon une étude de l'Université de Purdue, réalisée en 1988, sur 3000 entrepreneurs interrogés, 33% pensent que leur affaire a 100% de chances de réussir. Neuf ans plus tard, une autre étude, de l'Université de Houston démontre que les entrepreneurs ont l'habitude de penser qu'ils sont capables d'empêcher quoi que ce soit qui pourrait affecter leur affaire. Les entrepreneurs sont si sûrs d'eux qu'ils ont même tendance à penser qu'ils vivent plus longtemps que les autres, comme l'a prouvé une étude de l'Université Erasmus de Roterdam en 2013.

"Ces grands entrepreneurs font confiance en leur intuition qui les a toujours guidés avec succès" analyse le psychologue Thierry Gallois, professeur à l'université de Lille III. "Allié au fait qu’ils croient en leur bonne étoile en raison de leur réussite, ils décident vite. Ils aiment les défis et les challenge, ce qui leur a toujours réussi."

Toutefois, cette confiance exagérée a tendance à se réfréner avec l'âge, selon Patrick Jolly, co-fondateur de De particulier à particulier et auteur de "Créer son entreprise pour la première fois", explique l'Express. "Plus on est jeune, moins on a le sentiment de prendre de risque. On ne mesure pas. Lorsqu'on a une famille en revanche, cela devient plus difficile de tenter pour risquer de tout perdre. Globalement, plus on attend, moins il est facile de se lancer". 

2. Ils sont généralistes plutôt que spécialistes

Pour être capable d'être sur tous les fronts, un entrepreneur a tout intérêt à être un généraliste, plutôt qu'un spécialiste, comme l'a démontré une étude menée par des chercheurs suisses et allemands en 2013. Un bon entrepreneur est un touche à tout qui dispose de compétences diverses. Il doit aussi bien savoir "réseauter" et cultiver un large carnet d'adresse pour pouvoir se faire aider par ses contacts qu'être un geek qui sait résoudre des problèmes techniques. Ceux qui ne sont que des socialites ou des geeks ne deviendront sans doute pas des entrepreneurs car ils sont moins équilibrés", expliquent Uschi Backes-Gellner et Petra Moog, les auteurs de l'étude.

Cette théorie selon laquelle les entrepreneurs doivent avoir suffisamment de connaissances sur des sujets variés pour mélanger ensemble tous les ingrédients nécessaires à la survie et au succès d'une entreprise, alors que les employés doivent être spécialisés dans un secteur en particulier, a également été développée par l'économiste américain Edward Lazear. "Les bons entrepreneurs ont une vison élargie des situations, ne restreignent pas leurs réflexions et leur concentration sur une seule situation" souligne Thierry Gallois. "Ils sont attirés et constamment à la recherche du neuf. Ils saisissent les opportunités et en tirent de l’excitation."


3. Ils sont désagréables

Dans le monde la gentillesse ne paye pas. C'est du moins ce que démontre une étude américaine parue en 2011 intitulée "Les hommes et les femmes sympas finissent-ils toujours derniers ? Les effets conjoints de l'amabilité et du genre sur les salaires". Selon cette étude, les hommes "désagréables" touchent en moyenne de 18% - soit près de 7000 euros - de plus que les hommes sympas, explique L'Express. Par ailleurs, le manque d'amabilité proviendrait d'un plus grand esprit de compétition, valorisé par les employeurs. "Les comportements peu aimables, notamment dans les milieux où la compétitivité et l'agressivité sont évalués, peuvent montrer des capacités prometteuses", explique l'étude. Il en va de même quand il s'agit de discuter d'une augmentation ou d'un avantage quelconque. 

Pour le psychologue Thierry Gallois, il s'agit avant tout d'une conséquence de leur travail. "Ils sont exigeants avec les autres comme avec  eux-mêmes" analyse-t-il. "La pression engendrée par leurs responsabilités les rend anxieux, stressés et ce stress, cette pression, peuvent se détourner vers les autres. Ils ont aussi une perception du temps comme quelque chose qu’il ne faut pas gaspiller."

Le journaliste et écrivain Malcom Gladwell, lui, en est sûr, les gens innovateurs sont désagréables : ils se fichent de ce que les autres pensent d'eux. "Les innovateurs ont besoin d'être désagréables", écrit-il dans son livre "David et Goliath" paru en 2013, évoqué par le Business Insider. Les entrepreneurs, les chefs d'entreprises "sont prêts à prendre des risques sociaux, à faire des choses que les autres pourraient désapprouver". "Cela n'est pas facile. En tant qu'êtres humains nous sommes programmés pour chercher l'approbation de ceux qui nous entourent. Cependant une idée révolutionnaire ne va nulle part sans la volonté de bousculer les conventions", déclare-t-il. Et de donner l'exemple de Steve Jobs, qui n'a pas eu de remords à voler l'interface graphique de Xerox ou encore du Suédois Ingvar Kamprad, qui n'hésita pas à délocaliser Ikéa en Pologne pour réduire les coûts de production alors que les deux pays étaient en pleine guerre froide. "C'est comme si Walmart déménageait en Corée du Nord", s'amuse Gladwell, ajoutant : "Les Suédois l'ont traité de traître".

Enfin, en juin 2014, une étude des Universités de l'Illinois et de Pensylvanie a remarqué que les gens désagréables étaient plus à l'aise pour décliner un rendez-vous, ce qui leur permet d'optimiser leur temps, leur donnant davantage de disponibilité pour se concentrer sur ce qui leur importe vraiment. Les gens qui ne savent pas dire non, en revanche, ont tendance à se perdre dans une multitude d'occupations différentes sans pouvoir se concentrer sur un point en particulier. Or, pour monter une entreprise, le travail et la persévérance sont des facteurs essentiels !

4. Ils sont consciencieux

En 2003, des chercheurs du collège de technologie de Pensylvanie ont demandé à onze personnes qui avaient lancé leur propre affaire avant 1972 et 1995 de répondre à des tests de personnalité, le but étant de se concentrer sur les créateurs d'entreprises qui avaient dépassé le stade "adolescent". Les scientifiques ont remarqué que la seule constante dans leur réponse était le fait d'être consciencieux. L'habilité à planifier, à organiser et à assumer des responsabilités sont des points communs que partagent tous les entrepreneurs qui réussissent. "Les résultats suggèrent qu'un entrepreneur a besoin de devenir un gestionnaire pour faire vivre son entreprise à long terme", écrit alors l'auteur de l'étude, le professeur Mark Ciavarella. "C’est le gage de la réussite" renchérit Thierry Gallois. "Ils ne laissent échapper aucun détail, à la recherche constante de la perfection. Ils ressentent aussi une peur de la chute qui les rend attentifs à tout."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 19/03/2015 - 20:29
Oubli
Et surtout ils ont une morale plus qu'élastique et pourraient tuer leur mère pour avoir un contrat. Et c'est surtout ça qui fait la différence.