En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 1 heure 11 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 23 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 25 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 22 heures 11 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 1 heure 56 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 2 heures 57 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 44 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 38 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 23 heures 6 min
© Reuters
Le président russe Vladimir Poutine.
© Reuters
Le président russe Vladimir Poutine.
Fuite calculée

Et Poutine disparut à la façon des dictateurs

Publié le 16 mars 2015
Depuis une semaine, Vladimir Poutine n’est plus apparu officiellement et son agenda politique a été allégé. Cette opacité fait naître les rumeurs les plus folles...
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis une semaine, Vladimir Poutine n’est plus apparu officiellement et son agenda politique a été allégé. Cette opacité fait naître les rumeurs les plus folles...

Atlantico : Comment expliquer la disparition de Vladimir Poutine ? Un journal suisse a même affirmé qu'il s'était absenté pour assister à la naissance de son enfant...

Cyrille Bret : Un porte-parole officiel a une mission et une seule protéger l’image de la personne pour laquelle il parle. Il n’est ni un journaliste tenu de communiquer des informations fiables et vérifiées au public, ni un haut fonctionnaire chargé de préserver les intérêts de l’Etat. Le service de presse de la présidence russe, comme tous les services de presse présidentiels au monde, calibrent les messages, les explications et les justifications selon un critère simple : qu’est-ce qui portera le moins de tort au président ? En l’occurrence, invoquer un "agenda très chargé" cumule deux avantages : d’une part, c’est vrai car tous les dirigeants de la planète ont effectivement des emplois du temps pour le moins dense, et, d’autre part, c’est vague de sorte que ce retrait médiatique est interprété sans jamais mettre en difficulté le président russe.

Si on prend un peu de recul sur le sort réservé à cette "absence", on peut remarquer que l’absence d’exposition médiatique du président russe depuis sa rencontre avec le Premier ministre italien, Matteo Renzi, le 5 mars 2015 contraste sensiblement avec l’omniprésence de Vladimir Poutine dans les médias nationaux et dans les médias internationaux depuis plus d’une année. Ses conférences de presse, ses interviews dans la presse et sur les plateaux de télévisions, en Occident et en Russie, ont rythmé la vie publique de la Russie et du continent depuis des mois. La question est moins d’expliquer son retrait passager que son omniprésence. Pourquoi le président russe attire-t-il autant l’attention, par son silence et par ses discours, par ses absences et par ses manifestations ?

Vladimir Poutine ne paraît absent que parce qu’il a été omniprésent depuis des mois.

Quel intérêt pour le gouvernement russe de ne pas communiquer sur cette absence et de laisser naître les rumeurs les plus extravagantes ? Est-ce que le contexte politique et économique actuel -assassinat de l’opposant Boris Nemtsov, conflit qui s’enlise en Ukraine, chute du Rouble- permet de comprendre une stratégie de l’absence médiatique ?

Florent Parmentier : Effectivement, l’absence prolongée d’un dirigeant, à l’heure de l’immédiateté des réseaux sociaux, a de quoi faire naître un certain nombre de rumeurs. Celles concernant l’état de santé du dirigeant sont probablement celles qui se rendent le plus vite et le plus largement. L’époque dans laquelle on demandait à un chef d’Etat de se plier à la règle de la rareté est probablement aujourd’hui dépassée, dans la mesure où la nature médiatique a horreur du vide. Cependant, la stratégie de l’absence médiatique montre également un Vladimir Poutine qui cherche à être maître du temps, il souhaite montrer qu’il peut imprimer son propre tempo au conflit en Ukraine comme aux chaînes d’information.

Si c’est une stratégie délibérée, c’est certainement plus pour affirmer sa maîtrise du tempo que pour masquer des difficultés politiques particulières. Certes, l’assassinat de Boris Nemtsov ne fait que renforcer les difficultés de communication qu’il rencontre sur la scène internationale, mais ce n’est pas un problème politique interne insurmontable. Boris Nemtsov avait beau être l’un des leaders de l’opposition, il n’était pas aux portes du pouvoir. Aussi, le conflit en Ukraine semble avoir trouvé un point d’achoppement provisoire autour des accords de Minsk 2, ce n’est donc pas là-dessus qu’il est mis en difficulté. C’est plus vraisemblablement les difficultés économiques qui risquent, à la longue, de peser sur une opinion publique qui pourrait se lasser de cette situation.

En un mot, si Dimitri Medvedev était présent sur les réseaux sociaux pour donner une image plus moderne de la Russie, cette page semble tournée pour le moment dans la communication de Vladimir Poutine.

Cette absence opaque rappelle celle de son prédécesseur, Boris Eltsine (pour des raisons de santé) mais dont les porte-paroles excusaient les disparition sous d'autres prétextes. Cette création de la figure d’un homme fort, qui peut se permettre de ne pas rendre compte de ses actes devant les citoyens est-elle celle d'un dictateur ? Peut -on parler de "démocrature" comme on a ou l'entendre?

Cyrille Bret : Votre question est double et doit être traitée comme telle. D’une part, en quoi la comparaison entre l’épisode d’aujourd’hui et la période eltsinienne est-elle pertinente ? D’autre part, et c’est une question fondamentale, quel est le rapport des régimes forts, autoritaires ou dictatoriaux avec l’exposition médiatique ?

La comparaison avec la période eltsinienne est évidemment tentante : Boris Elstine – et avant lui plusieurs dirigeants de l’URSS, Staline et Brejnev – cessaient parfois d’apparaître en public pendant des périodes relativement longues. En Russie, le pouvoir se cache autant qu’il se montre et l’absence d’un dirigeant, sur le mausolée de Lénine, à la commémoration de telle ou telle bataille, ou encore après une séquence dense, revêt parfois des significations politiques particulières. Toutefois, sou Eltsine, le mystère était peu épais : les difficultés de santé du président russe apparaissaient à tous. Absences et maladie soulignaient la vacance du pouvoir.

Concernant Vladimir Poutine, son absence temporaire a une portée différente : depuis une quinzaine d’année, le président russe intervient partout dans l’espace médiatique russe. Un retrait de quelques jours est immédiatement remarqué. Son absence souligne non la vacance du pouvoir comme sous Eltsine mais au contraire sa plénitude.

L’interprétation que vous donnez de cette absence – mépris de l’opinion, indifférence aux aspirations démocratiques – joue sans doute dans la perception que nous avons de l’événement. Vladimir Poutine est devenu en Occident l’incarnation du cynisme politique de sorte que son absence apparaît comme un signe supplémentaire d’autoritarisme.

Je crois qu’il convient de modérer cette interprétation : le président russe, comme les dirigeants des démocraties occidentales, est expert en communication politique. Il sait qu’il convient de ménager des temps fort (la conférence de presse du 18 décembre 2014 par exemple) et d’organiser des temps faibles (un retrait, une prise de parole plus rare). Cette alternance est indispensable pour que les messages présidentiels passent mieux. Après tout, à combien de président français n’a-t-on pas conseillé de se "re-présidentialiser" en organisant la rareté de leurs prises de paroles ? Une sous exposition médiatique n’a donc pas à mon sens un caractère intrinsèquement dictatorial.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MichelSaintJean
- 14/03/2015 - 19:43
Je ne pense pas que Poutine
Je ne pense pas que Poutine se préoccupe de son image dans les pays occidentaux et encore moins dans les media de ces pays; sinon ça se saurait!
cloette
- 14/03/2015 - 18:10
Il n'y a plus d'honnêteté intellectuelle
La geopolitique et le cynisme sont à l'œuvre , mais plus grand monde n'est dupe .
Anguerrand
- 14/03/2015 - 16:02
Je suis furieux de ce genre d'article non documenté
A partir de " si" et de "mais" on fait tout un roman ou tout est hypothèse. On est loin du journalisme d'investigation. Tirer des conclusions de riens, c'est tout de même formidable, ça ne grandit pas le journalisme. 80% des infos sont démentis apres qq jours. Souvenez vous des "loups solitaires fous " qui ont fait les attentats. Encore actuellement, apres des semaines on découvre peu à peu les réseaux, et que ces salopards etaient tout sauf des " loups solitaires fous"