En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

06.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

07.

Le frelon asiatique envahit la Bretagne

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 1 heure 49 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 56 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 2 heures 8 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 14 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 15 heures 39 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 16 heures 23 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 17 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Home sweet home

Baisse des loyers : les bonnes et moins bonnes nouvelles de la détente du marché de l’immobilier

Publié le 11 mars 2015
Bonne nouvelle en temps de crise : les loyers sont en baisse dans notre pays depuis le mois de janvier, Paris inclus. Bonne nouvelle, en tout cas, pour les locataires, serait-on tenté de dire, moins, peut-être, pour les investisseurs. Et pourtant, une hausse immodérée du marché locatif n'était bonne pour personne.
Henry Buzy-Cazaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henry Buzy-Cazaux est le président de l'Institut du Management des Services Immobiliers.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bonne nouvelle en temps de crise : les loyers sont en baisse dans notre pays depuis le mois de janvier, Paris inclus. Bonne nouvelle, en tout cas, pour les locataires, serait-on tenté de dire, moins, peut-être, pour les investisseurs. Et pourtant, une hausse immodérée du marché locatif n'était bonne pour personne.

Atlantico : Les loyers en France ont reculé de 0.9% depuis le mois de janvier, et pour Paris, on atteint même les 3.5% de baisse. Quelles sont les raisons de ce recul ? Est-ce un processus de long ou de court terme ?

Henry Buzy-Cazaux : Les loyers ont commencé à baisser en France il y a quatre ans. Le phénomène est simple: la solvabilité des locataires s'était fortement érodée au cours de la précédente décennie, avec une accélération du décrochage depuis 2008. Les loyers ont augmenté deux fois plus vite que les revenus des locataires sur la période. La situation était devenue intenable, non seulement pour les preneurs, mais aussi pour les bailleurs, de plus en plus exposés au risque d'impayés. Or, en matière de location, il n'existe aucun amortisseur, contrairement à ce qui se passe pour l'accession, qui bénéficie des crédits peu chers et de longue durée, ainsi que d'aides publiques selon les moments. C'est le taux d'effort des ménages qui croît dangereusement, pénalisant aussi la consommation. Si les loyers ne s'ajustent pas, le marché locatif s'enraye et l'économie en général est pénalisée.

Le processus à l'œuvre est de moyen terme, et il se poursuivra sans doute encore un ou deux ans. En fait, il ne s'interrompra que si l'économie nationale infléchit ses indicateurs. Sinon, il faut considérer que les loyers devront encore se corriger jusqu'à permettre au taux d'effort moyen des locataires de ne pas dépasser 30%.

Pour la première fois depuis le début de la crise, les locataires déménagent de nouveau. Cette baisse est-elle une réelle bonne nouvelle pour ces derniers ?

Un taux de mobilité inférieur à 25% sur les marchés locatifs des grandes villes est pathologique. Il signifie que les locataires sont pétris de peurs, et redoutent de quitter leur logement pour un logement plus cher. Le phénomène inverse est sain, parce qu'il prouve que l'évolution des loyers resolvabilise les locataires et que l'offre ne freine pas la mobilité, notamment professionnelle.

On peut penser que propriétaires et investisseurs voient d'un plus mauvais oeil la baisse des loyers. Qu'en est-il ?

Les investisseurs peuvent légitimement, en première approche, considérer que la baisse des loyers réduit le rendement locatif. En fait, le sujet est plus complexe que cela. Des loyers déconnectés du pouvoir d'achat augmentent le risque majeur de l'investissement immobilier résidentiel, l'impayé. On sait aussi que des loyers inconsidérément élevés conduisent les locataires à avoir un rapport différent avec leur logement, moins respectueux. Ils en prennent moins soin, et sont tentés de la dégrader. Enfin, les locataires qui acceptent un taux d'effort anormalement élevé n'ont de cesse que de trouver moins cher et exposent le bailleur à de la vacance intempestive.

En clair, la modération des loyers est une bonne nouvelle non seulement pour les locataires mais aussi pour les investisseurs. Au bout du compte, elle gomme les risques financiers liés à l'exploitation du bien et les propriétaires s'y retrouvent sur la durée.

Une autre question est sous-jacente, celle de la couverture du risque d'impayés. La garantie universelle des loyers ne verra finalement pas le jour, soit, mais le problème reste entier : si les assurances existant sur la marché, qui ne protègent qu'une location sur dix aujourd'hui, ne sont pas mieux diffusées pour couvrir 50 ou 60% des locations, les bailleurs seront tentés de ne pas baisser les loyers pour intégrer une sorte de prime de risque... Les assureurs spécialisés et les gestionnaires doivent se mobiliser pour équiper largement les propriétaires.

Il semble que les propriétaires font de moins en moins de travaux pour mettre les logements à jour. Selon Clameur et Foncia entre 30.000 et 40.000 logements vont sortir du marché pour obsolescence. Cela a-t-il un lien avec cette baisse ?

La question de l'entretien des logements locatifs est lancinante. On ne peut nier que les augmentations de la fiscalité et les discours inquiétants sur l'évolution des rapports locatifs aient conduit certains bailleurs à prendre des distance envers leurs biens. Je crois néanmoins que trop de bailleurs ont une approche insuffisamment moderne de leur investissement : le locataire attend des prestations face à un loyer, quoi qu'il en soit élevé après une longue phase d'appréciation. C'est en particulier en matière de rénovation énergétique que le parc locatif existant est en retard, et en effet, des milliers de logements se trouvent disqualifiés.

Une raison de ce décallage qualitative entre l'offre locative privée et la demande tient au faible taux de pénétration des administrateurs de biens : un tiers seulement du parc est géré par des mandataires. Ce tiers est incontestablement mieux entretenu. Il est urgent que les professionnels accroissent leur présence sur le marché et convainquent les bailleurs de leur faire confiance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires