En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 13 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 33 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 3 heures 19 sec
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 15 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 4 heures 50 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 17 min 32 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 38 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 11 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 3 heures 59 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 23 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 4 heures 49 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 16 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 20 heures 59 min
© Reuters
L'Europe a revu ses prévisions de croissance à la hausse.
© Reuters
L'Europe a revu ses prévisions de croissance à la hausse.
Un coup pour rien

Relance massive de la BCE, c’est parti : Mario Draghi jette la bouée qui pourrait sauver l’économie française mais personne ne se soucie de la saisir

Publié le 06 mars 2015
Suite à la mise en place du plan de relance européen, les prévisions de croissance de la zone euro viennent d’être révisées de 1 à 1.5% pour l'année 2015. Une opportunité donnée à l'exécutif français de rendre les réformes plus vigoureuses, et d'accentuer l'effet positif du plan d'assouplissement monétaire.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la mise en place du plan de relance européen, les prévisions de croissance de la zone euro viennent d’être révisées de 1 à 1.5% pour l'année 2015. Une opportunité donnée à l'exécutif français de rendre les réformes plus vigoureuses, et d'accentuer l'effet positif du plan d'assouplissement monétaire.
  • La BCE révise fortement ses prévisions de croissance à la hausse pour 2015, 2016 et 2017.

  • Les effets du plan d’assouplissement quantitatif commencent déjà à se faire ressentir sur l’activité économique de la zone euro

  • La politique monétaire agit rapidement par les biais des anticipations de croissance

  • Mario Draghi réclame un soutien des gouvernements afin de donner sa pleine efficacité au programme mis en place. 

 

Le 22 janvier dernier, Mario Draghi annonçait la mise en place d’un grand plan de relance monétaire, dénommé assouplissement quantitatif, et destiné à soutenir l’activité économique de la zone euro. Ce sont plus de 1000 milliards d’euros qui seront créés afin de procéder à l’achat d’actifs financiers, et en l’occurrence, de la dette d’Etat en priorité.

Révision à la hausse des prévisions de croissance de la zone euro

Plus d’un mois après cette annonce, qui était en réalité attendue depuis la fin 2014, les premiers effets se font déjà ressentir. C’est ainsi que la Banque centrale européenne vient de réviser fortement à la hausse ses prévisions de croissance par rapport à celles en vigueur au mois de décembre 2014, passant de 1% à 1.5% pour 2015, de 1.5% à 1.9% pour 2016, pour finir par une anticipation de croissance de 2.1% pour l’année 2017.

Une révision optimiste que l’institution monétaire ne s’attribue qu’en partie, relevant ainsi un contexte favorable :

"En comparaison aux projections macroéconomiques des équipes de l’Eurosystème de décembre 2014, les projections de croissance réelle pour les années 2015 et 2016 ont été révisé à la hausse, reflétant ainsi l’impact favorable de la baisse des prix du pétrole, d’une baisse effective du taux de change de l’euro, et de l’impact des récentes décisions monétaires de la Banque centrale européenne."

Plus spécifiquement, les équipes de la BCE indiquent :

"Les récentes décisions du Conseil des gouverneurs permettent également de soutenir l’activité économique de façon significative à court et moyen terme. La demande intérieure, et, plus spécifiquement, l’investissement, bénéficieront des mesures d’assouplissement monétaire, et en particulier du programme d’assouplissement quantitatif." 

Une plus forte croissance déjà visible dans les faits

Si ces prévisions ne suffisent pas toujours à rassurer les acteurs économiques, les premiers résultats tangibles sont pourtant déjà en train de se matérialiser. C’est ainsi que les indices PMI, (sentiment des directeurs d’achats) publiés par Markit, et dont la fiabilité est avérée, ont pu s’inscrire en hausse dès le mois de février 2015 :

"La croissance de la zone euro atteint un plus haut de 7 mois et l’emploi enregistre sa plus forte expansion depuis 2011"

Afin de justifier ce phénomène, Chris Williamson, Chef Economiste à Markit indique :

"La mise en place prochaine du "bazooka monétaire" de la BCE entraîne par ailleurs un fort regain d’optimisme chez les entreprises, le taux de confiance atteignant son plus haut niveau depuis trois ans et demi."

Une amélioration des perspectives qui profite également à la France :

"L’évolution la plus remarquable cependant concerne la France qui sort de la stagnation en février et enregistre la plus forte croissance de l’activité globale et des nouvelles commandes depuis août 2011."

De la même façon, Eurostat publiait le 4 mars dernier son indicateur des ventes au détail au sein de la zone euro. Et l’accélération de la tendance actuelle est visible à l’œil nu :

Indice de vente au détail. Europe à 28 (noir) et Zone Euro (rose)

Cliquez pour agrandir

Si ces derniers points statistiques ne sont encore que balbutiants, les raisons objectives d’espérer une amélioration de la conjoncture se font de plus en plus nombreuses. La reprise devient crédible.

Quel impact du plan d'assouplissement monétaire (QE) ?

Pourtant, et comme l’a indiqué Mario Draghi le 5 février, la mise en place du plan d’assouplissement quantitatif ne débutera officiellement que le 9 mars 2015. Mais s’il n’a pas commencé, comment ce plan a-t-il déjà pu produire de tels effets ?

Parce que justement, un tel plan de relance monétaire a pour principale conséquence de provoquer une modification des anticipations de la part des agents économiques. En effet, lorsqu’à la fin 2014, les premières déclarations des membres de la BCE laissaient entendre que l’autorité monétaire européenne allait mettre en place un tel programme de rachat d’actifs, les entreprises et les marchés n’ont pas tardé à réagir. Une réaction qui a d’abord pu s’exprimer par la baisse de la devise européenne face à ses "concurrentes", le dollar en premier lieu.

Puis, en affirmant sa volonté de soutenir l’activité économique au sein de la zone euro, la BCE va impacter profondément les prévisions de croissance des agents économiques. Puisque la Banque centrale européenne dispose du pouvoir de contrôler le niveau de dépenses totales au sein de l’économie de la zone euro, sa volonté de soutien est parfaitement crédible.

Ainsi, la BCE fait une promesse : le niveau de dépenses au sein de la zone euro sera soutenu massivement pour les 18 prochains mois. Une telle "promesse" a un impact réel sur les projets des entreprises. Dès lors que la croissance est anticipée à un niveau supérieur, il devient logique de se préparer sur plusieurs fronts. Investir, embaucher, consommer, pour se mettre dans les meilleures dispositions afin de profiter du soutien qui va être apporté par la BCE.

Pour schématiser, la BCE va "injecter" 1000 milliards d’euros dans l’économie, et les agents économiques vont naturellement se mettre en ordre de marche pour pouvoir être en mesure d’en bénéficier. Le vent arrive, on sort la voilure. Et cette modification des comportements des entreprises va marquer le début du plan de relance lui-même. En se préparant, les entreprises déverrouillent l’ensemble.

Mario Draghi en appelle au soutien des dirigeants européens, et notamment à la France

Désormais, pour Mario Draghi, la balle est dans le camp des gouvernements. Les dirigeants de la zone euro doivent profiter de cette opportunité pour réformer leur pays afin de bénéficier au mieux de ce plan de relance. Le Président de la Banque centrale européenne déclare ainsi: "Si les conditions structurelles ne sont pas en place, l’efficacité de nos mesures en sera amoindrie"

Il appartient alors au pouvoir exécutif français de s’emparer de cette fenêtre de tir pour proposer de réelles avancées pour l’économie française, et ce, pour deux raisons.

La première est économique; grâce à un tel soutien de la demande intérieure européenne, les conditions offertes à François Hollande pour la mise en place de reformes structurelles sont bien plus favorables que celles connues par d’autres. Espagne, Italie, Grèce, Portugal, Irlande. Par exemple.

La seconde est politique. Le sentiment anti-européen prend de l’ampleur outre Rhin et la récente action de la BCE s’apparente à un casus belli pour le conservatisme économique allemand. Si le soutien apporté par la BCE permet à la France de persévérer dans son immobilisme, la position d’Angela Merkel ne pourra que s’en radicaliser.

Ainsi, pour soutenir Mario Draghi, pour que celui-ci puisse aller encore plus loin dans son action, il va être nécessaire d’apporter des gages de bonne foi. Mais pour le moment, l’exécutif français se contente d’un profond silence face aux appels du Président de la Banque centrale européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74000
- 06/03/2015 - 16:28
Sadisme !
Prenez, prenez, ça ne coute rien, c'est l'argent de l'état ! a écrit le marquis de Sade. Essayez de faire boire un ane qui n'a pas soif ou remplir une éponge gorgée d'eau !!
elvin
- 06/03/2015 - 15:24
@zouk
Ce n'est pas contradictoire. On peut admettre que le QE est salutaire dans le court terme (ce dont je ne suis pas si sûr, mais passons...) et en même temps dire qu'il contribue à fabriquer la prochaine catastrophe.
zouk
- 06/03/2015 - 12:48
BCE , QE et relance
Elvin: bien simpliste. Prions pour qu'une fois notre gouvernement saisisse la balle au bond et opère de raies réformes, facilitées par une reprise d'activité.