En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Flickr
Post-mortem
Expérience de mort imminente : une nouvelle étude compile les 7 sensations ressenties par ceux qui sont morts brièvement avant de revenir à la vie
Publié le 06 mars 2015
Les chercheurs ont établi sept familles de sensations ou visions que les gens ressentent après une expérience de mort imminente.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chercheurs ont établi sept familles de sensations ou visions que les gens ressentent après une expérience de mort imminente.

Un tunnel, une voix douce et puis notre vie qui défilent devant nos yeux…. Nous avons tous entendus les mêmes histoires à propos de personnes ayant connu une expérience de mort imminente, c'est-à-dire ces quelques secondes connues par ceux ayant vu leur cœur s'arrêter puis repartir. Certains y croient, d'autres n'y voient qu'hallucinations ou balivernes. Mais la science a-t-elle son mot à dire ?

Durant des années, les chercheurs ont rechigné à se lancer sur ce genre de sujet glissant, très proche du champ religieux. Mais les choses ont changées. Une équipe composée de scientifiques venant d'universités anglaise et américaines,  s'est penché sur les cas de plus de 2 060 victimes d'arrêts cardiaques, durant plus de quatre ans (les autres causes de mort imminente n'ont pas été étudiées). Sur ces derniers, les docteurs ont pu en sauver 16%. Et l'équipe scientifique a pu en interroger 101 parmi eux. Les données de l'étude ont été publiées dans la revue Resuscitation.

Alors que le cerveau ne peut plus fonctionner quand le cœur a cessé de battre, l'état de conscience des patients semble s’être poursuivi. "L'objectif était de saisir ce que représente vraiment l'expérience mentale et cognitive de la mort", explique Sam Parnia, chef de l'équipe. "Et pour les gens qui prétendaient avoir une conscience auditive et visuelle au moment de la mort, étaient-ils vraiment conscients ?". 

>> Et pour en savoir plus Expériences de mort imminente : la plus grosse étude jamais menée confirme que l’état de conscience continue après l’arrêt du cœur

Alors que plusieurs personnes ont raconté "avoir flotté au dessus de leur corps", les scientifiques ont voulu une preuve de ce phénomène. En conséquence, ces dernières années, Sam Parnia et son équipe ont décidé d'installer des panneaux suspendus,  accrochés au plafond de 15 hôpitaux d'Europe continentale.  Sur le côté supérieur de ces panneaux étaient notées des inscriptions, des mots et des chiffres. 

Ces inscriptions n'étaient donc visibles que du dessus. L'idée était que, si les patients sortaient effectivement de leurs corps, ils seraient capables de voir les écrits. Une telle théorie remettrait en cause notre conception de la conscience humaine, qui ne serait donc pas forcément liée à l'activité de notre cerveau. Mais aucun patient n'a vu les inscriptions, car aucune expérience de mort imminente n'a été constatée dans les hôpitaux pourvu de ces panneaux.

En revanche, selon les résultats, deux patients ont eu des visions de choses liées à leur environnement du moment de leur "mort". La BBC cite le cas de monsieur A. Ce britannique a été admis à l'hôpital de Southampton après s'être effondré au travail. Alors qu'il fait un arrêt cardiaque sur la table d'opération, se trouvant donc en situation de mort clinique, les médecins parviennent à la ramener à la vie à l'aide d'un défibrillateur.

Entre ces deux moments, monsieur A déclare avoir eu conscience de son environnement. Il affirme avoir vu une femme étrange lui faire un signe depuis le plafond de l'hôpital et avoir commencé à la rejoindre, tout en quittant son enveloppe corporelle. "J'avais la sensation qu'elle me connaissait, que je pouvais lui faire confiance", raconte-t-il. "Je sentais même qu'elle elle était ici pour une raison, mais je ne savais pas laquelle." Il se rappelle également avoir entendu une voix criant "Ranimez le patient, ranimez le patient!". Cette phrase ainsi que la description de la salle qu'il a donnée par la suite se sont avérées tout à fait exactes, après vérification des chercheurs auprès des personnes présentes.

Alors, que ressentons-nous nous au moment de mourir ?

Excepté les facteurs "environnementaux", les scientifiques ont classé les sensations et visions des patients en sept familles.

  • La peur,
  • La famille
  • Une lumière brillante
  • Les animaux ou les plantes
  • La violence et la persécution
  • Le sentiment de déjà-vu
  • Le souvenir d'événements post-cardiaque

Comme on peut le constater, ces expériences varient de l'agréable à la terreur. De manière assez surprenante, le sentiment de persécution est assez présent. "Je devais subir une cérémonie dans laquelle j'étais brulé", raconte ainsi un patient. Un autre témoigne avoir été "trainé dans l'eau", un autre encore prétend "avoir été informé de sa mort" de manière violente.

D'autre en revanche ont connu des moments plus doux, des sensations "de paix et de bonheur". Les visions d'animaux majestueux tels des lions et des tigres sont également présentes. Tout comme la fameuse lumière brillante.

>> Lire également Une lumière blanche et dorée, le sentiment de renaitre : ce monde incroyable et pourtant très réel de l'expérience de mort imminente

"L'expérience mentale de la mort est infiniment plus développée et variée que ce que nous pensions", souligne Sam Parnia, qui indique que le principal obstacle pour les chercheurs a été d'éliminer les biais d'interprétation. Les individus interprètent en effet leurs expériences compte tenu de leur passé et de leurs croyances. "Si vous vous attendez à voir Dieu en mourant, il y a de fortes chances que vous le voyiez", estime Parnia. "Mais qui peut prétendre reconnaitre Jésus ou Dieu."

Il est très probable que des dizaines de milliers de gens aient déjà vécu ces expériences de mort imminente, mais que le traumatisme de l'arrêt cardiaque les a empêchés d'avoir des réels souvenirs de ce moment. Fait intéressant, les scientifiques ont noté que les personnes ayant le sang le plus oxygéné sont celles qui ont les souvenirs les plus vivaces de leur expérience. Sam Parnia a d'ores et déjà indiqué qu'il allait continuer ses recherches, car il souhaite ramener les questions spirituelles sur le terrain de la science. Avec son équipe, il milite pour que ce sujet ne soit pas cantonné au champ religieux, mais étudié avec la plus grande rigueur scientifique.

"Toutes ces choses, l'âme, l'enfer ou le paradis… je ne sais pas ce que cala veut dire concrètement", précise le scientifique. "Et il y a tellement d'interprétations différentes concernant ces sujets, compte tenu de votre lieu de naissance et de vos expériences passées. Mais il me semble important que ces sujets soient désormais abordés par la science".

Vu sur : Lu sur BBC.com
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cpamoi
- 08/03/2015 - 05:56
Des expériences similaires.
Ma grand-mère et mon grand-père ont fait l'expérience de sortie du corps à l'hôpital. Si l'on n'en parle pas davantage c'est que peu de médecins sont réceptifs à ce genre de déclaration - la médecine occidentale est profondément matérialiste. jDans le bouddhisme les sorties du corps sont assez banales.
assougoudrel
- 07/03/2015 - 23:33
La petite voix, quand ce n'est pas le jour, ni l'heure.
J'avais environ 25 ans et j'étais avec une section (40 hommes) en stage commando. Lors d'un cours de mines et pièges, le moniteur montra un mortier de fortune qui projetait une grenade offensive (OF)qui retombait à une certaine distance. Sous un long tube cylindrique, il avait placé une petite charge explosive et à l'autre bout, il avait coincé l'OF. Le dispositif était piégé et celui qui butait sur un fil piège provoquait une explosion et la grenade s'envolait dans les airs. Dans la réalité, c'est une défensive qui provoque des dégâts à cause des éclats. Par sécurité, tout le monde était allongé plus loin. J'étais au sol comme tout le monde et un voix dans ma tête m'a dit "recule". J'ai reculé de 50 cm. Quand l'explosion a eu lieu, une pierre de la taille d'un ballon de hand s'était plantée dans le sol à 20 cm de mon crâne à une cinquantaine de cm de profondeur. L'OF était tombée dans un trou d'eau, ce qu'on appelle un bourrage, démultipliant l'explosion, d'où l'explication de la pierre. Ce n'était pas mon jour, ni mon heure, sinon j'avais le crâne fracassé. Je l'ai montrée discrètement à mon collègue moniteur afin de ne plus utiliser ce mortier de fortune.
cloette
- 07/03/2015 - 12:03
@assougoudrei
L'article du jour de Christian Combaz te donnera l'explication