En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 2 min 34 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 19 min 14 sec
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 14 heures 34 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 15 heures 25 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 18 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 13 min 29 sec
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 45 min 3 sec
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 11 heures 57 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 19 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 18 heures 28 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 20 heures 26 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 3 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 22 heures 11 sec
© Reuters
© Reuters
La couleur du temps

Nos ancêtres étaient-ils incapables de voir le bleu ? Oui, selon les scientifiques parce qu’ils… n’avaient pas de mot pour décrire cette couleur

Publié le 05 mars 2015
Des études tendraient à prouver que nos ancêtres ne pouvaient pas voir la couleur bleue parce qu'ils n'avaient pas de mot pour la désigner. L'occasion de se pencher sur les disparité temporelles et culturelles dans la perception des couleurs.
Annie Mollard-Desfour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annie Mollard-Desfour est linguiste et lexicographe au CNRS. Elle est l'auteure du Dictionnaire des mots et expressions de couleur - Le Bleu, réédité en 2004 (CNRS éditions). Elle envisage les aspects historiques, sociaux et culturels de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des études tendraient à prouver que nos ancêtres ne pouvaient pas voir la couleur bleue parce qu'ils n'avaient pas de mot pour la désigner. L'occasion de se pencher sur les disparité temporelles et culturelles dans la perception des couleurs.

Atlantico : Des études tendraient à prouver que nos ancêtres ne pouvaient pas voir la couleur bleue parce qu'ils n'avaient pas de mot pour la désigner. Comment peut-on l'expliquer ? Comment est-il possible que pendant si longtemps on n'ait pas su nommer la couleur bleue ? A quand remonte la "découverte" du bleu ?

Annie Mollard-Desfour : En effet, la couleur bleue a été longtemps la grande absente des textes et pose la question de la perception de la couleur et de sa nomination, son aspect évolutif. La perception est un phénomène physique, physiologique mais aussi – et surtout – culturel. Pour qu’il y ait couleur il faut trois éléments : une lumière, un objet, et récepteur (couple œil-cerveau) qui décrypte le message visuel avec ses connaissances dans une société donnée, et à l’aide du langage. La couleur est un continuum dans lequel chaque langue et culture, dans l’espace et dans le temps, « découpe » différemment des catégories, des tonalités et des nuances.                                         

Le bleu a longtemps était ignoré, ambigü quant à la teinte, et le plus souvent dévalorisé.   Le spectre antique était constitué de cinq couleurs de base dans lequel le bleu n’avait pas sa place (‘blanc’, ‘jaune’, ‘rouge’, ‘vert’, ‘noir’) et ce n’est qu’au Moyen Âge que le bleu trouvera sa place dans spectre (‘blanc’, ‘jaune’, ‘rouge’, ‘vert’, ‘bleu’, ‘noir’). Longtemps ce champ chromatique est resté imprécis, et ses frontières perméables : grec kuaneos, ‘ bleu sombre ‘, ‘noir bleuâtre, noir’, ‘brillant, luisant’, ‘éclatant’, ‘épais, profond’, ‘fascinant’ ou ‘effrayant’ ; glaukos, ‘bleu-vert-gris », ‘brillant, éclatant’ ; latin glaucus, cyanus, ‘bleu clair, bleu foncé’, azureus, venetus,‘bleu azuré’ ; persicus, indicus ‘bleu foncé ou violet’ ; blemitu, lividus,  ‘plombé, bleuâtre, noirâtre’ ; blavus, ‘pâle, blanchâtre, livide, bleuâtre’, caesius, ‘bleu gris’, ferreus, ‘bleu-vert pâle’ ; le plus courant caeruleus a désigné au départ une nuance de blanc, de brun, de jaune, puis de vert, de sombre, noirâtre, bleu intense, foncé. Quant au terme. bleu (vers 1150) il est issu de l’ancien bas franciqueblao, (de l’ancien haut allemand blaoblawir, d’une forme germanique blaewa), et est probablement à rapprocher des termes latinsflavus : ‘blond, jaune, rougeâtre’, et florus, ‘blond’ : bleu serait donc étymologiquement lié à blancblond et blême. Ainsi les lexiques anciens du bleu mettent-ils en évidence les liens et intrications entre couleurs, l’accent étant mis autrefois sur la brillance ou la matité au détriment des tonalités et sur des valeurs figurées, symboliques.                                      

C’est la tradition chrétienne qui, à la fin du XIIe siècle va valoriser le bleu, lui donner son caractère céleste : manteau « d’azur » de Marie et couleur des rois. Valorisation extrême d’une couleur qui deviendra la « couleur préférée » du monde occidental.

Des chercheurs ont montré que la tribu Himba, en Namibie, n'avait pas de mot pour désigner le bleu mais qu'elle en avait de nombreux pour nommer le vert  ? Retrouve-t-on ce phénomène dans d’autres cultures ?

Les Himbas ont un même mot pour nommer le bleu et le vert clair, et ont donc bien des difficultés pour différencier, dans une palette de pastilles vert clair la pastille bleue. L’ambiguïté de l’espace chromatique bleu-vert, de l’espace bleu-jaune et du jaune-vert est fréquent ! Certaines langues n’ont qu’un seul mot pour nommer le bleu et le vert : c’est le cas de langues asiatiques,  du vietnamienxanh, du chinois ts’ing, du taramura un dialecte aztèque, du breton où glas, ‘bleu’, ‘vert brunâtre’, qualifie aussi bien les couleurs naturelles du ciel ou de la mer que celles des praires ou des forêts (la couleur verte artificielle étant toutefois qualifiée de gwer). En japonais awo signifie à la fois ‘bleu’, ‘vert’, ‘noir’. De même un chevauchement s’observe entre le bleu et le jaune (langues slaves, Nord du japon, Est du Nigeria, Nord de la Californie), et entre le jaune et le vert (sanskrit  harita, coréen yeondu  ‘jaune-vert’/ chorok‘vert’). Même ambiguïté en Chine : “ Ce matin, j’ai rencontré un ami à l’angle d’Oxford Street. Il portait un manteau jaune magnifique… Il l’avait acheté à Tokyo et il m’a dit qu’on le lui avait vendu comme étant vert. “[Derek Jarman, Chroma. Un livre de couleurs, 2003]. Ces ambiguïtés étaient déjà le fait du grec (khlôros : ‘vert-jaune pâle’, ‘jaune-vert pâle, pâle’) et du latin (galbinus, ‘vert pâle- jaune vert’, qui deviendra galbus, jalnus, jaune vers 1100.

Est-ce que l'on doit voir les choses pour les qualifier ou est-ce que l'on doit qualifier les choses pour les voir ?

La nomination fait partie intégrante de la perception. Perçoit-on une couleur qui n’est pas nommée et une couleur qui n’est pas nommée a-t-elle une existence ? Comment percevoir les multiples et infimes nuances sans la connaissance transmise par le langage et différencier un rouge cramoisi, écarlate, magenta, andrinople, ou un bleu azur, nattier, un vert céladon, véronèse, un rose tyrien… ou un xanh, un ts’ing ? Nos sens sont modelés, structurés par la culture, les couleurs sont le résultat d’une interprétation constante. Nous disséquons, analysons la nature suivant les lignes tracées par nos langues maternelles, notre culture. Chaque culture voir les couleurs à travers ses mots. La langue façonne notre perception des couleurs ; elle est au cœur de la perception : letest de Stroop, notamment, démontre l’importance des dénominations de couleur dans le phénomène de perception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 05/03/2015 - 10:26
Bleu ? Vert ?
Turquoise ! Eurêka ! Euh ! ceci dit.... je crains que ces spécialistes ne fassent une mauvaise déduction. Ces ancêtres aimaient les pierres. Dont les lapis lazzuli. Donc ils savaient reconnaître et choisir... un bijou bleu. Quelque chose donc m'échappe dans cet article !