En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 8 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 10 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 5 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 27 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 47 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 29 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 27 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 15 min
© Reuters
Le drapeau de la Croix-Rouge au siège de l'association, à Genève.
© Reuters
Le drapeau de la Croix-Rouge au siège de l'association, à Genève.
Bonnes feuilles

Le rôle ambigu joué par la Croix-Rouge dans la fuite des nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale

Publié le 28 février 2015
Dès 1945, des dizaines de nazis ont réussi à fuir une Europe en plein chaos. Malgré elle, la Croix-Rouge a participé à la fuite de ces criminels de guerre. Extrait de "Les nazis en fuite", publié aux éditions Perrin, 2015 (1/2).
Gerald Steinacher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur et historien à l'université du Nebraska, Gerald Steinacher a également enseigné à Harvard. C'est un spécialiste de l'Europe central au 20e siècle. Il est l'auteur du livre Les nazis en fuite (Perrin, 2015). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès 1945, des dizaines de nazis ont réussi à fuir une Europe en plein chaos. Malgré elle, la Croix-Rouge a participé à la fuite de ces criminels de guerre. Extrait de "Les nazis en fuite", publié aux éditions Perrin, 2015 (1/2).

Le CICR se souciait principalement du sort des prisonniers de guerre. Afin de pouvoir poursuivre sa mission humanitaire, il jugeait qu’il valait mieux ne favoriser aucune nation – pas même en prêtant assistance aux victimes des camps de concentration. Le principe de stricte neutralité devint primordial pour sa direction, qui ne manqua pas de l’utiliser constamment. Après la fin de la guerre, il se défendit contre ceux qui l’accusaient d’avoir peu fait pour lutter contre l’Holocauste en invoquant la clause d’irresponsabilité : seuls les prisonniers de guerre – et non les prisonniers civils – étaient protégés par la convention de Genève. En conséquence, le CICR ne se sentait investi d’aucune responsabilité concernant la protection des individus détenus dans les camps de concentration. Aucune disposition n’avait été prise par les conventions de Genève de 1864 et 1929 concernant le bien-être des civils détenus. Un plan avait été négocié à cette fin à Tokyo en 1934, mais sa ratification avait été retardée par la guerre. Quand la Seconde Guerre mondiale éclata, le CICR proposa aux puissances belligérantes d’adopter le projet de convention préparé à Tokyo afin de protéger les civils. Toutefois, les gouvernements concernés étaient souvent peu disposés à prendre de tels engagements humanitaires.

La Société des Nations étant réduite à l’inaction en raison de la guerre, le CICR fut de loin la plus importante organisation non gouvernementale active pendant le conflit. Sa direction savait ce qui se passait dans les camps d’extermination depuis 1942-1943. Tout comme les Alliés et l’Église catholique, il disposait d’un réseau planétaire d’informateurs. Or, demandait le journaliste Heiner Lichtenstein, qui, dans ce contexte, avait plus besoin d’aide que les détenus des camps de concentration7 ? Or, les secours s’adressaient aux prisonniers de guerre, aux blessés, aux victimes des bombardements aériens. En dehors du CICR, d’autres organisations essayaient également de fournir de l’aide, mais des millions de prisonniers de guerre restaient exclus de l’aide internationale et réduits à mourir de faim, notamment parce que le Comité n’avait aucun mandat pour s’occuper d’eux. L’un des enjeux était le sort des prisonniers de guerre soviétiques. Comme l’Union soviétique n’avait pas ratifié la convention de Genève de 1929, ses soldats échappaient au champ de protection du CICR. Ce n’est que quelques mois avant la fin de la guerre qu’il prit contact avec les dirigeants SS. En novembre 1944, il avait été mis fin au meurtre de masse dans le camp d’Auschwitz. Le Reichsführer-SS Heinrich Himmler tenta de prendre langue avec les Alliés occidentaux par l’intermédiaire de la Suède. C’est dans ce contexte que plusieurs rencontres entre certains officiers SS de haut rang et des représentants du CICR eurent lieu au printemps 1945. Tout comme Himmler, ses subordonnés désiraient négocier un échange, mais ils voulaient surtout sauver leur tête. En se servant des Juifs comme otages et en collaborant avec le CICR, ils espéraient y parvenir.

Le cas de Raoul Wallenberg démontre que le CICR aurait probablement pu faire davantage pour sauver des vies humaines. Diplomate travaillant à l’ambassade de Suède à Budapest, Wallenberg mit en place son propre programme de secours en 1944. Il entreprit de loger des Juifs censés rendre visite à des parents résidant à l’étranger. Surtout, il remettait à ces Juifs hongrois des passeports suédois, ou Schutzpässe. Pour simple que fût l’aspect de ces documents, ils n’en étaient pas moins efficaces. Les «passeports de protection» délivrés par Wallenberg et ses collaborateurs étaient des documents non officiels, et par conséquent dénués de toute autorité juridique. Mais les SS les tenaient malgré tout pour officiels et confiaient ceux qui les possédaient à la protection de l’ambassade de Suède. Avec le temps, le CICR commença à prendre part à l’action de sauvetage des Juifs hongrois en leur remettant des laissez-passer et d’autres papiers10. C’est ainsi que l’initiative qui conduisit le CICR à établir des documents d’identité commença en Hongrie entre 1944 et 1945. C’est là qu’on s’aperçut pour la première fois du pouvoir qu’un simple morceau de papier pouvait receler, et que l’on prit conscience de la réputation immense du CICR et de la puissance de son réseau planétaire. À la fin de la guerre, ses délégués s’attaquèrent à un nouveau défi d’importance et s’y consacrèrent avec plus de réussite encore : porter secours aux centaines de milliers de prisonniers de guerre et soldats blessés bloqués en Europe de l’Ouest.

Aux côtés des forces alliées, le CICR porta le fardeau des mois chaotiques de l’après-guerre. La Croix-Rouge devait notamment s’occuper d’un grand nombre de réfugiés qui ne voulaient pas – ou ne pouvaient pas – retourner dans leurs terres d’origine. La purification ethnique devint un phénomène de masse. Dans des notes rédigées à l’intention du CICR, des personnes déplacées cherchant à obtenir de l’aide donnaient leurs motifs : «Parce que je suis allemand, et comme ma Poméranie d’origine est maintenant occupée par les Polonais, je ne peux et ne veux pas y rentrer, car je ne veux rien avoir affaire avec le communisme. Parce que mes parents ont très probablement été déportés ou tués par les Russes, je voudrais travailler en Suisse»

Extrait de "Les nazis en fuite", de Gerald Steinacher, publié aux éditions Perrin, 2015. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires