En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Primaire socialiste
Débat Aubry/Hollande vu par un économiste de la démondialisation : "deux robinets d’eau tiède issus du ballon Delors"
Publié le 13 octobre 2011
Analyse du débat de ce mercredi soir, par l'économiste Jacques Sapir qui défend des idées proches de celles d'Arnaud Montebourg.
Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).Il tient également son Carnet...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Sapir
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011).Il tient également son Carnet...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Analyse du débat de ce mercredi soir, par l'économiste Jacques Sapir qui défend des idées proches de celles d'Arnaud Montebourg.

Atlantico : Qui de Martine Aubry et de François Hollande vous a semblé formuler les meilleures propositions pour sortir de la crise ?

Jacques Sapir : Martine Aubry et François Hollande ont fait assaut de sérieux et de respectabilité pour tenter de convaincre les électeurs qu'ils étaient chacun le meilleur pour gouverner la France dans les cinq années qui viennent.

Mais, si le bilan de Nicolas Sarkozy est sur ce point en dessous du médiocre, aucun des deux "impétrants" ne semble avoir saisi la logique économique de la crise actuelle.

Cette dernière est en apparence une crise de la dette, de la dette globale et non de la seule dette publique comme semblent le croire les deux aspirants à la candidature (et Nicolas Sarkozy). C’est bien l’ensemble des dettes, dette publique mais aussi dette des ménages et dette des entreprises, qui a explosé depuis près de vingt ans, au point que dans certains pays, comme l’Espagne, elle atteint aujourd’hui les 500% du PIB. De ce point de vue, la France, même si elle a connu elle aussi ce processus, a un niveau global de la dette inférieur à l’Allemagne, aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne et bien sûr aux pays comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne.

Mais, cette crise de la dette est elle-même issue de la compression de la majorité des salaires, résultant à la fois du libre-échange et de politiques fiscales avantageant les plus riches. Normalement, cette compression de la majorité des salaires aurait dû provoquer une grave crise de surproduction dans les pays industrialisés. On a retardé cette crise justement en laissant cet endettement se développer, et en facilitant cet endettement par les processus de titrisations, qui ont eux-mêmes donnés naissance à la financiarisation de nos économies. D’où le comportement des banques, de plus en plus axé sur la spéculation, l’excès de risques, et pour finir le problème général que posent les systèmes bancaires dans tous les pays développés. De cela il ne fut jamais question dans ce débat.

 

Qui vous a semblé le plus convaincant sur le thème de la démondialisation chère à Arnaud Montebourg ?

Nous avons assisté de part et d’autre à une double hypocrisie. Tout d’abord sur le mot « protectionnisme » que les deux participants affectent de rejeter, mais qui transparaît cependant tant dans la notion de « juste échange » de Martine Aubry que dans celle de « réciprocité » de François Hollande. Pourquoi ne pas dire les choses comme elles sont ?

Mais ensuite, hypocrisie encore plus grande quand on se réfère à des procédures européennes voire mondiales pour mettre en place ces mesures. Et l’on en devine le résultats : la ou le Président(e ) socialiste revenant vers ses électeurs et disant : "Nous avons une bonne idée mais nos partenaires n’en veulent pas…"

Arnaud Montebourg, lui, a le courage d’utiliser le mot de protectionnisme (que certains imbéciles dans la majorité assimilent quant à eux à l’autarcie), et de dire que si les négociations échouent il faudra que la France prenne des mesures unilatérales. Cette cohérence est absolument absente du discours des deux « impétrants ».

 

Certaines propositions vous ont-elles semblé irréalistes d'un point de vue budgétaire ?

Les propositions de chaque candidat à la candidature étaient toutes irréalistes, dans la mesure où elles ne tenaient aucun compte de la crise de l’Euro qui vient à grand pas. Cette crise va rebattre les cartes.

 

Le moment clé de ce débat, selon vous ?

Lors de la troisième partie du débat, François Hollande a laissé échapper trois phrases sur la crise de l’Euro. Oui, la zone Euro pourrait éclater durant cet hiver. Et la manière dont Aubry et Hollande veulent utiliser le Fonds européen de stabilité financière (FESF) contre l’avis le plus formel de l’Allemagne était à cet égard pathétique. Nous avons eu deux minutes de lucidité dans le débat. C’est peu.

 

Quelle question, qui n'a pas été abordée lors du débat, aurait vraiment mérité de l'être ?

La véritable question qui a plané sur le débat était de savoir comment, face à une restructuration de la dette Grecque de 50% à 60%, procéderions-nous au sauvetage de nos banques. François Hollande a déploré l’ampleur des intérêts sur notre dette. Ce problème se posera avec encore plus d’acuité quand il faudra que nous trouvions les 90 à 100 milliards d’Euros nécessaire pour racheter les titres grecs dans nos banques. Pourquoi n’a-t-il pas soulevé la question d’une monétisation directe, par la voie d’avances faite au Trésor Public par la BCE ? Et pourquoi n’a-t-il pas dit qu’à défaut le Président pourrait, par décret, mobiliser les ressources de la Banque de France pour procéder à de telles avances ?

 

D'une façon plus générale, qui avez-vous trouvé le plus convaincant lors de ce débat ?

Les deux impétrants se sont révélés tels qu’en eux-mêmes : des robinets d’eau tiède issus du ballon Delors.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aie
- 14/10/2011 - 05:10
quant aux socialistes
la mode 1980 est leur programme
Aie
- 14/10/2011 - 05:09
les gens ne sont pas suicidaires
devant un duel Sarko-Lepen, Sarko est réélu
Faustino
- 13/10/2011 - 17:25
LOL DEUX FACES DE LA MEME PIECE
Juste l'emballage marketing et le ton employé mais ils auront tout deux DSK comme conseiller spécial. C'est une alliance pour couler ce qui reste de la France. Mélanchon va ratisser large à gauche. Si la droite maintient Nicolas Sarkozy comme candidat sans primaire, Marine le pen sera un raz de marée à droite. Dans un duel Sarko Marine, cette fois ci pas sûr que l'UMP sauve les meubles. En tre l'a