En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 1 heure 47 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 2 heures 20 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 7 heures 18 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 3 heures 7 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 5 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 8 heures 5 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 18 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Guerre des nerfs

Après l’Ukraine, la pression sur les pays baltes : Poutine pourrait-il réellement tenter de déstabiliser des pays membres de l'UE ou de l'OTAN ?

Publié le 21 février 2015
Après l'Ukraine, les pays Baltes ? Selon le secrétaire d'Etat à la Défense britannique Michael Fallon, Poutine pourrait user des mêmes méthodes pour alimenter le chaos aux marches de l'ex empire soviétique.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'Ukraine, les pays Baltes ? Selon le secrétaire d'Etat à la Défense britannique Michael Fallon, Poutine pourrait user des mêmes méthodes pour alimenter le chaos aux marches de l'ex empire soviétique.

Atlantico : Le secrétaire d'Etat à la Défense britannique Michael Fallon a estimé que Vladimir Poutine pourrait répéter les tactiques utilisées en Ukraine pour déstabiliser les pays Baltes. Quelle est la stratégie de la Russie ?

Florent Parmentier : Derrière cette déclaration, il faut voir la tension actuelle des relations russo-britanniques, qui sont déjà historiquement tendues. Ces deux pays se sont livré une bataille d’influence féroce au XIXe siècle pour l’Asie Centrale, ce qu’on a appelé le « grand jeu » selon le mot de Rudyard Kipling, ce que les Russes ont appelé pour leur part « le tournoi des ombres ». La réconciliation au début du XX siècle n’a pas pu perdurer, et il n’y a pas, comme en France, de nostalgie pour cette alliance de circonstance. La priorité accordée aux Etats-Unis dans la politique étrangère britannique, au moins depuis la crise de Suez (1956), n’est jamais allé dans le sens d’un rapprochement avec la Russie. En outre, la Grande-Bretagne devait garantir la souveraineté de Kiev à l’occasion du mémorandum de Budapest (1994), à l’occasion de la dénucléarisation de l’Ukraine. Le conflit ukrainien heurte donc profondément les élites britanniques, qui sont sur la même ligne que les durs du Sénat américain. Toutefois, la stratégie russe n’est pas celle-ci : il n’est pas question de proposer aux Baltes de rejoindre l’Union eurasiatique, alors que les Russes souhaitaient y voir rentrer l’Ukraine. Il peut y avoir des tensions internes dans ces pays, mais les Etats baltes sont aujourd’hui solidement ancrés dans l’UE et dans l’OTAN, et les citoyens russophones globalement mieux intégrés. Généralement, la politique russe consiste à distinguer entre la Lettonie, l’Estonie et la Lituanie, en s’appuyant régulièrement sur l’un de ces pays pour stigmatiser les deux autres. Si l’on doit tenir compte de la peur régnant dans les Etats baltes, une intervention militaire russe semble totalement exclue.

Des avions militaires russes ont été observés à la fin du mois de janvier à proximité des côtes françaises et britanniques. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a fait savoir que la France avait informé ces avions qu'il était "souhaitable qu'ils se retirent". L'événement n'a rien d'exceptionnel. En 2014, la "NATO Air Policing Mission" a relevé près de 144 "incidents de sécurité", soit trois fois plus qu'en 2011, comme l'indique un article publié par Le Monde (voir ici). Quels pays pourraient être la cible de la stratégie du chef d'Etat russe ? La France et la Grande-Bretagne sont-elles les plus visées ? 

Florent Parmentier : On imagine sans peine ce que diraient les nationalistes russes si nous menions une politique comparable. Nous sommes en réalité dans ce que l’on peut appeler la stratégie de la tension : ce sont des provocations à même de maintenir un niveau de nervosité sans pour autant verser dans un conflit ouvert. L’objectif n’est évidemment pas de reproduire la « guerre hybride » que l’on observe en Ukraine, ni dans les Etats baltes, ni en Pologne, et encore moins en France et en Grande-Bretagne. Les manœuvres auprès des deux membres du Conseil de sécurité paraissent d’ailleurs absurdes : aucun des deux pays n’acceptera de perdre la face dans une telle situation. On peut donc supposer que le déterminant de telles provocations n’est pas à usage externe, mais interne, pour l’opinion publique. Dépenser des ressources pour convaincre que la Russie est sur une position défensive via les outils d’influence (le ‘soft power’) et pratiquer ouvertement de l’intimidation à courte vue parait une parfaite contradiction.

De telles stratégies peuvent-elles signifier qu'au-delà de l'Ukraine, le président russe envisage sérieusement de déstabiliser des pays membres comme l'Union européenne et l'OTAN ? 

Cyrille Bret : Les autorités russes cherchent moins à déstabiliser les Etats qui lui sont limitrophes qu’à faire sentir sa capacité de nuisance. L’objectif stratégique de la Fédération de Russie est moins de plonger tel ou tel Etat dans le chaos que d’instaurer, à ses portes, un rapport de force qui lui est favorable parce qu’il consacre indirectement un revers pour l’Union européenne et pour l’OTAN. Le parallèle fréquent avec la période soviétique, notamment des années 1920 et des années 1950-1960 est fallacieux. A ces deux périodes, le but de l’URSS était bien de plonger les Etats frontaliers ou contigus dans un changement de régime. Le Komintern, fondé en 1919, le Kominform, créé en 1947, et le Pacte de Varsovie conclu en 1955, furent les instruments idéologiques, politiques, diplomatiques et militaires pour parvenir à ces déstabilisations. A l’époque, les buts étaient clairement offensifs et positifs : propager la révolution mordre sur les territoires à l’est de la Russie pour accroître la sphère du bloc communiste. Et les interventions militaires sanglantes à Berlin en 1953, à Budapest en 1956 et à Prague en 1968 furent destinées à garantir cette offensive occidentale. Aujourd’hui, l’objectif de la Russie est bien moins ambitieux même s’il est tout aussi meurtrier. La Russie ne dispose plus, à l’heure actuelle, des moyens réels d’un projet impérial, toute rhétorique. Son unique possibilité, pour exister sur la sphère internationale est moins de démontrer sa force que de fragiliser ses voisins comme les Etats baltes et l’Ukraine et d’affaiblir ses concurrents, comme l’Union européenne et l’OTAN. Rendre l’Ukraine ingouvernable est sans doute son but actuel. En ces matières comme en d’autres, le président russe n’a pas une stratégie de long terme mais une série de coups tactiques de court terme.

Cette stratégie sur le plan international est-elle un moyen pour Vladimir Poutine de faire oublier à la population russe la crise qu'elle traverse actuellement ? 

Cyrille Bret : La rhétorique patriotique, l’élan nationaliste et la communion dans la cause russe sont alimentés par les médias russes. L’espace médiatique de la presse écrite, de la radio et de la télévision russes est saturé par le conflit, au point que la télévision publique « Russie 24 » est aujourd’hui surnommée « Ukraine 24 » par les téléspectateurs. Faire passer au second plan la contraction du PIB russe pour 2015, la contraction des réserves de change et le tarissement des financements internationaux est un effet évident de ce phénomène. Toutefois, les déboires économiques et sociaux de la Russie ne sont pas complètement occultés : ils sont généralement attribués aux sanctions et sont assimilés – tout comme la baisse du prix du pétrole – à une agression occidentale. La population russe n’a pas encore ressenti pleinement les effets du ralentissement économique, de sorte que le réflexe légitimiste n’est pas encore érodé.

Cette stratégie est-elle payante pour Vladimir Poutine ? Parvient-il à conserver la confiance de son pays alors que celui-ci s'enfonce chaque jour un peu plus dans la crise? 

Cyrille Bret : La confiance en Vladimir Poutine est massive en Fédération de Russie. Et il ne convient pas de la minimiser en l’attribuant à de purs effets de propagande. Le jour même des négociations à Minsk, les médias russes ont diffusé un sondage qui attribue 75% des intentions de vote aux présidentielles à Vladimir Poutine. C’est que les attentes des citoyens de la Fédération à l’égard des dirigeants portent avant tout sur la capacité à tenir le pouvoir. Les Russes souhaitent par-dessus tout éviter les déboires de l’ère Eltsine : la vacance du pouvoir, la démission face aux occidentaux et la renonciation au statut de puissance militaire. Il faudra sans doute un peu de temps aux Russes pour constater que le « pacte poutinien » de l’obéissance contre une amélioration des conditions de vie est remis en cause.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/02/2015 - 18:06
@arcole34 vous êtes bien naïf pour croire qu'un seul
des camps de la guerre froide avait mis en place des stay-behinds, qui sont devenus un terme générique de tous les infiltrés dans les lignes ennemies! Les soviétiques ont aussi leur réseau dormant de stay- behinds, infiltrés derrière les lignes ennemies, et acoquinés avec les idiots utiles de toute guerre, les pacifistes de l'ultra-gauche et de l'écologie de salon. Les naïfs qui croyaient la guerre froide arrêtée en 1993, se rendent compte, aujourd'hui, que les russes en ont conservé tous les vieux réflexes...
arcole 34
- 22/02/2015 - 15:08
@Vangog - 21/02/2015 - 09:26 - STAY-BEHINDS ???.
Les fameux réseaux mis en place à l'initiative du Colonel Leroy-Finville du SDECE en 1948, appartenant à l'OTAN et financé par la CIA ?. Ces réseaux mis en place avec des associations d'anciens combattants , de militaires , patriotiques devant en cas d'invasion et d'occupation soviétique de la France , se livrer à du renseignement et du sabotage sur l'Armée Rouge ?.Sur le même modèle des réseaux de l résistance intérieure durant l'occupation Allemande ?. Au début des années 90 , le président Mitterrand avait officiellement mis fin aux activités de ces réseaux nommés aussi la Rose des Vents et cela dés la chute de l'URSS .Vous en êtes toujours là Vangog , ou vous pensez que les contributeurs ayant atteints un âge canonique aient appartenu à ces réseaux ?.Le Colonel Leroy-Finville dans ses mémoires avait évoqué la mise en place de ces réseaux , il dirigeait à l'époque le service 7 du S.D.C.E spécialisé dans la surveillances des agents soviétiques dans notre pays .J'ose espérer que vous ne croyez pas tout de même que ces structures existent toujours , ou à moins que vous en avez été dans votre jeunesse , ce qui renvoi votre naissance dans les années 30 pour pouvoir y avoir appartenu.
Leucate
- 22/02/2015 - 11:42
La Russie est un pays normal
Elle n'a plus à promouvoir un socialisme prophétique devenu ringard en soutenant les partis partageant la même religion qu'elle et en essayant de faire tomber les dominos en déstabilisant les pays fragiles. L'URSS, patrie de l'Internationale communiste et des travailleurs est morte et enterrée, la Russie est redevenue le grand pays qu'elle était avant 1914 avec le souci de rattraper les décennies perdues et de remettre à niveau de larges secteurs de son économie dont son agriculture qui sort du servage communiste aboli en 1991 et qui doit reconstituer sa paysannerie.
La Russie est donc redevenue ce qu'elle était avant l'expérience communiste. Sa politique n'est plus guidée par une idéologie religieuse conquérante mais par les contraintes que connaît tout grand pays pour garder son rang dans le monde, en contrant également la politique de puissance hégémonique de son rival américain, surtout quand celui-ci vient l'asticoter dans son pré carré.