En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 34 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 4 heures 12 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 7 heures 5 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 11 heures 8 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 11 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 3 heures 13 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 31 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 9 heures 3 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 42 min
Laurent Baumel, l'un des frondeurs PS
Laurent Baumel, l'un des frondeurs PS
Déconnectés

Les intéressantes leçons de la sociologie des frondeurs PS

Publié le 20 février 2015
La loi Macron a dû passer en force, via le dispositif 49-3, pour éviter toute mauvaise surprise et faire cesser le tumulte législatif provoqué par les "frondeurs". Ces députés PS qui refusent l'alignement sur l'exécutif ont fait parler d'eux. Ils incarnent une ligne qui se veut différente d'un parti dont ils jugent qu'il a oublié ses convictions de gauche. Une raison de leur soumission ? Sans doute quelque chose à chercher dans leurs origines.
Hervé Joly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La loi Macron a dû passer en force, via le dispositif 49-3, pour éviter toute mauvaise surprise et faire cesser le tumulte législatif provoqué par les "frondeurs". Ces députés PS qui refusent l'alignement sur l'exécutif ont fait parler d'eux. Ils incarnent une ligne qui se veut différente d'un parti dont ils jugent qu'il a oublié ses convictions de gauche. Une raison de leur soumission ? Sans doute quelque chose à chercher dans leurs origines.

Atlantico s’est penché sur le profil des 39 députés estampillés "frondeurs" qui ont contribué à mettre en danger le vote de la loi Macron, au point de pousser le gouvernement à passer en force. Leur rejet du projet de loi repose notamment sur son caractère trop "libéral". Le travail du dimanche a représenté l’un des principaux points de blocage. Encore « dociles » lors du vote du Pacte de responsabilité, ils n’ont cette fois-ci pas hésité à affirmer leur opposition à un ensemble de mesures dont le but affiché était d’assouplir les contraintes qui pèsent sur les entreprises. Parmi ces députés, cinq seulement ont connu le milieu de l’entreprise. La plupart sont issus de la fonction publique. 14 d’entre eux sont députés depuis plus de 8 ans, ce qui laisse une large place à la jeune garde : ils sont 8 à ne pas encore avoir atteint les 40 ans.

Atlantico : Quels enseignements peut-on retirer de cette typologie des députés frondeurs ? Sont-ils en prise avec les réalités des entreprises et des salariés, ou au contraire en sont-ils éloignés ?

Hervé Joly : Je ne crois que ce soit une marque distinctive des frondeurs. Cinq sur trente-neuf ayant connu le monde de l’entreprise, ce n’est pas si faible ; la proportion n’est probablement guère plus élevée parmi les autres députés socialistes, voire parmi l’ensemble des parlementaires ! Depuis quelques législatures, à côté des traditionnelles filières de la fonction publique (plutôt à gauche) et des professions libérales (plutôt à droite), on assiste à l’émergence dans les deux camps d’une nouvelle filière dominante, celle des professionnels de la politique qui ont fait toute leur carrière comme collaborateurs salariés d’élus. Ces anciens assistants parlementaires ou directeurs de cabinet dans des collectivités locales tendent à devenir les dauphins de leurs patrons, d’autant plus facilement que ceux-ci sont limités dans leur cumul de mandats. Et l’expérience de l’entreprise affichée par quelques uns est souvent brève voire fictive, dans la mesure où il peut s’agir de sociétés d’économie mixte liées à des collectivités locales, de cabinets de conseil en communication ou autres officines travaillant pour des partis politiques, etc.

Avec 8 députés de moins de 40 ans, et 17 dont l’élection remonte à moins de 8 ans, cette jeunesse est-elle explicative de leur virulence à l’égard du gouvernement ?

Huit frondeurs sur les dix-neuf trentenaires seulement que compte le groupe socialiste, c’est effectivement beaucoup. Les frondeurs semblent plutôt être des élus de fraîche date, qui n’ont pas non plus exercé d’autres mandats importants, comme celui de maires d’une grande ville, ou de fonctions ministérielles antérieures, sauf les récents évincés des gouvernements Hollande (Batho, Hamon, Filippetti) bien sûr. Ils ont moins l’expérience des contraintes de la gestion d’une organisation. Leur seul mandat de député relève plutôt d’un ministère de la parole. Leur formation politique s’est beaucoup faite pendant les dix années d’opposition qui ont précédé la victoire de François Hollande. On peut leur prêter une (fausse ?) naïveté qui leur fait croire que les discours tenus et les propositions faites à l’époque gardent une certaine valeur une fois confrontés à l’exercice du pouvoir. Ils refusent de prendre en compte ce que d’autres considèrent comme les contraintes du réel. Le plus étonnant est finalement qu’ils ne soient que 39 sur près de trois cents, alors que l’orientation actuelle du gouvernement n’était portée que par un candidat très marginal dans les primaires, avec seulement 5 % des voix. Les parlementaires voire les ministres qui ont du mal à accepter la politique menée sont probablement plus nombreux, mais l’esprit de discipline l’emporte chez la plupart. Les frondeurs sont un peu l’expression de la mauvaise conscience non assumée des autres, ce qui explique les relations tendues au sein du groupe.

Au regard de l’histoire, peut-on supposer qu’ils "s’assagiront" par la suite vis-à-vis de leur direction ?

Un examen plus attentif des trajectoires professionnelles des 39 députés frondeurs abstentionnistes lors du vote de la loi de finances 2015 montre que, en fait, seule une petite minorité d’entre eux auraient beaucoup à perdre en cas de défaite électorale, ce qui pourrait expliquer leur moindre discipline partisane. Ils sont proportionnellement moins nombreux que les autres députés socialistes à n’être que des professionnels de la politique. Certains ont même des parcours antérieurs originaux, dans le domaine artistique par exemple (Yves Féron, Michel Pouzol), qui peuvent expliquer leur esprit frondeur. Et parmi ceux qui ont commencé leur carrière comme collaborateurs d’élus ou dans des organisations proches du parti, plusieurs ont ensuite conquis leur autonomie en intégrant la fonction publique territoriale. En tout, ils sont au moins 21 à être fonctionnaires ou cadres statutaires du secteur public. La plupart des autres issus du secteur privé ou de professions libérales – qu’ils auraient du mal à reprendre après une longue interruption – auront atteint l’âge de la retraite à la fin de leur mandat. Les rares à ne pas avoir de parachute assuré ont, à l’image de Delphine Batho ou Benoit Hamon, une notoriété personnelle qui devrait leur permettre de rebondir.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 20/02/2015 - 17:03
Je connais un peu certains de ces petits Saint-Just
de province qui n'ont ja..jà...jamais travaillé sauf quelques petits avocats en mal de crevettes...mais leur mayonnaise n'a pas pris et ils ont choisi de revenir à la bonne soupe journalière...sage décision mais cela laissera des traces ...aucune avancée socio-économique ne sera plus possible dans la structure actuelle de l'Assemblée...
2bout
- 20/02/2015 - 10:37
Du coup,
il me semble que le côté " Camarade petit-bourgeois" leur va très bien.
2bout
- 20/02/2015 - 10:18
J'ai fait une erreur en effet :
le frondeur est issu à 87% de la Fonction Publique (et non 75%), mais vous aussi Mr Joly : ils ne seraient pas démunis en cas de non renouvellement de leur mandat, ils réintégreraient la Fonction Publique.