En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 44 min 7 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 45 sec
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 36 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 22 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 36 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 49 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 49 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 17 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 17 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 20 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Opposition frémissante

UMP : à quoi pourrait ressembler une alternative politique qui conjuguerait aspirations des électeurs de droite et rapports de force au sein du parti ?

Publié le 19 février 2015
La majorité est en pleine crise, mais jusqu'à présent l'opposition n'est guère plus vaillante, et peine à proposer un vrai programme alternatif. Nicolas Sarkozy s'exrpime d'ailleurs sur les ondes pour laisser entrevoir la position de l'UMP dans le contexte actuel.
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La majorité est en pleine crise, mais jusqu'à présent l'opposition n'est guère plus vaillante, et peine à proposer un vrai programme alternatif. Nicolas Sarkozy s'exrpime d'ailleurs sur les ondes pour laisser entrevoir la position de l'UMP dans le contexte actuel.

Atlantico : Quelles sont aujourd'hui les attentes des électeurs de droite, telles que l'on a pu les mesurer, et qui correspondent à ce qui peut servir de base à une vraie proposition de programme de la droite française dans le contexte actuel ?

Yves-Marie Cann : Nous nous sommes penchés sur la question en recensant toutes les études faites à ce sujet ces derniers mois. Il en ressort que les sympathisants de droite, quel que soit leur parti, partage une communauté de point de vue.

Le premier est l'inquiétude par rapport à un sentiment de déclin. C'est quelque chose de très présent chez les sympathisants de l'UMP (86% d'entre eux déclarent partager cette inquiétude) et du FN (94%). C'est un point central.

Derrière cette idée de déclin, les sympathisants de droite sont perméables aux enjeux d'identité française qu'ils sentent menacés. Cela a bien sûr pris de l'ampleur depuis quelques semaines (79% des sympathisants UMP, 93% de ceux du FN).

On retrouve également à droite des thèmes toujours forts d'indignation très partagée comme la fraude aux aides sociales, à l'assistanat (77% des sympathisants UMP et 72% au FN) et les incivilités. La plupart d'entre eux se retrouvent dans ces sujets de colère fédérateur, là encore quel que soit le parti de droite auquel ils appartiennent.  

Ces éléments sont ceux qui rassemblent le plus, avec une vraie attente des composantes de l'électorat de droite, très fortes parfois, pour constituer la base d'une alternative.

Il existe pourtant des éléments de différenciation qui reste fort à l'intérieur de la droite. Par exemple, si je reprends là encore les sympathisants de l'UMP et du FN, on a un rapport très différent à la démocratie et au gouvernement représentatif. Seul 38% des sympathisants FN ont une évocation positive de la démocratie, alors que l'on est à 62% à l'UMP…

La droite est vaste de sa partie modérée à sa partie la plus "dure". Parmi les attentes, lesquelles sont suffisamment fédératrices pour pouvoir servir de dénominateur commun à toutes les composantes sans raviver de tensions ?

Yves-Marie Cann : Effectivement, il vaut mieux parler "des droites" que de "la droite". Cette distinction existe encore sur de nombreux points, notamment sur la question européenne ou sur les thèmes économiques et le degré d'interventionnisme de l'Etat. Mais sur les sujets qui relèvent d'avantage des valeurs – par rapport à des mesures sur ce qu'il faut mettre en œuvre économiquement – les sympathisants des différentes droites se retrouvent de façon assez consensuelle. Et ce sont inévitablement les demandes que je vous ai cité. Il y a une vraie crainte d'un déclin du pays, d'une identité menacé, et d'un niveau de fraude sociale extrêmement fort qui nuirait à l'égalité à laquelle sont attachés beaucoup de Français. Proposer de manière réaliste et rapide un programme qui pourrait fédérer tous ces sympathisants l'axerait autour de ces propositions. Clairement, ce qui est demandé aujourd'hui a trait aux valeurs, aux symboles. C'est là que se situent les attentes des différentes familles de droite.

Roland Hureaux: Depuis la Révolution française la droite associe le conservatisme et le libéralisme. Depuis quelques temps, une certaine la droite  semble avoir  perdu de vue  la dimension conservatrice. On le voit par la fascination de certains membres des partis de droite   pour la réforme territoriale ou la loi Macron, qui sont en fait   des lois de destruction : destruction des cadres territoriaux,  des institutions, des professions réglementées, et, en fait,   des classes moyennes. La droite n'a pas pris conscience que ce processus de   destruction institutionnelle est extrêmement anxiogène pour la majorité des Français, et qu'il  est l'une des principales explications de la montée du Front National, plus à mon sens  que l'islamisme ou l’augmentation de la délinquance.

La droite aurait du combattre bien plus la réforme territoriale, d'autant que cette réforme coûtera en réalité, plus cher aux Français que l'organisation précédente.
Les Français, et les électeurs de droite en ont assez  du changement  perpétuel, dont ils ont l'impression qu'il ne fait qu'aggraver les choses,  et   la droite doit absolument revenir à des valeurs de stabilité. On a entendu des élus  de l'UMP dire qu'ils s'opposaient  à la loi Macron car elle n'allait pas assez loin dans les réformes: c'est absolument le contraire de ce qu'attend aujourd'hui l'opinion. 
Aujourd'hui seul le Front National donne l'image , fallacieuse d'ailleurs, de défendre la France telle qu'elle est. Mais la droite classique est aujourd'hui dans une déficience idéologique telle qu' elle se trouve incapable de contrer  sur ce terrain  la propagande de la gauche.

A quoi pourrait donc concrètement ressembler les grandes lignes du programme de cette alternative ?

Roland Hureaux: La droite doit être le parti du réel contre toutes les idéologies.Toutes les réformes de la gauche sont idéologiques et déconnectées du réel. On est dans une société de l'image, xxx dans une "société du spectacle" pour reprendre l'expression de Guy Debord.  Si   la droite joue le même jeu absurde ,  alors il n'y a plus d'espoir. Si l'on veut garder l'espoir, il faut  qu'un discours réaliste émerge, un discours attaché à la réalité et non à l'idéologie.Il faut, par exemple  revenir sur les projets de  libéralisation de l'organisation  pharmaceutique : pourquoi déstabiliser cette profession quand on sait que la toxicomanie actuelle se tourne de  plus, en plus vers les produits pharmaceutiques ?  Enfin il faut s'attacher aux vraies souffrances du peuple et les comprendre.Il n'est pas , dans ce contexte,  excessif de  proposer de revenir sur toutes les réformes de la gauche, car elles sont toutes dictées par une idéologie détachée de la réalité.

Parmi la masse des ambitions, qui aujourd'hui représente le plus ces attentes ? Sur qui peut reposer de manière la plus limpide une alternative qui correspond aux attentes ?
 

Yves-Marie Cann : Aujourd'hui on ne le sait pas précisément car les études n'ont pas encore formalisé clairement la question. Mais si on se base sur le plan de la popularité, on voit bien qu'à droite deux personnalités émergent pour faire un début de consensus : Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Mais ils n'ont pas la même structure de popularité dans le rapport de force à droite. Alain Juppé est populaire chez les militants UMP et à l'UDI mais très peu au FN. Nicolas Sarkozy, lui, faut encore le plein des voix à l'UMP mais ceux de l'UDI reste réticent…

Cependant, si on se base sur les préférences exprimées par les sympathisants UMP, et sur la personnalité et les valeurs, on a quand même un rapport plus important en faveur de Nicolas Sarkozy. Il est le mieux à même de représenter les enjeux qui semblent prioritaires, là où Alain Juppé apparaît moins marqué et ferme sur ces questions (du moins en apparence). Et l'UMP reste en terme de sympathie partisane le mouvement qui attire sur son nom le plus de Français se définissant "de droite".

Roland Hureaux: Quant au discours, aujourd’hui personne n'incarne cette alternative. Même les chefs ont prouvé leur vulnérabilité à la fascination idéologique de la gauche "social-libérale".Celui dont la posture représente le plus la stabilité serait François Fillon, même si  sa doctrine semble de plus en plus imprégnée du  libéralisme  ambiant.Nicolas Sarkozy doit comprendre  que les Français sont fatigués  du mouvement permanent. Si l'UMP  poursuit  dans cette voie, elle poussera ses électeurs vers le Front National.Alain Juppé en est resté au logiciel de l'après-guerre où on ne remettait pas en cause les réformes de la gauche, mais à l'époque,  ces réformes étaient souvent raisonnables  et utiles. Aujourd'hui la plupart sont idéologiques et donc , quelque part, folles. 

Pourquoi est-il si complexe de voir cette alternative s'enclencher si elle est finalement si clairement définie ?

Yves-Marie Cann : Effectivement, les sondages et le positionnement de Nicolas Sarkozy semble en faire naturellement celui qui peut représenter cette alternative. Mais la difficulté, c'est la concurrence du Front national, qui incarne une nouvelle alternative avec la personnalité de Marine Le Pen. Il y a une vraie dynamique que l'on mesurera sans doute fortement au cours des départementales où le FN sera présent dans 95% des cantons départementaux. Nicolas Sarkozy pâtit de cette concurrence, Marine Le Pen étant aussi très présente sur le déclin de la France, la perte d'identité et 'l'assistanat. La difficulté pour une personnalité comme Nicolas Sarkozy, c'est que comme il a déjà été en responsabilité, il doit également faire avec le jugement que l'on porte sur son bilan. N'ayant pas répondu lors de son quinquennat aux attentes sur les attentes de l'électorat de droite, il peut y avoir une envie de "tester" le FN sur ces sujets qui sont pourtant censés être la base du projet alternatif de la droite. 

Roland Hureaux: Le monde occidental,  au sens large du terme,  est aujourd'hui dominé par un courant culturel de gauche libéral et libertaire. L'opinion publique subit une très forte pression de ce mouvement qui a les faveurs des médias. De ce fait,  peu d'hommes politiques ont l'armature  intellectuelle pour pouvoir s'y opposer clairement, simplement et de façon convaincante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires